RECITAL AUDIO Define hefa

Origine : France
Enceinte colonne 2 voies / 2 haut-parleurs
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 85 dB / 2.83V
Impédance : 8 ohms
Réponse en fréquences : 30 Hz à 25 kHz -3 dB
Filtrage : 6-6dB / octave 1500 Hz

 

Peu médiatisée, RECITAL Audio est une marque française qui exerce ses talents à Mützig en Alsace. Sous l’impulsion de son concepteur, RECITAL Audio propose des enceintes acoustiques techniquement abouties, esthétiquement « réfléchies » avec diverses formules de finitions.

Le modèle Define hefa qui fait l’objet du présent banc d’essai est une colonne fine et élancée d’un peu plus d’un mètre de haut qui se place en seuil de gamme.

Disponible en deux finitions, blanche mate ou noyer d’Amérique, cette élégante colonne inspire le respect et aussi la confiance si on en juge par les composants implantés.

Cette colonne est un modèle deux voies – deux haut-parleurs à charge bass-reflex. L’évent de décompression est placé en face arrière au bas de l’ébénisterie totalement inerte faite d’une structure en bois haute densité de 18 millimètres d’épaisseur. La structure interne reçoit deux renfort transversaux d’asseoir la rigidité de l’ensemble et s’affranchir de toute forme de parasites vibratoires. Afin de respecter au mieux les contraintes liées aux essences du bois, les enceintes sont appairées.

Le coffret repose sur un socle de même nature découplé par des entretoises en bois. D’origine, le socle reçoit des patins en feutre, mais il sera possible et même recommandé d’y visser des cônes métalliques en fonction de la nature du sol et plus généralement de la pièce d’écoute.

Pour les haut-parleurs, le concepteur a fait le choix de la marque SEAS, tant pour le haut-parleur de grave / médium que pour le tweeter.

Le “boomer” de 16 centimètres de diamètre offre une surface émissive de 104cm².  Le diamètre de son imposant moteur à très long débattement mécanique est de 12 millimètres. On y trouve une bobine mobile de 39 millimètres. Ce modèle à membrane en aluminium offre un comportement idéal du cône « en pur piston » sur toute la bande passante utile du haut-parleur.

Le tweeter est un modèle à dôme de 26 millimètres en aluminium / magnésium à surface émissive de 7,5cm². Le diamètre de son moteur est de 73 millimètres et sa bobine mobile de 26 millimètres.

Pour le filtre, RECITAL Audio a opté pour un filtrage de 6 dB par octave spécialement optimisé pour les haut-parleurs à membranes rigides. Chaque filtre compte non pas 3, mais pas moins de 13 composants de haute qualité. Ces composants sont reliés entre eux selon le principe du câblage en l’air. Le concepteur a implanté des éléments sélectionnés avec attention : condensateurs polypropylène métallisé Z-cap Jantzen Audio, résistances céramique Mox, et des inductances à air

Par ailleurs, le concepteur reprend sur Define hefa la technique de filtrage Pure Motion qui répond à un impératif précis : aucune déformation de membrane ne doit venir créer des perturbations, et ce, sur l’intégralité de la bande passante audible (20Hz à 20 kHz). Ce système assure aux haut-parleurs un comportement mécanique parfait, sans aucun fractionnement de l’équipage mobile.

Il précise que les haut-parleurs travaillent « en piston » dans toute leur plage de fonctionnement utile. Ainsi, les enceintes acoustiques Recital ont cette faculté unique de reproduire la musique sans y ajouter la moindre coloration.

A l’instar d’un filtre conventionnel, cette technique de filtrage passif assure la division et la redistribution du signal musical à chaque haut-parleur. Néanmoins le filtrage Pure-Motion va beaucoup plus loin en optimisant les fonctions de transfert, répondant ainsi aux caractéristiques acoustiques intrinsèques des haut-parleurs et de l’enceinte.

Enfin, l’enceinte Define hefa est doté d’une seule paire de bornier d’origine WBT acceptant tout type de connexion : fil nu, fourches, fiches bananes. Comme chez RECITAL Audio, on ne laisse rien au hasard, le câblage interne a fait l’objet de toutes les attentions. Le câblage est d’origine Omerin, série Siliflon en cuivre pur avec isolant en polymère fluoré : 1,5mm² pour le tweeter et 2,5mm² pour le woofer et la  liaison bornier / filtre.

Je remercie le concepteur d’avoir mis à ma disposition cette paire d’enceintes acoustiques pour une durée de trois mois afin d’évaluer son « emprunte musicale » et vous la proposer sous la forme du présent banc d’essai.

Ecoute et impressions :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

préamplificateurs MOON 310 LP Mk2,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– lecteur CD YBA Classic Player 3,
– magnétophone à bobines libre TEAC X3,
– préamplificateur YBA Classic 3 Delta & bloc de puissance YBA 3 Delta / double transformateur,
– amplificateur intégré UNISON RESEARCH Simply Italy,
– câbles de modulation ESPRIT Aura & Beta 8G 2019, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid,
– câbles HP ESPRIT Aura & Beta 8G 2019, YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

CD sélectionnés :  Take Five  ~ Quincy Jones  – Naim CD test  Sampler N°6 – Again & The Mist of Avalon ~ Alan Stivell – Les Géants du Jazz jouent Georges Brassens –The Glory that was Gershwin ~ Frank Chacksfield – Quiet Nights ~ Diana Krall  – Meedle ~ Pink Floyd – Barry Lindon ~ bande originale du film – Rossini-Respighi – “La Boutique Fantasque ~ Direction : Antal Dorati – Toccata & Fugue – Jean-Sébastien Bach ~ transcription et direction d’orchestre : Léopold Stokowski – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre – Saint Kilda Wedding ~ Ossian – La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – Mademoiselle in New-York ~ Lucienne Renaudin Vary & BBC Concert Orchestra – Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek – Celtic Spectacular ~ Erich Kunzel & Cincinati pops orchestra – « Prodiges » ~ Camille Berthollet – Camille et Julie Berthollet – Jazz på svenska par Jan Johansson – Meedle ~ Pink Floyd – Requiem de Mozart ~ Herbert von Karajan ~ Soprane : Wilma Lipp , etc…

Vinyles sélectionnés : Soul Bossa Nova ~ Quincy Jones – The Secret of Climbing ~ Stephen Fearing – Carolan’s Favourite ~ Derek Bell – All Time  Favorite Melodies of Japan – The Glory that was Gershwin ~ Frank Chacksfield – Saint Kilda Wedding ~ Ossian – Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m) – Quiet Night’s ~ Diana Krall – Quincy Jones – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete ~ Mike Oldfield – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre  – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc…

Découverte et premières impressions

Je dois vous confier que j’ai toujours une certaine forme d’appréhension lorsque je découvre pour la première fois une marque. Cela est encore plus vrai lorsqu’il s’agit d’une paire d’enceintes acoustiques. Les enceintes vont-elles s’accorder harmonieusement avec mon système de référence ou avec le(s) amplificateur(s) en cours d’évaluation ? Sur un plan plus subjectif, les enceintes vont-elles me plaire, vont-elles recueillir de ma part un aura suffisant permettant de tirer des conclusions ayant un brin d’objectivité.

Avant l’essai, la Define hefa a été confrontée à ces interrogations. Et puis l’installation commence. La mise en œuvre de ces enceintes est finalement simple. Le positionnement optimal prend à peine plus de deux minutes. L’étoffe et l’ampleur qui seront décrites le paragraphe dédié montre que ces enceintes ne souffrent nullement d’une directivité qui demande des heures de réglages à partir du point d’écoute.

En dépit d’une sensibilité relativement faible (85 dB), la Define hefa ne demande pas une puissance si phénoménale pour s’exprimer pleinement. Certes, il lui faut tout de même un peu de tension, mais vous pourrez néanmoins l’associer avec des amplificateurs à tubes de puissance relativement modeste sans craindre de voir votre système audio « s’effondrer » ou partir dans tous les sens avec un déséquilibre tonal.

Après un rodage d’une cinquantaine d’heure, la Define hefa évolue par pallier pour  finir par s’ouvrir totalement. Au terme d’une centaine d’heures, les surprises arrivent les une après les autres et je ne vous cache pas que cette enceinte acoustique a beaucoup à raconter et quelque chose de très attachant.

Couleurs tonales

Registre aigu

• Take Five – Soul Bossa Nova ~ Quincy Jones (CD & vinyle)

Le moins que l’on puisse dire est que le modèle Define hefa se montre éloquent en ce qui concerne le « traitement » des hautes fréquences.

La difficile équation qui consiste à restituer une musicalité à la fois douce, transparente, et qui file haut a été bien maîtrisée par le concepteur.

En choisissant ces deux albums signés Quincy Jones dont la prise de son date des années 60, j’aurais pu craindre quelques « débordements » dans le haut du spectre, et des dérapages sur le jeu de trompète. Eh bien, il n’en est rien. Tant sur le disque vinyle que sur le CD, nous bénéficions d’une reproduction dénuée de toute trace d’agressivité. Les cuivres sont « pris en charge » avec un très beau respect de leurs timbres respectifs. J’ai assisté à une musique étincelante, pétillante, doublée d’une finesse exceptionnelle et très naturelle. La sonorité des cymbales confirme cette finesse qui conduit  au plaisir d’écouter ces excellentes plages jazz / soul. Les hautes fréquences atteignent des sommets lorsque cela est nécessaire sans jamais les accentuer ou les colorer artificiellement. Les fréquences les plus aiguisées sont reproduites avec un beau velouté, une texture soyeuse en adéquation avec les cuivres.

Registre médium – fluidité – transparence

• « Prodiges » ~ Camille Berthollet – Camille et Julie Berthollet


Il y a beaucoup de choses à dire sur le registre médium. Sur des thèmes plus « classiques » repris par Camille et Julie Berthollet, on peut être conforté par la sonorité du violon et des autres instruments à cordes. Là où cette enceinte se démarque de la concurrence dans cette gamme équivalente, c’est par sa transparence et le détourage des instruments. En effet, le modèle Define hefa va fouiller en profondeur le message sonore pour aller chercher le moindre détail qui fera la différence.
La sonorité du violon et des autres instruments à cordes méritent un coup de chapeau. J’ai relevé une magnifique onctuosité qui donne beaucoup de crédit à la sonorité du violon – une sonorité boisée, naturelle, sans artifice.
De plus, cette enceinte mise particulièrement sur la fluidité : les notes s’enchaînent sans aucune contrainte avec une facilité qui rend la musique exquise à écouter pendant de longues heures.

• Naim CD test  Sampler N°6

Il y a mieux encore : ce sens du détail et du détourage se matérialisent par le côté très organique et palpable des percussions et des arpèges de guitare qui illustrent Tears of Joy d’Antonio Forcione tiré du CD test Naim Sampler N°6. La définition aboutit à une musicalité d’une présence  absolument renversante. Il émane de ces écoutes une transparence qui met très bien en évidence toutes les subtilités et micro informations. De fait, il va s’en dire que la musicalité est variée, plutôt riche en nuances et couleurs tonales. J’ai découvert ou redécouvert pas mal de petites choses qui m’ont interpelé, des détails qui se transforment en surprises et rendent la reproduction détaillée et riche. Sur cet extrait, l’articulation de chaque note de guitare est époustouflante. Cette enceinte acoustique « cisèle » le message sonore avec beaucoup de délicatesse,  de consistance, sans toutefois tomber dans la caricature.

Registre grave

• Meedle ~ Pink Floyd

Bien souvent, les colonnes de la taille de la Define hefa trouvent leurs limites avec une fréquence de coupure portée à 50 Hz et dans le meilleur des cas à 40 Hz. Coûts de développement et de fabrication obligent, beaucoup de facteurs techniques entrent en ligne de compte pour se cantonner à ces fréquences.
Pour ce modèle RECITAL Audio a travaillé différemment de la concurrence en s’appuyant sur la technique de filtrage Pure Motion évoquée ci-avant et en choisissant un haut-parleur de grave / médium particulier, et en optimisant les fonctions de transfert, répondant minutieusement aux caractéristiques acoustiques du haut-parleur et à l’architecture de l’enceinte.

A l’écoute de Meedle, j’ai immédiatement senti que les fréquences basses étaient abyssales : elles explorent réellement les soubassements avec une belle facilité, tout en préservant par exemple la stabilité et la tenue des accords de guitare(s) basse(s). Les basses fréquences ne sont jamais lourdes ou omniprésentes. La Define hefa s’exprime avec le respect des prises de son équilibrées et soignées. De plus, et c’est important de le souligner, les fréquences graves les plus profondes sont restituées de manière dégraissées, et font preuve d’une assise fort bien maîtrisée.

Capacités de réaction dynamique

• « Vaisseau de Pierre » ~ Tri Yann (CD & vinyle)

Define hefa est une enceinte acoustique qui a des capacités à réagir instantanément. De nature vigoureuse, je n’ai à aucun moment repéré de traces de traînage particulier. Si l’amplificateur se montre rapide, la Define hefa ne constituera jamais un frein aux élans des extraits les plus fougueux de cet opéra folk – rock Le Vaisseau de Pierre imaginé et réalisé par le groupe Tri Yann.

Il faut qu’une enceinte colonne de cette taille soit sacrément bien conçue pour encaisser les écarts de dynamique de certains passages. Je n’y vais pas par quatre chemins : notre compétitrice est réellement de taille à affronter la rythmique « échevelée » de certains extraits rock, hauts en couleur. De plus, elle le fait avec un excellent respect du tempérament de chaque instrument. De nature vive et enjouée, cette colonne n’en fait pas de trop, elle n’est pas du type « rentre dedans » ou extravertie.

Les capacités de réactions sont spontanées, bien gérées, permettant à la batterie d’afficher sa présence de manière franche, nette, sans bavure et la basse de suivre un suivi mélodique vraiment bien « ficelé ». Les riffs et les solos de guitare électrique reflètent bien une vigueur sans faille qui repose sur une conception mûrie, des composants choisis avec un grand soin et une architecture interne intelligemment pensée.

Espace et scène sonores

Toccata & Fugue – Jean-Sébastien Bach ~ transcription et direction d’orchestre : Léopold Stokowski (CD)

Royale par son envergure, cette version de la Toccata & Fugue de Jean-Sébastien Bach – transcription Léopold Stokowski démontre que Define hefa sait parfaitement prendre en charge les grandes orchestrations. Elle démontre ici tout le potentiel dont elle est capable en matière d’ampleur et de spatialisation. La musique emplit la pièce d’écoute, sans qu’il soit nécessaire de pousser très haut le volume sonore.

Par ailleurs, l’agencement de la scène sonore, le positionnement des pupitres et groupes d’instruments est clairement défini. Chaque groupe d’instruments et instruments solistes trouvent facilement leur place. Les effets stéréophoniques s’agencent de manière ordonnée à travers un spectre large. Les plans et les reliefs sont bien marqués : on arrive aisément à distinguer les groupes d’instruments de premier plan de ceux de second ou troisième plan. Le déroulement de la partition s’effectue avec une belle aération et une magnifique articulation. La dimension de la scène sonore et ce côté aéré permettent de distinguer beaucoup de nuances, telles que les envolées de flûtes traversières ou les délicats arpège de la harpe qui émergent très bien de l’imposant flot orchestral.

Communication avec l’auditeur sens de l’expression

Again & The Mist of Avalon ~ Alan Stivell (CD)

« Comme la fleur prend naissance sur la tige, la beauté de la musique ne peut éclore et prendre vie que dans les meilleures conditions ».
C’est bien ce que j’ai ressenti à l’écoute de ces deux CD d’Alan Stivell en compagnie de cette colonne.

En marge des vocaux qui se montrent particulièrement « communicatifs », la sonorité de la harpe celtique (acoustique ou électrique) est bigrement étonnante dans ce test. En effet, l’enceinte Define hefa met l’accent sur une teinte que l’on peut la qualifier de cristalline.

C’est absolument incroyable et de surcroît agréable de ressentir la vibration de chaque corde. A cela s’ajoute un respect parfait des harmoniques. Les sons se prolongent et s’éteignent très progressivement et très proprement dans le temps et l’espace. Les arpèges et le “touché” sur les cordes de l’instrument sont d’une adresse et d’une matérialisation réalistes et savoureuses. Cette harpe devient alors tout simplement magique.

La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua (CD)
• Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek (CD)

Place à la « grande musique », celle qui vous fait frissonner, mais qui ne serait rien sans un équipement expressif.
J’avoue m’être fais plaisir à écouter ces deux CD qui ne laissent aucune place à la médiocrité d’un système mal pensé.

Dans cette catégorie d’enceintes colonnes, il y a beaucoup de références disponibles. Pas mal de constructeurs s’arrêtent au milieu du gué afin de contenir le prix de revient. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des enceintes qui sont limitées sur le plan émotionnel, ou qui ont un peu de mal à trouver un amplificateur qui s’associe de façon totalement harmonieuse avec elles.

La Define hefa n’appartient pas à cette catégorie. Cette colonne va immédiatement à l’essentiel. Elle accroche l’auditeur en quête de sensations, d’évasions, d’émotion. Sa grande agilité l’autorise à explorer avec minutie un nombre étendu d’informations; des informations qui rendent les instruments sublime à écouter. De plus, chaque extrait aboutit sur une reproduction équilibrée, homogène, et par définition très neutre. L’expression de la flûte sur Dance into Eternity n’a rien à envier à des enceintes de gamme et de prix supérieurs. La communication avec l’auditeur est totale. Le jeu de oud respire des saveurs orientales du plus bel effet, avec toujours à la clef cette teinte boisée qui constitue finalement la marque de fabrique de RECITAL Audio.

A son tour,  La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua est tout aussi magistralement reproduite. On y reconnaitra la sonorité caractéristique et le superbe grain du clavecin, celle du cromorne délicatement et fidèlement « mises en scène ». Il se dégage de cette séquence d’écoute une pureté incroyable qui incite réellement à s’immerger dans l’ambiance baroque de cette époque musicale.

• The Secret of Climbing ~ Stephen Fearing (vinyle)
Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Les vocaux ont fière allure avec ces deux vinyles. Je me suis délecté à les écouter l’un comme l’autre. Leur prise de son et leur pressage respectif mérite qu’ils soient écoutés avec des enceintes de haute volée.

La Define hefa ne trahira pas l’expression musicale de Nameless. Le « dialogue » entre l’artiste et l’auditeur est immédiatement établi. Cette enceinte a une qualité : elle éveille dans détours le sens de l’audition.

La voix de Dominique Fils-Aimé est absolument bouleversante de vérité. Chaque mot, chaque phrase, chaque respiration dévoile toute l’expression de cette enceinte acoustique. Avec Define hefa, la musique respire, elle vous enveloppe dans une sorte de cocon musical dont les effets vous donnent la chair de poule. La beauté de la voix, parfaitement détourée est si  naturelle que nous avons le sentiment de la présence de l’artiste dans la pièce d’écoute. Pour agrémenter cette voix divine, un jeu de contrebasse profond, et d’une remarquable lisibilité ainsi que quelques percussions « palpables » montrent que cette enceinte pousse très loin le sens de l’analyse.

L’artiste Stephen Fearing “sélectionné” par Roy Gandy n’a pas été retenu par hasard pour ce test. Une guitare, une voix, et une paire de RECITAL Define hefa suffisent à illuminer votre soirée. Vous n’avez pas idée de l’application de cette enceinte lorsqu’il s’agit de pointer la justesse des timbres, l’équilibre, la notion de spontanéité, la cohérence. La communication avec l’auditeur est immédiate : cette colonne s’emploie à vous faire « vibrer », à « sentir » la musique, ses couleurs, ses saveurs.
J’insiste sur la richesse de ces deux albums qui m’ont laissé muets d’admiration. Si l’on évoque simplement la pureté et l’expression, la Define hefa constitue une interface de référence entre la musique et l’auditeur – tout est dit !

 

Conclusion :

Au tarif où elle est proposée directement par le constructeur fait de la Define hefa une colonne un peu à part dans le paysage audio. Très bien présentée, conçue et réalisée avec soin, cette enceinte acoustique est un instrument qui chante divinement bien. Dépourvue de toute forme de caricatures, la Define hefa explore harmonieusement toutes les fréquences dont l’infra grave. Vous l’aurez compris en lisant ce banc d’essai, avec cette enceinte acoustique, la musique est absolument exquise à écouter.

 

 

Prix : 1385 € la paire (09/2020)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt