JMR ORFÉO Grande incarne le corps et l’âme de la musique

 

 

ORFÉO Grande

 

En presque 20 ans de carrière, le modèle ORFÉO aura énormément évolué et chaque nouvelle version a toujours apporté des améliorations réellement significatives. Aujourd’hui le degré de performance atteint par ORFÉOGRANDE lui permet de se hisser à la hauteur des toutes meilleures enceintes acoustiques mondiales.

Cette nouvelle mouture hérite d’un long travail de recherche et développement effectué pour VOCEGRANDE.  Un ensemble de solutions techniques innovantes et particulièrement efficaces, logique d’appliquer au modèle phare de la gamme.

Si la référence ORFÉO perdure, toute son infrastructure a été complètement revisitée, son ébénisterie, son filtrage, ses haut-parleurs ont fait l’objet d’améliorations.

Les améliorations portent sur :

L’ébénisterie : celle-ci adopte un dispositif limitant les phénomènes de transmission solidiennes de l’énergie vibratoire grâce à l’utilisation de matériaux de densité différente (MDF-Aluminium). Une feuille d’aluminium de 3mm d’épaisseur vient enserrer trois faces de l’ébénisterie afin de mieux concentrer l’énergie vers l’intérieur de la charge acoustique.

Le principe de charge : ligne triangulaire accordée en ¼ d’onde débouchant sur un évent frontal situé au bas de l’ébénisterie. Ce principe de charge propriétaire permet de n’utiliser quasiment aucun absorbant qui freinerait l’écoulement de l’air dans les différentes cavités. Ainsi la vitesse de propagation du signal est beaucoup plus rapide et le temps de propagation de groupe du système en est grandement amélioré. Afin de maitriser mieux encore les phénomènes vibratoires, nous avons tapissé une grande partie des surfaces interne de l’ébénisterie avec du bitume et du compound viscoélastique positionné de manière expérimentale aux endroits stratégiques.

• Le découplage : mécanique complet du socle de l’enceinte, permettant l’utilisation de patins de téflon comme interfaces avec le sol (pas de pointe de découplage). L’enceinte est comme suspendue. Ainsi l’énergie vibratoire est transformée en chaleur au sein du polymère et ne se transmet quasiment plus au sol. Il en résulte à l’écoute un grave parfaitement maitrisé s’intégrant au message musical de manière beaucoup plus naturelle puisqu’il ne vient jamais mettre en vibration le matériau du sol. L’autre avantage est de préserver la partie médiane du signal sans les phénomènes d’assèchement souvent observés lors de l’utilisation de pointes rigides de découplage.

• Les haut-parleurs : le tweeter type AST (aérostriction)  est constitué d’un diaphragme plissé de 25mm de largeur sur 60mm de hauteur, dont le support en silicone est recouvert d’une très fine pellicule d’aluminium de type avionique extrêmement léger, ce diaphragme est parcouru par une grecque en aluminium et le tout est entouré par deux barreaux néodyme de très forte puissance. Son principe de fonctionnement est celui du transformateur Heil ou AMT mais il a la particularité d’utiliser un diaphragme parfaitement dépourvu de résonance propre. Contrairement à un tweeter à ruban classique qui pousse l’air devant lui, le tweeter à aérostriction pince l’air entre ses plis et l’expulse avec une très grande vélocité, la dynamique est donc beaucoup plus grande (sur les grands écarts de niveau comme sur les toutes petites nuances…).

Le haut-parleur de grave / médium bénéficie d’un cône constitué de 7 couches de fibres de carbone et de PEEK (Polyétheréthercétone). Ce cône reçoit un traitement plasma sur sa surface externe (granuleuse) qui évite la formation d’onde stationnaire de surface. Ce cône allie une grande légèreté avec une bonne rigidité mais surtout un amortissement interne excellent.
Ce cône est animé par une bobine de 37mm sur deux couches de 16mm de longueur sur support en fibre de verre ventilé.
L’entrefer dispose d’une bague de cuivre pur afin de linéariser l’impédance du HP en fin de bande et de diminuer sa distorsion en améliorant la concentration du flux magnétique autour de la bobine.
Son speeder est aéré et possède un profil progressif afin de permettre un déplacement avec une force de rappel constant quel que soit l’amplitude de son déplacement.
Les suspensions en caoutchouc NBR ont un profil optimisé au niveau de leur courbure afin d’obtenir un fractionnement progressif et maximiser l’efficacité du rappel en fonction de la distance de déplacement de l’équipage mobile.
Ces haut-parleurs sont mis en tension comme à notre habitude, grâce à des tiges filetées en inox qui viennent pousser la culasse du HP et sont en tension sur la paroi arrière de l’ébénisterie. Ce principe ramène la référence mécanique du HP au dos de l’enceintes et assure un effort mécanique mieux réparti sur la face avant de l’ébénisterie. Il améliore le fonctionnement transitoire du HP en stabilisant sa référence mécanique. Cela se traduit par un médium dépollué de toutes distorsions liées au micro déplacement du moteur du HP et un régime impulsionnel beaucoup plus véloce et mieux amorti.

• Le filtre : de type passif, celui-ci  a été entièrement revu avec des fréquences de raccordement différentes et les meilleurs composants actuellement disponibles sur le marché, réduits au minimum afin d’obtenir une enceinte facile à alimenter. Le concepteur a fait abstraction de circuit résonnant ni de circuit bouchon. Seuls sont utilisés les composants nécessaires à la réalisation du filtrage de type 6/12/12db/octave.
Ce filtre est constitué de deux cellules distinctes orientée et séparée l’une de l’autre afin d’éviter au maximum l’intermodulation des composants.
Les résistances d’égalisation pour le tweeter sont d’une très grande qualité, elles sont bobinées et ont la particularité d’être entourées d’un tube de cuivre relié à la masse du système (elles comportent donc trois fils, entrée sortie et masse et doivent être orientées dans le sens de passage du signal) l’ensemble est ensuite emprisonné dans une résine inerte. Ce tube de cuivre joue le rôle de blindage (cage de Faraday) et élimine toutes les perturbations électromagnétiques autour du composant qui sont évacuées par la masse du système, mais aussi agit comme un excellent dissipateur thermique.
Une tresse de masse est ensuite rapportée au bornier de raccordement de l’enceinte sur une cinquième borne qu’il suffit alors de relier à la terre de l’installation électrique domestique. Cela permet de complètement drainer toutes la charge électrostatique et électrique et de dépolluer le signal pour une écoute à la fois plus reposante et plus détaillée à la fois.
Le raccordement des enceintes est confié à de bornes ETI permettant le bi-câblage auxquelles s’ajoutent une 5ème borne pour mise à la terre du filtre passif .

ORFÉOGRANDE adopte une configuration en 2,5 voies, les deux haut-parleurs de médium grave travaillant en tandem et en phase en dessous de 200 Hz ou le haut-parleur de grave se raccorde en 6db/octave. Le haut-parleur du haut est dédié au médium/grave et se raccorde à 2200 Hz avec le tweeter et n’est pas filtré dans le grave.

Caractéristiques techniques :

 – Bande passante : 30 Hz à 25 kHz (+ ou – 3db),
– Impédance : 4 Ohms,
– Sensibilité : 91 db / W / m 2.83V,
– Puissance d’utilisation : 90 à 300 Watts (400 Watts en crêtes répétitives),
Distorsion : < à 2% de 200 Hz à 18 kHz à 85db,
– Dimensions : H 118cm x L 24cm x P 33cm (socle : 30/39cm),
– Poids : 45 kg pièce.

Placée juste au-dessus de l’ORFÉO Jubilé, qui reste au catalogue, la nouvelle perle du constructeur Français est commercialisée à 14.800 € la paire.

Lionel Schmitt
(d’après le descriptif du concepteur)

Page du constructeur dédiée :
https://jm-reynaud.com/orfeo-grande.html