Choix des enceintes acoustiques : le rendement

L’édito de Lionel

 

Choix des enceintes acoustiques : le rendement

Lorsque le moment est venu de remplacer les enceintes acoustiques, ou de les choisir au sein d’un nouveau système audio, immanquablement, la question du rendement revient sur le tapis. Il ne faut pas prendre cette donnée technique à la légère d’autant que les enceintes acoustiques proposées depuis le début de la haute fidélité ont des valeurs qui se situent généralement dans une fourchette comprise entre 85 dB et 100 dB. En face, pour les alimenter, il faudra avoir recours à des amplificateurs dont l’alimentation et la puissance devront être adaptées au mieux à ce rendement.

Le rendement est retenu sur les bases d’une valeur mesurée et donnée pour 1 watt à 1 mètre. Il existe des valeurs indicatives permettant de déterminer une puissance minimale pour un rendement donné. Toutefois ces valeurs ne constituent que des valeurs indicatives, qui peuvent varier de façon importante selon qu’il s’agisse d’un amplificateur à tubes ou à transistors.
Pour fixer les idées, généralement le monde audiophile a fixé une norme moyenne, mais toutefois informelle, à 90 dB permettant généralement à un amplificateur à transistors délivrant une puissance moyenne de 2 x 50 watts sous 8 ohms de driver correctement les enceintes acoustiques. Mais il faut avoir à l’esprit que lorsque les enceintes acoustiques ont une impédance moyenne de 4 ohms, on tolère une diminution de la puissance de l’ordre de 15 à 20%.
Certaines études basées sur des mesures ont aussi montré que la puissance nécessaire correspondante à un rendement pouvait être revue à la baisse dans le cas de blocs de puissance fonctionnant en pure Classe A.

Les chiffres publiés ça et là donnent des “fourchettes” finalement assez théoriques, ayant un caractère purement indicatif. Il ne faut toutefois pas totalement dénigrer le rendement, car avec l’évolution du matériel haute fidélité, on voit bien à travers le regain d’intérêt pour les électroniques à tubes, que les puissances restent de loin inférieures à celles de leur équivalents à transistors. Ainsi afin de garantir un fonctionnement et une tenue en puissance optimale, un bon nombre de constructeurs d’enceintes acoustiques ont choisi de relever le défit en proposant des enceintes dite de haut rendement (à partir de 95 dB).

La grande question est de savoir si ces chiffres revêtent une réelle importance, et surtout si le rendement peut avoir une conséquence sur la restitution musicale, notamment si des enceintes de faible rendement son associées à des amplificateurs de faible puissance.
D’une façon générale, une enceinte dite de faible rendement associé à un amplificateur dont la puissance est très éloignée des valeurs requises, demandera une sollicitation accrue des étages d’amplification qui ne se soldera pas toujours par un comportement rigoureux de la tenue en puissance, avec par voie de conséquence une restitution musicale qui souffrira de nombreux ”dérapages” se traduisant par une mauvaise cohérence d’ensemble. Il est donc recommandé d’être attentif à cette notion de rendement lors du choix de vos enceintes.