ROTEL RCD 06 SE

ROTEL RCD 06-SE

Origine : Japon
Bande passante : 20 Hz à 20 kHz
Rapport signal/bruit : > 100 dB
Séparation des canaux : 98 dB
Dynamique :> 96 dB
Distorsion : < 0,0045% à 1 kHz
Conversion : 24 bits – 192 kHz

Rotel r-cd06A une époque où la demande en lecteurs CD de prix abordable est encore bien présente, il m’a semblé intéressant de mettre en lumière le lecteur CD RCD 06-SE, qui, accompagné de son inséparable amplificateur intégré RA 06-SE, ne manque pas d’intérêt. Fort de ses 50 années d’expérience en matière audio, ROTEL n’a jamais cessé de proposer des produits attractifs, tant sur le plan musical, que sur le plan tarifaire. Par ailleurs, malgré mon attachement aux produits plus ambitieux, il faut savoir aussi parfois se mettre à la portée de tous les budgets, en essayant de dénicher des produits simples, bien conçus, et qui proposent une restitution musicale des plus acceptable qui soit. Si, de surcroît, il sont agréables à regarder, alors le plaisir sera total.

Le lecteur RCD 06-SE est une déclinaison du RCD 06 qui a vécu quelques années auparavant, mais offre une présentation très semblable dite « Ligne Basse », et en tout cas agréable à l’oeil, grâce à une grande sobriété et un côté dépouillé qui n’ont rien de critiquables en soi. La façade en aluminium brossé et anodisé ne propose que le minimum de fonctions avec un interrupteur de mise sous tension, le tiroir de chargement du CD, un afficheur de couleur bleue et les 6 touches de fonctions principales. La télécommande permet d’autres choix – notamment de programmations – plus étendues. La mécanique et l’électronique reposent sur un châssis en tôle pliée  »maison » de bonne épaisseur et relativement rigide qui accueille 4 pieds de découplage en caoutchouc destinés à filtrer et écouler les vibrations.
Si le mécanisme classique n’appelle pas de critiques particulières, ROTEL a plutôt mis l’accent sur un nouveau convertisseur 24 bits – 192 kHz, cette fois d’origine Wolfson Référence WM 8740, et revu le « dessin » des circuits de conversion, ainsi que les composants qui gravitent autours de ce convertisseur. Le filtrage a été amélioré avec de nouveaux composants. ROTEL ne s’est pas privé d’optimiser son étage de sortie avec un transformateur toroïdal de bonne capacité et une alimentation qui ne l’est pas moins. Le circuit de sortie est configuré en mode asymétrique.
Au verso, un minimum de connexions sont offertes à l’utilisateur : une base IEC sans masse pour le cordon secteur, deux fiches RCA asymétriques pour la sortie analogique, et une fiche RCA pour la sortie numérique au standard S/PDIF, dorées certes, mais de qualité plutôt basique !

 

ECOUTE

Les tests d’écoutes ont été effectués avec l’amplificateur intégré ROTEL RA 06-SE, les enceintes acoustiques B & W CM7, série 600, et des câbles YBA Glass. Les tests étant effectués avec l’amplificateur ROTEL RA 06-SE, nous retrouverons les mêmes remarques et la même « empreinte » musicale dans le test d’écoute de l’amplificateur (Compte rendu en pages Ecoutes / amplificateurs)

Test N° 1 : Musique Classique – Requiem de Mozart par Herbert Von Karajan

La première remarque qui me vient à l’esprit se traduit pas une excellente sérénité, et une absence de colorations outrancières. Ce lecteur et son amplificateur arborent une musicalité agréable et globalement équilibrée. Je ne parlerais pas de neutralité absolue, car quelques traces de colorations se font parfois sentir, mais n’appellent pas de remarque négatives.
La première observation porte sur la bonne spontanéité que procure ce lecteur CD, qui ne me semble pas avare que cette question, comme en témoigne l’écoute du Requiem de Mozart. Les chœurs s’expriment de manière libre et un sens de l’ouverture caractérisent ce lecteur CD. La montée en puissance de l’orchestre et de ces chœurs ne frustreront pas l’auditeur qui cherche à obtenir des sensations sur ce type de musique.
Le ROTEL CD 06-SE se veut expressif, et l’écoute permet de goûter à une forme de pureté que d’autres lecteurs concurrents ne peuvent satisfaire. Cette pureté s’apprécie à plusieurs niveaux, et particulièrement lorsque la soprane Maria Stader chante en solo. Bien sûr, cette forme d’expression n’est pas à comparer avec des lecteurs CD plus ambitieux et don à fortiori plus onéreux, mais le « contact » avec l’auditeur s’avère de bon aloi.

Un des point fort de ce lecteur, et que l’on retrouvera également lors de l’analyse de l’amplificateur, se traduit par la une capacité à réagir de manière souple et instantanée lors des grands écarts de dynamique ou montée en puissance de l’orchestre, ou encore lorsque les percussions interviennent de façon musclée. Un bon point est à relever sur les nappes de cordes, d’une fort belle finesse avec un côté aérien et lisse, très appréciable. Les timbres m’ont tout l’air d’être bien équilibrés, sans dérapage ou inflexion de tel ou tel registre. Ainsi, on peut s’attendre à musicalité homogène et linéaire en tous points, ce qui aura pour conséquence directe de pouvoir l’associer à d’autres amplificateurs d’origine et de marques différentes, et une palette d’enceintes acoustiques assez large.

Test N° 2 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire – volume 2 

Au travers de quelques extraits de cet album enregistré en public, on pourra se positionner favorablement sur différents critères. Le premier est sans doute la liberté d’expression, qui conjointement à la dynamique, confèrent à ce lecteur ses facultés à se sortir de situations complexes sans défaillir. Sur les charges complexes, la musique ne devient jamais « brouillonne » et l’aspect délié est fort bien perçu. On ne boudera pas son plaisir au côté aéré de la restitution dans son ensemble. Tout au long de l’écoute, l’auditeur n’aura aucun effort à faire pour discerner différents pupitres qui pourraient se mélanger.
Les chœurs s’expriment, ici, à haute et intelligible voix, tandis que les nappes de violons sont clairement « isolées » et donc mises en valeur. Lorsque que le « ton monte », pas d’amalgame entre l’Orchestre National des Pays de Loire, les chœurs, la batterie, la guitare électrique et les percussions. Il est vrai que la scène sonore apparaît comme plus ramassée ou recentrée, si l’on compare ce lecteur à un Atoll CD 100 par exemple, mais encore faut-il effectuer une comparaison immédiate….
On pourra peut-être regretter un léger retrait sur d’infimes détails, plus présents avec d’autres lecteurs CD ou ensembles audio complets plus ambitieux. Je veux dire par là, que le petit tintement du triangle ou le jeu de mandoline demandent une certaine attention et une connaissance parfaite des extraits musicaux pour pouvoir les entendre. Sans être masqués, ces instruments de musique acoustiques ne s’expriment pas de façon aussi claire au premier abord. On pourra aussi éventuellement regretter que le détourage des instruments ou des voix ne soit pas aussi « travaillé » qu’avec d’autres produits, traduisant tout de même un très léger voile sur tout le spectre audible. Cette constatation constitue d’ailleurs un paradoxe dans la mesure, ou le RCD 06 SE file assez haut et décortique assez bien les détails, confirmant une restitution le plus souvent claire et limpide, mais qui ne marque pas sa différence, si l’on parle de transparence dite cristalline. En définitive, je pense que ce lecteur joue avant tout la carte de la douceur.

En ce qui concerne le registre grave, le RCD 06 SE ne fait pas l’objet de remarque négative. Il n’a pas tendance à proposer un bas médium boursouflé ou trop caricatural, et ce bas médium continue sa progression vers le grave sans limites significatives. Ainsi, les interventions de la basse électrique permettent de confirmer une bonne lisibilité, permettant de suivre la partition sans peine, et cette basse descend suffisamment profondément pour procurer une bonne satisfaction, et tout cas sans limites subjectives.
S’agissant de la dynamique, il n’y a pas de mauvaises surprises à la clef. Si l’amplificateur (et c’est le cas) réagit correctement, le lecteur CD n’accusera pas de trace de traînage particulier. Les capacités à réagir sur des charges complexes ont été démontrées à l’écoute du Réquiem de Mozart, pour ne citer que cet extrait.

Test N° 3 : Jazz et Musique Orchestrale  

L’écoute de Doubles Jeux par Laurent Korcia apporte son lot d’émotions. On relève bien sûr ce petit manquement sur certains détails, mais il faut tout de même prendre de la hauteur, compte tenu de la gamme et du prix de l’appareil. Un côté « fruité » et matérialisé permet à ce lecteur de tirer correctement son épingle du jeu. En effet, le jeu de violon de Laurent Korcia est précis, sans bavure, légèrement feutré certes, mais extrêmement savoureux. Les notes de musique s’enchaînent avec facilité, cohérence, et débouchent sur une finesse sur laquelle il convient de mettre l’accent.
L’accompagnement de la contrebasse ne remettra à aucun moment en question le « bon vouloir » de ce lecteur CD, et à favoriser le côté précis de chaque note de musique. Le RCD 06-SE peut aussi marquer sa différence avec d’autres lecteurs CD qui ont tendance parfois à simplifier la restitution, alors que lui, il s’évertue à offrir une variété de timbres étendue qui lui permettent de s’aventurer sur le terrain des produits pleinement musicaux.

La scène sonore est bien organisée, et n’apparaît pas trop confinée, même si l’on aurait apprécié un soupçon d’ampleur supplémentaire. Jai bien apprécié l’aspect structuré de la scène sonore. Sur les extraits Minor Swing et Minor Waltz, il ne fait aucun doute que chaque musicien est à sa place, et la profondeur de scène sonore, ainsi que le positionnement à gauche, au centre, ou à droite, procurent des effets intéressants, pas sensationnels, mais bien répartis tout de même.
Le côté aéré permettra de distinguer quelques petites subtilités, et plus particulièrement le bruit mécanique des touches d’accordéon, ou même les vibratos de la main du violoniste qui plaque les accords sur le manche de l’instrument.
Finalement, le côté vivant et communicatif ne se dément absolument pas, et toute trace de coloration particulière ne permet pas de discréditer ce lecteur plein de bonne volonté, qui revendique au demeurant une forme d’équilibre subjectif satisfaisant.

Conclusion  :

Associé, par exemple, à l’amplificateur intégré RA 06-SE, et des enceintes de bonne référence, les qualités de ce lecteur permettront déjà de procurer de bons moments de plaisir musical. Le respect des timbres, la fluidité, la précision de bon ton, et l’esprit d’ouverture permettront de tutoyer et d’apprécier pleinement la musique à sa juste valeur, sans se poser de question métaphysiques. En valeur absolue, ce lecteur RCD 06-SE a beaucoup d’atouts pour répondre à des audiophiles qui recherchent un lecteur dépourvu d’ennui.

Cotations : Musicalité : une approche intéressante
Appréciation personnelle : plaisante
Rapport musicalité – prix : bon

 

Prix : 600 € (07/2011)

 

Ecoute réalisée par
Lionel.Schmitt