REGA P 5

REGA P 5

Platine Vinyle
Origine : Grande Bretagne
Entraînement : courroie via contre-plateau
Vitesse : 33 – 45 tours / minute
Moteur : synchrone régulé
Plateau : 30 cm en verre
Bras : Rega RB 700
Alimentation : séparée en option

Qu’on le veuille ou non, le regain d’intérêt pour la musique analogique et le disque vinyle en particulier se confirment de plus en plus. Malheureusement, les maisons de disques ne l’entendent pas de la même oreille et la production de disques vinyle s’avère plutôt confidentielle, voir quasi inexistante. Pourtant, les marques spécialisées dans le  » tourne-disque  » continuent d’améliorer leurs produits, et même concevoir de nouveaux modèles. C’est le cas du spécialiste en la matière : REGA qui propose cette année deux nouveaux modèles pour compléter sa gamme déjà bien complète : le modèle P5 et P7. En définitive la P5 est une évolution du modèle P25, qu’elle remplace au demeurant. Quand à la P7, il s’agit d’une version  » simplifiée  » du haut de gamme P9.
Pour l’heure, c’est le modèle P5 qui fait l’objet de l’étude du jour.
Comme le souligne REGA dans son livret de présentation, la P5 a été conçu dans le but d’être efficace, simple d’utilisation, et surtout de reproduire la musique mieux que toute autre platine commercialisée à ce prix. Cela signifie que REGA se passe de TOUTES les fonctionnalités qu’il juge inutiles afin de concentrer son effort sur l’essentiel : un concept qui débouche sur des qualités indispensables à une lecture optimale de nos chères galettes noires. Cela signifie donc que le futur propriétaire de la P5 devra se passer d’arrêt automatique en fin de lecture ou réglage fin de la vitesse par exemple, comme c’est déjà le cas sur toutes les platines REGA et plus généralement les grandes platines de ce monde.

La P5 se présente sous la forme d’un châssis étudié avec soin : le constructeur a opté pour un assemblage de résine et de médite. En périphérie, une finition à base d’aluminium parachève l’ouvrage – l’ensemble étant d’une couleur noire dont l’aspect est pour ma part discutable. Pourtant cette conception particulière permet de s’affranchir des problèmes de vibrations internes dues au moteur et aux vibrations externes ( ondes issues des enceintes acoustiques ). Ce moteur de type synchrone et régulé électroniquement; il est monté de façon fixe sur ce châssis. Dans un soucis de perfection, le constructeur propose en option une alimentation totalement séparée permettant d’optimiser le silence de fonctionnement de sa machine; cet accessoire est hautement commandé par les revendeurs de la marque.
On remarquera que le plateau est en verre : sa rigidité et sa haute densité contribuent de façon hyper efficace à la stabilité de la vitesse, mais également à la séparation entre les informations gravées sur le disques et les bruits extérieurs – garanties d’une musicalité de grande qualité. On notera également que ce plateau reçoit un couvre-plateau en feutre destiné à éliminer l’électricité statique. L’entraînement de ce plateau s’effectue via une courroie et un contre-plateau en matière synthétique. Le changement de vitesse 33 / 45 tours / minute s’opère de manière totalement manuelle par le déplacement de la position de la courroie sur la poulie moteur; mais l’histoire ne dit pas si un gant adéquat est livré avec la platine ( d’autres constructeurs le proposent cependant depuis longtemps).

La P5 est montée avec un tout nouveau bras de référence RB 700, constitué d’un seul bloc d’aluminium et poli, muni d’un contrepoids de très belle facture. L’originalité de ce bras se traduit par l’utilisation d’un axe en acier inoxydable et d’un tube qui, de part sa conception, lui assure une très grande rigidité et une masse particulièrement réduite. Ce bras bénéficie de roulements à billes miniatures durcis dont la précision d’usinage est particulièrement soignée – les conséquences de ce traitement particulier favorisent la réduction résonances parasites.
Un système d’antiskating astucieux permettra de tirer le meilleur parti des réglages à mettre préalablement en oeuvre pour tirer la quintessence de cette platine. Inutile de préciser qu’avec un tel  » équipage « , la P5 pourra accueillir les meilleures cellules MM ou MC du moment. Pour en terminer avec le tour du propriétaire, les fiches de connexion sont d’une qualité suffisante selon le constructeur, on lui fera donc confiance sur ce point. Enfin, la P5 serait livrée avec un capot de protection : délicate attention.

 

 

ECOUTE

Sur le plan musical, la P5 n’y va pas par quatre chemins : musicale, elle l’est sans aucune arrière pensée. Fidèle à la tradition de ses petites et grandes sœurs, mais aussi des amplificateurs et lecteurs CD de la marque, la P5 est une platine qui procure de l’ÉMOTION, de la joie, et de la satisfaction – bref tout ce qu’il faut pour rendre l’audiophile heureux de vivre.
La P5 traduit un message clair, fin et précis, sans toutefois paraître trop brillant : beaucoup de micros détails apparaissent à l’auditeur avec un respect des timbres qui retient l’attention.
On remarquera également que la P5 s’avère très équilibrée dans la mesure où elle ne fait jamais preuve d’agressivité dans le haut du spectre, ni de rondeurs ou boursouflures dans le bas du spectre; avec la P5 c’est la fluidité qui prime : une tradition chez REGA, mais est-il encore utile de le rappeler ?
Sur les orchestrations complexes, on aurait pu craindre une certaine confusion : il n’en est rien, l’ensemble des lignes mélodiques sont reproduites de façon bien distincte avec beaucoup d’air entre les groupes d’instruments – la P5 s’en tire admirablement sur les passages les plus chargés grâce à une bonne lisibilité. Si la P5 fait la part belle aux instruments de musique, elle rend aussi un bel hommage aux interprétations vocales : chaleur et humanité sont au rendez vous – ici c’est l’aspect naturel qui est mis en valeur.
Plus surprenant encore pour une platine vinyle : la scène sonore s’étend dans l’espace avec une belle spontanéité et assure un respect de la scène sonore assez surprenant.
Néanmoins, la P5 fait preuve d’une rigueur et d’une neutralité qui pourrait d’ailleurs déranger certains audiophiles, mais à la longue on sent bien que c’est la P5 qui a raison, au point de rendre certains lecteurs CD actuels complètement obsolètes, voire dépassés ! Aussi, je pense que dans la façon  » d’interprêter  » la musique, La P5 nous permettra non seulement de redécouvrir nos disques vinyles préférés, mais aussi d’apprécier la musique sous un jour nouveau, permettant ainsi à ce modèle d’accéder au rang des produits haut de gamme.

L.S.
Cotations : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : Environ 1175 € / 7705 FF ( 12/2004 )

lionel.schmitt@wanadoo.fr