MB2A TOSCA AT 5

MB2A – TOSCA AT 5

Origine : France
Réalisation : France
Amplificateur intégré à tubes
Puissance sous charge résistive : 2 x 10 watts / 8 ohms (classe A)
Puissance sous charge inductive : 2 x 24 watts / 8 ohms (classe A)
Sensibilité: 200 mV
Bande passante : 10 Hz à 30kHz
Distorsion : non spécifiée
Rapport signal / bruit : 79 dB linéaire et près de 99 dB pondéré A
4 entrées haut niveau RCA

MB2A AT5

MB2A et TOSCA sont deux noms qui sont rarement évoqués de la presse spécialisée, et c’est un tort ! La société MB2A réalise depuis quelques années électroniques et enceintes de la marque TOSCA avec une passion qui se dément pas. Loin des modes et des standards d’origine Chinoise, les électroniques TOSCA revêtent un intérêt particulier, et les premiers tests effectués sur les amplificateurs intégrés AT 3 et AT3 + sur cette même page, montrent un savoir faire incontestable et une maîtrise absolue de la technologie à tubes.

En cette fin d’année 2012, j’ai souhaité refaire une série d’écoute prolongée – à domicile cette fois – avec la dernière mouture de l’amplificateur AT 5. Pour ce test, le constructeur m’a confié la version initiale de l’AT 5 en version 2 x 10 watts sous 8 ohms. A la demande du client, d’autres versions prévues au catalogue, pourront être livrées selon les déclinaisons proposées sur le site http://www.mb2a.com/ (versions 10W et 20W, version Signature).

L’amplificateur TOSCA fait partie de ces électroniques qui sortent des sentiers battus, en ce sens qu’elles sont réalisées entièrement à la main, mis au point à l’écoute, avec une sélection drastique des composants électroniques : une fabrication artisanale au sens noble du terme. Par ailleurs, on voit bien que cette électronique est faîte pour durer, si l’on en juge par la qualité des composants embarqués, la construction massive et le poids de l’appareil : 42 kg.

La présentation est sobre : la façade avant ne comporte qu’un unique potentiomètre d’atténuation et un sélecteur pour quatre sources au niveau. Entre les deux, le logo lumineux de la marque indique que l’appareil est sous tension. Un petit œillet permet de recevoir les instructions de la télécommande de réglage de gain (volume sonore). Pas d’autres réglages ou possibilités ne sont prévus; simplicité oblige.

At5 verso

Le verso de l’AT 5 est tout aussi dépouillé : quatre entrées au seul standard fiches RCA argent, boulonnées directement sur le châssis, permettront d’accueillir des sources haut niveau. Le concepteur n’a pas prévu de sortie enregistreur, ou de sortie pour amplificateur casque. En revanche, j’ai été séduit par la qualité des quatre bornes HP d’origine WBT NexGen en argent qui accueilleront des fiches bananes, fourches, et fil nu. Là où l’AT 5 se distingue, c’est au niveau de l’interrupteur de mise sous tension : celui-ci est à deux positions : phase et phase secteur inversée.

Toute l’électronique est implantée au sein d’un châssis ultra rigide réalisé en plaques d’aluminium de forte épaisseur pour une stabilité parfaite et une immunité contre toute forme de vibration interne ou externe. Le découplage s’effectue via 3 pieds coniques.

Sur le plan électronique, MB2A a choisi la simplicité, pour une meilleure efficacité : le schéma repose sur le principe de la mono-triode simple étage pure Classe A. Les composants sont reliés entre eux selon le mode  »câblage en l’air » (sans circuit imprimé) point par point. Les constructeurs qui utilisent ce principe ont démontré des capacités parasites réduites, une résistance des contacts plus faible, un couplage magnétique minimal entre les différents conducteurs, une compacité du trajet du signal, une absence de l’effet « mémoire » parasite des circuits imprimés.

at5 tubesLes composants ont été choisis avec soin : l’étage de puissance fait appel à deux tubes 300 B d’origine Electro-Harmonix, précédés de deux tubes 6SL7 pour l’étage d’entrée, et deux 6C19 pour l’étage driver. L’alimentation gigantesque intègre des transformateurs d’alimentation et de sortie en tôle à grains orientés « Ei », très largement dimensionnés. De plus, son schéma spécifique procure une musicalité et une capacité dynamique hors du commun sur la totalité de la bande passante. Les condensateurs d’alimentation sont des modèles chimiques JJ TC, et ceux destinés au découplage sont des modèles Elna Silmic.
Pour les essais à domicile, le constructeur a eu la gentillesse de mettre également à ma disposition une paire de tubes 300 B d’origine Sophia.
Grâce à un circuit « Tube Monitor » propre à Tosca, la polarisation des tubes de puissance s’ajuste automatiquement. Il est ainsi possible d’utiliser des tubes de différentes marques sans avoir à régler les tensions de polarisation. Et une nouveauté qui ravira plus d’un utilisateur : une discrète diode rouge s’allume lorsque le tube arrive en fin de vie.

Je remercie le constructeur qui a mis à ma disposition cet amplificateur ainsi que le câble secteur PW-1000. Ce câble développé et assemblé par le constructeur est un câble en fils de cuivre argentés, isolation PTFE, avec prise secteur FURUTECH, contacts en cuivre / bronze plaqué or 24k, corps en fibre de verre et polycarbonate et gaine tressée en matériau synthétique neutre électriquement.

ECOUTE

La série de tests d’écoutes, d’une durée d’environ 30 heures, a été effectuée avec un lecteur CD YBA Classic Player 3 enceintes acoustiques PEL Kantor, câbles modulation VAN DEN HUL 3T Rock, VAN DEN HUL The Orchid et ESPRIT Kappa, câbles HP VAN DEN HUL The AIR et ESPRIT Kappa.

En préambule, je précise que, selon l’origine des tubes 300 B (Electro-Harmonix ou Sophia), la nature des timbres peut prendre des teintes assez différentes, mais les qualités décrites ci-après sont en tous points scrupuleusement respectées.

Transparence

  • La Stravaganza – 12 Concertos de Vivaldi par Rachel Podger

C’est un véritable plaisir de redécouvrir ces douze concertos d’Antonio Vivaldi, dont l’aspect enjoué ne peut être ici pris en défaut. Les violons sont reproduits de manière ultra précise, avec un filé de premier ordre et une couleur naturelle saisissante. Ce n’est pas la  »saveur particulière » qui a retenu mon attention, mais davantage une forme de justesse qui traduit l’aspect particulièrement naturel qui en émane.
Aucune raideur, ou aucune forme d’agressivité ne sont à relever. Les violons sont restitués avec cette légère forme de rondeur ou de douceur propres à certaines électroniques à tubes. Sur ce point, le TOSCA AT 5 n’en fait pas trop, et on peut facilement attester de l’infime respect vis à vis de la texture sonore des instruments de musique. Avec ce CD mélodieux, j’aurais tendance à évoquer une musicalité onctueuse. Il convient de souligner que l’aspect satiné des timbres a pour seul objet de  »caresser le sens de la perception », et finalement inviter l’auditeur à écouter la musique, plutôt que lui imposer un style particulier.

  • Double jeux par Laurent Korcia

Evidemment, quelque soit l’origine des tubes, on est face à une restitution musicale d’une transparence assez déconcertante, et n’ayons pas peur des mots : tout simplement exceptionnelle ! Quel plaisir d’écouter « Minor Waltz » et ce violon qui semble « pleurer », et duquel il émane une sorte de nostalgie à vous faire frissonner. Le contact et la vibration des doigts de Laurent Korcia plaquant chaque note sur le manche de son violon est clairement perceptible, même à faible niveau d’écoute.
L’excellente prise de son permet aussi de ressentir l’état d’esprit qui règne dans le studio d’enregistrement, lors de la prise de son, et le bel effort de concentration du musicien. Les quelques notes d’accordéon qui viennent ponctuer la partition se matérialisent par une série de petits bruits mécaniques qui me permettent de dire que cet amplificateur va jusqu’au fond des choses lorsqu’il s’agit de parler d’analyse. Ainsi l’AT 5 confirme ses propensions à mettre en œuvre une forme de transparence qui lève le voile sur tous les détails. Sans être hyper analytique, l’AT 5 ne rechigne pas à montrer la face cachée d’un enregistrement bien réalisé.

Fluidité et précision

  • Valéria par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida

La fluidité est également l’un des points fort de cette version de l’AT 5. Que se soit sur les notes de piano, le jeu de vibraphone, ou celui de la contrebasse, les phrases musicales s’enchaînent sans un accroc et avec facilité. La douceur générale qui prédomine incarne sans aucun doute cette fluidité qui permet de déguster un extrait musical sans crainte de voir un instrument déraper ou laisser passer une once de distorsion … Le vibraphone et ses multiples variations nous offre une musicalité très documentée, à la fois précise et fluide, justifiée, entre autres, par le choix des tubes 300B. Cette précision ne génère à aucun moment une quelconque forme de crispation ou d’agressivité; bien au contraire, l’auditeur a l’impression, en permanence, de pouvoir cerner ou suivre chaque instrument de musique ou chaque voix, avec un détourage parfait et réaliste.

3° Scène sonore

  • La Folie du Roi Georges de Haendel par le London Philarmonic Orchestra

Sur le chapitre qui consiste à observer le comportement de l’amplificateur , l’AT 5 est plutôt bien placé, surtout si l’on considère le rendement moyen des enceintes acoustiques utilisées. La scène sonore prend une dimension correcte, et la musique plonge facilement l’auditeur au sein d’une orchestration plutôt généreuse. La scène sonore se déploie de manière spontanée et majestueuse au fur et à mesure de la montée en puissance de l’orchestre. La scène sonore n’est pas focalisée sur chaque enceinte et il se passe aussi « des choses entre les enceintes acoustiques ». Le côté libre, aérien et délié que l’on relève en particulier au niveau des cordes et des chœurs est très convainquant. En revanche, si l’on espère trouver un aspect hyper holographique dont font preuve d’autres électroniques, notamment à transistors, ce n’est pas cette caractéristique qu’ont cherché à mettre en œuvre les concepteurs de cet amplificateur.
L’AT 5 ne cherche pas à aller vers les extrêmes, il se contente à proposer une musicalité la plus proche possible de ce que l’on pourrait percevoir au sein d’une salle de concert ou d’une studio d’enregistrement.

  • Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach – Arrangement Léopold Stokowski

La structure de la scène sonore permet de bien cerner chaque plan, et cela a été vérifié sur cet extrait (édition Decca – phase 4). Chaque groupe d’instrument est positionné dans l’espace avec un agencement soigné, et structuré. La profondeur de scène sonore permet de faire la différence entre les instruments de premier et de second plan, et les différents pupitres. L’AT 5 propose un relief sonore très agréable, et il se garde bien de tout effet de manche : son objectif n’est pas d’en mettre plein la vue ou plein les oreilles à l’auditeur, et c’est toujours le respect de l’enregistrement qui prédomine.

Dynamique – réactivité – rigueur

  • Valéria par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida

Loin d’être l’amplificateur le plus dynamique du moment, l’AT 5 ne souffre pas d’une forme de traînage quelconque. Ses capacités à réagir vite, bien, et très proprement lui donnent une certaine assurance. L’AT 5  »donne dans le respect », et n’a pas pour vocation d’être démonstratif – je dirais même qu’il s’agit d’une qualité. A l’inverse, on ne peut pas non plus signifier qu’il fasse preuve de retenue ou de timidité. Les attaques de piano sont franches, bien définies, et elles ont un poids qui induit une belle maîtrise des grands écarts de dynamique. La contrebasse réagit au quart de tour, et chaque note est appréhendée avec un soin extrême et une remarquable lisibilité. Le jeu de vibraphone, généralement très compliqué à  »gérer » indique que l’AT 5 est imperturbable sur le plan de la rigueur. Les nombreuses teintes de l’instrument correspondent à des notes de musiques très contrastées et nuancées, qui sont reproduites ici avec une célérité et une remarquable maîtrise.

J’ai également noté que la gestion des charges complexes était bien maîtrisée. Par ailleurs, j’ai pu observer une excellente assise dans le bas du spectre, tant sur le jeu de contrebasse, que sur les notes de piano. En définitive, l’ AT 5 est très  » stable « , voire imperturbable, même si on le sollicite un peu plus que de raison.

  • Requiem de Mozart par Herbert von Karajan

Quelle présence et quelle détermination émanent de cette écoute du Requiem de Mozart. Les chœurs resplendissent avec une prestance autour de l’orchestre mené d’une main de maître par Karajan. L’écoute très naturelle n’accuse aucune contrainte, aucune forme de tassement. La montée en puissance de l’orchestre et des chœurs s’effectuent avec une belle facilité, laquelle démontre que cet amplificateur réagit bien aux grands écarts de dynamique, et ce, en dépit de la faible puissance d’une part, et du rendement moyen des enceintes acoustiques, d’autre part. D’une manière générale, l’AT 5 contrôle totalement la situation : il s’affranchit de toute forme de difficulté lorsqu’il s’agit de confronter une masse orchestrale substantielle à des vocaux expressifs. Les percussions qui s’invitent à la partition et donnent un sentiment de puissance et d’énergie d’une excellente capacité, et sans doute sans réelle limites subjectives. L’enchaînement des phrases musicales s’opère avec rigueur, avec cette superbe fluidité qui constitue l’un des points forts de cet amplificateur intégré.

5° Communication avec l’auditeur

  • Chambre avec vue par Henri Salvador

Pour ce qui relève de la communication avec l’auditeur, il n’y a rien à redire : comme cela avait été le cas pour l’AT 3, l’AT 5 a ce pouvoir que seuls les meilleurs amplificateurs ont, et qui est de faire vibrer l’auditeur. On n’imagine pas à quel point, il est excitant de se retrouver avec l’interprète lui-même dans une pièce d’écoute. Oui, l’AT 5 a un formidable pouvoir de persuasion lorsqu’il s’agit d’exprimer le tempérament, la conviction, ou l’état d’esprit d’un interprète pendant la séance d’enregistrement. Certes, l’aspect suave de la voix d’Henri Salvador se trouve renforcé par les « touches » de chaleur qui caractérise cet amplificateur, mais l’AT 5 fait plus encore : il donne du corps à l’interprétation et si j’osais – j’ose – : une « âme »…

  • Misa Criolla – Kyrie d’Ariel Ramirez par José Luis Ocejo

Ce Kyrie apparaît ici comme tout simplement  »divin ». Cet amplificateur intégré a tous les pouvoirs pour exercer sur l’auditeur une sortie d’emprise qui l’emmèneront vers des sommets en matière d’émotion. A l’écoute du Kyrie, l’expression singulière des interprètes est si marquée, si naturelle, qu’un frisson de bonheur vient soudain vous chatouiller la moelle épinière – une impression très agréable qui montre bien le degré d’émotion dont est capable cet amplificateur.

Une forme de passion et de conviction de la part du soliste et de l’ensemble vocal qui l’accompagne traduisent une ambiance musicale qui respire et s’exprime de façon totalement libre. La respiration que reprennent les choristes entre chaque phrase, l’articulation de chaque mot, plongeront réellement l’auditeur au cœur d’un lieu de culte d’un réalisme étonnant, voir même singulier.

  • Sonate Kk 87 de Scarlatti – interprétée au piano par Mikhaïl Pletnev

Cette œuvre de Scarlatti interprétée au seul piano par Mikhaïl Pletnev en dit déjà long sur les capacités d’expression qu’est capable de faire partager l’AT 5 avec son auditoire. Non seulement, chaque de note de musique est restituée avec grâce et légèreté, mais il y a quelque chose de réellement très insolite qui se dégage de cette écoute, quelque chose qui transforme une simple audition en sorte de  »communion » avec l’interprète et son instrument. Les notes de piano s’égrènent avec une majestuosité et une élégance tout à fait prenantes. Le respect des timbres convie l’auditeur à une sorte de dévotion musicale.

Conclusion :

Loin des standards à tubes très en vogue en ce moment, le TOSCA AT 5 n’a pas d’autre ambition que celle de vous faire partager simplement la musique; la Musique avec un grand  » M  ». Très à l’aise sur des styles classiques, lyriques, ou à base d’instruments acoustiques, cet amplificateur vous fera partager de grands instants de bonheur musical. Il ne faut pas en déduire que l’AT 5 a été conçu pour la seule musique classique : il a aussi démontré son incroyable potentiel sur d’autres registres dont le jazz.

Pour tirer pleinement profit de son potentiel, il sera de bon ton de l’associer à des enceintes de rendement élevé pour une grande pièce d’écoute. Toutefois, l’AT 5 est à son aise avec des enceintes de rendement moyen (90 dB mini) dans une petite pièce d’écoute. Le constructeur de préciser, que la version 2 x 20 watts sous 8 ohms est vraiment prévue pour des pièces de grande dimension et des enceintes difficiles. Le côté chaleureux, complété d’une très belle transparence, permettent de déguster des œuvres musicales de grandes qualité.

Cotations : Musicalité : du Grand Art
Appréciation personnelle : saisissant
Rapport musicalité / prix : très bon

 

Prix : 7950 € (01/2013)

 

Ecoute réalisée par
Lionel Schmitt