ESPRIT AUDIO ETERNA

ESPRIT AUDIO ETERNA

Câble HP

Esprit Eterna hp

Comme le signifie à juste titre le concepteur des câbles ESPRIT,  » la gamme Eterna conduit à reconsidérer toute sa discothèque « . De plus, cette gamme évolue de façon régulière et c’est cette ultime version (millésime 2013) qui fait l’objet de cette présentation.

Les Eterna HP bénéficient d’un schéma de type symétrique qui élimine toute forme de résonnances. Le concepteur met ici en oeuvre une structure multi-brins (1060 pour être précis) en cuivre pur à cristaux longs. Le blindage progressif sur air à couverture optique 100% a été renforcé. Une quadruple isolation, ainsi que l’utilisation d’un matériau amortissant spécial, sont les garants d’une immunité contre toute forme de perturbation diverses et variées. Comme sur les modèles précédents, la soudure est d’origine WBT, et la diélectrique est polarisée par un système de piles au lithium.
Mais, la grande nouveauté est sans aucun doute la conception de fiches banane en cuivre pur plaqué avec 40 microns d’argent !

Conditions d’écoute :

Ce câble a été utilisé dans le cadre du test de l’amplificateur AUDIOMAT Aria, du Drive AUDIOMAT D1 et Convertisseur AUDIOMAT Maestro2, et a accompagné pendant de longues semaines la Ligne 3 Classic Delta YBA, en reliant ces électroniques aux enceintes PEL Kantor (avec Rendistors). 


CD test  : Chambre avec vue par Henri Salvador – Jardin d’hiver, La Folia par Gregorio Panagua, Double jeu par Laurent Korcia – Minor Waltz, Valéria par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida …

Si je me réfère aux électroniques AUDIOMAT et YBA ainsi qu’aux enceintes acoustiques utilisées, ma première remarque portera sur l’aspect neutre et droit en terme de comportement général. Pas de colorations intempestives, voir déplacées ne viennent bousculer l’expression. La voix d’Henri Salvador « s’annonce » de façon claire, déliée, et particulièrement suave au sein de la scène sonore, avec un timbre très naturel et un véritable sens de l’expression. Le tandem AUDIOMAT / PEL ou YBA / PEL se traduit par une redoutable élégance.

Avec « Valéria  » interprété par le Modern Jazz Quartet, ce câble m’aura permis de juger du formidable potentiel dont est capable l’amplificateur AUDIOMAT Aria : une fois n’est pas coutume, le grave de la contrebasse confirme une assise, une stabilité et une lisibilité de l’instrument peu communes – l’Aria descend très vraiment bas dans le grave -, et le câble Eterna suit sans fléchir ! La même remarque peut être formulée si l’on parle du registre aigu : le jeu de cymbales est d’une précision impeccable et d’une finesse fabuleuse. Le vibraphone est « digéré » avec un éventail de couleurs tonales réellement très large, sans aucune forme d’agressivité ou de distorsion; ceci m’amène à mettre l’accent sur la fluidité, la douceur, et un équilibre général rarement rencontrés jusqu’ici.

 » Double jeu  » de Laurent Korcia se manifeste par une écoute riche, mettant l’accent sur la transparence, le sens du détail, au travers d’une écoute empreinte d’une sublime émotion. L’Eterna se focalise sur l’essentiel : le détourage précis de chaque instrument de musique. Aucune acidité n’est à relever, c’est au contraire la pureté du violon et son aspect aérien qui prédominent et qui sont les vecteurs d’une musique vivante.

Sur  » La Folia  » par Gregorio Panagua, l’Eterna marque des points par rapport à bien des références du moment. Dès la première approche, on a tendance à croire que ce câble a été conçu pour explorer chaque instrument de musique, chaque variation de l’ensemble musical; sa vocation va bien au delà de ses simples considérations, car l’Eterna contribue à libérer le système audio de toutes formes de contrainte. L’aspect tri-dimensionnel de la scène sonore en est un exemple fort. Les timbres prennent des couleurs multiples, la matérialisation de chaque note et le grain de chaque instrument sont proposés avec une grande distinction, comme on peut s’en rendre compte, par exemple, au niveau du jeu de clavecin.

Une fois encore, le concepteur de câbles ESPRIT nous confirme que ses câbles sont d’une neutralité rarement rencontrée – l’Eterna en est la preuve – puisqu’ils laissent s’exprimer les produits qu’ils ont pour mission de relier entre eux, sans y apporter de « corrections » ou de traits de caractère visant à modifier la texture du message musical. Le prix est élevé, mais les prestations le sont également : ce câble est destiné aux systèmes audio de haut et très haut de gamme.

Le respect du sens de branchement est hautement recommandé.

 

cotation : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : 2250 €   le jeu de 2 x 3m

Tests d’écoutes réalisés par
Lionel Schmitt