Entretien de base sur un QUAD 33

Chap.2

Entretien de base sur un QUAD 33

Le préamplificateur QUAD 33 fut au départ le compagnon de l’amplificateur QUAD 303. Ce dernier, d’une puissance de 2*45 w, était doté d’une solide alimentation et de bonnes protections qui lui permettaient de s’accommoder de charges nécessitant de forts courants, ou descendant très bas en impédance comme les panneaux électrostatiques (QUAD ou autres).

Par la suite, il fut associé au QUAD 405 lorsque celui-ci apparut sur le marché (1975). D’une puissance nominale de 2*100 w (112 w dans les basses, 108 w dans les aigus), le 405 était plus universel que le 303. En effet, on reprochait quelquefois au 303 un écrêtage un peu trop franc à la puissance nominale (limitation en tension pour éviter un claquage des électrostatiques QUAD de l’époque).
(Il est à noter que le 405 pouvait avoir lui aussi sa puissance limitée à 2*50 w par l’insertion de 2 résistances dans son circuit, afin de piloter les anciens panneaux QUAD sans danger de claquage).

Revenons au préampli QUAD 33 …

Bien que tout à fait « vintage » (le premier modèle date de 1967), il peut encore faire de la bonne musique s’il a été conservé dans de bonnes conditions (température et humidité modérées, et fonctionnant régulièrement).

Sa construction est très robuste et professionnelle, avec plusieurs cartes enfichables pour faciliter la maintenance. Pour régler les niveaux d’entrée et de sortie enregistrement, des petites vis peuvent de positionner à différents niveaux sur la carte d’entrée-sortie ligne.

Les connecteurs de ces différentes cartes enfichables sont dorés, mais peuvent s’oxyder légèrement à la longue, ceci ayant quelque influence sur le rendu sonore, l’image stéréo et l’équilibre droite-gauche.

Il m’a semblé, très subjectivement, alors que je les nettoyais au bout plusieurs années d’utilisation, que le son qui semblait un peu dur, sur certains choeurs par exemple, devenait à la fois plus doux et plus fin, avec des aigus moins percutants mais plus réalistes.

 


 

Quelques photos illustrant ce nettoyage de base,
à faire au moins une fois tous les deux ou trois ans.

Les entrées Ligne (Tape, Radio 1, Radio 2) transitent par des cartes enfichables :

 

Il est utile de temps en temps de nettoyer les contacts dorés. Si cela n’a jamais été fait, le son est plus dur et manque de finesse.

 


 

Les deux cartes enfichables par l’arrière

Ci-dessous, la face inférieure des cartes, portant les connecteurs dorés à nettoyer (produit genre Miror ou équivalent) :
A droite, la carte phono 4 faces (choix des caractéristiques de charge), à gauche la carte de réglage de sensibilité entrée-sortie magnétophone.

 

Carte TAPE
Carte PHONO

 

La carte phono

Cette carte (à droite ci-dessus) présente 4 faces dont 3 seulement sont câblées.

La dernière est laissée libre pour utiliser toute cellule « exotique » sur ce préampli, ou pour ajuster parfaitement le préampli à une cellule, en soudant les composants adéquats.

Les deux premières faces sont prévues pour une cellule magnétique MM, la troisième pour une cellule céramique (cellule haut niveau, n’utilisant pas le préampli phono. Ce type est abandonné en hifi depuis le courant des années 70)

Rappel des caractéristiques des 3 faces équipées :

Appellation
Cellule recommandée
Impédance de charge pour la cellule
Niveau d’entrée pour
0.5 Veff
en sortie du préampli
(niveau de sortie nominal du Quad 33)
Niveau d’entrée maximal
avant saturation
Rapport S/B pondéré
M1
MM faible niveau
0.2-1 mV/cm/S
68 KOhms
2 mV à 1 KHz
40 mV à 1 kHz
70 dB
M2
MM haut niveau
0.7- 3 mV/cm/S
68 KOhms
5.6 mV à 1 KHz
120 mV à 1 kHz
80 dB
C1
Cellule céramique
450-900 pF
25 – 80 mV/cm/S
« Spéciale »
100 mV à 1 KHz
1,2 V à 1 kHz
S
(Pour utilisations spéciales)

 

La carte Tape

Cette carte comporte (voir ci-dessous) des petites vis qui permettent de régler :

la sensibilité de l’entrée Tape du Quad 33 [notée Replay] (3 trous en haut sur la carte ci-dessous),
et
le niveau de sortie vers l’enregistreur [notée Record] (3 trous en bas de la carte).

On peut très bien connecter un lecteur CD à l’entrée Tape du QUAD 33. C’est d’ailleurs là qu’il faut le brancher …

Pour la meilleure qualité sonore, on peut dans la plupart des cas régler l’entrée du 33 ( notée : Replay ) au niveau L (Low = grande sensibilité) ; Subjectivement, plus d’impact et bande passante plus étendue.
Mais on risque la saturation sur les « Forte » avec certaines sources de très haut niveau de sortie. (Cependant pas de problème audible avec la plupart des lecteurs CD actuels).

Par exemple sur l’image ci-dessous :

– L’entrée du préampli, notée Replay, a sa vis de réglage sur Low : le préampli est adapté à une source de niveau de sortie pas trop élevé (à l’époque, la sortie d’un magnétophone aux normes DIN par exemple ; à l’heure actuelle, la plupart des CD ).
– La sortie du préampli vers un enregistreur est réglée sur High : le niveau de sortie envoyé à l’enregistreur est élevé (meilleur rapport S/B)

Il faut nettoyer (Miror ou équivalent) les 4 vis et le pas de vis où elles se fixent, et bien faire briller …

 

Un détail des vis du haut (ici la sensibilité de l’entrée Tape du Quad 33 est réglée sur « Low », source à niveau de sortie modéré ) :

 

 


 

Les cartes enfichables intérieures

Enlevons maintenant les deux vis à l’arrière du boîtier, ce qui permet de faire coulisser le capot et apparaître l’intérieur :

 

Il y a d’autres cartes enfichables, dont il faut avoir nettoyé les connecteurs au moins une fois (ils ne s’oxydent que très lentement)

D’abord, les deux cartes des correcteurs de tonalité et des filtres passe-bas, sur la droite de l’image :


Ces correcteurs de tonalité ne servent pas si on les saute en enfonçant la touche « Cancel » en façade ; mais tant qu’on y est, il est rapide de nettoyer les contacts … cela peut servir un jour.

 

Ensuite la correction RIAA (égalisation de l’entrée phono, notée « Disc »), sur la gauche de l’image :

Et voilà ! C’est tout !

On ne comparera certes pas le QUAD 33 de 1977 (ci-dessus) au haut de gamme actuel, mais grâce à ce petit entretien (et à de bonnes conditions de stockage), ce préampli, à la restitution neutre et équilibrée, peut rendre encore de grands services !
On peut également ajouter à ses qualités sa clarté de restitution et sa transparence très correcte, même maintenant.

J’ajouterai à cela la remarquable qualité subjective de l’entrée phono : le grand naturel de la restitution des vinyles surprend encore malgré les progrès techniques qui ont été réalisés depuis. Peter Walker avait parfaitement optimisé son préamplificateur pour cet usage !


 


Que pourra-t-on lui reprocher ?

Le temps a passé … et on peut trouver sa restitution des CD moins chaleureuse et « humaine » que certaines machines de moyen-haut de gamme actuel.

Les prises DIN à l’arrière sont peu employées de nos jours (nécessité d’utiliser des adaptateurs RCA-DIN : voir photo du haut).

Il y a peu d’entrées :

– 1 phono (3 sensibilités + une position personnalisable en résistance et en capacité par ajout de composants)

– 2 « radios » (ligne haute sensibilité)

– 1 Tape In / Out, notée « Tape Record » bien qu’il s’agisse d’une entrée-sortie (Replay-Record) ; 3 niveaux de sensibilité pour l’entrée et 3 niveaux pour la sortie enregistrement.


Une autre entrée est notée « Tape replay » mais il vaut mieux ne pas s’en servir, car le branchement d’un appareil (même éteint) affaiblit le niveau de restitution de celui qui est branché à l’entrée « Tape record »…

Yves Ursch
01/2009