DIPTYQUE dP 77 et dP 140

DIPTYQUE AUDIO dP 77

Origine : France
Panneaux isodynamiques
Sensibilité : 84 db pour 1 Watt à 1 mètre
Impédance : 6 ohms

DIPTYQUE AUDIO dP 140

Origine : France
Panneaux isodynamiques
Sensibilité : 86 db pour 1W à 1m
Impédance : 8 ohms

 

C’est en 2014 que l’on commence à remarquer l’arrivée d’un nouveau concepteur / constructeur français : Diptyque Audio. Un de plus ?, me direz vous. Et pourtant…. cette « jeune entreprise » mise alors sur un concept unique de haut-parleurs plans, né de la rencontre de deux hommes passionnés par l’acoustique : Gilles Douziech et Eric Poix. Cependant, le projet remonte à bien plus longtemps, et pour être précis à 2001.

A partir d’un premier prototype réalisé en 2001 dans le cadre d’une exposition d’art contemporain, les deux concepteurs ont réalisé de nombreuses expériences, sur les matériaux, les formes, les composants, les procédés de montage, pour mettre au point un haut-parleur haute fidélité au service de l’émotion musicale.

La philosophie repose alors sur 3 axes :

Une passion partagée : entre des musiciens, luthiers, architectes d’intérieur, créateurs sonores, musicothérapeutes pour des ateliers d’enregistrement et d’écoute, etc …

Une réalisation française : Les haut-parleurs sont intégralement fabriqués dans les ateliers situés à Montauban (82). Toute la chaine de production est alors maîtrisée, du fraisage par commande numérique, à l’emboutissage, en passant par la soudure des éléments métalliques, la réalisation des membranes et des circuits. Le thermo laquage est sous-traité localement.

Une fabrication artisanale : tel des luthiers, l’assemblage de chaque élément est effectué à la main, car il nécessite une grande minutie et un savoir faire unique pour garantir une qualité irréprochable. En fin de fabrication, chaque haut-parleur fait l’objet de mesures acoustiques et d’une écoute test, afin de garantir sa musicalité.

Le concept unique permet une diffusion sonore d’une très grande qualité sur ses deux faces. De plus il offre une multitude de possibilités dans sa forme, ses adaptations, avec un habillage textile adapté et personnalisé à la demande (détails sur le site du concepteur).

A titre informatif, le tweeter de la dP 77 est fabriqué à partir d’une membrane mylar de 12µm et de rubans conducteurs en aluminium. Le champ magnétique extrêmement puissant est réalisé avec des aimants Néodyme.
Ce tweeter de grande taille est capable de couvrir une large bande passante, du haut-médium à l’extrême aiguë, donnant une richesse harmonique et une douceur unique aux voix et aux instruments reproduits par les diptyques.

La membrane grave médium a une surface de 0.132 m² (équivalent à un haut-parleur de diamètre 41cm). Elle se compose d’un film mylar d’épaisseur 12µm et de rubans conducteurs en aluminium. La technologie exclusive « PPBM » permet à cette membrane d’être immergée dans un champ magnétique très intense et parfaitement homogène lors des déplacements de celle ci.
Ce procédé unique, l’extrême légèreté et la parfaite maîtrise de la tension de la membrane, permet d’obtenir une tenue exceptionnelle dans les régimes transitoires, donnant à la musique toute sa vie, sa spontanéité.

« L’espace » Son & Technique sis à Toulon s’est essayé à une expérience inédite en associant ces deux enceintes acoustiques à des électroniques de référence. La synthèse de cette expérience concentre à la fois de ressenti du « maître des lieux » et les réflexions de divers audiophiles qui ont participé à « l’exercice ». Il me paraissait alors incontournable de partager avec vous les moment clefs de cette série d’écoutes par le biais de ce compte rendu.

Lionel Schmitt

ECOUTE  et  IMPRESSIONS :

Les tests d’écoutes ont été effectués en auditorium avec le matériel suivant : lecteurs YBA Héritage CD 100 et Genesis CD 4, amplificateurs intégrés YBA Héritage A 100 et Genesis IA 3, câbles de modulation et HP ESPRIT Celesta et Eterna.

• Les panneaux dP 77 apportent, pour une mise de fond raisonnable une  ouverture sonore et une transparence inégalable. La série YBA Héritage, un poil plus « ronde » que la série Genesis, aidée par les câbles Celesta, procure une restitution à la fois très transparente et aussi plus « intimiste », toutes proportions gardées, que le système supérieur. Peut-être plus adapté à des pièces modestes (~ 18 m2 dans mon petit salon d’écoute elles ont la faculté d’aérer le message en conservant une précision extrême des plans sonores, et surtout une linéarité de toute la bande de fréquences, du plus grave à l’extrême aigu, quelque soit le niveau sonore. Du fait de la très grande légèreté de la membrane, et du contrôle rigoureux du plus petit de ses déplacements, la dynamique est totalement conservée même à très faible niveau. Ce système, bien  « qu’entrée de gamme » est, à mon avis capable de donner du fil à retordre à bien des hauts de gamme, à condition d’adhérer à sa proposition  sonore, c’est-à-dire accepter de renoncer temporairement à des années de  « conditionnement » involontaire à un son plus refermé. Peut-être la meilleure expression de la neutralité musicale ?

• Lorsque l’on passe au système dP 140, YBA Genesis, Esprit Eterna, le choc est encore plus violent. A toutes les qualités du système précédent, il ajoute un progrès dans tous les domaines. Plus de transparence encore, plus de grave, plus d’ampleur. On se prend à ressortir tous les
enregistrements qu’on connait par coeur pour les redécouvrir. Je suis passé sans transition de Léonard Cohen à Frédéric Chopin, de Bernard Lavilliers à Karajan, d’Ahmad Jamal à Diana Krall, bref, de quatuors classiques à une série de concerts live, en passant par les enregistrements studios, sans que le  système ne montre la moindre limite. La restitution est fidèle à la gravure. Chacune des trois marques a sa part de responsabilité dans cet  exceptionnel résultat. Comme quoi, trois marques qui privilégient la musicalité, associées et réglées normalement peuvent procurer un plaisir auditif sans artifice technico-extravagant.

J’ai essayé différentes combinaisons, avec d’autres électroniques, certaines très onéreuses n’ayant, au mieux, rien apporté de plus. D’autres, plus « chaudes »comme Electrocompaniet, ont apporté leur rondeur à la restitution. C’est immédiatement perceptible, preuve supplémentaire de la remarquable transparence du couple câbles / panneaux.

La bonne nouvelle, c’est que les amplis en classe AB d’une centaine de watts, dotés d’une alimentation costaude mais sans exagération, font merveilleusement chanter ces panneaux. Et l’offre ne manque pas dans cette catégorie, cela ouvre de nombreuses possibilités de couplage prestations, ça reste bien plus satisfaisant que certains délires…

Cerise sur le gâteau, l’installation n’a rien de compliqué, le seul impératif étant de respecter une distance par rapport au mur arrière de 85 à 90 cm, et de leur laisser un peu d’air sur les cotés. Rien de bien différent des enceintes traditionnelles. J’ai mesuré la face avant à 90 cm du mur arrière. Au même endroit, quand je positionne les B&W 702, leur face avant est à 85 cm . Et du fait de la  faible épaisseur des panneaux, il est parfaitement envisageable d’installer, par exemple, une petite enceinte bibliothèque d’une quinzaine de cm d’épaisseur derrière, ce qui aura un effet bénéfique de diffraction tout en restant plus élégant et moins cher que des panneaux spécialisés. Pas  besoin de défigurer le salon !

Conclusion :

Ces systèmes sont simples mais les panneaux nécessitent un réglage précis. Mais là encore, pas besoin de télécharger des applis ou des logiciels compliqués. Juste l’aide d’un ami pour orienter petit à petit les panneaux vers l’auditeur jusqu’au réglage idéal. Personnellement,  j’ai pincé les panneaux jusqu’à ce qu’ils me « regardent de face » à ma position d’écoute. Cela a été immédiat, d’un seul coup, LA position a été bonne , stabilité de la scène, ouverture, aération,etc.. Et, avec les dP 140, du fait de leur surface d’émission plus importante, de leur hauteur supérieure, la zone d’écoute est large, se déplacer de droite à gauche n’induit pas de perte gênante de la stéréo. Et plus surprenant, si l’on avance lentement dans l’axe en se rapprochant des électroniques, on conserve une diffusion stéréo acceptable, y compris entre les enceintes dans l’alignement de leur face avant. L’explication est dans leur nom et  leur technologie, émission des deux cotés, avant et arrière.

Prix indicatif dP 77 : 2992 € (02/2018)
Prix indicatif dP 140 : 6908 € (02/2018)

Tests d’écoutes mis en oeuvre et réalisés par
Jean-Pierre Langlais