YBA Genesis IA3A

Conception : France
Assemblage : Chine sur cahier des charges strict
Amplificateur intégré à transistors – Dac
Puissance sous 8 ohms : 2 x 105 watts
Puissance sous 4 ohms : 2 x 165 watts
Distorsion Harmonique : < 0,03%
Bande passante : 20 Hz à 20 kHz -0,5 dB
Rapport signal / bruit : > 95 dB

2 entrées Ligne RCA
1 entrée Ligne XLR
1 entrée numérique coaxiale S/PDIF
1 entrée USB C
1 liaison Bluetooth
1 sortie amplificateur externe
1 sortie numérique coaxiale S/PDIF (75 Ω)

YBA reste un grand nom de la haute fidélité française. YBA est la traduction concrète  d’une musicalité incomparable qui se perpétue de millésimes en millésimes. Ainsi, analyser un produit YBA constitue toujours un grand moment, et parfois une redécouverte.

Après avoir analysé l’ensemble Genesis PR5 & A6, ainsi que le lecteur CD4, il apparaissait logique de porter cette fois mon attention sur l’amplificateur intégré IA3A et de vérifier son lien de parenté avec le modèle Intégré Classic qui s’est forgé une réputation mondiale pendant 22 ans, considéré pendant toute ces années comme la référence absolue dans sa catégorie et pour son prix.

D’ailleurs, ce n’est pas uniquement un lien de parenté ou un nom qui lie les deux amplificateurs. L’intégré Genesis IA3A est l’héritier du mythique Intégré Classic dont il reprend la philosophie conceptuelle d’ensemble.

Intégré Classic Sigma DT

 

Certes, la présentation a quelque peu changé, les fonctionnalités ont évolué, mais les « organes » qui animent l’IA3A sont semblables. Le concepteur de préciser que « l’on ne change pas une équipe qui gagne ».

La façade moins « rustique » de l’ancêtre laisse la place à une présentation épurée, plus contemporaine, comprenant deux sections en forme de vague. La partie haute contient l’afficheur qui rappelle la référence de l’appareil, la source sélectionnée et le niveau du volume sonore. La partie basse rassemble deux clefs doubles à bascule : une pour le choix de l’entrée et l’autre pour régler le volume sonore. Ces fonctionnalités sont accessibles via la télécommande livrée d’origine et commune au lecteur CD.

L’électronique est disposée sur une épaisse plaque d’aluminium de neuf millimètres d’épaisseur qui repose les 3 pieds dont la conception est similaire à celle des PRE 5 & A 6 : les deux pieds arrière sont des isolants tandis que l’unique pied « dur » à l’avant joue le rôle de terre mécanique.

Le capot en U inversé est entièrement en aluminium : il joue aussi un rôle déterminant contre toutes formes de pollutions mécaniques, électromagnétiques, ou environnementales (ondes d’origines diverses).

Le panneau arrière a, lui aussi changé d’apparence. Les 5 entrées haut niveau, et la boucle entrée / sortie enregistreur analogique de l’Intégré Classic laissent la place à 3 entrées Ligne dont 1 au format XLR et 1 sortie Ligne variable. Le concepteur précise que l’on peut câbler la source uniquement en asymétrique si on le désire, afin d’être plus prêt du fonctionnement d’une entrée RCA et d’éviter de solliciter un étage supplémentaire.

Plusieurs entrées numériques font leur apparition puisque l’IA3A inclut une section de conversion numérique / analogique de qualité. Nous pourrons alors compter sur 1 entrée numérique coaxiale S/PDIF, 1 entrée USB C, 1 liaison Bluetooth aux quelles s’ajoutent 1 sortie numérique coaxiale S/PDIF (75 Ω).
Vous n’y trouverez pas d’entrée phono dans la mesure où YBA propose une gamme de préamplificateurs MM / MC, dont le modèle Genesis PH1.
Les fiches RCA et sortie HP directement boulonnées sur le châssis et isolées de celui-ci. Elles sont d’origine française et toujours réalisées sous cahier des charges YBA, comme par le passé. C’est aussi ce genre de détails qui fait la différence – qu’on se le dise.

« L’héritier » adopte un schéma parfaitement organisé, identique à celui de l’Intégré Classic privilégiant un trajet du signal le plus court possible. Le « cœur du réacteur », c’est à dire l’alimentation a été confiée à un unique transformateur en double C à grain orienté pompé sous vide pendant huit jours. Il est imprégné selon une méthode spécifique qui conduit à juguler toute forme de vibrations et exclure toute forme de distorsion. Sa valeur de 330 VA, déjà substantielle est un peu inférieure à celle de son aîné. L’Intégré Classic dans sa version mono-transformateur était muni d’un modèle de même catégorie de 400 VA. Rappelons qu’une variante à deux transformateurs de 400 VA chacun était également disponible en version DT !

Cette alimentation peut aussi compter sur quatre condensateurs réalisés sur cahier des charges YBA d’un total capacitif de 4 x 4700 micro farads.

Pour la section de puissance, YBA reste fidèle au principe fonctionnement en Classe Alpha brevetée avec un minimum de contre-réaction. L’étage de sortie – configuration double mono  et symétrique – est animé par un quadruple push-pull de transistors d’origine Sanken isolés du radiateur de dissipation thermique par une pâte mica.

A proximité de la carte mère, vient se loger la section de conversion numérique / analogique logée au plus près des connecteurs dédiés. La puce choisie pour des raisons de performances musicales est d’origine Cirrus Logic CS4398 24 bits – 192 kHz. La partie numérique bénéficie de sa propre alimentation – un choix qui a pour objectif d’éviter toute interaction et pollution sur le circuit analogique.

Je remercie l’importateur JFF Diffusion et le concepteur Yves-Bernard ANDRE pour les précisions techniques, concernant cet amplificateur mis à disposition  pour une durée de trois mois afin de pouvoir réaliser ce test d’écoute et vous faire partager mes impressions au travers ce banc d’essai.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

préamplificateur phono MOON 310 LP Mk2,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– lecteur CD YBA Classic Player 2,
– lecteur réseau – Dac WATTSON Emerson Analog,
– magnétophones à bobines libre TEAC X3 et REVOX A77 Mk IV,
– enceintes acoustiques DAVIS Courbet N°4, RECITAL Audio Define hefa, PEL Kantor, DAVIS Nikita 3.0,
– câbles de modulation ESPRIT Beta 8G 2019, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid,
– câbles HP ESPRIT Beta 8G 2019, ESPRIT Aura, MELODIKA Sugar Brown SSC45, YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

CD sélectionnés : Mozart par l’ensemble Zefiro ~ Direction Alfredo Bernardini – La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek – Meedle ~ Pink Floyd – Naim CD test  Sampler N°6 – Le Son Plaisir ~ Onkyo CD test Onkyo – Jazz på svenska ~ Jan Johansson – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – The Voice of The Trumpet ~ Lucienne Renaudin Vary – Le Vaisseau de Pierre ~ Tri Yann – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – Rossini-Respighi – “La Boutique Fantasque” ~ Direction : Antal Dorati – Meedle ~ Pink Floyd – Quiet Nights ~ Diana Krall – Beethoven – Symphonies de 1 à 9 ~ Orchestre philharmonique de Münich – Direction : Rudolf Kempe (édition Esoteric SACD – CD) – Emotions ~ Gautier Capuçon –The Singing Clarinet ~ Giora Feidman – Les Géants du Jazz jouent Georges Brassens – Prodiges » ~ Camille Berthollet, etc…

Extraits dématérialisés Qobuz : Golden Brown ~ The Stranglers – Take Five ~ Dave Brubeck Quartet – Balalaïkas Favorites ~ Osipov State Russian Folk Orchestra – Les Marquises ~ Jacques Brel – Dvorak : Slavonic Dances ~ Minneapolis Symphony Orchestra – Direction Antal Dorati & Royal Philharmonic Orchestra – Direction Antal Dorati – Sonate Kk 87 – Domenico Scarlatti ~ clavecin : Trevor Pinnock – Sonate Kk 87 – Domenico Scarlatti ~ piano : Mikhail Pletnev – The Music of Leroy Anderson ~ Frederick Fennell – Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek – Jazz på svenska ~ Jan Johansson – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – The Epics ~ The City Prague Philharmonic Orchestra and Chorus – Quiet Nights ~ Diana Krall – « Prodiges » ~ Camille Berthollet – Meedle ~ Pink Floyd – If I should fall from grace with God ~ The Pogues – Café du bon coin ~ Tri Yann – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – The Voice of The Trumpet ~ Lucienne Renaudin Vary – Nameless ~ Dominique Fils-Aimé – A Swinging Safari ~ Bert Kaempfert – Cécile ma fille ~ Claude Nougaro – Yehudi Menuhin & Stéphane Grappelli Play Berlin, Porter, Kern, Rodgers, Hart – In Ireland ~ James Galway and The Chieftains, etc…

Vinyles sélectionnés : Nameless & StayTunedi ~ Dominique Fils-Ainé – Contrastes par Pachacamac – Quiet Night’s ~ Diana Krall – Stéréo à la carte ~ collection Decca Phase 4 – Guitar Genius par Chet Atkins – Georges Brassens vol.11 – La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – Gershwin & sa musique ~ Frank Chacksfield – Crucifixus ~ Jean-Christian Michel – All Time Favorite Melodies of Japan – A Memorial for Glenn Miller 1,2 et 3 – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta – Bach Spectacular ~ The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – Le Vaisseau de Pierre – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten,  etc…

Préambule

L’idée de ce test n’est pas d’effectuer une comparaison avec le modèle d’origine ou même la Ligne Classic 3, mais d’essayer de trouver l’ADN commun aux deux générations de produits et d’en trouver les points de convergence musicaux. Par ailleurs, le changement de génération induit que certaines fonctionnalités disparaissent au profit d’autres fonctionnalités plus « adaptées »  aux exigences actuelles dont  la section de conversion numérique / analogique.

En complément des essais effectués avec le lecteur réseau WATTSON Emerson Analog, un grand nombre d’écoutes ont été réalisées avec le lecteur YBA CD Player selon deux protocoles distincts : utilisation en mode lecteur CD intégré, et en mode simple drive directement relié à la section de conversion de l’IA3A.

La carte de conversion intégrée munie de la puce Cirrus Logic CS4398 24 bits – 192 kHz et d’une alimentation distincte se montre à la hauteur des ambitions affichées par cet amplificateur. Nous voyons bien qu’une grande attention a été portée à son développement pour porter la musicalité à un haut niveau de prestations. Cette performance, nous la retrouvons également sur l’entrée bluetooth qui réagit plutôt bien à partir d’une source nomade.

Couleurs tonales

Donner une définition précise de la couleur des timbres d’un produit YBA est un exercice complexe dans la mesure où les électroniques et sources de la marque – toutes générations confondues – sont d’une neutralité conforme à la philosophie YBA depuis près de 40 ans. Cependant, on peut s’attarder sur le comportement de cet amplificateur sur les critères habituels.

Registres aigu & médium transparence

• Sonate Kk 87 – Domenico Scarlatti ~ clavecin : Trevor Pinnock (dématérialisé)

Démarrer cette séquence d’écoutes par les Sonates pour Piano de Domenico Scarlatti  interprétées au clavecin par Trevor Pinnock est révélateur dont les hautes fréquences sont appréhendées par cet amplificateur. La texture sonore du clavecin se montre claire, « granuleuse », ciselée, fort agréable à écouter.
Les différentes teintes que prend l’instrument sont facilement identifiables. Par définition, le clavecin est un instrument qui délivre des tonalités très spécifiques, de multiples variations, et des harmoniques qui doivent être reproduites à la perfection par tout élément audio de qualité.

L’IA3A ne fait abstraction d’aucune nuance sur ces critères. Grâce à ses capacités d’analyse de premier ordre perçues sur les registres aigü et médium, j’ai pu goûter à toute la richesse qu’offre notamment la fabuleuse Sonate Kk87. L’IA3A va au fond des choses : le contact des marteaux sur les cordes du clavecin est absolument prodigieux. Cela démontre parfaitement une volonté de reproduire la musique avec un réalisme étonnant et oh combien attachant.

Le sens de l’ouverture qui caractérise les électroniques YBA en général et cet amplificateur en particulier permet de goûter au talent de Trevor Pinnock qui s’applique à faire chanter son instrument. Son jeu de clavecin mesuré et délicat se matérialise par une suite d’harmoniques dont chaque note s’éteint progressivement dans le temps et l’espace. La légèreté du clavecin et ses innombrables couleurs sont reproduites avec une précision qui fait ressortir à la perfection la sonorité de l’instrument. Cet amplificateur va aussi très loin en matière de détourage, de cet instrument en particulier, et plus globalement de tous les instruments de musique entendus à travers les différents supports numériques et analogiques mis à contribution lors de ce test.

Registre grave

• Meedle ~ Pink Floyd (CD & dématérialisé)

Aucun reproche à formuler à l’encontre de l’IA3A en ce qui concerne le registre grave. Celui descend aussi profondément que souhaité. Il explore les soubassements avec une belle facilité comme cela a pu se vérifier sur One of these Days de Meedle de Pink Floyd. Sur cet extrait, le grave n’est ni envahissant ni « enrobé » : la guitare basse (doublée) de Roger Waters tient ses promesses avec toute fougue et la puissance que l’on peut en attendre. Sa lisibilité est nette, franche, précise et le suivi des notes bien audible.
S’agissant de la grosse caisse de la batterie, l’IA3A s’y entend pour lui donner une étoffe, une excellente matérialisation, un aspect organique donnant aux impacts une excellente tonicité et le poids qui conviennent bien. Cette démonstration montre également que l’amplificateur ne sombre jamais dans la vulgarité ou l’excès. l’IA3A traite le message avec un grand respect. Il n’ajoute pas d’embonpoint qui aboutirait à un résultat ultra démonstratif et faire croire à des fréquences graves qui viendraient artificiellement travestir le message sonore.
Enfin, à titre de comparaison, il me semble bien que cette mouture Genesis descend un peu plus bas que son aîné, voir le bloc de puissance Classic 3 Delta DT.

Fluidité grain

• Yehudi Menuhin & Stéphane Grappelli Play Berlin, Porter, Kern, Rodgers, Hart (vinyle & dématérialisé)

Je n’ai pas boudé mon plaisir en redécouvrant ce duo de violoniste aux talents complémentaires et dans deux formats distincts : disque vinyle et support dématérialisé.
Dans les deux cas, l’YBA IA3A traite les signaux avec le même respect. On voit immédiatement que cet amplificateur diffuse une musicalité hyper fluide. Les intonations de violons sont reproduites avec sans accrocs, avec un enchaînement permettant à chaque note de glisser et « d’évoluer » avec une facilité et une liberté appréciable et appréciée. Chose plus rare : ce délié s’entend aussi sur les notes de contrebasse et de piano qui travaillent réellement de concert avec ce duo de violons. Aucune trace d’agressivité ne vient troubler le bon déroulement des partitions. Tout est parfaitement synchronisé et magistralement orchestré.

Chaque type de support ou vecteur d’enregistrement dévoile le superbe grain des instruments. Qu’il s’agisse des violons ou de quelques notes de guitare solo, nous percevons en permanence les points de détails qui créent la surprise et font réellement la différence. Le contact de l’archet sur les cordes de violon est tout aussi éloquent. Je lui reconnais une très belle douceur qui confirme la couleur boisée de l’instrument.

Capacités de réaction dynamique rigueur

• Vaisseau de Pierre  ~ Tri Yann (vinyle & CD)

Si l’IA3A n’est pas l’amplificateur le plus rapide de sa catégorie, je n’ai cependant aucun reproche à lui objecter sur ce point. Il répond  à toutes mes attentes notamment sur les extraits les plus nerveux de l’album Le Vaisseau de Pierre de Tri Yann et Meedle de Pink Floyd.

Cet amplificateur est loin d’être mou. Il se montre plutôt  dynamique, réactif.  Il a la capacité de gérer les montées en puissance ainsi que les écarts de dynamique avec une excellente vélocité. Les thèmes les plus rock sont rigoureusement maîtrisés permettant une écoute sans faux plis et sans approximation. Les coups de batterie, les riffs ou solos de guitare électrique sont francs, nets, sans bavure. Un beau charisme signé YBA.

Espace et scène sonores

• Rossini-Respighi – “La Boutique Fantasque” ~ Direction : Antal Dorati (CD)

La « géniale » interprétation de la Danza de Rossini donne une très bonne vision de la construction et de l’organisation de la scène sonore. Sous la direction d’Antal Dorati dirigeant le Royal Philharmonic Orchestra, j’ai réellement été comblé par le panorama musical qu’est en capacité de délivrer cet amplificateur. L’IA3A accompagne l’expansion de la scène sonore sans contraintes, et ce, quelques soient les enceintes acoustiques qui sont pliées à l’exercice.
Le positionnement des groupes d’instruments est calibré au millimètre près. L’étagement des plans et les différents contrastes sont dignes de ces enregistrements Decca Phase 4 aux effets absolument délicieux.

La dimension de la scène sonore prend des proportions étonnantes dans les trois dimensions. Les effets stéréo sont magnifiquement répartis, sans oublier le centre de la scène sonore bien documenté. Aucun vide n’est à déplorer : l’IA3A travaille avec une minutie qui suscite la curiosité de la part de l’auditeur le contenu d’une œuvre que l’on croit bien connaître. La musique respire librement qui conduit à entendre une foule de détails souvent noyés dans la masse orchestrale ou relégués au second rang.

Cet amplificateur laisse évidemment la musique s’exprimer à haute et intelligible voix. Nous sentons bien qu’avec l’IA3A l’expression musicale se traduit par une réelle présence de l’orchestre dans la pièce d’écoute grâce à un sens de l’ouverture conforme à ce que le concepteur a initié sur tous ses produits – toutes générations confondues – depuis plusieurs décennies.

Séquence émotion sens de l’expression

• Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)
• StayTunedi ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 33,33 tr/m)

Bien que cet amplificateur ne soit pas pourvue d’entrée phono, je n’ai pas résisté à l’envie de goûter au charme vocal de Dominique Fils-Aimé.
Je n’ai pas été déçu par cette expérience vinyle car cet amplificateur a toutes les vertus pour délivrer le message pur et authentique de l’interprète.

Comme sur l’ensemble des produits YBA, j’ai retrouvé l’aspect humain de la voix. Le disque vinyle contribue ici à rendre le message sonore particulièrement émotionnel, si on ne prend en compte que la voix de l’artiste. Chaleur humaine et « présence physique » dans la pièce d’écoute sont les principales qualités qui me sont venues à l’esprit pour cette séquence purement analogique.

Ces deux disques vinyles ont aussi la particularité d’avoir une orchestration dépouillée, mais riche en timbres. L’IA3A vous fera bénéficier de cette finesse sur les percussions, sur les cuivres, et les jeux de contrebasse. Sérénité et bien être d’écoute sont aussi deux mots pour qualifier l’émotion que procure cet amplificateur. La gestion des harmoniques est absolument sublime : les notes évoluent et s’éteignent dans le temps et l’espace avec une « légèreté » doublée  d’un réalisme particulièrement convainquant. On retrouve ici la beauté et la singularité des électroniques de la gamme Classic des générations précédentes.

• La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua (vinyle & CD)
• Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek (CD & dématérialisé)

Ces deux références artistiques démontrent que l’amplificateur Genesis IA3A se montrera à la hauteur des enregistrements qui vous procureront à coup sûr des frissons de bonheur.

Cet amplificateur sonne juste et bien avec une petite pointe de romantisme qui sied parfaitement à ces deux styles de musiques.

De la Folia de la Spagnia, je retiendrais une musicalité haute en couleurs. J’ai retrouvé la justesse absolue des timbres de tous les instruments baroques. L’excellente prise de son en vinyle et CD est particulièrement bien mise en valeur. La musique n’est jamais pâle ou au contraire insistante sur certaines fréquences. L’IA3A est un amplificateur linéaire, neutre, équilibré. Il requiert d’être bien accompagné par des éléments tout aussi rigoureux sur ces critères.
Les différentes « pièces » musicales ont de réels parfums d’authenticité. Nous pourrons déguster le jeu de guitare, mais aussi celui du clavecin qui délivre des teintes variées et tempérées. Les flûtes baroques et le cromorne sont reproduits avec une texture naturelle qui résume bien la philosophie propre à YBA plus de quatre décennies.

Ecouter Dance into Eternity de Omar Faruk Tekbilek constitue aussi un grand moment. Il ne sera pas difficile de retenir son souffle, alors que l’IA3A ne le retient pas.  Cette suite d’extraits mémorables donne une formidable bouffée d’oxygène que l’on se plait à inhaler sans modération. Cette musique vous parvient sans voile et surtout avec cette fameuse transparence cristalline que l’on remarquera notamment à travers le jeu de oud et sur l’ensemble des multiples percussions et leurs teintes multicolores qui vous parviennent comme par magie aux oreilles.

Le jeu de flûte est simplement « renversant ». L’IA3A s’emploie à reproduire les plus discrètes variations, et toutes les nuances que l’interprète s’applique à transmettre avec un perfectionnisme qui a pour seul objectif de vous faire « vibrer ». Je dirais enfin que cet amplificateur vous permet de rêver avec la musique, de vous couper du monde pendant de nombreuses heures d’écoutes. A chaque instant, il se passe quelque chose de nouveau, de pas commun, de simplement musical. Les audiophiles les plus sensibles et les mélomanes exigeants y trouveront assurément leur compte.

Conclusion :

Si vous aimez la musique, si vous recherchez une reproduction qui vous procure de véritables sensations, de l’émotion, alors l’héritier du mythique amplificateur Intégré Classic YBA vous comblera sans aucun doute.

Les enceintes acoustiques utilisées pour cette longue série de tests ont chacune leur propre tempérament musical. Cet amplificateur saura mettre en valeur le potentiel de ces enceintes acoustiques sans jamais modifier la couleur de leurs timbres respectifs ni remettre en question l’équilibre tonal.

L’IA3A prend, sans contestation, la relève de celui qui a marqué les esprits pendant près de deux décennies. Il en reprend la fluidité légendaire, la transparence cristalline, la neutralité, le sens du détail et tout ce qui peut faire la différence avec d’autres amplificateurs de sa catégorie. Cet amplificateur est un clin d’œil au passé glorieux de la marque. Il s’inscrit désormais dans le présent. Une belle réussite signée YBA.

 

 

Prix : 3890 €  (05/2021)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt