TANNOY Autograph Mini

Origine : Royaume-Uni

Enceinte compacte 2 voies / haut-parleur Dual-Concentrics
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 85 dB
Impédance : 8 ohms
Réponse en fréquences : 60 Hz à 20 kHz -10 dB
Réponse en fréquences : 106 Hz à 20 kHz +/-3 dB
Fréquence de coupure : non spécifiée

Serait-ce la huitième merveille du monde ?

 

Il y a quelques mois, je vous présentais les enceintes TANNOY Autograph Mini dans leur version “21ème siècle” avec une promesse de pouvoir vous les “dépeindre” précisément au travers d’un banc d’essai complet.

Les Autograph Mini sont la réplique en version bibliothèque de l’enceinte Autograph des années 1950, qui ont enchanté un très grand nombre de mélomanes. Bien entendu, elles sont équipées du haut-parleur Dual-Concentrics, renommé pour sa musicalité. Bien qu’étant référencées à part, ces enceintes appartiennent à la gamme Prestige Gold Référence dont elles reprennent le look irrésistible avec l’écusson placé en face avant qu’elles exhibent fièrement – et il y a de quoi.

Le long et riche héritage de TANNOY se perpétue dans cette dernière mouture Mini, un héritage qui s’est affranchi de l’épreuve du temps en s’adaptant aux évolutions technologiques. Ces enceintes de petite dimension (Hauteur : 356 x Largeur : 209 x Profondeur : 156 mm) d’architecture triangulaire à la présentation « vintage » sont des enceintes deux voies à charge bass-reflex – l’évent étant placé en face arrière

Ces modèles adoptent un haut-parleur Dual-Concentrics inédit et un guide d’ondes « Tulip » qui permet d’obtenir une image stéréoscopique précise et remarquablement concentrée sur une large scène sonore.

Ce haut-parleur concentrique se compose d’un tweeter à dôme en titane de 1,9 cm de diamètre et d’un haut-parleur médium / grave à membrane en pulpe de papier LF à suspension demi rouleau de seulement 10 centimètres de diamètre.

Le coffret est assemblé à la main au sein de la « maison mère » en Ecosse. Il est plaqué en noyer huilé, avec des garnitures en noyer massif. Il offre une esthétique unique et intemporelle, s’harmonisant aussi bien dans des intérieurs classiques que contemporains. La conception asymétrique de l’ébénisterie disperse les ondes statiques internes et les réflexions pour juguler toute forme de coloration. La géométrie du coffret aux parois internes non parallèles a pour objet d’éliminer les réflexions parasites à l’intérieur de l’enceinte. Le “caisson” est construit en bois de haute densité pour contrôler les basses fréquences et éliminer les effets de résonance indésirables.

La configuration “Omnimagnet” permet de placer le tweeter encore plus près du centre acoustique des basses fréquences, améliorant l’alignement temporel entre les deux “unités”. La mise en œuvre du guide d’ondes “Tulip” favorise l’image stéréoscopique citée. Nous verrons plus loin et, concrètement, ce qu’il en résulte an matière d’efficacité

Au verso, simplicité oblige : l’évent de décompression et une solide paire de bornes pour fiches bananes, fourches, et fil nu en configuration mono-câblage.

Je remercie AUDIO FREQUENCES à Nancy et l’importateur PPL AUDIO de m’avoir fait bénéficier de ces enceintes acoustiques pour une durée de quatre semaines me permettant de réaliser ce test d’écoute et vous faire partager mes impressions au travers ce banc d’essai.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec le matériel suivant :

– amplificateur intégré YBA Héritage A 200,
préamplificateurs phono YBA Héritage PH 100 & MOON 310 LP Mk2,
– préamplificateur YBA 3 Delta et bloc de puissance YBA 3 Delta DT,
– lecteur CD YBA Classic Player 3,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– câbles de modulation ESPRIT Beta, YBA Glass, VAN DEN HUL The Orchid,
– câbles HP ESPRIT Aura et YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur YBA Diamond, ESPRIT Celesta & Eterna.

En outre, une première écoute a été réalisée il y a quelques mois avec le récent préamplificateur / Dac / Lecteur réseau MOON 390 accompagné des blocs de puissance monophoniques MOON Néo 400 M.

CD sélectionnés : English Folk Song de Vaughan Williams ~ Neville Marriner – Capriol Suite de Peter Warlock ~ Neville Marriner – Barry Lindon ~ bande originale du film – Jazz på svenska par Jan Johansson – Swinging the Big Band par Quincy Jones – Les géants du Jazz jouent Georges Brassens – Saint Kilda Wedding par Ossian – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – Naim ~ CD test Sampler N°6 – Quiet Night’s par Diana Krall – « Prodiges » par Camille Berthollet – “La tradition symphonique” – Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire – Romance “Lieutenant Kué” de Prokofiev ~ Yuri Simonov & Royal Philharmonic Orchestra – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – « Portrait » par Angèle Dubeau & La Pietà – The Singing Clarinet par Giora Feidman – Meedle par Pink Floyd, etc…

• Vinyles utilisésNameless par Dominique Fils-Ainé Contrastes par Pachacamac Quiet Night’s par Diana Krall – Stéréo à la carte ~ collection Decca Phase 4 – Two Pianos in Holliwood par The London Festival Orchestra – Guitar Genius par Chet Atkins – Shadow Hunter par Davy Spillane – Gershwin & sa musique par Frank Chacksfield – Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach interprétée par Marie-Claire Alain – Crucifixus par Jean-Christian Michel – All  Time Favorite Melodies of Japan – A Memorial for Glenn Miller 1,2 et 3 – Dadi’s Picking par Marcel Dadi – Volume 1 – Crucifixus par Jean-Christian Michel – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Le Vaisseau de Pierre & Café du Bon Coin par Tri Yann  – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Les grands classiques du jazz » par Bill Coleman et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc..

Plantons le décor…

Au-delà des considérations purement techniques, j’ai très envie de partager avec vous une sorte de “voyage musical” au pays de Sir Arthur Conan Doyle. A ce titre, connaissez-vous l’Ecosse ? Si c’est le cas, vous allez peut-être retrouver dans les lignes qui vont suivre certains souvenirs d’une escapade Ecossaise, ou simplement vous prêter au jeu de l’imagination, du rêve……, qui sait ?
Dans le cas contraire, je vous invite à suivre le chemin qui m’amène à vous faire découvrir les impressions laissées par les longues heures passées en compagnie des Autograph Mini.

L’Ecosse est une “terre d’accueil” qui vous donne à coups sûrs la clef d’accès à une expérience inoubliable. Cela tombe bien car les Autograph Mini incarnent à elles seules ce sentiment d’évasion.
Projetez-vous au cœur des landes sauvages, des Highlands et, en fin de journée, vous “poser” dans un manoir pour le gite et le couvert. Dans son manoir, le propriétaire des lieux vous accueillera dans un salon cossu meublé à l’ancienne au fond duquel trône une immense cheminée. De part et d’autre de l’âtre flamboyant une paire d’enceintes acoustiques drivées par un système audio bien “pensé”.
Très prévenant, votre hôte vous fait asseoir dans un large fauteuil en cuir moelleux capitonné et vous propose un Whisky  Single Malt vieilli en fut de chêne, ou un verre de Cherry. Le décor étant planté, vous vous laissez prendre au jeu d’une écoute tellement fantastique qu’elle vous fera immanquablement assister à « La veillée musicale du troisième millénaire ».

Timbres

Registres aigus et médium

• English Folk Song de Vaughan Williams ~ Neville Marriner (CD)
• Capriol Suite de Peter Warlock ~ Neville Marriner

Je trouve que cette suite d’English Folfk Song signée Ralph Vaughan Williams, de surcroît, dirigée par Neville Marriner constitue une superbe entrée en matière pour faire connaissance avec ce “duo d’enfer” à la géométrie si originale.
Le concept élaboré de ces enceintes acoustiques basé notamment sur un haut-parleur concentrique implanté au sein d’une architecture interne réfléchie aboutit à une reproduction des fréquences médium et aigües d’une finesse inouïe assurant un excellent équilibre doublé d’une incontestable cohérence.
Par ailleurs, ces enceintes “pétillent” sur cette gamme de fréquences. Je ne parlerai même plus de reproduction mais simplement d’Art : qu’il s’agisse des cordes, des cuivres, la sonorité se montre d’une authenticité pas si fréquemment rencontrée. Les Autograph Mini ne se contentent pas de “filer” vers des fréquences stratosphériques, elles “s’exécutent” avec une magnifique délicatesse doublée d’une douceur savamment “distillée” sur l’intégralité des instruments : cuivres, cordes, bois. Les deux phénomènes convergent vers une expression qui vise scrupuleusement à sculpter le contour de chaque instrument ou groupe d’instruments avec une minutie hors pair.

De plus, cette paire d’enceintes acoustiques a ce pouvoir singulier de vous plonger intégralement dans le “paysage” si particulier des “prés salés” d’Ecosse. Ainsi, de Greensleeves à Capriol Suite de Peter Warlock, sous la “dictée de Sir Neville Marriner, vous profiterez pleinement du spectacle musical riche en substances de l’Académy of Martin in the Fields. Par instant, nous pourrions voir la musique scintiller au rythme des flammes de l’âtre flamboyant. Les Autograph Mini “cultivent” ainsi la diversité en matière de timbres. Je n’en reviens toujours pas de la justesse et du charme procurés par les très longues soirées d’écoutes passées en leur compagnie.

Registre grave

• Barry Lindon – bande originale du film (vinyle & CD)

Au regard du diamètre du haut-parleur de grave, vous êtes en droit de vous demander ce qu’un modèle d’à peine dix centimètres de diamètre peut générer.
Objectivement, les fréquences les plus abyssales sont forcément écourtées. Cependant, au vu des innombrables autres qualités de ce modèle, je peux vous garantir que vous oublierez bien vite cette “limite” finalement très secondaire.
Cependant, il ne faut pas sous-estimer les capacités du registre grave de ces petites “bombes” musicales. Croyez-moi, vous serez surpris du comportement du grave : celui-ci assure une reproduction à la fois pleine, matérialisée, et d’une limpidité “redoutable”. En s’appuyant sur la Sarabande de Haendel, vous pourrez juger d’une restitution démontrant que cette enceinte acoustique a le “coffre” nécessaire pour faire ressortir les coups de timbales avec la matière nécessaire et une remarquable assise pour des enceintes de cette taille. Les contrebasses et groupes de violoncelles ont la particularité d’afficher une présence bien en chair et très réaliste; on en retiendra l’excellente lisibilité, les nombreuses nuances, les articulations et une souplesse inimaginable.
A l’instar des instruments de musiques – et on peut dire qu’elles sont de véritables instruments de musique – ces enceintes incarnent ce que je nommerai la “science du son”.

Clarté et transparence

• Nameless par Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Nous changeons de style musical, mais le caractère bien particulier de ces enceintes se confirme avec ce disque vinyle.
Toujours bien calé dans votre fauteuil d’écoute, en écoutant Nameless de Dominique Fils-Aimé, vous assisterez à une reproduction absolument fascinante. La transparence  inouïe de ces enceintes Tannoy occulte de toute forme de voile qui viendrait “obscurcir” cette luminosité étonnante, peut-être même inédite !

J’ai pu déguster avec un immense plaisir ce disque très bien enregistré et pressé avec grand soin. Le message sonore regorge d’innombrables informations qui nous sont transmises avec une fidélité incroyable. La voix sensuelle de Dominique Fils-Aimé est divinement reproduite. Le phrasé, les respirations, la diction relèvent de l’exception. Ce réalisme et cette présence dans la pièce d’écoute m’amènent à mettre l’accent sur l’excellence de la transparence. La pureté est donc un des ”nombreux” points majeurs qui singularisent cette paire de “bookshelf de luxe”. Ses facultés d’analyse très poussées mettent très bien en valeur les contours des percussions et de la voix. En ce sens, ces enceintes tendent à se démarquer d’un grand nombre, peut-être toutes, de ses concurrentes.
La texture claire des timbres ne laisse pas pour autant transparaître une reproduction décharnée. De son côté, la contrebasse affiche une “consistance robuste”, sans failles dirais-je. Le suivi des notes est d’une “propreté” immaculée qui renforce sa lisibilité. Sur ce point, et pour l’exemple, il m’a été permis d’entendre parfaitement le “pincement” des cordes de l’instrument avec cette définition qui n’appartient qu’aux produits de gamme bien supérieure.

Fluidité

• Swinging the Big Band par Quincy Jones (CD)

Cette paire d’enceintes au tempérament “explosif” à plus d’un titre s’y entend aussi pour laisser la musique s’écouler à son rythme. Quel que soit le système audio utilisé, le comportement général de ce modèle ne laissera jamais de place à l’approximation. Un des multiples talents de ces Autograph Mini est la fluidité. Je l’ai remarqué tout au long de ce test, mais je l’ai apprécié  à travers cette série de “couplets jazz” signés Quincy Jones.
Les enregistrements ne sont pas récents et il arrive parfois d’y déceler quelques “accrocs”, et même certaines “duretés” sur des cuivres un peu trop incisifs.
Sans vouloir enjoliver artificiellement le message sonore, nos compétitrices s’emploient à “lisser” le jeu de saxophone tout comme celui des trompètes sans enlever la substance mélodique et technique si originale de Take Five par exemple. Les cuivres sont “rutilants” avec une petite once de velouté qui empêche toute forme de fatigue auditive, y compris à fort “volume” d’écoute.
Le déroulement des phrases musicales se comporte de manière très ordonnée, une liberté d’expression, une sorte d’enthousiasme, sans qu’aucun obstacle ne vienne perturber l’écoulement des notes et l’enchainement bien huilé de celles-ci.

Espace et scène sonores

• “La tradition symphonique” – Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire

En dépit de ses dimensions réduites, l’Autrograph Mini vous fera entrer par la grande porte dans un univers musical  “savoureux”. La spatialisation est inversement proportionnelle au “volume” des enceintes. Certes, l’aspect lumineux joue le rôle déjà décrit, mais la scène musicale se déploie dans votre pièce d’écoute avec une ampleur et une “générosité” proches de celles d’enceintes colonnes de taille supérieure, notamment de celle de sa grande sœur Kensington Gold Référence Prestige. Il est clair que les Autograph Mini se sont inspirées de la philosophie technique et musicale de ces grands modèles.
L’image sonore se traduit par un panorama holographique et, plus précisément,  une expansion évidente dans les trois dimensions. J’ai été essentiellement frappé par la profondeur de la scène sonore et de l’étagement des plans plutôt bien agencés – phénomène assez étonnant pour des enceintes de cette dimension.
L’architecture interne et la conception de la charge bass-reflex, spécifiques à ces références, contribuent à cibler et différencier les instruments ou vocaux de premier plan de ceux de second ou troisième plan. Sur ce chapitre, les Tannoy se montrent prodigieuses. Orchestre symphonique, chœurs puissants, musiques de rock fusion et tradition s’entrelacent harmonieusement afin de vous faire bénéficier d’une reproduction totalement dénuée de toute contrainte.
Par ailleurs, l’implantation du haut-parleur concentrique et le guide d’ondes “Tulip” jouent en faveur de l’extension naturelle de la scène sonore dans sa largeur. L’intérieur de la scène sonore est bigrement bien documenté : finalement, chaque instrument, chaque voix prend la place qui lui revient de droit tout en “jouant” sur une “mise en scène musicale” aérée.
“L’enveloppe” est telle qu’elle ne nécessite pas d’être rigoureusement assis en face des enceintes : la large diffusion vous permet d’obtenir le maximum d’informations à n’importe quel endroit de votre pièce d’écoute. En définitive, ces petits “joyaux” diffusent une musique qui, simplement, respire en y apportant une sacrée bouffée d’oxygène.

Dynamique réactivité rigueur

• Meedle de Pink Floyd (CD)

“Craquantes” par leur nervosité innée, les petites Tannoy sont remarquables sur le plan de la vigueur. N’hésitez pas à leur “infliger” des extraits musicaux musclés et denses, vous vous apercevrez de leur aptitude à réagir promptement. Avec Meedle de Pink Floyd, je vous prie de croire que ça “secoue” ! La rythmique échevelée de la batterie et de la guitare basse ne l’effraieront pas. Non, la dynamique ne s’effondre à aucun moment;  ce duo d’Autograph ne capitule jamais face aux soubresauts d’une rythmique échevelée. Pas de traces d’essoufflement  lorsque la musique “rugit” avec la force que l’on connaît de l’extrait One of These Days. Ces enceintes gèrent les situations complexes d’une main de maître.
Réactives par nature, ces enceintes prennent en charge les riffs de guitares électriques, la basse et la batterie avec une verve insoupçonnée. Les coups de cymbales sont francs, nets, détachés : la rigueur est assurée.
Avec ces enceintes, la musique “carbure” à la vitamine avec la fougue exigée par le style de musique.  Les Tannoy ne lâchent jamais; j’irais même jusqu’à souligner leur “pugnacité” lorsqu’il s’agit d’affronter les passages les plus complexes.

Communication avec l’auditeur et réalisme de l’expression

• Saint Kilda Wedding par Ossian (vinyle & CD)

Retours aux sources avec ce sublime album Saint Kilda Wedding devenu rare. Evasion garantie au plus profond des vastes et énigmatiques paysages écossais. Les thèmes musicaux qui se succèdent m’ont littéralement glacé le dos. Laissant une large place à l’imagination, les Mini Autograph concourent à laisser des impressions  peu ordinaires; de bonnes impressions.
Le sublime jeu de harpe celtique est reproduit avec une délicatesse et un “doigté” d’une infinie précision. La “saveur” du violon tout comme celle du Uillean Pipes et du Low Whistle vous immergent  dans un décor musical romantique et surtout réaliste. Je vous certifie que ces enceintes s’y entendent pour tout dévoiler en matière l’expression.
En outre, elles se singularisent par une restitution tellement “prenante” que la musique sort complètement du contexte de votre pièce d’écoute pour vous faire voyager et changer d’univers. Il n’y a qu’à porter votre attention sur les timbres du Uillean Pipes pour comprendre comment cet instrument “pleure” au rythme des courants de Sule Skerry – un tour de force propre aux produits d’exception.
Les Autograph Mini ont cette faculté de vous faire rêver, mais aussi comprendre que la musique peut être reproduite autrement; ou tout au moins dépasser le cadre d’un “simple” système audio.
Pour ma part, je crois avoir compris que les concepteurs Ecossais attachaient une importance capitale à la notion d’émotions “fortes” et tout ce qui touche à la sensibilité de l’auditeur. Aussi, avec un “bon” système audio, je vous donne ma parole que, sur ce point, les effets décrits ci-avant sont réels et instantanés.

• Romance “Lieutenant Kué” de Prokofiev ~ Yuri Simonov & Royal Philharmonic Orchestra (CD)

Sous la direction de Yuri Simonov, le Royal Philhamonic Orchestra vous invite à découvrir la Suite Symphonique Opus 60Lieutenant Kué” de Serge Prokofiev et plus particulièrement la Romance; celle-là même qui inspira Sting pour sa chanson “Russians” tiré de son album The Dream of the Blue Turtles.
Bouleversant !, Dès lors, nous pouvons comprendre ce qui a inspiré Sting à “revisiter” ce thème pour écrire son texte.
Cette version fort bien enregistrée montre l’éloquence de ces enceintes. Plongé au cœur de cette “comédie sarcastique soviétique”, rien n’échappera à vos oreilles attentives. Depuis l’introduction où vous pourrez “déguster” le formidable contraste qui existe entre les nappes de contrebasses et la ligne mélodique des violoncelles, jusqu’à l’ensemble vibrant du groupe d’altos et violons qui viennent se superposer, vous bénéficierez de toute la magie de ces enceintes.
Vous percevrez l’application des interprètes, l’ambiance qui règne au sein du studio d’enregistrement, ainsi qu’une foule de micro informations pas toujours perceptibles de prime abord.
Le jeu de glockenspiel prend des couleurs multiples et variées. Les “légères” attaques trahissent assez sa présence dans la pièce d’écoute. La “réponse” du hautbois au basson est fantastique; chaque instrument étant reproduit avec sa teinte boisée si naturelle. Les quelques notes de harpes viennent vous “chatouiller” les oreilles, tournoyant ça et là autours de vous – les effets sont simplement prodigieux et constituent une expérience unique !

• The Last of the Mohicans – bande originale du film(CD)

Je pourrais démultiplier les exemples pour décrire l’efficience des Autograph Mini. Ces “pépites” ont décidément tous ingrédients pour vous faire participer à un spectacle musical “haut en couleurs”, voir inédit.
Par instant, sur les thèmes qui illustrent la bande originale du film The Last of the Mohicans, j’ai eu le sentiment que ces enceintes acoustiques apportent ce petit quelque chose de plus qui vous fait tourner la tête. Je précise qu’il faut prendre cette réflexion comme une qualité.
La “grandeur” et la verve musicales de ces compactes sont impressionnantes à plus d’un titre. L’écoute de cette bande originale rappelle ostensiblement les plus belles images du film, les scènes les plus actives, les expressions les plus profondes. Par le “fruité” des timbres qu’elles reproduisent, par la légèreté, le délié des notes, l’envergure de certaines phrases musicales, l’absence de colorations déplacées, ces “merveilles” délivrent une image stéréoscopique vraiment réussie au contenu riche. Ces mignonnes écossaises donnent assurément un souffle nouveau à la musique.

Conclusion :

Leur look pourra plaire ou au contraire déplaire. Pour ma part, ça n’a pas d’importance, seule la musique compte. Magiques sur bien des points, les Autograph Mini vont réellement au fond des choses sur l’ensemble des paramètres objectifs et subjectifs. Par nature très analytiques, ces enceintes à la transparence cristalline, chantante, et finalement simples à driver, sont en mesure d’accompagner sans complexes les meilleurs systèmes HI-FI, les plus ambitieux, pour vous donner le summum de la musique à un prix encore accessible.
Vous souhaitez la lune ?, les Autograph Mini la décrocheront pour vous !

 

 

Prix : 2000 €  (05/2019)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt