Radio numérique : Top départ

L’édito de Lionel Schmitt

 

Radio numérique : Top départ

Voici le titre, emprunté à la revue Science et Vie de janvier 2010, qui annonce que la réception radiophonique en modulation de fréquence touche à sa fin, et signera du même effet la mort de nos bons vieux ou récents tuners analogiques.

Il fallait bien s’y attendre un jour, après les effets d’annonces concernant la TNT au cours de l’année 2009, il apparaissait un peu logique que les émissions radiophoniques subissent tôt ou tard une évolution (révolution) du même genre. Ainsi sur une période qui s’étalera sur une durée de 5 à 8 ans, la radio numérique terrestre (RNT) co-habitera avec la FM, cette dernière devant s’arrêter vers 2018.

Diffusées en format MPEG4, les émissions radiophoniques devraient permettre à un plus grande nombre de stations radiophoniques de venir compléter le nombre limité de stations actuelles dont la plage de fréquences est seulement comprise entre 88 MHZ et 108 MHz. La RNT permettrait d’être diffusée sur une plage comprise en 175 MHz et 225 MHZ.
Plus large, cette bande devrait accueillir un plus grand nombre de radios locales et nationales avec une qualité identique et homogène pour toutes, favorisant ainsi les possibilités de réception quelqu’en soit le lieu – ce qui est plutôt positif en valeur absolue. Enfin, comme le précise la revue Science et Vie, la RNT offrira de nouveaux services grâce à la présence d’un écran embarqué dans le récepteur permettant à l’auditeur de visualiser les informations concernant le morceau de musique écouté, la météo, le trafic d’un région.
En théorie, tout cela est bien joli, mais si ce changement technologique devrait permettre un afflux plus important de nouvelles stations, il serait alors réellement souhaitable que l’aspect culturel fût dans la lignée de l’amélioration technique – et ce n’est pas gagné (mais c’est un autre débat).

En revanche, ce qui apparaît comme inquiétant est l’absence d’alternative lorsque la modulation de fréquence sera définitivement arrêtée, ce qui pourrait renvoyer les tuners analogiques rapidement aux rangs des antiquités. Je pense notamment aux possesseurs de produits coûteux et très musicaux du type Magnum Dynalab, Rega…, voire plus anciens comme Revox, dont on ne voit pas réellement comment leurs possesseurs vont pouvoir en tirer une “substance” lorsque la RNT se sera généralisée. Aujourd’hui, nous n’avons pas encore de réponses sur ce sujet, mais pour tous ceux qui aiment écouter la radio dans les meilleures conditions qui soient et qui sont sur le point d’acheter un tuner de qualité, il y aura lieu de suivre cette évolution de très près.

C’est sur cette réflexion qu’il nous reste à vous souhaiter nos meilleurs voeux pour l’année 2010, des voeux qui se veulent musicaux avant tout.