Question de mémoire

L’édito de Lionel SCHMITT

QUESTION DE MÉMOIRE

La mémoire auditive est elle fiable et pérenne dans le temps ? Il s’agit d’une vraie question à laquelle tous les audiophiles et mélomanes sont confrontés lorsqu’il s’agit de comparer une source, une électronique, une paire d’enceintes acoustiques, ou un système complet.

En effet, il arrive fréquemment que les ” objets ” que nous convoitons d’écouter ou d’acquérir ne se trouvent pas distribués par le même revendeur. Quelque fois, il nous faudra parcourir plusieurs kilomètres, et les écoutes très espacées d’un auditorium à l’autres ne permettent sans doute pas une comparaison précise et efficace.
Ainsi, il devient difficile de se souvenir précisément du son procuré par tel ou tel appareil, car la mémoire auditive a une durée de vie très courte : à peine quelques minutes, voir quelques secondes. Fort de cette constatation, les jugements objectifs vis à vis d’un système deviennent flous et confus, et il faudra procéder à une ou plusieurs nouvelles écoutes qui pourront se solder par un jugement contradictoire.

Dans de telles conditions, il deviendrait même absurde de se forger l’opinion qui permettra de trancher sur le choix idéal de tel ou tel produit. Pire que cela, on peut aussi se demander si les effets que procurent l’écoute d’un système ne sont pas le pur fruit de l’imagination . Sur ce point, je rassure tout le monde, chaque concept et chaque maillon, câble compris, peuvent générer des sonorités radicalement différentes et opposées, perceptibles par tout le monde.

Si la question de notre mémoire s’avère délicate à appréhender, il est toutefois possible de procéder à une bonne comparaison des ensemble écoutés, même à plusieurs jours d’intervalle. Il est recommandé de faire des essais avec quelques morceaux que l’on connaît parfaitement et que l’on apprécie particulièrement. Il faut absolument être attentif à certains détails ou micro détails qui paraîtront plus ou moins évidents d’un système et d’une écoute à l’autre.
Une écoute à tête reposée permettra sans doute de constater des nuances en matière de chaleur, de fluidité, de positionnement des musiciens sur la scène sonore. L’idéal est de consigner ses impressions par écrit et de noter soigneusement les références du système, et les impressions que procurent l’écoute, ce qui pourra faciliter la comparaison.

Munis de ces rudiments de consignes, on peut déjà se faire une opinion satisfaisante des qualités et couleurs tonales d’un système complet, ou d’ éléments séparés. Je vous assure, c’est à la portée de tous