Quel est le maillon audio le plus influent d’une chaîne haute fidélité ?

L’édito de Lionel

 

Quel est le maillon audio le plus influent
d’une chaîne haute fidélité ?

Voici encore une question qui vient tarauder l’esprit des audiophiles et des mélomanes et qui revient sans cesse sur le tapis depuis que l’être humain s’intéresse à la reproduction musicale et à la haute fidélité …
La lecture des forums sur un nombre incroyable de diagnostics, de réponses, d’affirmations plus ou moins explicites, vérifiées et fondées. Absolument tous les maillons y passent, avec une répartition en pourcentages qui laisse les néophytes pour le moins interrogatifs.

En fait, le sujet est assez simple à appréhender, et la réponse est ancestrale et peut se résume ainsi : une chaîne haute fidélité prend la ” valeur musicale ” du maillon le plus perfectible, ou le moins performant.
En marge de ce rappel, les contributeurs à certaines réflexions oublient un peu vite qu’une chaîne haute fidélité doit avant tout être cohérente, avec une restitution équilibrée. Il est faux de croire que tous éléments peuvent s’associer de la manière la plus naturelle qui soit. Ainsi, certains maillons de haute qualité ne sont pas forcément compatibles avec les autres, et pour illustrer mon propos, je mettrais volontiers en avant le cas d’un mariage entre l’amplificateur et les enceintes acoustiques, et le cas des câbles de modulation et haut-parleurs, dont les effets ont très souvent une influence importante sur l’harmonie générale.

Ensuite, en dépit de ces rappels, il est absolument évident que le lieu d’écoute est une composante qui va déterminer les caractéristiques qualitatives de la restitution musicale d’ensemble.
Le mobilier, la qualité des matériaux muraux et du sol, les fenêtres, les revêtements, l’architecture de la pièce auront une influence non négligeable sur le rendu final. Ensuite, entrent en ligne de compte les supports / meubles qui génèrent plus ou moins de vibrations qui aurons un impact plus ou moins élevé sur les appareils et peuvent radicalement transformer la texture sonore, les timbres, la spatialisation, etc…

Enfin, il faudra aussi être vigilant avec les supports d’enregistrements analogiques ou numérique et le soin apportés à la prise de son et au mixage.
En effet, dans le cas d’enregistrements ”perfectibles”, un ensemble audio pourtant bien constitué, homogène et équilibré, contribuera à rendre ces enregistrements plus ou moins agréables à écouter. Il faudra nécessairement veiller à ne pas confondre la qualité de l’enregistrement avec celle du système haute fidélité, ou de l’un de ses maillon constitutif.

Soyons donc vigilants lorsque l’on évoque l’influence du maillon le plus faible, il faudra donc intégrer dans l’analyse l’ensemble de tous les paramètres avant de tirer une conclusion définitive, et incriminer tel ou tel maillon.

C’est sur ce préambule qui augure une nouvelle année audiophile que nous espérons riche en nouveautés, que Yves et moi, vous présentons nos meilleurs vœux 2013, et que celle-ci soit pleinement musicale.