ORTOFON 2M Blue

Cellule phonocaptrice
Aimant mobile (MM)

Origine : Danemark
Niveau de sortie : 5 mV
Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz à + 2 / – 1 dB
Impédance de charge : 47 Kohms
Séparation des canaux : 25 dB à 1 kHz et 15 dB à 15 kHz
Force d’appui recommandée : 1,8 grammes
Poids : 7,2 grammes

 

 

ORTOFON est l’un des constructeurs de cellules phonocaptrices les plus convoités. Son catalogue comporte un nombre important de cellules de toutes gammes. La cellule qui nous intéresse aujourd’hui appartient à la gamme 2M qui comporte sept références dont une pour disques monophoniques et une pour disques pressés en 78 tours / minutes.

La 2M Blue n’est pas la cellule la plus sophistiquée, mais n’est pas non plus une cellule de bas de gamme. Elle intègre tous les éléments et le savoir-faire ancestral du constructeur Danois en la matière. Cette cellule est de type aimant mobile. Elle pourra accompagner un bon nombre de platines et de sections phono de début  à milieu de gamme.

La 2M Blue délivre une tension en sortie appréciable de 5 mV. Son originalité repose sur son générateur de technologie MM, son diamant nu et ses  broches à pôles fendus avec un fil de cuivre. Le corps de la cellule est fabriqué en Hopelex, un matériau respectueux de l’environnement qui assure une grande rigidité tout en éliminant les résonances indésirables.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

Platines vinyles ELIPSON Chroma 400, THORENS TD 166 Mk2 & DENON DP-30 L(S),
préamplificateur phono MOON 310 LP Mk2,
– Préamplificateur YBA Classic 3 Delta & bloc de puissance YBA 3 Delta / double transformateur 2 x 400 VA,
Amplificateur intégré YBA Genesis IA3A,
– enceintes acoustiques PEL Kantor,
– Câbles de modulation ESPRIT Beta 8G 2019, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid, VAN DEN HUL the Name,
– Câbles HP ESPRIT Beta 8G 2019, YBA Diamond, MELODIKA Brown Sugar BSSC45.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna. Barrette & câbles secteur CONFIDENCE Audio.

Vinyles sélectionnés : Gershwin & sa musique ~ Frank Chacksfield – Soul Bossa Nova ~ Quincy Jones – Nameless & Stay Tuned ~ Dominique Fils-Aimé La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua The Secret of Climbing ~ Stephen FearingBarry Lindon ~ bande originale du film La découverte ou l’ignorance ~ Tri YannConcertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach ~ The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten – Workshop & Down Home ~ Chet Atkins Shadow Hunter ~ Davy Spillane « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – The Complete ~ Mike Oldfield Swinging Safari ~ Bert KaempfertContrastes par PachacamacThe Complete ~ Mike Oldfield Shadow Hunter ~ Davy Spillane Crucifixus ~ Jean-Christian Michel Le Vaisseau de Pierre ~ Tri Yann Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach interprétée aux grandes orgues par Marie-Claire Alain Barry Lindon ~ bande originale du film Quiet Nights ~ Diana Krall, etc…

Mise en oeuvre – musicalité et impressions d’ensemble

Cette cellule a fait ses premiers pas en compagnie de la platine ELIPSON Chroma 400 dont le banc d’essai est disponible ICI. Ensuite, un montage respectif sur les platines THORENS TD 166 Mk 2 et DENON DP-30 L(S). Alternativement, ces platines ont été connectées sur la section pré-phono MM du préamplificateur YBA Classic 3 Delta, puis via le préamplificateur phono MOON 310 LP Mk2.

Ces différents types de « montages » ont pour objectif de cerner le comportement et le tempérament musical de la cellule. Soyons clairs : l’association avec la platine ELIPSON se solde par une déception, non imputable à la cellule elle-même. On oubliera cette option et la platine elle-même.

La bonne surprise nous vient du mariage avec les deux autres platines. Ma préférence ira naturellement vers la platine THORENS dont la musicalité me semble plus naturelle et surtout une réduction du bruit de fond. Par ailleurs, bien que la section phono du préamplificateur YBA Classic 3 soit de bonne qualité, la reconfiguration en mode MM du préamplificateur phono MOON 310 LP Mk2 apporte un grand nombre d’informations supplémentaires et une grande valeur ajoutée.

Pour la philosophie musicale, je dirais que cette cellule se situe entre la GRADO Prestige Gold 1 et la REGA Elys 2. 2M Blue présente une signature musicale moins caractéristique que celle de la GRADO, avec un bas médium / grave dégraissé et un registre grave qui descend suffisamment profondément pour être crédible.
La lisibilité apparaît très bonne : les note de contrebasse et de guitare basse peuvent être suivies sans difficulté. Elles sont par ailleurs reproduites avec une propreté immaculée.

Presque aussi douce que la GRADO, le haut du spectre apparaît plus ouvert. Les violons sont traités avec un filé soyeux avec un brin de détails supplémentaires qui aboutit à une meilleure substance. Nous obtenons dès lors une transparence accrue proche de celle de la REGA Elys 2. Nous pourrons également compter sur le beau grain obtenu avec des instruments acoustiques, tels que le clavecin mais aussi des violons et violoncelles baroques.

La 2M Blue met fièrement l’accent sur les détails comme nous pouvons nous en rendre compte sur les Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber orchestra – Direction Benjamen Britten ou encore La Folia de la Spagna de Gregorio Paniagua. Pour ce qui a trait aux nuances, nous pourrons nous réjouir que cette cellule soit dans la lignée des meilleures de sa catégorie. Nous percevons nettement différents types de « gradations » sur des instruments baroques, classiques, de même que sur les vocaux.

La scène sonore offre un panorama d’une bonne ampleur. L’extension n’est peut-être pas celle de la GRADO Prestige Gold 1, cependant on peut y gagner avec un préamplificateur phono séparé et un câble bien ciblé. La séparation des canaux autorise une reproduction déliée et une image contenant des plans structurés et contrastés.

Sur l’aspect dynamique, il n’y a pas de critiques négatives à formuler. La 2M Blue se montre à la hauteur. C’est une cellule finalement très souple qui répond aux sollicitations et aux excentricités de certaines prises de sons et pressages parfois complexes. Les accélérations et les écarts de dynamique sont impeccablement pris en charge. Cela permet de bénéficier de tout le contenu d’une prise de son et d’un pressage méticuleux.

• Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

C’est acté ! : toute la magie du disque vinyle se retrouve en compagnie de la cellule 2M Blue. J’ai agréablement surpris par l’envergure que pouvait prendre cet enregistrement dans la pièce d’écoute. Au-delà de cette première réflexion, nous nous apercevons rapidement que la musicalité est dépourvue de caricatures ou de traits de caractère trop prononcés. Cette cellule privilégie l’harmonie et l’équilibre entre les registres grave, médium et aigu.

Par ailleurs, cette cellule arrive à extraire un bon nombre d’informations du sillon de façon à rendre l’écoute agréable – c’est le minimum – tout rendant l’expression de l’interprète naturelle. Nous pouvons goûter en toute quiétude la texture de la voix suave de Dominique Fils-Aimé. Les articulations, le phrasé, les aspirations et expirations, reprises de soufflet sont reproduits avec une bonne authenticité. Le reste de la sobre orchestrations est même éblouissante, avec en point d’orgue les percussions qui semblent s’envoler au sein de l’espace sonore avec liberté.

• La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua (vinyle 33 tr/m)

Tout comme sa version CD souvent utilisée dans mes tests, la version vinyle se sent à l’aise en compagnie de cette cellule. Les différents extraits ont cette faculté de chanter. On retrouve une scène sonore aérée, dépolluée de toute forme de voile ou autres imperfections. La 2M Blue va relativement loin dans les détails. Aussi, il n’est pas rare de retrouver un son de clavecin « bien tempéré »  si je puis m’exprimer ainsi. Sans être incisif, ce clavecin s’exprime clairement. Selon les notes, on y retrouve une texture qui va du terne à l’étincelant : cela nous montre que la cellule travaille avec une bonne rigueur par rapport à la prise de son et délivre un message bien nuancé. Autours de l’instrument, l’ensemble orchestral apporte aussi une richesse et une foule d’harmoniques qui sont loin de passer inaperçus ou qui sembleraient anecdotiques.

Cette cellule s’y entend pour vous faire déguster ces « sucreries musicales » dans de bonnes conditions car ses capacités d’analyse lui permettent de mettre en lumière un grand nombre de détails

• Barry Lindon (B.O. du film)

A travers les différents extraits qui illustrent cet album qui regroupe différents styles et thèmes, on ne pourra pas prétendre que la cellule ORTOFON est insuffisamment « performante » pour ne pas procurer les émotions sur les passages les plus « prenants ».

De surcroît, il n’est pas forcément requis d’écouter à volume élevé ou d’être hyper concentré pour percevoir ce qui procure des petits frissons de satisfaction. Bien entendu, et j’insiste, la platine ainsi que le reste de l’équipement doivent être à niveau et avoir un potentiel communicatif reconnu.

Je dois reconnaître que j’ai eu un petit pincement au cœur en écoutant les airs traditionnels Irlandais interprétés par the Chieftains. Flûte, harpe celtique, et autres instruments celtiques reflètent une restitution ouverte, dépourvue de toute forme de crispation. Mais, entre tous, c’est bien Le Trio avec piano Opus 100 – second mouvement de Schubert qui m’a le plus épaté. Même si un léger bruit de fond affiche une présence discrète lorsque le piano joue seul, ce petit désagrément inhérent à la prise de son analogique se fait vite oublier au profit de sensations proches d’un « équipement » de gamme supérieure.

Enfin, la Sarabande de Haendel affiche une présence affirmée avec sa dimension réaliste. Si l’interprétation est divine, la reproduction ne démérite pas non plus. Les percussions sont consistantes, la montée en puissance de l’orchestre est maîtrisée, chaque plan est à sa place – nous les distinguons parfaitement les uns des autres, sans compter le grain et les vibrations si particulières du solo de violoncelle.

Conclusion :

Au tarif où elle est commercialisée, la cellule ORTOFON 2M Blue offre des perspectives musicales intéressantes. Pour en tirer pleinement profit ainsi que de vos précieux enregistrements vinyles, il est requis de la monter sur une platine vinyle de bonne qualité et de veiller à ce que la section phono MM de votre amplificateur soit également en conformité avec le tandem platine / cellule. Un petit préamplificateur phono dédié serait alors le bienvenu.

Si ces quelques recommandations sont respectées, cette cellule saura séduire les amateurs de disques vinyles et leur procurer la joie de l’écoute analogique.

 

 

Prix : 210 (08/2021)

Banc d’essai réalisé par
Lionel Schmitt