NAD PP2e

Préamplificateur phono MM / MC
Origine : Canada
Gain : 35 dB (MM) et 60 dB (MC)
Distorsion 20 Hz à 20 kHz : < 0,03%
Impédance d’entrée MM : 47 kohms, 200 pF
Impédance d’entrée MC : 100 kohms, 180 pF
Sensibilité d’entrée MM (ref. 200 mV en sortie)  : 3,5 mV
Sensibilité d’entrée MC (ref. 200 mV en sortie)  : 0,2 mV
Rapport signal / bruit pondéré A MM : 80 dB
Rapport signal / bruit pondéré A MC : 78 dB
Surcharge d’entrée MM : 10 / 102 / 950 mV
Surcharge d’entrée MC : 0,8 / 9 / 84 mV

 

Il paraissait évident que le vinyle ayant le vent en poupe, NAD s’inscrive dans la production de platines vinyles et de préamplificateurs phono séparés. Sur ce segment, l’ambition n’est pas démesurée, mais au moins le concepteur a fait l’effort de réaliser deux petits préamplificateurs séparés dont le PP 2e, qui, sous ses allures compactes offre la possibilité d’être compatible avec les cellules MM et MC.

NAD ne s’étend pas sur ce qui a présidé à la conception du PP 2e. Ce préamplificateur phono se présente sous la forme d’un boîtier métallique de faible encombrement et d’un poids de 500 grammes.
Le PP 2e adopte une alimentation séparée de 23,5 volts afin de minimiser tout bruit parasite et autre pollution d’origine électromagnétique.
En revanche, on ne sait pas ce qu’il y a à l’intérieur. Dans un souci d’économie d’énergie, le concepteur précise que le PP 2e sera mettra automatiquement en veille lors d’une inutilisation prolongée.

Si la face avant se limite au sélecteur de mise sous tension et à une diode bleue de rappel, la face arrière est plus complète. On y trouve, les connecteurs RCA d’entrées séparés pour une platine vinyle munie d’une cellule à aimant mobile et une autre platine munie d’une cellule à aimant mobile. Un simple interrupteur permet la sélection MM / MC. Aucun réglage complémentaire n’est à la disposition de l’utilisateur. Une borne “masse” vissante et une paire de sortie RCA complètent le tableau.

Ecoute et impressions :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

– platine vinyle DENON DP30L(S) & cellules MM GRADO Signature, AUDIO TECHNICA AT 125LC, REGA Elys2,
– platine vinyle REGA RP8 & cellule MC REGA Ania,
– préamplificateur YBA 3 Delta et bloc de puissance YBA 3 Delta DT,
– enceintes acoustiques PE LEON Kantor,
– câbles de modulation ESPRIT Beta 2019, ESPRIT Aura, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid,
– câbles HP ESPRIT Beta 2019 et YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

DENON DP 30L(S) & REGA RP8

 

Vinyles sélectionnés : Contrastes par Pachacamac – Stéréo à la carte ~ collection Decca Phase 4 – Two Pianos in Holliwood par The London Festival Orchestra – Guitar Genius ~ Chet Atkins Barry – Lindon ~ bande originale du film – Carolan’s Favourite ~ Derek Bell – All Time  Favorite Melodies of Japan – The Glory that was Gershwin ~ Frank Chacksfield – Saint Kilda Wedding ~ Ossian – Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m) – Quiet Night’s ~ Diana Krall – Quincy Jones – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete ~ Mike Oldfield – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre  – Molière ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten – Crucifixus par Jean-Christian Michel – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata, etc…

Approche globale  impressions d’ensemble

Quitte à faire les choses, autant les faire bien. Dans cette optique, il me paraissait bon de tester ce préamplificateur phono avec deux platines et des cellules différentes. Pour la circonstance, j’ai remis en “route” la platine à entrainement direct DENON DP 30L(S) avec différentes cellules à aimant mobile.
Le PP 2e étant pourvue d’une entrée à bobine mobile, la platine REGA RP 8 et la cellule REGA Ania ont permis de cerner le tempérament musical sur ce type d’équipement. Chaque disque vinyle a été écouté alternativement avec chaque platine et chaque cellule.

La mise en oeuvre est simple puisque aucun réglage “fin” n’est requis. Pour la connexion, j’ai été assez surpris de constater que l’introduction de câbles de haut de gamme ne changeait pas grand chose sur le comportement purement musical. Avec les câbles de référence utilisés, on gagne un peu en spatialisation, aération et délié.

Sans dévoiler ce qui va suivre, je dois reconnaître que ce préamplificateur phono n’a pas réellement de quoi surprendre. Il délivre une musicalité plutôt “conventionnelle”, et les différences entre les platines munies de cellules MM et MC laissent apparaître des différences notables.

Couleurs tonales

• Quiet Nights ~ Diana Krall
• Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten
• Shadow Hunter ~ Davy Spillane

Avec la platine DENON et les cellules MM, il me semble que le PP 2e fait correctement le job. On retrouve la sonorité typiquement analogique d’un disque vinyle. Les couleurs tonales sont satisfaisantes et relativement équilibrées. Le PP 2e ne file pas très haut sur les aigües et ne descend pas très bas dans le grave. C’est davantage le registre médium qui est privilégié. Si l’on est pas trop perfectionniste, on pourra apprécier les instruments d’époque au travers les Concertos Brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach. Je leur trouve une teinte assez naturelle. D’ailleurs, ces Concertos ne requièrent pas d’avoir une exploration des soubassements à outrance.

Avec la platine REGA et la cellule à MC, c’est une autre histoire. La musicalité manque de limpidité, de couleur, pour ne pas dire de panache. Je trouve que ce préamplificateur ne fouille pas suffisamment le message sonore. Shadow Hunter de Davy Spillane, tout comme les Concertos Brandebourgeois sont tristes à mourir. La magie du Uilleann pipe ou du tin whistle ne s’opère pas. La reproduction affiche une texture plutôt décharnée qui montre que ce préamplificateur phono n’a pas été conçu pour tirer le meilleur parti des cellules à bobines mobiles.

Pour les vocaux de Diana Krall, rien de transcendant non plus avec une cellule à bobine mobile. On pourra trouver un certain plaisir d’écoute avec les cellules à aimant mobile et notamment une Grado qui apporte une certaine rondeur qui sied à la plupart des extraits de Quiet Night. Le gain en matière est un peu supérieur, mais dans les deux cas, la transparence fait cruellement défaut.

Dynamique – réactivité – rigueur

• Toccata & Fugue en Ré mineur – Jean-Sébastien Bach ~ Direction Camarata
• Le Vaisseau de Pierre & Café du bon coin ~Tri Yann

Le moins que l’on puisse dire est que ce préamplificateur n’est pas un foudre de guerre. Quelque soit le type de cellule ou platine utilisée, la capacité à réagir vite et bien n’est pas la qualité première du PP 2e.

Au travers ces disques vinyles, j’ai eu l’impression d’écouter la musique avec mes premiers amplificateurs intégrés et platines vinyle, il y a de cela plus de 40 ans. La dynamique peut être considérée comme correcte, mais les montées en puissance de Toccata & Fugue en Ré mineur mise en orchestration par Camarata sont un peu laborieuses. Le “déferlantes” d’un orchestre symphonique qui illustrent habituellement cette transcription ont une fougue limitées, et sont sérieusement “écornées”.

L’opéra Folk-Rock Le vaisseau de Pierre de Tri Yann et Café du Bon Coin qui comporte des morceaux absolument fougueux, ou la rythmique échevelée est de taille à réveiller un système mou, n’a rien d’extraordinaire non plus. J’ai eu le sentiment que ces extraits apparaissaient timides, confinés, voir mornes. Les écarts de dynamiques sont tout de même assez bien gérés. Cependant, la guitare basse, n’a pas de poids, la batterie manque de punch. J’ai eu l’impression, que la reproduction manquait alors de netteté et de rapidité. Ainsi, la réactivité est globalement moyenne.
Plus surprenant encore : le changement de câble de modulation amène très peu de choses. il sera donc inutile de débourser des sommes importantes dans un câble de haut de gamme.

Scène & espace sonore

• Barry Lindon (B.O. du film)

J’attendais beaucoup de cette bande originale de film. Elle comporte notamment l’incontournable Sarabande de Haendel, qui habituellement se déploie avec majesté dans la pièce d’écoute.
Pour être sincère, en mode MM, je reconnais que ce préamplificateur offre une spatialisation conforme à ce que délivre les cellules utilisées. En mode MC, je n’ai pas senti de “montée en puissance” qualitative. Les plans sont correctement étagés, le milieu de la scène sonore est bien documenté et les effets stéréo / séparation des canaux sont recevables.
J’ai constaté malgré tout que la  construction de la scène sonore manquait de relief, même si l’on décèle tout de même les instruments de premier plan de ceux de second plan. L’étoffe reste à mon sens, assez limitée, sans grande envergure. Ce préamplificateur ne permet pas d’obtenir une aération de haut niveau. La musique n’a pas le déploiement attendu, et l’effet de confinement ne plaide pas en faveur d’une écoute détendue.

Communication avec l’auditeur

Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Ce disque vinyle de référence à l’excellent pressage ne dévoile malheureusement pas avec ce préamplificateur phono toute sa substance. Certes, l’écoute analogique peut faire forte impression, notamment avec une cellule MM. Avec la cellule MC, la supériorité sur le grain, les détails, les nuances auraient du produire des effets. Le résultat n’est, de loin, pas en conformité avec ce que j’attendais.
L’analyse relativement limitée exclut de savourer totalement l’expression de la diction de Dominique Fils-Aimé. Une forme de flou s’installe entre l’artiste et l’auditeur. Les harmoniques sont cruellement écourtées; les notes n’évoluent pas dans le temps et l’espace avec cette “légèreté” qui caractérise habituellement les différents thèmes de Nameless. Heureusement la fluidité propre au vinyle n’est pas à remettre en question – c’est déjà ça !

On ne se consolera pas avec la notion d’émotion. Ce préamplificateur a une fâcheuse tendance à “simplifier” le message sonore, à minimiser l’expression. Une forme de voile gâche le détourage franc sur les percussions, la voix, et même le jeu de contrebasse.

 

Conclusion :

A l’heure du bilan, que penser de ce préamplificateur phono. Musicalement il y a à redire. Ses prestations avec des cellules à aimant mobiles sont recevables; c’est loin d’être le cas avec les cellules à bobine mobile. Je pense que le PP 2e n’est pas destiné aux système audio, ni platines / cellules de très haut de gamme. Ce préamplificateur est davantage destiné au matériel de début de gamme. Ses prestations générales sont “perfectibles” sur pas mal de points, et sur ce créneau, la concurrence est plutôt rude.

 

 

Prix communiqué par NAD : 189 € (08/2020)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt