NAD PP2e

Préamplificateur phono MM / MC
Origine : Canada
Gain : 35 dB (MM) et 60 dB (MC)
Distorsion 20 Hz Ă  20 kHz : < 0,03%
ImpĂ©dance d’entrĂ©e MM : 47 kohms, 200 pF
ImpĂ©dance d’entrĂ©e MC : 100 kohms, 180 pF
SensibilitĂ© d’entrĂ©e MM (ref. 200 mV en sortie)  : 3,5 mV
SensibilitĂ© d’entrĂ©e MC (ref. 200 mV en sortie)  : 0,2 mV
Rapport signal / bruit pondéré A MM : 80 dB
Rapport signal / bruit pondéré A MC : 78 dB
Surcharge d’entrĂ©e MM : 10 / 102 / 950 mV
Surcharge d’entrĂ©e MC : 0,8 / 9 / 84 mV

 

Il paraissait Ă©vident que le vinyle ayant le vent en poupe, NAD s’inscrive dans la production de platines vinyles et de prĂ©amplificateurs phono sĂ©parĂ©s. Sur ce segment, l’ambition n’est pas dĂ©mesurĂ©e, mais au moins le concepteur a fait l’effort de rĂ©aliser deux petits prĂ©amplificateurs sĂ©parĂ©s dont le PP 2e, qui, sous ses allures compactes offre la possibilitĂ© d’ĂŞtre compatible avec les cellules MM et MC.

NAD ne s’Ă©tend pas sur ce qui a prĂ©sidĂ© Ă  la conception du PP 2e. Ce prĂ©amplificateur phono se prĂ©sente sous la forme d’un boĂ®tier mĂ©tallique de faible encombrement et d’un poids de 500 grammes.
Le PP 2e adopte une alimentation sĂ©parĂ©e de 23,5 volts afin de minimiser tout bruit parasite et autre pollution d’origine Ă©lectromagnĂ©tique.
En revanche, on ne sait pas ce qu’il y a Ă  l’intĂ©rieur. Dans un souci d’Ă©conomie d’Ă©nergie, le concepteur prĂ©cise que le PP 2e sera mettra automatiquement en veille lors d’une inutilisation prolongĂ©e.

Si la face avant se limite au sĂ©lecteur de mise sous tension et Ă  une diode bleue de rappel, la face arrière est plus complète. On y trouve, les connecteurs RCA d’entrĂ©es sĂ©parĂ©s pour une platine vinyle munie d’une cellule Ă  aimant mobile et une autre platine munie d’une cellule Ă  aimant mobile. Un simple interrupteur permet la sĂ©lection MM / MC. Aucun rĂ©glage complĂ©mentaire n’est Ă  la disposition de l’utilisateur. Une borne “masse” vissante et une paire de sortie RCA complètent le tableau.

Ecoute et impressions :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

– platine vinyle DENON DP30L(S) & cellules MM GRADO Signature, AUDIO TECHNICA AT 125LC, REGA Elys2,
– platine vinyle REGA RP8 & cellule MC REGA Ania,
– préamplificateur YBA 3 Delta et bloc de puissance YBA 3 Delta DT,
– enceintes acoustiques PE LEON Kantor,
– câbles de modulation ESPRIT Beta 2019, ESPRIT Aura, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid,
– câbles HP ESPRIT Beta 2019 et YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

DENON DP 30L(S) & REGA RP8

 

• Vinyles sélectionnés : Contrastes par Pachacamac – Stéréo à la carte ~ collection Decca Phase 4 – Two Pianos in Holliwood par The London Festival Orchestra – Guitar Genius ~ Chet Atkins Barry – Lindon ~ bande originale du film – Carolan’s Favourite ~ Derek Bell – All Time  Favorite Melodies of Japan – The Glory that was Gershwin ~ Frank Chacksfield – Saint Kilda Wedding ~ Ossian – Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m) – Quiet Night’s ~ Diana Krall – Quincy Jones – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete ~ Mike Oldfield – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre  – Molière ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten – Crucifixus par Jean-Christian Michel – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata, etc…

Approche globale – impressions d’ensemble

Quitte Ă  faire les choses, autant les faire bien. Dans cette optique, il me paraissait bon de tester ce prĂ©amplificateur phono avec deux platines et des cellules diffĂ©rentes. Pour la circonstance, j’ai remis en “route” la platine Ă  entrainement direct DENON DP 30L(S) avec diffĂ©rentes cellules Ă  aimant mobile.
Le PP 2e Ă©tant pourvue d’une entrĂ©e Ă  bobine mobile, la platine REGA RP 8 et la cellule REGA Ania ont permis de cerner le tempĂ©rament musical sur ce type d’Ă©quipement. Chaque disque vinyle a Ă©tĂ© Ă©coutĂ© alternativement avec chaque platine et chaque cellule.

La mise en oeuvre est simple puisque aucun rĂ©glage “fin” n’est requis. Pour la connexion, j’ai Ă©tĂ© assez surpris de constater que l’introduction de câbles de haut de gamme ne changeait pas grand chose sur le comportement purement musical. Avec les câbles de rĂ©fĂ©rence utilisĂ©s, on gagne un peu en spatialisation, aĂ©ration et dĂ©liĂ©.

Sans dĂ©voiler ce qui va suivre, je dois reconnaĂ®tre que ce prĂ©amplificateur phono n’a pas rĂ©ellement de quoi surprendre. Il dĂ©livre une musicalitĂ© plutĂ´t “conventionnelle”, et les diffĂ©rences entre les platines munies de cellules MM et MC laissent apparaĂ®tre des diffĂ©rences notables.

Couleurs tonales

• Quiet Nights ~ Diana Krall
• Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten
• Shadow Hunter ~ Davy Spillane

Avec la platine DENON et les cellules MM, il me semble que le PP 2e fait correctement le job. On retrouve la sonoritĂ© typiquement analogique d’un disque vinyle. Les couleurs tonales sont satisfaisantes et relativement Ă©quilibrĂ©es. Le PP 2e ne file pas très haut sur les aigĂĽes et ne descend pas très bas dans le grave. C’est davantage le registre mĂ©dium qui est privilĂ©giĂ©. Si l’on est pas trop perfectionniste, on pourra apprĂ©cier les instruments d’Ă©poque au travers les Concertos Brandebourgeois de Jean-SĂ©bastien Bach. Je leur trouve une teinte assez naturelle. D’ailleurs, ces Concertos ne requièrent pas d’avoir une exploration des soubassements Ă  outrance.

Avec la platine REGA et la cellule Ă  MC, c’est une autre histoire. La musicalitĂ© manque de limpiditĂ©, de couleur, pour ne pas dire de panache. Je trouve que ce prĂ©amplificateur ne fouille pas suffisamment le message sonore. Shadow Hunter de Davy Spillane, tout comme les Concertos Brandebourgeois sont tristes Ă  mourir. La magie du Uilleann pipe ou du tin whistle ne s’opère pas. La reproduction affiche une texture plutĂ´t dĂ©charnĂ©e qui montre que ce prĂ©amplificateur phono n’a pas Ă©tĂ© conçu pour tirer le meilleur parti des cellules Ă  bobines mobiles.

Pour les vocaux de Diana Krall, rien de transcendant non plus avec une cellule Ă  bobine mobile. On pourra trouver un certain plaisir d’Ă©coute avec les cellules Ă  aimant mobile et notamment une Grado qui apporte une certaine rondeur qui sied Ă  la plupart des extraits de Quiet Night. Le gain en matière est un peu supĂ©rieur, mais dans les deux cas, la transparence fait cruellement dĂ©faut.

Dynamique – réactivité – rigueur

• Toccata & Fugue en RĂ© mineur – Jean-SĂ©bastien Bach ~ Direction Camarata
• Le Vaisseau de Pierre & Café du bon coin ~Tri Yann

Le moins que l’on puisse dire est que ce prĂ©amplificateur n’est pas un foudre de guerre. Quelque soit le type de cellule ou platine utilisĂ©e, la capacitĂ© Ă  rĂ©agir vite et bien n’est pas la qualitĂ© première du PP 2e.

Au travers ces disques vinyles, j’ai eu l’impression d’Ă©couter la musique avec mes premiers amplificateurs intĂ©grĂ©s et platines vinyle, il y a de cela plus de 40 ans. La dynamique peut ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme correcte, mais les montĂ©es en puissance de Toccata & Fugue en RĂ© mineur mise en orchestration par Camarata sont un peu laborieuses. Le “dĂ©ferlantes” d’un orchestre symphonique qui illustrent habituellement cette transcription ont une fougue limitĂ©es, et sont sĂ©rieusement “Ă©cornĂ©es”.

L’opĂ©ra Folk-Rock Le vaisseau de Pierre de Tri Yann et CafĂ© du Bon Coin qui comporte des morceaux absolument fougueux, ou la rythmique Ă©chevelĂ©e est de taille Ă  rĂ©veiller un système mou, n’a rien d’extraordinaire non plus. J’ai eu le sentiment que ces extraits apparaissaient timides, confinĂ©s, voir mornes. Les Ă©carts de dynamiques sont tout de mĂŞme assez bien gĂ©rĂ©s. Cependant, la guitare basse, n’a pas de poids, la batterie manque de punch. J’ai eu l’impression, que la reproduction manquait alors de nettetĂ© et de rapiditĂ©. Ainsi, la rĂ©activitĂ© est globalement moyenne.
Plus surprenant encore : le changement de câble de modulation amène très peu de choses. il sera donc inutile de débourser des sommes importantes dans un câble de haut de gamme.

Scène & espace sonore

• Barry Lindon (B.O. du film)

J’attendais beaucoup de cette bande originale de film. Elle comporte notamment l’incontournable Sarabande de Haendel, qui habituellement se dĂ©ploie avec majestĂ© dans la pièce d’Ă©coute.
Pour ĂŞtre sincère, en mode MM, je reconnais que ce prĂ©amplificateur offre une spatialisation conforme Ă  ce que dĂ©livre les cellules utilisĂ©es. En mode MC, je n’ai pas senti de “montĂ©e en puissance” qualitative. Les plans sont correctement Ă©tagĂ©s, le milieu de la scène sonore est bien documentĂ© et les effets stĂ©rĂ©o / sĂ©paration des canaux sont recevables.
J’ai constatĂ© malgrĂ© tout que la  construction de la scène sonore manquait de relief, mĂŞme si l’on dĂ©cèle tout de mĂŞme les instruments de premier plan de ceux de second plan. L’Ă©toffe reste Ă  mon sens, assez limitĂ©e, sans grande envergure. Ce prĂ©amplificateur ne permet pas d’obtenir une aĂ©ration de haut niveau. La musique n’a pas le dĂ©ploiement attendu, et l’effet de confinement ne plaide pas en faveur d’une Ă©coute dĂ©tendue.

Communication avec l’auditeur

• Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Ce disque vinyle de rĂ©fĂ©rence Ă  l’excellent pressage ne dĂ©voile malheureusement pas avec ce prĂ©amplificateur phono toute sa substance. Certes, l’Ă©coute analogique peut faire forte impression, notamment avec une cellule MM. Avec la cellule MC, la supĂ©rioritĂ© sur le grain, les dĂ©tails, les nuances auraient du produire des effets. Le rĂ©sultat n’est, de loin, pas en conformitĂ© avec ce que j’attendais.
L’analyse relativement limitĂ©e exclut de savourer totalement l’expression de la diction de Dominique Fils-AimĂ©. Une forme de flou s’installe entre l’artiste et l’auditeur. Les harmoniques sont cruellement Ă©courtĂ©es; les notes n’Ă©voluent pas dans le temps et l’espace avec cette “lĂ©gèretĂ©” qui caractĂ©rise habituellement les diffĂ©rents thèmes de Nameless. Heureusement la fluiditĂ© propre au vinyle n’est pas Ă  remettre en question – c’est dĂ©jĂ  ça !

On ne se consolera pas avec la notion d’Ă©motion. Ce prĂ©amplificateur a une fâcheuse tendance Ă  “simplifier” le message sonore, Ă  minimiser l’expression. Une forme de voile gâche le dĂ©tourage franc sur les percussions, la voix, et mĂŞme le jeu de contrebasse.

 

Conclusion :

A l’heure du bilan, que penser de ce prĂ©amplificateur phono. Musicalement il y a Ă  redire. Ses prestations avec des cellules Ă  aimant mobiles sont recevables; c’est loin d’ĂŞtre le cas avec les cellules Ă  bobine mobile. Je pense que le PP 2e n’est pas destinĂ© aux système audio, ni platines / cellules de très haut de gamme. Ce prĂ©amplificateur est davantage destinĂ© au matĂ©riel de dĂ©but de gamme. Ses prestations gĂ©nĂ©rales sont “perfectibles” sur pas mal de points, et sur ce crĂ©neau, la concurrence est plutĂ´t rude.

 

 

Prix communiqué par NAD : 189 € (08/2020)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt