NAD C300

NAD C300

Origine : Grande Bretagne
Ampli-préampli intégré à transistors
Puissance : 2 x 25 W sous 8 ohms
Taux de distorsion : < 0.03 %
Rapport signal/bruit : 100 dB
7 entrées haut niveau dont 2 monitoring
2 sorties magnétophone

NAD : l’enfant terrible de la haute fidĂ©litĂ© ! Qui ne connaĂ®t cette marque d’origine britannique dont la plupart des appareils sont fabriquĂ©s dans le sud est asiatique, et qui ne cesse de se faire remarquer depuis plus de 20 ans.

Le C300 appartient Ă  la gamme ”Classique” de la marque en opposition Ă  la gamme T pour ” Theater ” et Ă  l’excellente gamme S pour ” Silver ”. Le C300 est un amplificateur intĂ©grĂ© de dĂ©but de gamme Ă  vocation Ă©conomique. SobriĂ©tĂ©, efficacitĂ©, Ă©conomie sont le rĂ©sultat de l’alchimie qui a engendrĂ©e le C300.
La prĂ©sentation un peu triste ma foi ne dĂ©roge pas Ă  la tradition de la marque : la façade en pur plastique massif gris comprend les commandes de sĂ©lection des sources ( 7 au total ), un rĂ©glage de volume, 2 rĂ©glages de tonalitĂ©, une balance, et une prise casque. A noter que l’interrupteur marche/arrĂŞt se trouve en façade, et qu’une commande ” Tone Defeat ” permet de dĂ©brayer les rĂ©glages de tonalitĂ©.
Une minuscule tĂ©lĂ©commande se trouve perdue dans le fond du carton d’emballage ; alors attention avant de le jeter celui-ci…..

Si la façade paraĂ®t un peu fade, il n’en va pas de mĂŞme pour l’Ă©lectronique. Après avoir ouvert le capot, on est surpris de dĂ©couvrir une Ă©lectronique de cette qualitĂ© de fabrication; Ă  commencer par le circuit imprimĂ© en verre Ă©poxy double face d’un superbe bleu turquoise.
Le transformateur d’alimentation est enfermĂ© dans un boĂ®tier en aluminium afin d’Ă©viter tout rayonnement parasite ( dĂ©licate attention ). Le filtrage progressif est confiĂ© Ă  tout d’abord par 2 condensateurs de 2200 microfarads lesquels sont suivis par 2 autres condensateurs d’une valeur de 10000 microfarads. Les 4 potentiomètres sont d’origine Alps.
Les circuits de gains et les drivers sont disposĂ©s de façon symĂ©trique et fonctionnent en classe A. Enfin la qualitĂ© de fabrication gĂ©nĂ©rale est de haute volĂ©e; tout cela se veut rassurant et laisse prĂ©sager une Ă©coute d’un genre plutĂ´t sympathique.

ECOUTE

Avec une puissance modeste, on pouvait s’attendre Ă  des rĂ©sultats quelque peu limitĂ©s. Eh bien non, le C300 s’Ă©panouit Ă  merveille, trahissant ainsi l’expĂ©rience de NAD dans le domaine de l’amplification.
Ce qui frappe le plus, se sont la cohĂ©rence des registres, ainsi que les transitions qui s’effectue sans accrocs. Écoutez un disque de valses, et si vous savez danser, vous emboĂ®terez le pas Ă  cet extraordinaire intĂ©grĂ©.
Le grave, mĂŞme s’il n’est pas d’une profondeur abyssale, a du corps et une ampleur très acceptables. L’aigu, sans ĂŞtre aseptisĂ©, est fin et assez analytique.
Les vocaux sont chauds, vivants, et prenants au point que l’on a envie de chanter avec – DĂ©cidĂ©ment chanter, danser, le C300 a toutes les vertus musicales pour nous rendre de bonne humeur.

De plus il est très fluide et ne fatigue jamais l’auditeur. Par rapport Ă  ces prĂ©dĂ©cesseurs, il s’est affinĂ© dans le grave et affirmĂ© dans l’aigu.

Si l’on dĂ©sire se constituer un système musical Ă  prix très très doux, on pourra lui associer par exemple le lecteur CD Philips 723 et les enceintes Mission 780/781, et je vous garantis qu’Ă  ce prix le NAD C300 est une trouvaille !

Cotations :Dynamique subjective : 8 / 10
DĂ©finition : 7 / 10
Effet stéréo : 9 / 1 0
CohĂ©rence d’ensemble : 8 / 10
Rapport qualitĂ© – prix : 9 / 10

 

Prix : 258 € / 1692 FF (2001)

Ecoute réalisée par
Lionel Schmitt