MOON 600i V2

Conception & assemblage : Canada
Amplificateur intégré à transistors
Puissance sous 8 ohms : 2 x 5 watts en classe A
Puissance sous 8 ohms : 2 x 125 watts en classe AB
Puissance sous 4 ohms : 2 x 250 watts en classe AB
Rapport signal sur bruit : 110 dB à pleine puissance
Sensibilité d’entrée ligne : 490 mV – 6,0 V RMS
Impédance d’entrée ligne : 22 kohms
Réponse en fréquence : 10 Hz à 100 kHz +0/-3,0dB
Diaphonie à 1 kHz : -100dB
Distorsion d’intermodulation : 0,02%
Taux de distorsion (20 Hz à 20 kHz à 125 watts) : 0,04%

1 entrée ligne XLR
4 entrées ligne RCA
1 sortie ligne fixe ou variable programmable

 

Avec ce modèle haut de gamme, le constructeur Canadien MOON a souhaité aller encore plus loin en matière d’amplificateur intégré. Sur le modèle 600i V2, les sections pré-amplificatrices et bloc de puissance sont entièrement séparées. Cet amplificateur intégré bénéficie d’un contrôle de volume M-eVOL2, possédant 530 niveaux de réglages pour un ajustement extrêmement précis, semblable à celui du préamplificateur 850 P du même constructeur.

Contrairement à l’amplificateur 340i X testé ICI, le 600i V2 n’est pas un amplificateur évolutif. C’est un amplificateur intégré à l’état pur. Pour bénéficier des performances musicales les meilleures possibles, MOON a préféré confier les fonctions périphériques à des éléments externes, ce que, pour ma part est une décision que je ne peux qu’approuver.
Ainsi, pour avoir accès aux « fonctions » Dac, lecteurs réseau, pré phono, et sortie casque, il faudra en passer par les électroniques ad’hoc. Certes, cela alourdit la facture totale, sans compter la place physique au sein de votre pièce d’écoute, mais le 600i V2 mérite d’être marié aux meilleurs éléments MOON ou d’autres marques, qu’il mettra d’ailleurs parfaitement en valeur.

La face avant est d’une grande sobriété. De part et d’autre du large écran matriciel de couleur pourpre, quelques touches de fonctions, relayées par la télécommande fournie d’origine, viennent garnir cette façade en aluminium usinée avec précision. Outre le réglage de volume sonore M-eVOL2, nous trouverons une fonction Standby qui désengage les circuits de la section d’entrée du MOON 600i v2 et éteint l’écran de contrôle.

Le bouton « Display » vous permet d’ajuster l’intensité lumineuse de la large fenêtre de contrôle selon trois réglages d’intensité lumineuse. Ce bouton permet aussi d’éteindre totalement la fenêtre d’affichage. Les boutons « Setup » et « Ok » sont utilisés pour gérer les très nombreuses fonctions de programmation disponibles dont cet amplificateur intégré est pourvu. 

Deux touches Input sont destinées à la sélection des cinq entrées Ligne haut niveau. Mais surtout, le 600i V2 dispose d’un réglage de balance réellement très utile pour les enregistrements dont la répartition gauche / droite n’est pas équilibrée, comme cela arrive sur certains disques vinyles.

La face arrière est bien chargée. Les fiches de connexions sont dévolues aux canaux gauche et droits. MOON a choisi des connecteurs de toute première qualité. Les fiches RCA sont directement boulonnées sur le châssis et isolées de celui-ci. L’amplificateur bénéficie de 4 entrées Ligne RCA et d’une entrée Ligne symétrique qu’il est hautement recommandé d’utiliser pour la source principale. Le constructeur a prévu une sortie Ligne Out à niveau de sortie fixe ou variable programmable. Cette sortie sera très utile pour associer, le cas échéant un bloc de puissance complémentaire, un amplificateur pour casque, et un enregistreur analogique. La seule limite est qu’il faudra faire un choix entre l’option casque et l’option enregistreur. Par ailleurs, on pourra regretter l’absence d’une entrée supplémentaire et d’une sortie symétrique.

En outre, le constructeur n’a pas lésiné sur les moyens quant au choix des bornes HP isolées du châssis. Celles-ci acceptent tout type de connexion : fil nu, fourches, bananes.

 

En « soulevant » le capot, c’est la surprise ! Le câblage interne est réduit à sa plus simple expression. On ne peut pas toujours en dire autant de certains concurrents notamment d’origine asiatique. L’ensemble de l’électronique repose au sein d’un berceau entièrement en aluminium de forte épaisseur sur lequel prennent position quatre entretoises en aluminium fraisé terminées par quatre cônes de découplage à l’efficacité vérifiée.

Cet amplificateur adopte une configuration intégralement double mono et totalement symétrique. La section de puissance s’appuie une alimentation surdimensionnée pourvue de deux transformateurs toriques (un par canal) d’une valeur de 400 VA chacun et d’une capacité de filtrage total de 80.000 μF; de quoi tenir en respect les enceintes acoustiques les plus difficiles à alimenter.

Le circuit d’amplification exclusif fonctionne sans contre réaction globale. Il a pour originalité de fonctionner en Classe A jusqu’à 2 x 5 Watts pour une meilleure efficacité. Au-delà, les étages de sortie fonctionnent en Classe AB jusqu’à 2 x 125 Watts sous 8 ohms.

Tout comme sur le modèle 340i X, non content de se satisfaire de transistors existants sur le marché, les transistors bipolaires de l’étage de sortie sont d’origine Motorola. Ils ont été réalisés sous cahier des charges spécifique MOON : un élément distinctif et suffisamment rare pour être mentionné.

Pour cet amplificateur intégré aux grandes ambitions, MOON n’a pas hésité à livrer une télécommande dont le corps est usiné dans l’aluminium. Plutôt agréable à utiliser, les touches de fonctions sont légèrement lumineuses, ce qui permet de piloter l’appareil toutes lumières éteintes. Cette télécommande est commune à différents éléments MOON dont un convertisseur N/A et un lecteur CD. Elle permet d’accès aux fonctions de programmation de l’amplificateur et d’autres éléments du constructeur.

Comme de coutume chez le constructeur Canadien, le 600i V2 pourra à la demande être livré en noir, en gris aluminium, ou version bicolore : tableau de commande noir et joues gris aluminium. Sans compter la très rare Spéciale Edition.

600i V2 Spéciale Edition

 

Ecoute et impressions :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile sur une période de trois semaines avec les éléments suivants :

Préamplificateur phono MOON 310 LP Mk2
– Platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania
– Lecteur CD YBA Classic Player 2
– Enceintes acoustiques PE LEON Kantor
– Câbles de modulation asymétriques ESPRIT Aura, VAN DEN HUL the Orchid
– Câbles de modulation symétriques NORDOST Leif Red Dawn
– Câbles HP ESPRIT Aura, ESPRIT Beta 8G 2019, MELODIKA Brown Sugar BSSC45.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur de tête FURUTECH G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.
Barrette & câbles secteur CONFIDENCE Audio.

Précédemment, cet amplificateur avait servi de référence pour le test des enceintes APERTURA Edena Evolution dont le banc d’essai est accessible ICI.

CD sélectionnés :  Gershwin & sa musique ~ Frank Chacksfield – Collaboration ~ The Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida –  Meedle ~ PinkFloyd Collaboration ~ The Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida 11:11 ~ Rodrigo y Gabriela Stereo Concert Series ~ Decca Phase 4 – Bach’s Music & Music of Nino Rota ~ Richard Galliano – La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – Barry Lindon ~ bande originale du film – La découverte ou l’ignorance ~ Tri Yann – Mozart par l’ensemble Zefiro ~ Direction Alfredo Bernardini – The Singing Clarinet ~ Giora Feidman – A mémorial for Glenn Miller : the original members – Again & The Mist of Avalon ~ Alan Stivell – Les Géants du Jazz jouent Georges Brassens – Swinging Safari ~ Bert Kaempfert – Le Son Plaisir ~ Onkyo CD test 1992 – Naim CD test  Sampler N°6 – Sonates de Domenico Scarlatti ~ piano : Mikhail Pletnev – Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek – Jazz på svenska par Jan Johansson – Quiet Nights ~ Diana Krall – Les Marquises ~ Jacques Brel – Le Vaisseau de Pierre ~ Tri Yann – Combo  Capers ~ Bert Kaempfert – Double jeux ~ Laurent Korcia – Lully – l’orchestre du roi soleil ~ Concert des Nations – direction Jordi Savall, etc…

Vinyles sélectionnés : Gershwin & sa musique ~ Frank Chacksfield – Soul Bossa Nova ~ Quincy Jones – Ted Heath Salutes Benny Goodman – Nameless & Stay Tuned ~ Dominique Fils-Aimé La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – The Secret of Climbing ~ Stephen Fearing – Barry Lindon ~ bande originale du film – La découverte ou l’ignorance ~ Tri Yann – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach ~ The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten – Workshop & Down Home ~ Chet Atkins – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – A mémorial for Glenn Miller : the original members – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – The Complete ~ Mike Oldfield – Swinging Safari ~ Bert Kaempfert – Contrastes par Pachacamac – The Complete ~ Mike Oldfield – Shadow Hunter ~ Davy Spillane – Crucifixus ~ Jean-Christian Michel – Le Vaisseau de Pierre ~ Tri Yann – Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach interprétée aux grandes orgues par Marie-Claire Alain – Quiet Nights ~ Diana Krall, etc…

Scène sonore – spatialisation

• Naim ~ CD test Sampler N°6

Je souhaitais rompre avec l’ordre habituel des rubriques d’analyse et commencer par décrire la scène sonore. Outre le rodage préconisé par MOON, il est requis de patienter 6 à 8 heures avant que l’amplificateur ne délivre tout son potentiel. Par ailleurs, le 600i V2 étant entièrement configuré en mode symétrique, il est largement requis de relier les sources numériques et analogiques en mode symétrique, si elles-mêmes adoptent ce type de configuration.

Dans ce cadre, forcément, le miracle se produit. Fort d’une conception aboutie, cet amplificateur offre une scène sonore sans limites subjectives; une scène sonore qui convient bien à un environnement de grande dimension. Si l’amplificateur 340i X du même constructeur m’avait déjà fort surpris, le 600i V2 décuple l’ampleur de l’espace sonore contribuant ainsi à donner à la musique une envergure et un panache supplémentaires.

Cet amplificateur nous « dresse un plan de table » ordonné où chaque instrument trouve sa place au millimètre près. Par sa prestation holographique, il ne sera pas compliqué de cibler chaque instrument ou groupe d’instrument. Si Tears of Joy d’Antonio Forcione est suffisamment éloquent pour illustrer le comportement de l’amplificateur, on ne pourra pas rester insensible devant la dimension panoramique et l’aspect tri-dimensionnel de la reproduction.

J’irais même jusqu’à dire que cet amplificateur se comporte un peu à la façon d’une loupe scrutant chaque plan, chaque instrument de musique. Il en ressort une série impressionnante de contrastes qui reflètent des effets stéréophoniques stupéfiants et une présence jamais dissimulée des interprètes dans la pièce d’écoute. Mieux encore, les effets de cette performance sont intégralement et instantanément perceptibles à faible niveau d’écoute.

De gauche à droite en passant par centre, la scène sonore bien délimitée et fort bien documentée n’accuse aucun vide. Outre la générosité qui en découle, je suis resté muet d’admiration devant cette reproduction totalement déliée, aérée, qui permet alors de bien appréhender chaque son, chaque phrase, et surtout la manière dont chaque instrumentiste exerce son art.

Enfin, et ce n’est pas une moindre de ses qualités, la stabilité exceptionnelle de l’image. Celle-ci contribue grandement à mettre en lumière les nuances et tout le contenu de chaque phrases musicale et vocale.

Couleurs tonales

Registres aigu & médium

• The Glory that was Gershwin / Gershwin & sa musique ~ Frank Chacksfield (CD & vinyle)

Décidément, cet album consacré à Georges Gershwin enregistré et produit par Decca en version Phase 4 me surprend de jour en jour tant par sa qualité que sa prestation « jazzy ». Plus je monte en gamme de produits audio, plus j’en découvre le contenu. Aussi, avec le MOON 600i V2, c’est une marche supplémentaire qui a été gravie.

Le registre aigu me semble encore plus « affûté », plus naturel, que celui constaté lors de l’analyse de l’amplificateur MOON 340i X. Lorsque je dis plus affûté, je veux dire plus fouillé, plus fin et pour tout dire plus analogique. L’amplificateur MOON 600i V2 fait cette prouesse d’analyser en profondeur le haut et le milieu du spectre sans pour autant qu’une once d’agressivité ne vienne rompre le charme de la suite orchestrale Porgy and Bess. Le registre aigu file haut sans limite et nous y trouvons une sonorité des cuivres et cordes d’une teinte soyeuse absolument prodigieuse. Les coups de cymbales sont aussi d’une finesse et d’un ciselé pas si souvent rencontrés.

Les instruments qui gravitent dans les fréquences médiums se matérialisent par une transparence simplement cristalline. Les vocaux sont d’une pureté absolument convaincante. Les interventions de flûte traversière viennent vous susurrer à l’oreille leur doux message, plutôt aérien, avec cette distinction qui vous glace le dos.

En version vinyle, grâce au préamplificateur MOON 310 LP Mk2 relié en mode symétrique, nous obtenons une musicalité encore plus naturelle avec un surcroît d’extension sur tous les paramètres et une douceur qui rend l’écoute encore plus attachante, plus naturelle. Cela se perçoit sur l’ensemble des instruments solistes, plus encore sur les interventions de la flûte traversière et les arpèges de harpe qui surgissent de part et d’autre comme par enchantement avec cette légèreté qui respire l’authenticité.

Nous pourrons saluer au passage la cohérence d’ensemble. Cet amplificateur se montre également linéaire : il ne privilégie aucune fréquence et se montre adroit dans la manière de les restituer avec l’élégance que l’on est en droit d’accorder à l’ensemble des productions MOON depuis plusieurs décennies.

Transparence – harmoniques

• Again & The Mist of Avalon ~ Alan Stivell (CD)

En sa qualité de fin analyste, cet amplificateur a réellement tous les atouts pour mettre l’accent sur les détails d’un jeu de harpe celtique harmonieux délicatement « travaillé » par le barde celtique Alan Stivell.

Cet amplificateur est particulièrement doué pour mettre en lumière les effets spéciaux de la harpe celtique qui affiche une transparence cristalline absolument confondante. D’ailleurs, la transparence ne le limite pas à la harpe, nous la retrouvons sur les autres instruments musicaux traditionnels dont nous pouvons qu’apprécier le contenu, leur tonalité respective, l’impeccable détourage et la précision de chacun d’eux.

Les percussions et coups de cymbales qui accompagnent certaines interprétations sont traités dans le même esprit, c’est à dire avec une approche toujours minutieuse qui vous fait toucher du doigt l’univers magique et poétique de la musique celtique. Dans le prolongement de cette forme de perfectionnisme, l’amplificateur MOON 600i V2 se distingue par ses harmoniques. Il est étonnant de découvrit des notes se propager dans le temps et l’espace une liberté et une durée qui donnent davantage de véracité à la reproduction.

Pas un voile de vient ternir l’expression des instruments solistes ni celle l’interprète. C’est toujours la pureté des timbres qui prédomine et rend la reproduction si réaliste, si bouleversante. Sur ces points, le MOON 600i V2 est une référence incontestable, incontournable devrais-je même dire.

Registre grave

• Meedle ~ Pink Floyd (CD)

Fort de sa « motorisation » de compétition incluant, entre autres, deux transformateurs toriques de 400 VA chacun, le 600i V2 nous gratifie d’un registre grave réellement convainquant, pour ne pas dire « diabolique ». Si vous recherchez des sensations ultimes sur ce registre, avec cet amplificateur vous serez comblés !

Attention : le 600i V2 ne sombre pas non plus dans la caricature en surlignant artificiellement les basses fréquences comme cela est encore trop souvent le cas chez la concurrence, notamment Asiatique pour mettre les pieds dans le plat !

Si l’ouverture aux grandes orgues de Ainsi parla Zarathoustra de Richard Srauss donne une excellente idée de la façon dont le 600i V2 s’y prend pour explorer les soubassements, on ne pourra qu’être émerveillé par la guitare basse de Roger Waters sur One of these Days tiré de Meedle de Pink Floyd. Très rapidement, on se rend bien vite compte dans la globalité, de la puissance de feu qui anime cet amplificateur et plus précisément pour ce qui a trait du registre grave. Sans jamais apparaître agressive, vulgaire ou démesuré le jeu de guitare basse est reproduit avec la profondeur et la lisibilité attendues. Le suivi des notes ne fait l’objet d’aucune approximation et nous pouvons en suivre facilement l’évolution. A titre personnel, j’ai grandement apprécié ce grave charpenté et fort bien défini.

Lorsqu’il s’agit de décrire la fougue de la batterie et plus particulièrement les « attaques » sur la grosse caisse, on se rend vite compte que cet amplificateur  « envoie du lourd ». Cependant, s’il se comporte toujours avec détermination, il le fait aussi avec circonspection. Le poids sur les fréquences bas médium – grave ne laisse aucune place à l’approximation. En outre, le bas du spectre se singularise par une texture pleine, d’une excellente consistante et d’une stabilité sans faille.

Fluidité

Ted Heath Salutes Benny Goodman (vinyle)

De la transparence à la fluidité, il n’y a qu’un pas. Par sa musicalité déliée, cet amplificateur est à cent lieues d’imposer une restitution « clinique » ou « chirurgicale ». Non, au contraire, il se distingue par une reproduction douce et fluide. Même si le pas est cadencé, le MOON 600i V2 est un amplificateur avec lequel il fait bon vivre pendant de nombreuses heures d’écoutes. La musique s’écoule sans anicroches avec une facilité d’exécution qui ne masque rien des capacités dynamiques qui le caractérisent.

J’attire cependant l’attention des lecteurs sur le fait que cet amplificateur requiert d’être associé à des enceintes acoustiques et des câbles de nature neutre afin de pouvoir bénéficier d’un équilibre qui ne remettrait pas en question la fluidité de l’appareil.

A l’écoute de ce disque vinyle dédié à Benny Goodman, les phrases musicales s’enchaînent avec une décontraction qui se traduit toujours par un véritable bonheur d’écoute. La partition bien « huilée » se jumelle avec la douceur déjà évoquée pour former un ensemble complémentaire. Les phrases les plus complexes ne font preuve ni de retenue ni d’agressivité. Cela contribue également à rendre le message musical, équilibré, homogène, plus lisible à faible comme à fort niveau d’écoute.

Capacités de réaction dynamique rigueur

• Tri Yann – la tradition symphonique avec l’Orchestre National des Pays de la Loire Vol.1 & Vol.2 ~ Direction d’orchestre : Hubert Soudant

Les plus érudits savent qu’il est complexe de concevoir des « gros » amplificateurs à forte personnalité qui répondent correctement à des capacités de réaction affirmées. Bien souvent, il préférable d’avoir recours à une scission des deux étages : pré-amplification et bloc de puissance.

Le MOON 600i V2 fait un peu exception à cette règle en regard de certaines productions contemporaines ou passées, incluant l’amplificateur MOON 700i dans sa première version. Aussi, compte tenu de son répondant et de sa vivacité, on peut retenir que cet amplificateur mène la danse d’une main de fer dans un gant de velours.

Loin d’apparaître démesurément démonstratif avec des airs de faux semblants pour faire croire que, le MOON 600i V2 affiche une force et un brio bien amenés sur les extraits le plus « chargés » et les plus complexes qui figurent sur ces deux albums Live de Tri Yann accompagné par l’Orchestre National des Pays de la Loire. L’alimentation généreuse de cet amplificateur contribue à nous faire bénéficier d’une reproduction musicale énergique.

Pas moyen de prendre en défaut le 600i V2 sur les grandes montées en puissance de l’orchestre, et, pas davantage sur la puissance des chœurs qui l’accompagnent. Les capacités de réaction sont immédiates y compris lorsque batterie, basse, et guitares électriques s’en mêlent. J’ai été ravi de constater que le « test d’effort » est plus que probant. Cet amplificateur a des ressources dynamiques qui permettent à ce genre de musique fusion d’être reproduite avec toute la fougue et la vigueur attendues. Les grands écarts de dynamique sont pris en charge avec une remarquable rigueur. Le MOON 600i V2 accélère comme une Ferrari dès que la partition l’exige. Pour preuve, les coups de timbales de l’orchestre se jumèlent avec la batterie sans aucune confusion, avec une sacrée vélocité qui montre que l’amplificateur se sort de toutes les situations avec une remarquable facilité.

Séquence émotion sens de l’expression

• All  Time Favorite Melodies of Japan (vinyle)

« L’art du Koto », cette cithare sur table japonaise à treize cordes avec des chevalets amovibles est un instrument de musique bien peu connu sous nos contrées occidentales. Par ce test, cela a été pour moi l’occasion de redécouvrir l’art musical japonais….autrement.

Avec le MOON 600i V2, c’est une invitation au voyage et à l’évasion qui m’a été proposée. Cette série d’enregistrements effectuée et pressée par Decca exclusivement pour le Japon est une pure merveille.

Le MOON 600i V2 et son inséparable préamplificateur phono m’ont révélé une prestation musicale chantante, fruitée, savoureuse et d’une magnifique limpidité. L’interprète japonais s’est entouré d’une petite formation composée de violons, d’altos, de violoncelles et flutes traversières qui met bien en valeur la sonorité du koto, le grain de l’instrument et la manière d’en jouer. Les multiples percussions (cymbale, clochettes, carillon, etc…) viennent enrichir les phrases musicales grâce à leur tintement respectif, qui se montre aussi délicat qu’éclatant. Décidément, le MOON 600i V2 a un véritable sens artistique qui apporte une dose de « fraîcheur » et de sincérité plus qu’intéressants.

Cet amplificateur a un véritable sens de l’ouverture : ainsi je trouve que les thèmes de ce pressage vinyle sont encore plus mélodieux, plus nuancés, ce qui incite à déguster la musique inlassablement avec intérêt grandissant. Les heures d’écoute se succèdent sans que l’on s’en rende compte. C’est ça la magie de la haute fidélité !

Il émane de ces écoutes des impressions si particulières, émotionnelles à souhait, traitées avec une minutie par cet amplificateur qui vous embarque dans un univers musical on ne peut plus harmonieux, poétique, riche en substance, qui donne la chair de poule avec, à la clef, des effets saisissants.

Assurément, le 600i V2 a un sens de l’analyse poussé et de réelles prédispositions pour les reliefs. Cela le conduit à composer une tapisserie musicale riche en couleurs, riche en substance, remplie de sensations nouvelles, et diablement conviviale.

• Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Si le cadet 340i X est en capacité de faire des prouesses en matière d’émotions, le 600i V2 fait encore mieux et se place en peloton de tête des amplificateurs intégrés de cette catégorie et de ce prix.

Le sujet est simple : vous asseyez confortablement dans votre fauteuil, vous éteignez les lumières ou fermez les yeux, et vous écoutez. Vous vous laisserez bercer par la douce voix de Dominique Fils-Aimé. Peut-être qu’il vous arrivera de boire ses paroles, tant la reproduction de la partie vocale est simplement à votre portée. Généreux par nature sur l’ensemble des critères évoqués ci-avant, nous assistons à une communion entre l’artiste et l’auditeur. La présence de Dominique Fils-Aimé dans la pièce d’écoute tout simplement réelle. La version vinyle de Nameless est de loin la plus naturelle en comparaison avec les versions CD et dématérialisée.

L’expression vocale est si charnelle, si chaleureuse, si envoutante qu’on finit par succomber au charme de ce style de musique. Par la perfection de sa diction, le MOON 600i V2 est un véritable vecteur de musique vivante au sens premier du terme, celle qui vous donne un véritable frisson de plaisir.

L’orchestration, on ne peut plus dépouillée, de Birds, composée d’une contrebasse et des quelques percussions est truculente. Il règne dans la pièce d’écoute une « atmosphère » prenante et immersive. Cette mouture MOON a le chic pour vous couper du monde pendant le temps de l’écoute et déguster sans modération le contenu de ce disque en oubliant totalement votre système audio.

• Rive Droite – Rive Gauche / Swing Band meets Daniel Huck – Edition Passavant Music (CD)

D’heure en heure, d’écoutes en écoutes, cet amplificateur n’a eu de cesse de me surprendre. Il va très loin en termes de définition, c’est acté. Il a également cette propension qui n’appartient qu’aux « grandes électroniques », celle de captiver l’auditeur sur des enregistrements de haut niveau tels que Rive Droite – Rive Gauche / Swing Band meets Daniel Huck.

Le MOON 600i V2 ne se contente pas de se positionner sur des critères subjectifs tels que la qualité des timbres, la dynamique, la spatialisation. Il gravit une marche supplémentaire : j’ai l’intime conviction qu’il a été pensé et réalisé pour « prendre le pouls » d’une interprétation musicale qualitative, d’où la proximité avec les interprètes décrite ci-avant. Nous y retrouvons les traits de caractère de son cadet le 340i X, c’est certain, mais il ajoute un supplément d’informations qui met clairement en lumière les différentes inflexions de chaque instrument ou voix – une éloquence qui favorise considérablement le contact avec les musiciens et leur talent.

En marge de ses nombreuses qualités musicales, cet amplificateur a aussi cette particularité de proposer une reproduction aux accents poétiques. En tout cas, c’est l’effet qu’il me laisse. Les plus attentifs lui reconnaîtront un doigt de romantisme sans pour autant qu’il soit question de caricature. Sur ce CD Jazz réalisé en studio / livre, on ne pourra que s’incliner devant sa nature chantante et « immaculée ».

Conclusion :

L’amplificateur MOON 600i V2 entre dans la catégorie des « gros » amplificateurs intégrés. Forte puissance, dynamique, grande ouverture, beauté des timbres résument bien son tempérament musical. Au-delà des mots, j’ai senti que la réalisation de cet amplificateur reposait sur un véritable projet porteur de sens musical et c’est sans doute ça qui fait la différence avec beaucoup d’amplificateurs de cette catégorie.

 

 

Prix : 8900 € (10/2021)

Banc d’essai réalisé par
Lionel Schmitt