LUXMAN L 590 – AII

LUXMAN – L 590 – AII

Origine : Japon
Ampli-préampli intégré à transistors
Puissance : 2 x 30 W sous 8 ohms en pure classe A
Puissance : 2 x 60 W sous 4 ohms en pure classe A
Bande passante : 20 Hz Ă  100 kHz
Distorsion : < 0,005% Ă  1 kHz
Rapport signal / bruit : > 107 dB
4 entrées haut niveau RCA
2 entrées haut niveau XLR
2 entrées phono MM / MC
2 entrées magnétophone
2 sorties magnétophone
1 sortie amplificateur supplémentaire
1 sortie casque jack 6,35

 

Since 1925 ! voici un des arguments marketing sur lequel s’appuie Luxman pour montrer qu’il est encore bel et bien prĂ©sent dans le monde de la haute fidĂ©litĂ© depuis plus de 80 ans. En dĂ©finitive Luxman n’a jamais arrĂŞtĂ© de produire des Ă©lectroniques, mais cette marque s’Ă©tait absentĂ©e du paysage français et mĂŞme international pendant plus de 10 ans. C’est avec un bonheur non dissimulĂ© que nous voyons rĂ©apparaĂ®tre les produits Luxman en France grâce Ă  l’importateur qui a dĂ©cidĂ© de reprendre la carte de distribution sur notre sol depuis 2008. Comme je l’ai soulignĂ© dans de nombreux news, je ne vais pas dĂ©cliner ici les nouveautĂ©s, mais vous faire part de mes impressions Ă  la vue et Ă  l’Ă©coute de l’amplificateur intĂ©grĂ© Ă  transistors L-590 AII.

Sur le plan de la prĂ©sentation, le L-590 AII ne propose pas vraiment une rupture avec les appareils, que les plus anciens d’entre nous ont pu connaĂ®tre dans les annĂ©es 70 / 80, chez Luxman ou ailleurs. D’entrĂ©e de jeu, cet intĂ©grĂ© en impose sĂ©rieusement par sa taille, son poids, sa façade haute, et surtout par ses deux vu-mètres galvanomĂ©triques sur fond jaune qui, il faut le souligner, en ”jettent”. Cela peut paraĂ®tre vieillot, ringard, inutile, mais c’est suffisamment rare pour ĂŞtre mentionnĂ© car leur taille n’a rien de ridicule. Ensuite, cette façade entièrement en aluminium de forte Ă©paisseur a l’air dĂ©pouillĂ©e de rĂ©glages et gadgets; eh bien, il n’en est rien puisqu’un volet amovible en bas de façade permet l’accès Ă  une foule de rĂ©glages dont la balance, grave, aigu, une fonction loundness, filtre passe-bas, et j’en oublie sans doute. Autours des vu-mètres, 2 potentiomètres permettent de sĂ©lectionner le volume sonore et la source dĂ©sirĂ©e.

Les possibilitĂ©s de connexions sont très nombreuses, puisque Luxman a prĂ©vu 4 entrĂ©es haut niveau, un entrĂ©e phono commutable MM et MC, 2 entrĂ©es / sorties pour enregistreurs analogiques, 2 entrĂ©es haut niveau symĂ©triques au standards XLR, une sortie pour un bloc de puissance complĂ©mentaire, et une sortie casque dont l’accès se fera après basculement du fameux volet amovible. A l’arrière, en plus des fiches RCA et XLR d’entrĂ©es / sorties, on aura droit Ă  2 grosses paires de borniers par canal permettant de relier 2 paires d’enceintes acoustiques et de bi-câbler le cas Ă©chĂ©ant les enceintes. Sur ces points, pas de doute Luxman a vu grand, et toutes fonctions peuvent ĂŞtre intĂ©gralement tĂ©lĂ©commandĂ©es via une “zapette” (comme on dit) entièrement en mĂ©tal.

Sur le plan technique, on sait finalement peu de chose, et on peut dĂ©couvrir Ă  travers le capot supĂ©rieur Ă  grilles que Luxman fait appel Ă  un schĂ©ma double monophonique et en mode symĂ©trique. Visiblement l’intĂ©rieur (pour ce que l’on en voit) respire la confiance et le respect; il est Ă  l’image de la prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale. Certaines indiscrĂ©tions nous permettent de savoir que le transformateur d’alimentation est imposant avec une capacitĂ© de 680 volts / ampères – une bonne valeur pour tenir la barre des 2 x 30 watts / 8 ohms et 2 x 60 watts / 4 ohms revendiquĂ©es par le L-590 AII. Tout ça pour une si faible puissance me direz vous ? eh bien oui, mais ces valeurs sont Ă  apprĂ©ciĂ©es en pure classe A – voilĂ , c’est dit !

Écoute et impressions :

Les tests d’Ă©coute ont Ă©tĂ© effectuĂ©s avec un lecteur CD CD ESOTERIC P-05 – convertisseur ESOTERIC D-05, une paire d’enceintes acoustiques BW DM 802 S et des câbles modulation et HP YBA Diamond.

Test d’Ă©coute unique : Requiem de Mozart  KV 626 par Herbert Von Karajan

Bien qu’accompagnĂ© par du matĂ©riel de haut de gamme, autant le dire tout de suite d’entrĂ©e, je n’ai absolument pas Ă©tĂ© enthousiasmĂ© par le L-590 AII. Si effectivement cet amplificateur fait preuve d’une excellente transparence, la foule d’infimes dĂ©tails est concentrĂ©e sur le seul registre mĂ©dium, lequel prĂ©domine d’ailleurs par rapport notamment au registre grave très en retrait. Ce registre grave est pourtant bien dĂ©graissĂ© mais peu Ă©vident Ă  apprĂ©hender en terme de lisibilitĂ©. Ensuite, ce Requiem se distingue par de grandes montĂ©es en puissance des choeurs et de l’orchestre, et dès que cette montĂ©e en puissance se fait sentir, la restitution apparaĂ®t comme “brouillonne” ce qui ne permet pas de distinguer les subtilitĂ©s. Pourtant très vivace et rapide, dans ce contexte la restitution sonore apparaĂ®t comme un peu Ă©triquĂ©e malgrĂ© une bonne ampleur de la scène sonore. Ensuite les envolĂ©es de cordes et les choeurs sont relativement fades et manquent cruellement de personnalitĂ© et d’humanitĂ©, avec en prime un cĂ´tĂ© lĂ©gèrement froid qui tranche singulièrement avec la restitution plutĂ´t chaleureuse Ă  la quelle Luxman nous avait habituĂ© par le passĂ©. J’ai Ă©tĂ© attentif notamment Ă  la rĂ©action des percussions, et je dois dire qu’ici la rĂ©activitĂ© est excellente et les percussions sont proposĂ©es sans trace de traĂ®nage, mais un manque cruel de poids se fait sentir et l’on Ă  l’impression d’ĂŞtre frustrĂ©. Par ailleurs, la musique m’est apparue comme monocorde et manque singulièrement de distinction et de variĂ©tĂ©s – un peu plate dirais je. J’ai refais plusieurs Ă©coutes de cet extrait pour essayer d’y trouver une âme, quelque chose d’attachant, je n’ai rien trouvĂ© de tout cela. J’ai terminĂ© ma quatrième tentative d’Ă©coute en actionnant le correcteur physiologique (Loudness) pour donner un peu de corps et de couleurs artificielles Ă  la musique; oui les choses s’arrangent un peu car le registre grave prend de la rondeur, et l’aigu est plus Ă©tincelant, mais on perd au passage une foule de dĂ©tails qui m’ont laissĂ© sur ma faim et une très claire note de dĂ©ception, car le système ne chantait pas et gĂ©nĂ©rait plus une forme de tristesse que de l’enthousiasme.

On notera pourtant que l’amplificateur Ă©tait parfaitement rĂ´dĂ© et Ă©tait sous tension depuis plus de 4 heures.

Conclusion :

Vous l’aurez compris, malgrĂ© l’attachement que je porte Ă  la marque Luxman depuis plus de 30 ans, et possĂ©dant encore un bon vieux L-4, je ne trouve rien de particulier Ă  ce nouveau modèle qui malgrĂ© les apparences, sa construction et sa superbe finition, n’est pas parvenu Ă  me convaincre, et donner un brin d’Ă©motion – quelle dĂ©ception !

A noter que d’autres audiophiles n’ont pas eu la mĂŞme approche que la mienne et on retrouvĂ© un rĂ©el plaisir musical avec cet amplificateur associĂ© Ă  une source MĂ©ridian et des enceintes Apertura.

 

Synthèse :Musicalité : intéressante
Rapport qualité – prix : moyen / bon

 

Prix : 6950 € (01/2010)

                                                                                                                                                                                                                                      Essai effectué par
Lionel Schmitt