ESPRIT Beta 8G – câbles haut-parleurs

Câbles hautparleurs
Origine : France

 

8ème génération

 

Tout comme le câble de modulation testé ICI, le modèle ESPRIT Beta haut-parleur en est à sa 8ème évolution et prend ainsi le suffixe de 8G.

Ce câble HP multibrins bénéficie de connecteurs Deltron plaqués argent 20 microns. Il en est de même pour la version munie de fourches. Tout comme le câble de modulation, la version BETA HP est désormais pourvue d’une ferrite destinée à atténuer les effets indésirables des hyper fréquences comprises entre 10 MHz et 500 MHz. L’isolation asymétrique sur air et un sérieux blindage progressif ont été repris et améliorés. Les interconnexions utilisent un écran partiel et intégral. Autre détail qui a son importance : le(s) Beta indique(nt) le sens de branchement – un gain de temps appréciable surtout pendant la période de rodage que j’estime à environ 50 heures.

 

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués pendant 15 mois à domicile avec le matériel suivant :

– amplificateur « tout-en-un » NAIM Uniti Nova
– amplificateur intégré REGA Brio
– amplificateur intégré ELECTROCOMPANIET ECI 6
– amplificateur intégré LFD NCSE Mk3
– amplificateur intégré UNISON RESEARCH Simply Italy
– amplificateur intégré DENON PMA 1600 NE
– amplificateur intégré YBA Genesis IA3A
– préamplificateur YBA 3 Delta et bloc de puissance YBA 3 Delta DT / double transformateur 400 VA

– lecteur CD YBA Classic Player 2
– lecteur CD-Dac AUDIA FLIGHT FLCD Three
– Dac AUDIOMAT Tempo 2.9
– lecteur réseau WATTSON Emerson Analog
préamplificateurs phono YBA Héritage PH 100 & MOON 310 LP Mk2
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,

– enceintes acoustiques APERTURA Swing,
– enceintes acoustiques RECITAL Audio Define hefa
– enceintes acoustiques HARBETH Super HL 5 Plus
– enceintes acoustiques PE LEON Kantor
– enceintes acoustiques JMR Lucia
– enceintes acoustiques DAVIS Acoustics Courbet N°4
– enceintes acoustiques DAVIS Acoustics Nikita 3.0

– plaquettes anti-vibratoire REHDEKO

– câbles de modulation reliant les sources et systèmes d’amplification : ESPRIT Beta 8G, ESPRIT Aura, YBA Glass, VAN DEN HUL The Orchid

– câbles d’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

CD repères : Naim CD test  Sampler N°6 – Le Son Plaisir ~ Onkyo CD test Onkyo – Stereo Concert Series ~ Decca Phase 4 – Avé Maria de Schubert par le New Philharmonia Orchestra ~ Direction : Richard Bonynge ~ Soliste : Joan Sutherland – Leroy Anderson by Frederick Fennell – España d’Emmanuel Chabrier ~ Direction : John Eliot Gardiner – La Folia de Gregorio Paniagua – The Singing Clarinet ~ Giora Feidman – Prodiges par Camille Berthollet – Meedle par Pink Floyd – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – Naim ~ CD test Sampler N°6 – Quiet Night’s ~ Diana Krall – Stéréo Concert Séries ~ Collection Decca Phase 4 – Scarlatti : Sonates pour piano vol.2 ~ piano : Mikhail Pletnev – Vaisseau de Pierre ~ Tri Yann – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – The Glory that was Gerschwin  par Franck Chacksfield –  Jazz på svenska par Jan Johansson, etc…

Vinyles utilisésNameless par Dominique Fils-Aimé   La Folia de Gregorio Paniagua – Contrastes par Pachacamac Quiet Night’s par Diana Krall – Soul Bossa Nova ~ Quincy Jones – Gershwin & sa musique par Frank Chacksfield – A Memorial for Glenn Miller 1,2 et 3 – Pachelbel : Canon – Albinioni : Adagio – autres chefs d’œuvre baroques – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Le Vaisseau de Pierre  ~ Tri Yann – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc…

Supports dématérialisés : Golden Brown ~ The Stranglers – Take Five ~ Dave Brubeck Quartet – Balalaïkas Favorites ~ Osipov State Russian Folk Orchestra – Dvorak : Slavonic Dances ~ Minneapolis Symphony Orchestra – Direction Antal Dorati & Royal Philharmonic Orchestra – Direction Antal Dorati – Sonate Kk 87 – Domenico Scarlatti ~ clavecin : Trevor Pinnock – Sonate Kk 87 – Domenico Scarlatti ~ piano : Mikhail Pletnev – The Music of Leroy Anderson ~ Frederick Fennell – Dance into Eternity ~ Omar Faruk Tekbilek – Jazz på svenska ~ Jan Johansson – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – The Epics ~ The City Prague Philharmonic Orchestra and Chorus – Quiet Nights ~ Diana Krall – « Prodiges » ~ Camille Berthollet – Meedle ~ Pink Floyd – If I should fall from grace with God ~ The Pogues – Café du bon coin ~ Tri Yann – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – The Voice of The Trumpet ~ Lucienne Renaudin Vary – Nameless ~ Dominique Fils-Aimé – A Swinging Safari ~ Bert Kaempfert – Cécile ma fille ~ Claude Nougaro – Yehudi Menuhin & Stéphane Grappelli Play Berlin, Porter, Kern, Rodgers, Hart – In Ireland ~ James Galway and The Chieftains, etc… – Nameless par Dominique Fils-Aimé –  The Wall par Pink Floyd – Thriller de Michael Jackson – Tri Yann : concert des 40 ans – Scarlatti : sonates pour piano vol.2 ~ piano : Marcela Roggeri – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – « Prodiges » par Camille Berthollet – Marquises de Jacques Brel – Jazz på svenska par Jan Johansson – A Tribute to Stanley Black (medley) – Silence, on joue ! a Times for US ~ Angèle Dubeau & La Pieta – Legends par James Galway & Phil Coulter, etc…

Couleurs tonales

Registres aigus et médium transparence

Eu égard à sa technologie aboutie, ce câble se montre absolument  « perspicace » sur ces deux registres. Nous retrouvons la tenue et la neutralité qui caractérisent les autres modèles des gammes supérieure de la marque – je fais naturellement référence aux modèle Aura et Kappa du même constructeur testés dans ces pages.

Sa particularité : il ne dénature jamais la couleur des timbres qui gravitent sur les fréquences médium / aigus. Ce câble rend hommage aux électroniques et enceintes acoustiques de toutes natures qu’il a eu pour mission de relier.

Avec ce câble, on redécouvre la véritable nature des cordes, des cuivres, et également tous effets de coups de cymbales. Ce câble laisse les fréquences hautes filer vers les sphères permises par les excellentes électroniques et enceintes acoustiques.

Ce modèle a aussi pour vertu  de lever le voile sur toute information qui pourrait éventuellement rester dans l’ombre dans la juste limite des électroniques, enceintes acoustiques, sources et des enregistrements eux-mêmes. Favoriser la transparence est donc un des points forts de cette référence, tout en préservant la douceur et le côté soyeux de certains enregistrements.

Registre grave

Le Beta 8ème génération est aussi une référence en ce qui concerne les fréquences graves et infra graves. Je n’ai pas trouvé de limites subjectives dans les tests auxquels il a participé activement. Qu’il s’agisse des grandes orgues qui marquent l’ouverture de Ainsi parla Zarathoustra de Richard Strauss ou Meedle de Pink Floyd, notre compétiteur va explorer les fréquences les plus profondes sans limite apparente.

Par ailleurs, les fréquences bas médium et graves sont reproduites avec la fermeté requise, sans boursoufflure, avec une propreté remarquable. On pourra se délecter sur les jeux de contrebasse ou de guitare basse dont il est possible de suivre chaque note sans tendre particulièrement l’oreille.

Cette mouture ESPRIT sait tenir la cadence et les attaques de grosse caisse ou les timbales d’un orchestre symphonique prennent l’ampleur attendue et une matière conforme à la philosophie des électroniques et enceintes.

Définition harmoniques

En qualité de fin analyste, le Beta 8G met l’accent sur la définition et le silence de fonctionnement. Avec lui, nous obtenons un excellent détourage des notes et des voix. Justement les éléments mis en œuvre par le constructeur à des endroits stratégiques nous font bénéficier de l’excellente des harmoniques des extraits musicaux les plus expressifs. Nous remarquons que les notes de piano de faible intensité, le subtile tintement d’un triangle ou d’un coup de cymbale s’éteignent progressivement dans le temps et l’espace avec une magnifique légèreté qui vient donner davantage de crédit et de beauté à la musique. C’est à la fois très agréable et tellement réaliste.

Dynamique – réactivité – rigueur

Tout au long de ces tests, je n’ai pas trouvé que ce câble déméritait par rapport aux modèles Kappa et Aura qui m’ont accompagné pendant de longues années. Il fait le job, et je dirais qu’il le fait bien y compris avec du matériel de haut de gamme. La dynamique : il connaît, la réactivé et la rapidité des électroniques et enceintes : il maîtrise, la rigueur est l’essence même de sa philosophie conceptuelle.

Avec tous les éléments qui lui ont été confiés, ce câble a su tirer leur meilleur parti. Les extraits musicaux les plus vivaces ont été pris en charge avec tout le « doigté » requis. Pas de risques de frustration : le Beta 8G ne sera jamais un frein à l’expression.

Sur les grands écarts de dynamique, ce câble suit simplement et efficacement la cadence. Jamais, je n’ai observé un accroc, une forme d’hésitation ou encore des effets de compression sur des passages musclés ou de grande ampleur.

Scène & espace sonore

Sur ce point, le câble Beta 8G marque sa différence  avec le modèle Alpha qui s’adresse principalement à des systèmes audio moins ambitieux. En revanche, avec des systèmes généreux en matière de spatialisation, j’ai le sentiment qu’il s’approche du modèle Kappa.

Toujours est-il que le Beta dans sa configuration actuelle laisse le système s’exprimer librement avec une scène sonore ample et un message sonore délié. Il fait honneur aux systèmes audio qui offrent une scène sonore étendue et qui ont des prédispositions à reproduire une scène étendue et structurée. Les contrastes sont très mis en valeur et l’on distingue sans peine les groupes d’instruments ou vocaux de premier plan de ceux de second plan et de troisième plan.

La notion d’aération est aussi une qualité que l’on doit reconnaître à ce câble. En effet, je n’ai jamais observé de trace de confinement entre les interprètes. Les enregistrements publics, notamment, montrent qu’il a toujours beaucoup d’air entre les interprètes. Cela permet en outre de faire émerger des nuances et subtilités qui resteraient, dans le cas contraire, masquées ou partiellement mises au grand jour.

Communication avec l’auditeur

• Stereo Concert Series ~ Decca Phase 4

Si l’on souhaite parler de la notion d’émotion, ce coffret regroupe un très grand nombre d’œuvres instrumentales et lyriques permettant de porter un jugement sur le comportement du câble au sein d’un système audio bien pensé.

Ce choix Stereo Concert Series  vient compléter les innombrables extraits musicaux qui ont illustrés les tests des produits énumérés ci-avant, dont le Beta 8G fait partie. Dans un « bon », voir un « grand » système audio, le modèle ESPRIT Beta 8G apporte réellement cette petite touche supplémentaire qui fait la différence.

Nous pouvons le considérer comme un élément audio à part entière, sans lequel l’amplification et / ou les enceintes acoustiques ne prendraient pas totalement leurs marques ou n’iraient peut-être pas jusqu’au bout de tout leur potentiel musical respectif ou commun.

Les ensembles vocaux et orchestraux se montrent  sous leur meilleur jour. Grâce à ce câble, la musique prend une dimension et une puissance qui parfois laissent perplexe. Ce câble est l’élément qui contribuera à vous faire frémir sur les extraits les plus expressifs, les plus « délicats ». Il est assurément un partenaire de première catégorie pour qui souhaite pousser son système audio dans ses derniers retranchements.

 

Conclusion :

Eu égard aux nombres de configurations électroniques / enceintes qui ont été associées à ce câble HP, je suis en mesure de faire une synthèse globale et démontrer qu’il se porte totalement garant du tempérament musical de chaque produit. Il ne dénature pas les timbres, il ne les modifie pas davantage, il laisse les enceintes acoustiques, amplificateurs et, bien entendu, les interprètes s’exprimer à leur guise, sans stress ou autres fatigues auditives. J’irais même jusqu’à dire que ce câble est finalement « universel ».
Le Beta HP 8G forme un duo très cohérent avec la version Beta 8G modulation et s’adresse sans hésitation à des systèmes audio à haut pouvoir expressif.

 

 

Prix en 2 mètres : 420 € la paire (02/2021)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt