ELECTROCOMPANIET ECI 6

Origine : Norvège
Amplificateur intégré à transistors

Puissance sous 8 Ω : 2 x 125 watts
Puissance sous 4 Ω
: 2 x 200 watts
Réponse en fréquences
: 1 Hz à 150 kHz
Rapport signal / bruit : 110 dB
Séparation des canaux
: > 120 dB
Taux de distorsion
: < 0,004%
Facteur d’amortissement : >350

1 entrée ligne XLR
3 entrées ligne RCA
1 sortie variable pré-out XLR
1 sortie variable pré-out RCA

L’amplificateur intégré ELECTROCOMPANIET ICE 6 fait partie de la “collection” Classic du constructeur Norvégien. Nous pouvons le classer dans la catégorie des “gros” amplificateurs intégrés et sur le créneau haut de gamme. La présentation luxueuse et typée ELECTROCOMPANIET ne déroge pas à celle des produits mythiques de la marque depuis plusieurs décennies.

La façade avant en méthacrylate fumé est d’une sobriété de bon goût. Elle regroupe un afficheur matriciel de couleur bleu profond, un sélecteur de mise sous tension, et un “navigateur” composé de quatre touches en croix : deux pour régler le volume sonore et deux pour la sélection des sources. Une télécommande commune aux lecteurs CD vient en renfort pour actionner ces fonctions. Cette télécommande agit sur l’intensité de l’afficheur matriciel à quatre positions et jusqu’à extinction totale.

Cœur de la version ECI 6 Dx avec Dac

Sur le plan conceptuel, l’ECI 6 est bien armé. ELECTROCOMPANIET a misé sur schéma symétrique et une robuste alimentation autours d’un transformateur torique d’une valeur de  600VA. Pour stabiliser le courant, une armée de condensateurs d’une valeur totale de 80000uF permettra d’assurer sans hésitation les puissances en 4 ou 8 ohms annoncées.

Les étages d’entrée font l’objet d’un filtrage et d’une régulation totalement séparée pour chaque canal. Le concepteur a veillé à optimiser le silence de fonctionnement.

Les étages de sortie sont conçus avec a méthodologie de conception de circuits classiques propres à la société. Les transistors fonctionnent en Classe A avec une polarisation élevée qui a pour incidence de réduire la distorsion et le “bruit de fond”.

La section de puissance de configuration double mono présente une large bande passante en boucle ouverte utilisant des circuits qui en même temps préservent et tirent pleinement parti du faible taux de contre-réaction. Il en résulte une très faible distorsion sur toute la bande passante  audible, un excellent contrôle des basses fréquences, et des hautes fréquences douces. Nous verrons plus loin que ce choix technique n’est pas anodin.

ELECTROMPANIET est aussi très fier de préciser que se sont exclusivement des composants discrets qui sont installés sur le trajet du signal audio. Le système de protection de l’étage de sortie fonctionne sans relais. Ceci a pour incidence d’éviter la détérioration potentiel des points de contact entre la sortie amplificateur et les enceintes acoustiques d’une part, et améliorer et maintenir l’impédance de sortie et le facteur d’amortissement dans le temps.

Le bloc de puissance est animé par une double paire de transistors bipolaires “puissants” et à haute fréquences. Enfin, les pistes des circuits sont en cuivre de forte épaisseur pour une meilleure “gestion” du courant.

 

 

L’imposante face arrière regroupe différents connecteurs symétriques et asymétriques, quatre sources Ligne dont une sur fiches XLR, et trois sur fiches RCA. Le constructeur a prévu de doubler les sorties vers un bloc de puissance complémentaire : XLR et RCA. C’est ainsi que l’on en déduit que la section pré-amplificatrice et l’étage de sortie sont configurés en mode symétrique.

Enfin, tout ce petit monde fait partie intégrante d’un lourd châssis en acier de forte épaisseur qui repose sur  trois pieds : deux devant et un derrière, afin de minimiser toute forme de vibration néfaste au bon fonctionnement de l’appareil.

Je remercie le distributeur JFF-Diffusion d’avoir mis à ma disposition cet amplificateur pour une durée de six semaines afin d’évaluer sérieusement son potentiel musical et vous le livrer sous la forme du présent banc d’essai.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec le matériel suivant :

– lecteur CD YBA Classic Player 3,
préamplificateur MOON 310 LP Mk2,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– enceintes acoustiques HARBETH Super HL5 Plus & PE LEON Kantor,
– câbles de modulation ESPRIT Beta 2019, YBA Glass, VAN DEN HUL The Orchid,
– câbles de modulation symétriques CONFIDENCE Audio
– câbles HP ESPRIT Aura, BETA 2019, YBA Diamond,
– REHDEKO plaquettes anti-vibratoire.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

CD sélectionnés :  [ España – Suite pastorale – Habanera – Fête polonaise d’Emmanuel – Marche Française ] d’Emmanuel Chabrier ~ Direction : John Eliot Gardiner – Gipsy Spirit – The London Sessions vol. 1 & 3 ~ musiques de films ~ Georges DelerueThe Voice of The Trumpet ~ Lucienne Renaudin Vary – Doubles jeux ~ Laurent Korcia – La belle enchantée ~ Tri Yann – Collaboration Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida – Jazz på svenska ~ Jan Johansson – The Glory that was Gershwin ~ Frank Chacksfield – Requiem de Mozart ~ Herbert von Karajan ~ Soprane : Wilma Lipp – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek, etc…

Vinyles utilisés : A Memorial for Glenn Miller vol.1 Saint Kilda Wedding ~ Ossian Nameless par Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m) – Quiet Night’s par Diana Krall – Bossa Nova  ~ Quincy Jones – Shadow Hunter par Davy Spillane – Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre  – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Jalousy » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc…

Entrons immédiatement dans le vif du sujet !

• The Voice of The Trumpet ~ Lucienne Renaudin Vary

Dès la mise sous tension, et après une heure de chauffe, cet amplificateur ELECTROCOMPANIET donne immédiatement le ton.
Par ailleurs, il fortement recommandé d’utiliser l’entrée symétrique : le gain est important.

Je découvre finalement au même instant le CD The Voice of The Trumpet par  Lucienne Renaudin Vary et la musicalité de l’ECI 6; une sorte de mise en bouche qui m’amène à pointer du doigt le confort d’écoute et l’onctuosité qui caractérisent cet amplificateur.

Mes souvenirs des produits ELECTROCOMPANIET sont assez lointain, cependant je retrouve l’emprunte musicale des électroniques scandinaves à transistors d’hier et d’aujourd’hui, qui en passant, ne sont pas pour me déplaire. L’excellente prise de son des albums signés et le choix des répertoires “classiques” ou inspirés d’autres styles musicaux donnent l’eau à la bouche. Si la sonorité de la trompète se montre envoutante, les arrangements sont se distingue par un entrain qui s’adapte au rythme de la partition.

Beaucoup de critiques “gratuites” affirment que les millésimes actuels ont peu de points communs avec les créations d’origine signées Per Abrahamsen, il y a maintenant quatre décennies. C’est à la fois vrai et faux. Au fil des années, les électroniques ont forcément évolué. Cependant, les fondamentaux sont restés intacts et me rappellent que les électroniques de la marque ont ce côté sensuel assez marqué que l’on appréciera à coup sûr sur l’orchestre qui accompagne la trompète de Lucienne Renaudin Vary sur cet album The Voice of The Trumpet.

Couleurs tonales à la Scandinave

Registre aigu

• Doubles jeux ~ Laurent Korcia

Les doubles jeux de violon de Laurent Kocia, mélange d’œuvres populaires et de haute technicité, reflètent la façon dont l’ECI 6  appréhende les fréquences élevées. En premier lieu, cet amplificateur n’a pas vocation à limiter “l’épanouissement” des fréquences reproduites par un instrument tel que le violon par exemple.

En second lieu, la sonorité de ce violon se montre toujours douce, soyeuse, et linéaire. La “montée” en fréquences ne laisse jamais la place à une quelconque forme d’agressivité.

En troisième lieu, l’amplificateur va dénicher une foule de détails par une fine analyse de chaque micro fréquence : la conséquence directe se matérialise par une longue durée de ces fréquences qui s’estompent progressivement et majestueusement dans le temps et l’espace pour rendre la reproduction riche en harmoniques. Minor Swing est une illustration du comportement de l’amplificateur.

L’emprunte musicale de cet amplificateur contribue en outre à mettre en évidence la teinte boisée de ce violon que Laurent Korcia s’applique à faire chanter, voir le cas échéant, à faire pleurer.

Registre médium

•  La belle enchantée ~ Tri Yann

De quelle façon peut-on décrire les couleurs tonales des produits conçus en Scandinavie ou dans les pays nordiques ? Il n’est pas inconvenant de préciser que les registres médium et aigus sont reproduits avec une douceur et même une forme de chaleur réellement typique. Avec certaines enceintes acoustiques, nous pourrons même bénéficier  d’une forme de “rondeur”. Est-ce réellement une critique ? pas forcément, dans la mesure où cet amplificateur affiche sa “présence” sur tout le spectre audible.

l’ECI 6 est un amplificateur bien “timbré” avec des couleurs tonales sur les moyennes et hautes fréquences d’une grande finesse. Sur cet album studio de Tri Yann La Belle Enchantée, nous pourrons “goûter” aux saveurs et au mélange astucieux de différentes teintes instrumentales : des guitares électriques qui se mêlent au son de la cornemuse sans agressivité. Les vocaux solistes sont reproduits avec une formulation à la fois douce et enchanteresse, avec beaucoup d’humanité finalement une pointe de romantisme absolument pas déplaisante.

La richesse des timbres aigu et médium “fonctionnent” en parfaite harmonie : d’où la très bonne transparence qui ressort de cet album et des autres sélectionnés pour ce test.

Registre grave

• Collaboration Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida

Le bas médium et le registre grave sont “intéressants” : le registre grave travaille en profondeur et ne semble pas être limité d’aucune manière. Les “soubassements” sont explorés avec une excellente spontanéité.
L’ECI 6 s’applique également à soigner la lisibilité et de faire en sorte que les grandes orgues ou un jeu de contrebasse ne souffrent d’aucune altération.

Le contrat est largement honoré, puisque j’ai retrouvé la contrebasse de l’extrait Valéria interprété par le Modern Jazz Quartet  d’une authenticité assez sidérante. La reproduction n’accuse aucune surépaisseur et son jeu est d’une propreté exemplaire. Nous arrivons à suivre chaque octave avec aisance. Cette contrebasse affiche une image ample et un timbre totalement dégraissé. En outre, j’ai particulièrement apprécié la façon dont le contrebassiste pince les cordes, et la très belle façon dont il faut glisser ses doigts sur le manche de l’instrument pour plaquer les accords. La résonance de l’instrument permet de cerner aussi les harmoniques.

Une scène sonore épanouie et structurée

• España – Suite pastorale – Habanera – Fête polonaise d’Emmanuel – Marche Française d’Emmanuel Chabrier ~ Direction : John Eliot Gardiner

La grande force de cet amplificateur est, à mon sens l’étendue, de la scène sonore. Quelques soient les extraits musicaux sélectionnés, l’ECI 6 délivre une image holographique où chaque plan prend une place bien définie.

On remarque fort aisément la dimension de la scène sonore sur España ou la Marche Française d’Emmanuel Chabrier. Outre l’image, vous ne serez nullement déçus par le positionnement des groupes d’interprètes démontrant une composition structurée de la scène sonore. La scène sonore offre une extension dans sa largeur d’une superbe amplitude.

Ce qu’il y a d’intéressant est que cette ampleur se retrouve sur des thèmes plus “calmes” tels que Idylle, la Danse Villageoise de la Suite Pastorale. Même les instruments de “faible intensité”  parviennent à vous spontanément, sans détours, sans confusion. Les différents contrastes sont suffisamment marqués pour donner une impression de vivre une interprétation en direct avec toute la cohérence qui se doit.

La force tranquille

• Requiem de Mozart ~ Herbert von Karajan ~ Soprane : Wilma Lipp

L’amplificateur intégré ECI 6 de la marque Norvégienne incarne une sorte de force tranquille. Jamais démonstratif, pas plus qu’introverti, cet amplificateur a un pouvoir dynamique bien réel. Au premier abord, il peut cacher son jeu. Toutefois, lorsque l’orchestres Philharmonique de Berlin et les chœurs “montent en régime”, vous n’aurez jamais le sentiment d’être exclu du spectacle offert par le Requiem de Mozart signé Herbert von Karajan.

La force tranquille de cet amplificateur sied donc à merveille à ce Requiem. L’ICE 6 travaille davantage sur l’harmonie que sur la dynamique à proprement parlé. J’ai pu constater que sur l’Introduction tout comme sur le Kyrié, faisait preuve d’une bonne réactivité. L’ensemble vocal est vraiment éloquent et affiche une force qui montre que cet amplificateur a beaucoup d’énergie; une énergie que l’on doit à l’alimentation dont nous ne connaîtrons pas les valeurs. Rigoureux et respectueux des œuvres qui lui sont confiées,  l’amplificateur ne rechigne jamais devant les difficultés de cette orchestration de “haute volée”. De plus, il sait faire preuve de discernement entre les sections vocales et orchestrales, entre les chœurs et la voix soliste de Wilma Lipp dont on pourra “déguster” l’excellente diction.

L’ECI 6 ne cherche pas à mettre en avant tel ou tel portion de la partition. Il reproduit avec respect chaque “section” avec une très belle fidélité, selon mon de vue.

Les racines du futur

• Jazz på svenska ~ Jan Johansson

Au fil des écoutes, je me suis aperçu que cet amplificateur incarnait les “racines du futur”; une manière de perpétuer la tradition de la marque en l’adaptant aux exigences de notre temps et des temps futurs. Prendre possession du l’ICE 6 constitue un investissement sur le long terme.

Cet amplificateur délivre un son franc, naturel, dépourvu de caricatures extrêmes. Il chante bien, il chante juste : pas de “fausses notes” ou de fautes de goût sur Jazz på svenska signé Jan Johansson.

Je vous assure avoir frissonné de plaisir à l’écoute des extraits les plus marquants de cet album très prisé en Scandinavie. Le piano accompagné d’une contrebasse subtile vous réchauffe le cœur. Les notes vous parviennent avec un délié et une fluidité. Les sons s’écoulent dans votre pièce d’écoute avec un délié et une suite d’harmoniques absolument prodigieuses. La musique respire avec un côté enivrant réellement très plaisant. Avec l’ECI 6, je peux dire qu’ ELECTROMPANIET “cultive” ses racines pour le futur.

• Gipsy Spirit 

Grâce au charme de cet album Gipsy Spirit, vous entrez dans la magie de la musique de Django Reinhardt, avec un répertoire revisité, plus contemporain, très vivant, et en tous point émouvants. Remy Hervé, Braly Winterstein à la guitare, et Herbert Stengele à la contrebasse exercent méticuleusement leur art.
Ce trio est ici épaulé par un amplificateur, plutôt à son aise pour vous faire déguster les “astuces” de ces interprétations, oh combien savoureuses, doublées d’une prise de son méticuleusement réalisée.

L’amplificateur ELECTROCOMPANIET ECI 6 est un véritable messager d’émotions musicales : je ne me suis pas lassé d’écouter les versions de Smile (Charlie Chaplin) et vous qui passez sans me voir (Paul Misraki et Charles Trenet). J’y ai découvert des timbres charnels, les vibrations et les frets des guitares avec un grand plaisir. L’accompagnement à la contrebasse absolument “craquant”  assure un tempo réglé au cordeau. Avec l’ECI 6, vous bénéficiez d’une reproduction précise, riche en harmoniques, enthousiasmante à souhait. La petite formation orchestrale s’y entend pour délivrer une musique naturelle, vivante, mais cet amplificateur s’implique grandement dans cet  exercice !

• The London Sessions vol. 1 & 3 ~ musiques de films ~ Georges Delerue

Les grandes envolées de violons qui, sous la baguette de Georges Delerue, illustrent ces musiques de films The London Sessions apportent une bouffée d’air inestimable. Sur ce genre de musiques, l’ECI 6 est bien à son aise. Les compositions au romantisme affirmé sont d’une sublime beauté.

Cet amplificateur ne distingue par sa finesse, mais aussi par son pouvoir de communication, et surtout cette façon très particulière de faire chanter les partitions. J’ai eu parfois l’impression que les notes dansaient devant moi, tournoyant ça et là dans la pièce d’écoute, comme des feuilles d’automne. Notre protagoniste s’y entend pour vous faire profiter pleinement des mélodies. Dès lors, nous pouvons parfaitement déceler et apprécier ces petites touches qui font l’originalité de ces compositions. Quelques notes de harpe bien placées, un drums léger, une contrebasse qui dicte le rythme, un solo de violon joué avec une virtuosité qui s’apparente à la musique de Vivaldi. Toutes ces multiples intonations vous parviennent spontanément, naturellement. Plutôt que de donner dans la démesure, cet amplificateur privilégie la mélodie et l’harmonie.

• Nameless ~ Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m)

Quelques disques vinyles me paraissaient indispensables pour clôturer en beauté ce test. Aussi, j’ai choisi de mettre un coup de projecteur sur ce fabuleux album Nameless réalisé par Dominique Fils-Aimé.
Ce test a été réalisé en reliant en mode symétrique le préamplificateur phono MOON 310LP Mk2 à l’amplificateur avec les récents câbles CONFIDENCE Audio.
Grand bien m’en a pris : Dominique Fils-Aimé a révélé une personnalité authentique. Bien sûr, j’ai retrouvé une voix suave pleine de charme et d’humanité, souvent rencontrée au cours d’autres tests d’écoutes. Cependant, dans une configuration symétrique, le gain en réalisme est encore plus important. La beauté de la voix est simplement renversante.
Le trio ELECTROCOMPANIET / MOON / CONFIDENCE Audio révèle une “texture” veloutée sur toutes les phrases. La diction est claire, articulée, dépourvue de “sifflantes” sur les “S”. Le détourage de la voix est fascinant. J’ai également relevé une teinte gutturale un peu plus prononcée que de coutume : elle met davantage en exergue les intonations du style musique Soul de Nameless.

Je n’oublie pas les quelques instruments qui accompagnent cette interprète de “valeur” au tempérament envoûtant et, oh combien, attachant. l’ECI 6 sait fort bien “travailler” tant sur les vocaux que sur les instruments de musique. Je pourrais citer la contrebasse, et les quelques percussions qui se détachent de la scène sonore. Tout cela respire la pureté et l’authenticité qui retiennent l’attention.

Je suis réellement tombé sous le charme d’une reproduction romantique, jamais ennuyeuse, molle, et pourvue de caricatures. L’amplificateur ELECTROCOMPANIET sait habillement mettre l’accent où il faut et quand il faut.

 

 

Conclusion :

Je qualifierai volontiers l’ECI 6 comme un amplificateur “intelligent”. De nature chaleureuse et douce, son tempérament ne masque rien de la richesse du message sonore. Avec lui, paroles et musiques deviennent attachantes. J’ai découvert beaucoup de choses à travers ce test et notamment une force et une puissance toujours maîtrisées, et une scène sonore d’une ampleur étonnante. L’ECI 6 est un amplificateur, techniquement très abouti : assurément, il sait parler à son auditoire, et l’émouvoir. Pour en tirer le maximum de substance, je recommande grandement d’opter pour les connexions symétriques : le gain est significatif.

 

 

Prix : 4490 € (03/2020)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt