Câbles des enceintes acoustiques : Fil nu, fourches, fiches bananes ?

 

L’édito de Lionel

Câbles des enceintes acoustiques :
Fil nu, fourches, fiches bananes ?

Après avoir finalisé votre système audio, qui constitue souvent l’aboutissement de longues et périlleuses séances d’écoutes, vient le temps d’apporter la touche finale à apporter à votre « édifice musical ». Au terme de longues semaines, voire de mois ou d’années, se pose inévitablement la question du choix des câbles (modulation et haut-parleurs). Rappelons que ce choix doit être dicté par des essais appropriés et que les câbles sont dépendants des maillons qu’ils ont pour mission de relier entre eux.

S’agissant des câbles de haut-parleurs, beaucoup d’entre vous s’interrogent sur le mode de connexion tant du côté l’amplificateur que du côté des enceintes acoustiques. Si la plupart des amplificateurs permettent indifféremment d’opter pour le fil nu, les fourches, et les fiches bananes, certaines enceintes acoustiques n’autorisent pas forcément les options multiples. Dans ce cas précis, il faudra se plier à la seule option proposée qui est bien souvent la fiche banane.

En ce qui concerne les enceintes (et amplificateurs) qui autorisent les 3 modes de connexion, on assiste à des discussions et des surenchères en faveur de tel ou tel mode de connexion. De multiples essais m’ont conduit à prendre beaucoup de hauteur face à ces différents modes de connexion.
Il est certain que les fiches bananes ont une souplesse d’utilisation inégalable qui conduit à installer ses câbles en quelques secondes. Elles assurent de surcroît un excellent contact avec le bornier et à terme les traces d’oxydation sont réduites à leur plus simple expression.

Les fourches assurent également un contact optimal et pour peu qu’elles soient reliées aux câbles sans soudure, on obtient des résultats musicaux très proches de ceux obtenus avec une liaison de type ” fil nu “. Cette dernière possibilité qu’est le mode de connexion direct est sans doute celle qui offre la garantie du meilleur  contact avec le bornier : pas de soudure ni « d’éléments » visant à modifier la texture sonore ou perte en matière de signal. Le fil nu offre toutefois quelques inconvénients : avec le temps, il est probable que le cuivre viennent à s’oxyder et que les brins de cuivres souffrent d’un phénomène d’écrasement obligeant ainsi l’utilisateur à resserrer de temps à autre les bornes vissantes.

Sur le plan musical, que faut-il privilégier ? et y a t-il des différences audibles significatives ?  Je vous rassure immédiatement, si des différences existent, elles ne seront perceptibles qu’avec des systèmes de très haut de gamme, particulièrement analytiques, et avec des câbles « silencieux » dont le cuivre est d’une extrême pureté et le blindage méticuleusement étudié et mis au point pour une efficacité optimale.

Très sincèrement, je crois qu’il est inutile de se prendre la tête avec ce genre de détails qui ne seraient perceptibles qu’à la marge (entre 1 et 2% des cas). Privilégiez plutôt le mode de connexion qui vous semble le plus simple à mettre en œuvre, et peut-être le plus efficace, à savoir : les fiches bananes.