B&W 705 S2

 

 

Origine : Grande Bretagne

Enceinte compacte 2 voies / 2 haut-parleurs
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 88 dB (2.83Vrms, 1m)
Impédance : 8 ohms (minimum 3,7 ohms)
Réponse en fréquences : 50 Hz à 28 kHz ±3dB
Fréquence de coupure : non spécifiée
Distorsion harmonique : < 1% de 100 Hz à 22 kHz
Puissance amplificateur requise : 30 à 120 watts

 

Autant vous le confier d’emblée, j’apprécie depuis longtemps les production B&W et il me tardait de faire connaissance avec l’une des moutures des remplaçantes de la gamme CM, qui elles-mêmes prirent la succession de la gamme 700 d’origine.

La B&W 705 S2 remplace ainsi depuis quelques mois la CM6 S2 qui a été couronnée de succès, par sa musicalité “aboutie” à l’image de  l’ensemble des enceintes de la gamme CM. Visuellement, qui n’a pas un œil averti ne fera pas une grande différence entre la 705 S2 et la CM6 S2. Pourtant, le constructeur a porté son attention sur bien des points techniques; l’objectif étant de faire mieux que la CM6.

La 705 S2 est une enceintes compacte deux voies / deux haut-parleurs de taille “respectable” ( 20,0 x 40,7 x 28,5 cm) à charge bass-reflex; l’évent de compression étant placé en face arrière.

Forgé dans un unique bloc d’aluminium, la conception du coffret du “tweeter solid body” constitue un environnement acoustique optimisé pour le tweeter, totalement inerte et résistant aux résonances.
Le tweeter Carbon Dome™ (dôme en carbone) débafflé se fonde sur une toute nouvelle technologie. Il a été spécialement conçu pour la gamme 700 Series. Offrant une amélioration spectaculaire par rapport au double dôme aluminium, sa fréquence de rupture s’élève à 47 kHz, pour offrir une image sonore plus précise et plus détaillée.

Sa membrane Continuum™,  introduite pour la première fois pour la gamme 800 Series Diamond, représente la plus importante avancée dans le rendu du registre médium depuis le Aramid fiber®. Son matériau tissé et enduit permet un meilleur contrôle des résonances, avec au final un médium plus ouvert et plus neutre.

Le haut-parleur de médium / grave de 16,5 centimètres de diamètre est un nouveau “spécimen” dont le principe s’inspire de ceux mis au point pour la série Diamond. Sa membrane en Continuum lui autorise un large spectre, une précision et une rapidité accrues par rapport aux modèles précédents.

Au verso du coffret de l’enceinte, on retrouve un double bornier de grande qualité ouvert à la connexion de fiches bananes, fourches, et fil nus à section de quatre millimètres. Naturellement, le principe de l’évent FlowPort garantit un écoulement d’air régulier et silencieux, notamment à fort niveau d’écoute.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués en auditorium avec l’amplificateur intégré ATOLL IN 200 Signature, lecteur CD ATOLL CD 200 Signature. Le câblage secteur ordinaire, câble de modulation VAN DEN HUL The Orchid, câbles HP ordinaires.

CD sélectionnés : Jazz på svenska par Jan Johansson – Les géants du Jazz jouent Georges Brassens – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – Rummadou / Générations de Tri Yann – Naim – CD test Sampler N°6 – Quiet Night’s par Diana Krall – « Prodiges » par Camille Berthollet – Classical Beatles –  Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – « Portrait » par Angèle Dubeau & La Pietà – The Singing Clarinet par Giora Feidman, etc…

ATOLL 200 Signature – B&W 705 S2 : système “haute résolution”

 

Clarté et transparence

• Classical Beatles

Redécouvrir des enceintes compactes de course telles que les 705 S2 au travers de cet album dédié aux Beatles constitue une véritable aubaine.
A l’images des CM ou des 800 Diamond, la 705 S2 “brille” par la clarté et la transparence. Cette enceinte acoustique se comporte comme une véritable loupe. La reproduction de la guitare classique / acoustique prend une allure fabuleuse. Les arpèges sont “décortiqués” sans une once d’obscurité; nous les apprécierons par leur précision doublée d’une “formulation” veloutée qui les rend très proches d’un jeu de guitare joué in situ.
La prise de son et le mixage signés Decca nous laissent voir et surtout entendre la moindre intervention et toute la saveur de l’ensemble des  instruments, parfois laissés dans l’ombre d’une masse orchestrale étoffée. Ici, toute nuance émerge, comme par magie, du flot orchestral doublée d’une mise en évidence réellement audible : vous l’avez deviné, c’est la définition qui singularise cette 705 S2.

Justesse et beauté des timbres

• Rummadou / Générations de Tri Yann

A travers cet album, j’ai pu vérifier et à fortiori goûter à un large éventail de teintes sonores, du mélange des genres, et surtout valider une couleur des timbres sans failles. Cette enceinte compacte accompagnée des électroniques ATOLL s’y entend pour soigner et respecter la couleur des timbres. Qu’il s’agisse des vocaux, des instruments acoustiques (celtiques ou classiques), on reconnaît par exemple sans peine la “tocuhe” boisée du violon, celle du hautbois, les teintes si singulières du low whistle. Les jeux de guitares acoustiques s’égrènent magistralement avec une grâce et une précision sur lesquelles il n’y rien à objecter. Le rythmique de certains thèmes démontrent la docilité mais aussi “l’implication totale” dans le jeu des interprètes. La B&W 750 S2 réagit au quart de tour : vive et active, enjouée, elle encaisse des coups de batterie sans faillir. Les solos de guitares électriques sont absolument “décapants” et on prend un réel plaisir à écouter ce genre musique fusion agrémentée de vocaux solistes ou en choeurs, tant ils sont “prenants” donnent réellement la chair de poule.
A noter enfin que si sur le papier l’infra grave apparaît un peu “court”, je n’ai pas senti de limites subjectives au niveau du jeu de guitare basse par exemple. Inutile de se formaliser par la fréquence de coupure à 50 Hertz, la 705 S2 maîtrise parfaitement le sujet.

Fluidité et réalisme d’expression

• Quiet Nights par Diana Krall

Le réalisme de l’expression ne se fait pas attendre avec cet album de Diana Krall. La B&W 705 S2 met un point d’honneur à reproduire la musique avec une propreté qui va de pair avec la transparence déjà citée ci-avant.
Les 705 dans leur version initiale ainsi que les CM dans leur ensemble allaient déjà très loin dans ce domaine. J’ai cependant le sentiment que la nouvelle série S2 “lisse” davantage le message sonore. Ainsi, la voix de Diana Krall est matérialisée par une expression plus fluide, et finalement un peu plus “soutenue”, plus présente, voir encore plus naturelle.
La fluidité accompagne en définitive chaque syllabe. Par une diction limpide, les phrases s’enchaînent harmonieusement, logiquement, spontanément et sans accroc. Oubliez certaines “sifflantes” qui peuvent quelque fois entacher l’expression. La voix de Diana Krall est à la fois reposante et très communicative au point que l’on se surprend à croire l’interprète présente dans la pièce d’écoute. Les notes de piano et de l’orchestre s’écoulent finement dans le temps et l’espace; elles semblent danser autours de l’interprète, lui laissant cependant une large place. Tout semble aérien et détaché.

Espace sonore

• Celtic Spectacular par Erich Kunzel & Cincinnati Pops Orchestra

En dépit de son concept de petite taille, cette enceinte acoustique nous met en perspective d’une scène sonore inversement proportionnelle à la taille du coffret. B&W a beaucoup travaillé sur l’architecture interne et la gestion de la charge bass-reflex. Aussi, j’ai été enthousiasmé par le flot d’informations qui vous parviennent sans la moindre altération, notamment au travers de  Celtic Spectacular par Erich Kunzel & Cincinnati Pops Orchestra. L’image sonore est d’une stabilité réellement proche de celle d’une enceinte colonne de dimension plus importante, y compris dans le bas du spectre.
En complément, l’image sonore est extensible à souhait, en fonction de “l’exigence” des extraits musicaux. Le déploiement est maîtrisé, les plans bien structurés. Nous arrivons à bien cibler les instruments, les groupes d’instruments ou les vocaux au sein de l’espace sonore.  De facto, la reproduction est aérée tant en largeur, en profondeur qu’en hauteur. Le détourage des instruments  et / ou des voix qui en découle garantit une reproduction fine et intelligemment reproduite de chaque nuance, de chaque inflexion. La B&W 705 S2 est en soi une “petite bombe” !

Communication avec l’auditeur

• Les géants du jazz jouent Georges Brassens

C’est vrai qu’avec ces enceintes, j’ai eu le sentiment que la musique se levait sous un jour nouveau. De l’artiste à l’auditeur, il n’y a plus de barrières. Cette enceinte acoustique agit en quelque sorte  comme un pont – un moyen de combler le fossé entre l’auditeur et les musiciens. Ces Géants du Jazz me sont apparus tellement proches dans la salle d’écoute qu’en fermant les yeux, j’ai réellement perçu leur présence à mes côtés ou tout au moins devant moi.
La présence physique de Georges Brassens, accompagnant chaque morceau avec sa guitare, était réellement “palpable”. L’ambiance au sein du studio d’enregistrement transparait de façon à “afficher” la bonne humeur, l’état d’esprit décontracté et donc l’implication des musiciens; une présence qui, en marge de l’interprétation, de la couleur des timbres, nous met face à une dose d’émotions prodigieuse.

Conclusion

Fruit d’une longue maturation, la B&W 705 S2 ne déroge pas à la règle “maison” qui repose sur la transmission intégrale et fidèle du message sonore. N’ayant pas eu l’opportunité d’effectuer un comparatif avec la modèle CM 6 S2, je ne saurais affirmer si cette enceinte fait mieux que le modèle qu’elle remplace. Cependant, il faut reconnaître que la 705 S2 sait “parler” au public et transmettre de belles émotions. En ce sens, cette enceinte se place, à mon sens, comme une véritable référence dans la catégorie des enceintes compactes.

 

 

Prix : 2190 €  (01/2019)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt