APERTURA Swing

Origine : France

Enceinte compacte 2 voies
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 87dB / 2,83 v / 1m
Impédance : 8 ohms
Réponse en fréquences : 48 Hz à 40 kHz / +-3dB
Fréquence de coupure : 3,5 kHz

 

Une véritable petite “bombe”

 

La SWING est le plus petit modèle de la marque APERTURA. Cela n’en fait pas pour autant une enceinte au “rabais” dans la mesure où elle intègre tout le savoir-faire et les dernières innovations d’APERTURA.

Si la Swing se situe en seuil de gamme, sa conception a été dictée par une volonté de conjuguer les performances des systèmes APERTURA les plus élaborés et de les intégrer dans un format compact.

Sa taille de 19 x 31 x 28 cm (largeur x profondeur x hauteur) lui permet de s’intégrer dans des pièces de petites dimensions. Cependant, elle sera aussi à l’aise dans des univers de moyenne à grande dimension.

Sa présentation et sa finition luxueuse démontrent que la Swing n’a rien à envier aux concurrentes de cette catégorie. Trois finitions de “haute tenue” sont disponibles : merisier, piano noir ou blanc.

La Swing est un modèle deux voies / deux haut-parleurs à charge bass-reflex optimisée permettant d’obtenir une fréquence de coupure basse étonnante pour une enceinte de ce gabarit. L’évent est placé en face arrière.

Si le dessin et le design apparaissent plus “simples” que les autre modèles de la marque, nous pourrons remarquer que la face arrière de l’enceinte est légèrement galbée. Par ailleurs, le format plus conventionnel garantit un volume de charge optimum, en conformité avec le haut niveau qui caractérise depuis trois décennies les produits APERTURA.

Le nouveau profil de l’ébénisterie a pour objectif principal de réduire l’émission parasite dans les surfaces les plus sollicitées (face arrière notamment). Les parois sont en Mdf haute densité de 18 millimètre d’épaisseur : elles assurent une excellente rigidité. L’architecture interne se compose de structure doubles-cavités internes dotée d’un raidisseur interne pour rigidifier la structure et créer des zones très spécifiques où appliquer les traitements. Les “volumes” internes font l’objet d’un traitement particulier. Important s’il en est, ce traitement est effectué à l’aide de deux types de matériaux amortissants différents pour annuler toutes formes d’ondes stationnaires.

Les concepteurs / réalisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens en choisissant des haut-parleurs de compétition.

Le registre aigu est confié à un tweeter d’origine VIFA « Ring Radiator ». En plus de son profil de membrane en demi-rouleau si particulier, ce tweeter possède une ogive guide d’onde en partie centrale et une cavité de décompression arrière amortie. La  résultante est une réponse en fréquence étendue aussi bien vers le bas pour un couplage plus aisé avec le grave medium, et vers le haut jusqu’à près de 40 kHz.

Les fréquences médium et grave sont prises en charge par un haut-parleur de 16 centimètres de diamètre élaboré par SEAS – un gage de qualité. Ce haut-parleur « Isotactic Matrix » est constitué de lames de polypropylène tressées, ce qui donne un cône léger, rigide et très amorti. La suspension se veut originale dans la mesure où elle est dotée de raidisseurs radiaux qui réduisent les résonances parasites.

La technologie de membrane et de moteur est similaire à celle qui équipe les haut-parleurs des modèles ARMONIA et EDENA.

Equipé d’une bobine longue ce transducteur est capable d’une excursion linéaire extraordinaire pour un haut-parleur de cette taille.

La Swing bénéficie d’un filtre propriétaire « DRIM », à triple pentes d’atténuation. Cette technologie annule purement et simplement toute forme d’intermodulation sur chacune des branches du filtre. L’objectif est d’obtenir une sonorité la plus pure et la plus fine possible.

APERTURA n’a pas fait l’impasse sur la qualité des composants. Ce filtre adopte des  condensateurs polypropylène, bobine Jantzen, câble OFC, montés à la main sur un double circuit imprimé cuivre 140μm. La structure du filtre est optimisée  aux fins d’éviter les interférences magnétiques entre composants.

Le tour du propriétaire se termine par les deux bornes HP de  qualité significative en laiton doré. Vous pourrez effectuer la connexion à votre amplificateur à l’aide de fiches bananes, de câble nu, et de fourches.

A noter que lors de l’assemblage, le constructeur effectue des mesures de chaque jeu de haut-parleurs (Grave/ medium & tweeter) et appairage/ ajustement du filtre en fonction de ces mesures.

Je remercie les concepteurs / réalisateurs des enceintes APERTURA ainsi qu’AUDIO FREQUENCES à Nancy d’avoir mis à ma disposition cette paires d’enceintes acoustiques pour une durée de cinq semaines afin de réaliser ce test d’écoute et vous en faire profiter.

Ecoute et impressions :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec les éléments suivants :

préamplificateurs phono YBA Héritage PH 100 & MOON 310 LP Mk2,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– lecteur CD YBA Classic Player 3,
– préamplificateur YBA Classic 3 Delta & bloc de puissance YBA 3 Delta / double transformateur,
– câbles de modulation ESPRIT Beta 2019, YBA Glass, VAN DEN HUL the Orchid,
– câbles HP ESPRIT Beta 2019 et YBA Diamond,
– plaquettes anti-vibratoires REHDEKO.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615 et ESPRIT Volta, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Celesta & Eterna.

CD repères : Saint Kilda Wedding ~ Ossian – A memorial for Glenn Miller vol.1 – La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua – Mademoiselle in New-York ~ Lucienne Renaudin Vary & BBC Concert Orchestra – Quiet Night’s par Diana Krall – Stéréo Concert Séries ~ Collection Decca Phase 4 – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – Celtic Spectacular ~ Erich Kunzel & Cincinati pops orchestra – « Prodiges » par Camille Berthollet – Camille et Julie Berthollet – Naim CD test  Sampler N°6 – Jazz på svenska par Jan Johansson – Meedle ~ Pink Floyd – In a Monastery Garden : The Immortal Works of Albert Ketèlbey – Legends par James Galway & Phil Coulter – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida, etc…

• Vinyles utilisés : A memorial for Glenn Miller vol.1 Saint Kilda Wedding ~ Ossian Nameless par Dominique Fils-Aimé (vinyle 30 cm / 45 tr/m) – Quiet Night’s par Diana Krall – Bossa Nova  ~ Quincy Jones – Shadow Hunter par Davy Spillane – Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Tri Yann : Le Vaisseau de Pierre  – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Les grands classiques du jazz » par Bill Coleman et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc…

Ça swingue avec la nouvelle APERTURA !

• A memorial for Glenn Miller vol.1 (Vinyle & CD)

Swing ! cette petite enceinte porte bien son nom car elle pourra en remontrer à bien des concurrentes de cette catégorie et de prix, y compris les plus prisées et médiatisées du moment en ce qui concerne sa vigueur. La Swing réagit vite et bien sans jamais “faillir”. Elle suit à la lettre la cadence de In the Mood   interprété par The Originals Members of Glenn Miller Orchestra.

Le concept abouti, les différents composants qui équipent ce modèle, ainsi qu’une véritable réflexion autours de sa réalisation portent assurément leurs fruits. Les accélérations, les montées en puissance, la rapidité d’exécution sont totalement bluffantes au point de croire que nous sommes en face d’une enceinte colonne de volume trois à quatre fois plus élevé. La Swing se montre réactive sur les coups de batterie, l’ensemble de cuivres, et la contrebasse. Pas d’effets de traînage notoires ou autres formes de “pertes en ligne” : cette enceinte acoustique est digne de rejoindre des systèmes audio les plus fougueux, et “entrainer” dans son sillage les extraits musicaux les plus complexes, les plus endiablés avec une “lecture” toujours vivace.

Les mille couleurs du temps

• Saint Kilda Wedding ~ Ossian (Vinyle & CD)

Du grave à l’extrême aigu, cette enceinte réussit un tour de force assez spectaculaire : elle se montre très linéaire sur l’ensemble du spectre audible. Le mélange des couleurs tonales est fort bien géré au sein de chaque registre. L’équilibre entre les différentes fréquences permet alors de bien cerner la couleur et la particularité des timbres de chaque instrument.
Ainsi nous pouvons goûter à la magie d’un enregistrement soigneusement réalisé, mais aussi d’être en contact avec la teinte des instruments celtiques traditionnels, du violon et du violoncelle qui, pour la circonstance, nous délivrent une image très “locale” propre à ce type de musique. Dès lors, la proximité avec les musiciens est absolument inouïe y compris à bas niveau d’écoute. Le registre aigu file haut, sans excès toutefois.
Le contrôle et la maîtrise des hautes fréquences dévoilent une reproduction “veloutée”. Cette reproduction dépourvue d’agressivité ne masque bien évidement rien des infimes substances d’une harpe celtique ou du Uillean Pipes qui respirent à pleins poumons et vous transmet sans détours le souffle de sa sonorité si particulière. En version vinyle comme en version, nous sommes en regard d’une musicalité riche en substances et haute en couleurs.

Registres aigus / médium

• Prodiges ~ Camille Berthollet Camille & Julie Berthollet

Rien de tel que le violon pour juger du comportement des registres médium et aigu sur une enceinte acoustique. Bien entendu, la prise de son joue un rôle important, mais sur ce point l’album Prodige signé Camille Berthollet est tout à fait conforme à ce qui se fait de mieux.

Sur l’ensemble des extraits musicaux contenus dans cet album, j’ai trouvé la sonorité du violon à la fois fine, “lissée”, aérienne. Les notes s’envolent carrément vers des sphères stratosphériques. Nous sommes loin d’une texture “étouffée” ou limitée. Si ce registre file haut et clair, il ne le fait jamais au détriment de la douceur. En ce sens, nous reconnaitrons la sonorité boisée de l’instrument appréciée  notamment sur l’Hiver et l’Eté des Quatre Saisons de Vivaldi qui constituent à eux seuls de véritables “sucreries musicales”.

Le registre médium s’articule autours du registre aigu avec une subtilité qui facilité le passage d’une fréquence à l’autre. En ce sens, quel plaisir d’écouter le Concerto pour deux Violons BWV 1043 de Jean-Sébastien Bach et ses mille nuances.

Certes, le Prodige est incarné par Camille Berthollet, mais également par l’enceinte APERTURA Swing qui se distingue également par deux paramètres : la matérialisation et le grain des instruments à cordes. Pour se rendre compte de ces caractéristiques, il faut par exemple écouter le Trio N°2 D929 – Andante Con Moto de Frantz Schubert où la violoniste est accompagnée au violoncelle par Julie Berthollet. L’introduction au violoncelle est simplement sublime : nous percevons tout le grain de l’instrument, le frottement de l’archet sur les cordes de l’instrument. La Swing se concentre sur un point essentiel : l’analyse du message sonore.

Transparence et définition

• Nameless ~ Dominique Aimé Fils (Vinyle 30 cm – 45 tr/m)

Je dois vous avouer que j’ai eu un véritable pincement au cœur lorsque j’ai écouté Nameless dans cette version vinyle – pressage en 45 tours / minute.
En effet, un nombre invraisemblable de détails émanent de cet album “prenant”. Cependant ce côté “transperçant” ne serait rien sans un système audio expressif et / ou si un élément accusait une défaillance. Sur Birds, on pourra naturellement savourer l’expression et la présence de l’artiste. Mais au delà de l’interprétation, la transparence constitue la grande force de cette enceinte acoustique.

L’articulation, la diction, la texture suave de cette voix sont absolument envoutantes. Cette voix magique vous prend carrément aux tripes. Les percussions passent d’une enceinte à l’autre avec subtilité : elles sont mises à la lumière du jour trahissant un excellent sens de l’ouverture qui s’appuie sur un tweeter méticuleusement choisi et un filtrage pensé intelligemment.
Le jeu de contrebasse est également étonnant. Chaque corde est pincée avec une telle perfection que l’on entend les doigts de la main droite toucher les cordes, et ceux de la main gauche glisser le long des cordes de l’instrument. En ce qui concerne la définition, la Swing s’y entend pour donner le plus pur de ce qui est possible avec une sérénité assez rare.

Registres grave

• Meedle ~ Pink Floyd

Meedle de Pink Floyd  est un bon test pour contrôler la bonne santé d’une enceinte acoustique, et aussi de se faire une idée des facultés à reproduire correctement les fréquences graves. Je dois reconnaître qu’en ce domaine la Swing se montre plutôt convaincante. Sur One of these Days, elle relève le défi de se plier aux exigences et caprices de Roger Waters dont la guitare basse ne capitule ici absolument pas.

Oui, la Swing descend bien bas pour une enceinte de cette taille; elle gère les fréquences infra-graves habillement de manière à ne pas couper brutalement celles qui, d’aventure, s’aventureraient en dessous des 48 Hz. Les “amateurs” de musique rock ou de musiques  “musclées” y trouveront à coup sûr leur compte. Au fil des heures d’écoutes, je me suis rendu compte que le registre grave était en tous points bien “tenu”. Avec Pink Floyd, les fréquences graves affichent leur présence et trouvent ainsi la place qui leur revient de droit. La grosse caisse de la batterie, qui parfois s’avère omniprésente, montre simplement sa présence et sa consistance sans démesure, ni au contraire, sans coupure abrupte ou autre forme de “légèreté”.

D’une manière générale, il est important de préciser que l’habille répartition entre les différentes fréquences démontrent que le filtre a fait l’objet d’une réflexion et d’un “montage” aboutissant à une musicalité toujours cohérente et homogène.

La voix de la sagesse incarnée par la Swing

• Mademoiselle in New-York ~ Lucienne Renaudin Vary & BBC Concert Orchestra

Il est écrit que la sagesse est une source de vie pour celui qui la possède. Cette maxime peut finalement aussi s’appliquer à un objet et, pourquoi pas, à une enceinte acoustique. Aussi, je trouve que la Swing répond à cette définition car je lui reconnais un tempérament musical pétillant. Sa nature chantante, sa rigueur, sa prestance, donnent réellement envie d’écouter de la musique. Analysée sous toutes les coutures, avec un nombre étendu de styles musicaux aussi différents que variés, cette enceinte réagit toujours bien. Sa bonne humeur permanente s’apprécie sur des extraits de “haute volée”, qui plus est, expressifs.

Les accélérations qui caractérisent l’ensemble des différents extraits de cet album nous montrent bien la voix de la sagesse sur la totalité des paramètres objectifs et subjectifs. Ceci fait de la Swing une enceinte “sympathique” et attachante. Les cuivres, et plus particulièrement la trompète de Lucienne Renaudin Vary  sont reproduits avec élégance, donnant à leur sonorité un superbe sens du réalisme. Les lignes mélodiques sont articulées et fort bien détourées : on pourra facilement en juger avec le jeu de contrebasse ou de piano par exemple et toutes sortes d’instruments qui composent cette formation orchestrale. Tout comme cette artiste, la “petite” APERTURA Swing apporte une véritable bouffée d’oxygène au message musical.

Une mise en scène impressionnante

Celtic Spectacular ~ Erich Kunzel & Cincinati pops orchestra

Vous serez sans doute surpris, comme je l’ai été, du panorama qu’offre cette enceinte compacte. En soignant son installation et le câblage, vous bénéficierez d’une scène sonore plutôt holographique. L’écoute en aveugle dévoile une scène sonore large. La Swing ne restreint pas pour autant la hauteur de la scène sonore. Les yeux fermés, il n’est quasiment pas possible de déceler qu’il s’agit d’une enceinte compacte. L’ampleur de la scène sonore nous montre que cette enceinte acoustique a été mise au point pour “emplir” généreusement des pièces de moyenne, voir de grande dimensions.

La Swing privilégie ainsi l’espace sonore : j’ai senti au travers des extraits de Celtic Spectacular ~ Erich Kunzel une forme d’aération, de respiration, entre les pupitres. Tout apparait  “détaché” et clairement positionné dans l’espace sonore. En outre, j’ai relevé et apprécié un excellent contraste entres les “lignes” de violons et de violoncelles. De plus, certains instruments traditionnels ou vocaux solistes émergent naturellement de la masse orchestrale avec une aisance et un délié remarquables. Le centre de la scène sonore est également bien documenté : il s’y passe un bon nombre “d’évènements” qui garantissent un bon  contraste en les différents groupes d’instruments ou des instruments solistes.

Par ailleurs, quelque soit le niveau d’intensité requis, la Swing se distingue par une image particulièrement stable. Les écarts de dynamique sont maîtrisés : le déroulement de la partition et l’enchaînement des phrases musicales s’effectuent dans en “bon ordre de marche”, avec une spontanéité et une synchronisation  jamais prises en défaut.

Ouverture sur un monde musical rempli de poésie

• La Folia de la Spagna ~ Gregorio Paniagua

La Folia de la Spagna résume à elle toute seule les facultés d’expression procurées par cette enceinte acoustique. On décèle la couleur et la justesse des timbres des instruments baroques, déjà citées. Mais, il faut reconnaître que la saveur et la douceur des flûtes à bec, celle du cromorne, ou encore celles de la guitare classique sont d’une prestance inouïe. Les percussions et plus particulièrement les grelots se détachent avec une légèreté très réaliste.

Ce que j’ai réellement apprécié, c’est la présence presque intime dans la pièce d’écoute de cette formation musicale dirigée par Gregorio Paniagua. L’ouverture vers un monde musical se traduit par cet esprit de communication qui s’établit entre les musiciens et l’auditeur. Le grain de la viole de gambe, de la vielle à roue ou du violon, leur détourage absolument parfait ne laissent jamais planer le doute. La Swing délivre une sonorité riche et détaillée, jamais floue ou “aléatoire”.

• In a Monastery Garden : The Immortal Works of Albert Ketèlbey

Depuis le début de l’analyse de cette enceinte acoustique, il m’avait semblé que cette enceinte acoustique délivrait une sonorité un peu romantique. Cette remarque est loin de constituer un inconvénient en soi. Bien au contraire, tout son potentiel en matière d’expression repose sur cette qualité toute particulière qui convient parfaitement aux compositions d’Albert Ketèlbey qui comportent des vocaux ou des chœurs.
Le hasard des écoutes m’a conduit à exhumer ces œuvres dont le célèbre Sur un Marché Persan ou dans le Jardin d’un Monastère qui offrent une variété et une richesse de timbres orchestrale qui s’opposent et se mêlent tour à tour dans une ” ambiance” romanesque du plus effet qui soit. La musique devient alors subtile, raffinée, poétique à souhait. On se prend à visualiser les images décrites par la musique elle-même, que l’on retrouve dans le Jardin d’un Monastère, où surgissent chants d’oiseaux, un kyrie lointain, les prairies verdoyantes où résonnent des cloches, ou encore l’agitation du Marché Persan qui évoquent des scènes colorées, pittoresques et même humoristiques.
Il apparaît ainsi que la Swing a ce don très particulier de vous inviter à vous placer aux premières loges d’un décor musical qui évoque des scènes de la vie.

• Naim – Sampler N°6

La magie des musiciens dans votre environnement familiale, vous la retrouverez sur la totalité des extraits qui illustrent ce CD test Sampler N°6 édité par Naim. Une ambiance feutrée pour Tears d’Antonio Forcione avec sa guitare et ses percussions. Un réalisme divin avec Remember the River de Fred Simon et son trio fascinant. Le jeu de saxophone crève l’écran par cet aspect cuivré, lustré. Le déroulé des  notes s’effectue avec une superbe fluidité. La moindre nuance est reproduite : je retiendrais aussi le bruit de clefs de l’instrument qui démontre le degré d’analyse dont cette enceinte acoustique est capable.
Le piano et la contrebasse contribuent à rendre la musique délicieuse à écouter, à la rendre “fusionnelle” en quelque sorte. Force est de constater que cette enceinte est prodigieuse pour ce qui a trait à la communication avec l’auditeur. La réponse sur les transitoires fait également partie intégrante des nombreuses qualités de cette enceinte acoustique au tempérament absolument naturel, dépourvu de caricatures.

 

Conclusion :

La Swing est le fruit de la résolution d’une difficile équation que les concepteurs / réalisateurs ont su résoudre : concevoir un modèle compact qui offre des “prestations” proche d’un modèle colonne de gamme supérieure. Cette équation ne se solutionne nullement par une série de compromis techniques ou le choix de composants sélectionnés au hasard ou un tarif moindre. Elle a été pensée et réalisée sur la base d’une mise au point minutieuse qui aboutit à cette musicalité si fruitée, si charnelle, si réaliste et si enthousiasmante. La Swing sera, sans complexes, en mesure d’accompagner des systèmes ambitieux pour un prix accessible pour vous procurer des moments inoubliables de joie musicale.

 

 

Prix 01/2020 :
2190 € la paire version merisier satiné
1990 € la paire version laquée noir ou blanc

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt