Amplificateur numérique : une denrée rare

L’édito de Lionel

Amplificateur numérique : une denrée rare

 

J’ai beau regarder au niveau de la presse spécialisée, chez les revendeurs et les audiophiles, on ne peut pas dire que les amplificateurs numériques envahissent le paysage audio.

A y regarder de plus près, on s’aperçoit tout de même que de nombreux constructeurs Chinois proposent des produits de ce type à coût réduit, mais il faut admettre qu’ils n’envahissent pas forcément les rayons des revendeurs spécialisés.

Par ailleurs, rares sont ceux qui apportent des témoignages de quelque nature qu’ils soient sur ces produits qui devaient révolutionner il y a moins d’une dizaine d’année le monde de la musique. A l’heure du numérique, il semblerait même que le “tube” revienne en force et la technique à transistors se maintient à une place très enviable. Pourtant, nous sommes en droit de se demander pourquoi si peu de constructeurs, si peu de revendeurs, et de façon implicite si peu d’audiophiles n’ont pas franchi le pas. Est-ce à dire que l’amplification numérique est mauvaise ou ne propose pas une restitution digne des meilleurs amplificateurs à tubes, à transistors, ou hybrides ?

Je ne crois nullement que cette technologie est à remettre en cause, mais il faut bien reconnaître qu’en valeur absolue la restitution proposée n’apporte pas LA révolution attendue. Il n’est pas question d’entrer ici dans une querelle de clochers qui n’amènerait sans doute à rien à la réflexion, d’autant que l’amplification numérique apporte bien des avantages comme notamment un gain de place car l’électronique peu être implantée dans un châssis de très petite dimension, et l’électronique chauffe très peu. De plus ceux qui ont écouté ou possèdent des amplificateurs à tubes leur ont trouvé un surcroît de dynamique, de pureté, de finesse, de fluidité et souvent une scène sonore plus étendue ainsi qu’un apport de détails non négligeable. Pourtant, cette technologie ne semble pas s’imposer.

Loin de toutes critiques objectives ou subjectives, nous constatons que pour tous ceux qui recherchent une restitution différente, parfois chaleureuse et ronde, voir colorée ou caricaturale, ou qui cherchent à s’approcher d’une restitution analogique en s’intéressant notamment au vinyle, l’amplification numérique n’apporte pas forcément la réponse attendue. Il ne faudrait surtout pas tirer des conclusions hâtives en ce qui concerne cette technologie sans avoir effectué des tests d’écoutes attentifs et comparatifs. Cependant, malgré des traits de caractère musicaux qui mettent en avant bien des aspects positifs, les autres technologies continuent d’apporter beaucoup de satisfaction qui justifient pleinement leur continuité.

Enfin, pour ceux qui attendent de leur système audio une simplicité de mise en œuvre, la performance, la puissance, il est sans doute probable qu’ils trouveront dans l’amplification numérique une voie musicale tout à fait convaincante.