YBA SIGNATURE avec enceintes B W NAUTILUS

YBA SIGNATURE avec enceintes B W NAUTILUS

Version 2002

Préamplificateurs et amplificateurs séparés.

Origine : France
Garantie : 10 ans
Puissance : > 2 x 100 W sous 8 ohms – > 200 W sous 4 ohms
Bande passante : 5 Hz à 80 kHz
Facteur d’amortissement : > 800 à 100 Hz
Rapports signal bruit : > 100 dB
4 entrées haut niveau
1entrée monitoring
1 entrée phono MM ou MC en option
1 sortie magnétophone

 

L’objet du présent banc d’essai est de vous faire partager les émotions que l’on perçoit lors des écoutes d’un  » très grand  » et donc très cher système HI-FI, à savoir la ligne SIGNATURE YBA complétée par les enceintes B & W NAUTILUS.

L’originalité de la ligne SIGNATURE d’YBA c’est la séparation complète des éléments qui la constitue :
– 2 préamplis monophoniques avec leur alimentation respective,
– 2 amplificateurs monophoniques avec leur alimentation respective.

Seul point commun entre les éléments gauche et droite : une télécommande qui pilote sur chaque préampli simultanément, la sélection des sources et le réglage de volume, ce dernier étant assuré par un potentiomètre Noble à 66 positions et triple piste.
La construction et les alimentations sont au top niveau de ce l’on est endroit d’attendre de produits très haut de gamme, et fidèles à la philosophie technique YBA.
A ce système était associé la paire d’enceinte BW NAUTILUS (caractéristiques dans la rubrique enceinte), un lecteur CD YBA CD1, et câbles YBA Diamond.

 

 

ECOUTE

Lors de l’écoute, il m’a semblé avoir trouvé l’accord parfait, c’est à dire un son qui dépasse de très loin la musique « en conserve ».
Le système fait preuve d’une très grande sérénité. L’enceinte NAUTILUS se laisse driver sans limites par ce couple d’YBA.
Même les plus mauvais enregistrements traduisent une certaine vérité sonore que l’on aurait jamais soupçonnée.

Sur l’enregistrement des valses de Waldteufel dirigées par Michel Swierczewski, on entend clairement le chef d’orchestre tourner les pages de sa partition. Sur l’ensemble d’autres enregistrements, l’orchestre est d’une présence hallucinante : il n’y a pas de voile ou de distance entre les musiciens et l’auditeur. Les effets de profondeur sont étonnants. Dans une masse orchestrale, on perçoit nettement le jeu de clefs des hautbois, les vibratos des violons. La place de chaque musicien dans l’orchestre est clairement établie. Mieux que cela, on distingue le déplacement de la main gauche d’un guitariste sur la manche de son instrument, de même les jeux de main d’un contrebassiste sont saisissants de réalité.

Dans un registre différent, le disque Tri Yann en Concert traduit parfaitement l’ambiance et l’émotion que l’on ressent lors d’une audition en public. Les voix sont criantes de vérité, les instruments traditionnels comme le veuze ou le cromorne sont d’une présence déconcertante, la musique semble vous envelopper totalement.
Je pourrais multiplier les exemples, mais ce qu’il faudra retenir de ces appareils, séparément ils constituent le top niveau de l’art acoustique. Leur mise en oeuvre commune se traduit par un véritable bonheur musical sans précédent. A écouter rien que pour le plaisir des oreilles et……des yeux.

Aurait-on enfin atteint la vérité musicale ?

 

Cotations : Dynamique subjective : 10 / 10
Définition : 10 / 10
Effet stéréo : 10 /10
Cohérence d’ensemble : 10 /10
Rapport qualité-prix : 10 / 10

 

Prix :
Préamplis 4 châssis : 11 388 € / 74 700 FF (2002)
Amplis 4 châssis : 24 468 € / 160 500 FF

Ecoute réalisée par
Lionel.Schmitt