YBA Integré Passion 100

YBA Integre Passion 100

(Sur les enceintes B&W 703)

Amplificateur intégré stéréophonique

Puissance de sortie : 2 * 50 w / 8 ohms en classe Alpha, 2 * 100 w / 4 ohms.
Entrées : 1 entrée symétrique [sur XLR] (aux) ;
5 entrées asym. [sur Cinch] : CD, tuner, phono, video, tape
Sorties HP : 2 sorties par canal
Sorties analogiques : 1 sortie pre out, 1 sortie monitor
Télécommande intégrale (source, volume)
Section phono MM en standard
Couleur : silver ou noir

YBA passion 100

Aspect extérieur, connectique : On me l’a prété en version Silver, je n’accroche pas trop… histoire de goût, je préfère en noir (la finition existe).

Il dispose d’une entrée XLR (AUX) et de RCA ( phono – AUX 2- , CD, TUNER, VIDEO, TAPE IN, TAPE OUT, PRE OUT ). Pas de prise casque par contre.
Sous l’appareil il y a un bouton permettant d’éteindre la diode éclairant le logo Passion.
En façade : deux boutons , un pour le volume (à course illimitée) un autre à gauche pour la sélection des sources.
Les borniers sont de finition correcte avec les usuels caches en plastique.
La télécommande est en métal, lourde et s’ouvrant avec des vis (le tournevis est fourni).
Détail intéressant, le boîtier de la télécommande est très bien fini. Celle-ci permet la sélection des sources, l’enregistrement d’un niveau sonore, et comporte aussi la fameuse touche « Volume ».

ECOUTE

J’ai eu l’occasion d’écouter le Passion 100 longuement sur de nombreux morceaux, principalement sur de la pop rock, de l’électro, un peu de jazz et de classique.

L’ampli a été testé notamment avec un très vieux lecteur CD Technics SLPG 400A (cordon Monster) en asymètrique puis sur un CEC3300 en symétrique (je ne peux vous dire la marque de la connectique XLR). Pour le câble d’enceintes, j’ai monté du QED ainsi qu’ un autre dont je ne me rappelle plus le nom.

Les enceintes étaient des B&W DM 703 (essai dans la section « Enceintes et caissons »).

L’écoute s’est faite dans un pièce de 25 m² avec murs en placoplâtre, un tapis étant disposé devant les enceintes, quelques étagères au murs. Une pièce pluôt « claire » donc.

a. Bande passante :

Je la trouve relativement large :
– Le grave descend relativement bas en étant tenu et sec. J’aurais préféré plus de niveau, plus de rondeur, et un peu plus de profondeur. Cependant « Sur Sit Back Down » d’Archive, les coups de grosse caisse sont très définis, très rapides et percutants.
La guitare basse, la contrebasse sont très bien rendus que ce soit sur du jazz notamment sur « You look good to me  » de The Oscar Peterson Trio, ou encore sur « Désert » d’Emilie Simon.

– L’aigu est cristallin mais très défini et malgrès le fait que sur le système le haut du spectre soit un peu en avant, cela ne me blesse pas les oreilles ( je dirais même que cela me flatte l’oreille…). Il monte trés haut (vérifié sur « The Fog » de Girls In Hawaï)

– Le médium est lui aussi très défini, les voix féminines sont très agréables à écouter. Il manque toutefois un peu de « grain » à la manière « tube » sur l’ensemble du spectre.

b. Les timbres :

La partie difficile à définir, je les préfère plus beaux que réaliste… Le YBA est censé les retranscrire de manière réaliste. Là je suis beaucoup moins enthousiaste, quelque chose me gêne et je ne saurais dire quoi… un petit peu à l’image de l’intégré DT, il me manque quelque chose.

c. L’image sonore :

Le point fort du Passion 100 : tout est très localisé, précis placé, rien à dire. Un vrai régal sur Carlos V… de l’impact des percussions dans « La bataille de Pavie » aux voix dans « Belle qui tiens ma vie »…
Cet ampli fait des merveilles sur du classique!

Conclusion  :

Pour conclure quant à cette écoute l’YBA se révèle agréable à l’écoute, on peut pousser sans avoir l’oreille qui saigne ! L’YBA ne se désunit pas trop, je dirais même le contraire : à haut niveau sonore, le son prend une belle ampleur.
J’aurais aimé que cette ampleur se manifeste à bas niveau. L’ampli ne fait que 50 W, il ne faut tout de même pas l’oublier…

 

Prix : 2690 €  (2006)

Compte rendu transmis par LOMAX