YBA CD 3 Delta

YBA CD-3 Delta

Origine : France
Bande passante : 2 à 20000 Hz
Distorsion : < 0,07 %
Rapport signal/bruit : > 100 db
Conversion : 18 bits – 4 fois la fréquence d’échantillonnage

 

Anecdote : un journaliste Britannique a rapporté que Monsieur YBA était le genre de personnage à faire chanter une balle de tennis, car tout ce qu’il touche se met à faire de la  » Musique  » ….
Le CD 3 Delta n’a rien d’une balle de tennis. Il est construit sur la base d’un solide châssis en acier inox avec une façade en aluminium de 1 cm d’épaisseur aux propriétés non magnétiques.
Le chargement du disque s’effectue par le dessus et non pas par un classique tiroir en face avant, une excellent palet presseur vient plaquer le CD sur le bloc moteur à entraînement direct.

La mécanique d’origine TEAC a été substantiellement modifiée et enrichie d’un double système de suspension. Le triple faisceau laser se déplace sur des supports métallique à faible friction. La trappe de fermeture est tapissée de feutre afin d’éviter la formation de résonances indésirables tout en limitant les diffractions lumineuses. Enfin, le CD 3 repose sur 3 pieds conçus dans un but de découplage parfait de l’ensemble.
L’électronique fait appel à un classique DAC 18 bits, coincé dans une structure antivibratoire à base de laiton. Il n’y a pas de filtre numérique. En ce qui concerne la carte analogique, le constructeur est assez discret, mais capot ouvert on observe que le montage fait appel à des condensateurs chimiques et au polypropylène de taille imposante. L’adjonction d’une diode laser bleue destinée à rendre plus aisée la lecture du laser traditionnel permet ainsi d’obtenir d’avantage d’informations du disque. Ce système sollicite moins le correcteur d’erreur et le suivi de pistes.
Comme on peut le constater, le CD 3 ne fait pas appel aux technologies de la dernière heure, en revanche il a fait l’objet d’une optimisation très poussée. La face arrière comporte 2 sorties analogiques, une sortie numérique au standard cinch, et une sortie toslink de haute qualité.

 

ECOUTE

Je dois avouer que j’ai passé souvent plusieurs heures à écouter ou réécouter ce CD, rien que pour le plaisir.
Question transparence : c’est un modèle du genre; rien ne manque. Le message est à la fois très fin, et surtout hyper complet, sur toute la gamme de fréquences.
Aucune coloration n’émerge du message musical. Le grave est exceptionnel par sa tenue et son niveau. L’aigu file très haut.
Chaque instrument, chaque détail est à sa place. Les instruments sont presque palpables. On peut voir clairement le déplacement du jeu de mains sur un manche de contrebasse, percevoir les vibratos sur le manche d’un violoncelle etc… L’émotion musicale atteint ici la perfection.

Le CD 3 constitue à mon sens la référence absolue, et pour de très longues années.

Il faut retenir qu’un CD 2 et un CD 1 permettront d’aller encore plus loin dans le détail et l’émotion musicale, et qu’une mise à jour technique du CD 3 est possible vers les 2 modèles supérieurs, sans changer l’appareil.

Cotations : Dynamique : 10 / 10
Définition : 10 / 10
Effet stéréo : 10 / 10
Cohérence des registres : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix:
2842 € / 18640 FF (2000)
4473 € / 29340 FF pour le CD 2
5859 € / 38430 FF pour le CD 1

Essai de Lionel Schmitt