YBA CD 3 Classic Sigma YBA CD Passion 400

YBA CD 3 Classic Sigma – YBA CD Passion 400

Origine : France
Bande passante : 2 à 20000 Hz
Distorsion : < 0,07 %
Rapport signal/bruit : > 100 db
Conversion : 24 bits – 192 kHz

Le CD 3 Classic Sigma et son frère le CD Passion 400 sont des évolutions récentes du célèbre CD 3 Alpha et Delta de la générations précédente. La différence entre le CD 3 Classic et le Passion 400 est d’ordre purement esthétique, ce dernier bénéficie d’une façade propre à l’ensemble des électroniques de la gamme Passion.Sur le plan esthétique, la façade en aluminium de 10 mm d’épaisseur est encore plus épurée que les CD Classic de la gamme Alpha et Delta : outre l’afficheur de couleur bleue, on trouve simplement 3 clefs permettant pour les fonctions basiques et le stand-by de l’appareil. L’ensemble de toutes les autres fonctions s’effectue via une télécommande très complète et qui offre un grand nombre de possibilités de programmation.
Les possesseurs d’anciens lecteurs CD de la gamme Classic remarqueront l’absence de la touche d’initialisation; en effet cette fonction s’effectue désormais en fermant manuellement la trappe de chargement du disque, qui s’effectue comme il se doit par le dessus. Le disque est maintenu en place par ajout d’un palet magnétique de poids substantiel destiné à assurer un excellent contact avec l’axe / support d’entraînement. BR> Malheureusement la technique de l’ancien palet Palansta n’a pas été reprise ici – dommage car son efficacité a longuement contribué à la réputation des anciens lecteurs CD.

Comme ces prédécesseurs, le CD 3 Sigma est construit sur un châssis antistatique, amagnétique, antivibratoire, constitué d’une plate-forme en acier et en aluminium. Il repose sur les 3 pieds de découplage dont la performance en matière d’évacuation des vibrations et de découplage n’est plus à prouver. Au verso on trouve 3 connecteurs RCA de très haut de gamme en plaqué or conçus sur cahier des charges YBA destinés à la connexion asymétrique et à une connexion numérique coaxiale.
Le constructeur propose en option 2 connecteurs XLR pour une connexion symétrique car, comme les tous les produits YBA, l’étage de sortie est configuré en mode symétrique.

Techniquement, c’est sur le plan mécanique que le CD 3 a subit la plus forte évolution : en effet, il bénéficie désormais de la célèbre et très performante mécanique Philips CD Pro IIm VAM1254 en lieu et place de la mécanique Sony, Teac, ou Sanyo des différentes versions précédentes. Naturellement, cette mécanique reçoit la sacro-sainte diode bleue ( brevet YBA ) pour une meilleure analyse des infomrations gravées sur le CD.
Par ailleurs, la nouvelle équipe a cru bon de modifier l’étage de conversion en optant désormais pour un convertisseur 24 bits – 192 kHz. Sur le plan musical, ce changement n’apporte rien de plus et je soupçonne qu’il s’agit simplement d’un argument purement marketing.
Comme tous les produits de la marque, l’alimentation a fait l’objet d’une réflexion approfondie et d’une réalisation soignée; elle se scinde en deux parties : une pour la mécanique, la section numérique, et une autre entièrement dédiée à l’étage analogique, lequel est réalisé entièrement à l’aide de composants discrets.

 

 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués avec le matériel suivant : préamplificateur et bloc de puissance stéréo YBA Ligne 2 Classic Sigma, enceintes acoustiques JMR Offrande, Offrande Signature, PEL M1 et BW 805 S et 802, ainsi que des câbles de modulation et HP YBA Diamond.

– Test N° 1 : Dardanus de JP Rameau par John Eliot Gardiner

Je connais le CD 3 depuis de nombreuses années et ai suivi son évolution progressive. La dernière version ne trahit nullement le concept musical de son concepteur. Je ne dirais pas que le CD 3 a évolué de manière significative, mais en tout état de cause il s’agit d’un lecteur très neutre, très ouvert, très fluide, et diablement musical.
Cette musicalité hors pair ne se dément pas sur ce CD. Le CD 3 restitue la musique avec richesse et loyauté. Le message sonore s’avère très fouillé comme on peut s’en apercevoir avec le jeu du clavecin qui est restitué avec une magnifique clarté, beaucoup de détail, et une finesse cristalline. Cette finesse se retrouve sur les violons qui filent très haut avec un beau grain que peu de lecteurs offrent dans cette gamme.

– Test N° 2 : Double Jeu par Laurent KORCIA

Sur ce disque, le CD 3 rend un superbe hommage à ce virtuose du violon qu’est Laurent KORCIA. Impossible de rester insensible au jeu de violon du jeune virtuose que le CD 3 met particulièrement bien en valeur. Aucune trace d’agressivité n’est à déplorer alors que l’instrument est restitué avec une finesse et un grain exceptionnels.
La part belle est accordée à la fluidité et surtout à la transparence comme en témoigne le morceau Minor Waltz où l’on entend une multitude de micro détails. La contrebasse est d’une lisibilité exceptionnelle, le léger accompagnement à l’accordéon fait preuve d’une réalisme étonnant car on perçoit parfaitement les bruits mécaniques des touches de l’instrument, traduisant ainsi cette caractéristique de limpidité propre aux instruments YBA. Un côté très émotionnel émane de la restitution sonore et de ce jeu de violon décidément très communicatif.

– Test N° 3 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire – Volume 2

Un orchestre symphonique très présent et de fort belle dimension, des choeurs puissants, des vocaux solos d’une humanité particulièrement communicative : voici ce que l’on peut constater à l’écoute de ce lecteur CD qui privilégie l’émotion à la sensation.
L’enregistrement public met encore mieux en valeur le côté naturel et fluide de la musique. Le scène sonore est parfaitement en place, et tous les détails que l’on est en droit d’entendre sont bien présent; ainsi il est inutile de tendre l’oreille pour distinguer le son d’un triangle, d’un solo de mandoline, ou d’un cromorne.
La masse orchestrale ne masque aucun détail; ceux ci sont restitués avec la présence souhaitée; ainsi les notes de musique s’enchaînent avec une magnifique fluidité. Les grandes envolées de violons sont parfaites et très aériennes; elles complètent les vocaux de façon bien dosée, et ne sont jamais prises au dépourvu lorsque les percussions entrent en scène, ou que la batterie de met à frapper avec force : ce lecteur est à la fois rapide et précis.

Test N° 4 : JARDIN hiver – Henri Salvador

A l’écoute de ce disque, je suis resté  » scotché  » à mon fauteuil d’écoute. Henri Salvador semblait réellement être présent dans la salle d’écoute. Certes le changement d’enceintes acoustiques a eu une influence sur cette présumée présence, mais il n’y a rien à redire le CD 3 rend un hommage à cette prise de son de haute qualité.
La voix suave du chanteur est ici restituée à la perfection, avec un velouté que seul l’analogique pouvait donner. Les multiples percussions latino américaines qui illustrent certains passages se sont particulièrement bien distinguées par leur subtilité. Par ailleurs, le CD 3 confirme son pouvoir d’analyse qui n’est jamais vulgaire ou pénible à écouter.
Sur l’ensemble des passages musicaux, on distingue sans peine la composition de l’orchestre : chaque instrument est restitué de manière claire précise ce qui nous permet de constater qu’il y a de l’espace entre les musiciens, offrant ainsi une scène sonore bien structurée, ample et d’une grande pureté.

Conclusion :

Le CD 3 Classic et son homologue le Passion 400 sont les héritiers d’une tradition bien établie chez YBA : s’approcher le plus possible de vérité sonore. Le pari est une fois de plus gagné, ce lecteur chante juste et vrai.
Et pour ceux qui cherchent à aller encore plus loin, ces deux lecteurs presque jumeaux peuvent évoluer vers des versions supérieures par un simple changement de l’alimentation.

Cotations : Musicalité : de très haut niveau / naturelle
Appréciation personnelle : surprenante à chaque instant
Rapport musicalité – prix : largement justifié

 

Prix : ( 05/2007 ) :
CD 3 Classic Sigma : 3290 €
CD Passion 400 : 3490 €

lionel.schmitt(a)audiophilefr.com

(05 2007)