SPENDOR SP2/3R²

SPENDOR SP2/3R²

Origine : Grande Bretagne
Enceinte 2 voies, 2 HP
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 88 dB pour 1 watt à 1 mètre
Impédance : 8 ohms
Impédance mini : 6,8 ohms

Puissance nominale : 150 watts
Réponse en fréquence : 60 Hz à 20 kHz
Dimensions : ( H x L x P ) 54,5 x 27,5 x 32,5 cm

Spendor SP2

La marque SPENDOR appartient à la grande famille des enceintes acoustiques conçues et réalisées dans la plus pure tradition des enceintes britannique de la « grande époque ». La marque propose cinq gammes contenant plusieurs modèles, dont la gamme CLASSIC qui inclut le modèle SP2/3R², objet du présent banc d’essai.

La SP2/3R² est la troisième référence de la série CLASSIC qui en compte cinq au total. Elle se place juste au dessus des petites « Monitor » S3/5R² et SP3/1R². Cette enceinte acoustique à la présentation « improbable » ne ressemble ni à une compacte ni à une enceinte de bibliothèque et ne peut pas réellement être classée dans la catégorie des colonnes.
Sa présentation s’apparente au look des enceintes des années 70 et déroge absolument à toutes les modes ou concepts en vigueur actuellement. En outre, ce format au conservatisme outrancier s’inspire largement des modèles HARBETH ou ROGERS LS qui ont fait ou font encore la gloire des meilleurs acousticiens Anglais.

Spendor SP2 HP

La SP2/3R² est un modèle deux voies / deux haut-parleurs munie d’une charge bass-reflex – l’évent étant placé en face avant. Ce modèle offre une finition de très belle qualité avec un placage inattaquable en bois naturel traité avec un soin maniaque. Signalons aussi que cette enceinte, ainsi que tous les produits de la marque, sont entièrement fabriqués à la main et en Grande Bretagne.

Le tweeter est un modèle à dôme en tissus traité de 19 millimètres de diamètre conçu et réalisé par SPENDOR. La haut-parleur de médium / grave est un modèle de 21 centimètres de diamètre conçu par le constructeur et qui reçoit une ogive anti tourbillonnaire en polymère.

Spendor SP2 verso

Le verso de l’enceinte inclut deux paires de solides borniers reliés entre eux par deux plaques faisant office de cavaliers. Le bi-câblage ou la bi-amplification sont à votre portée, et vous permettront de relier les enceintes via le câble nu, les fourches ou les fiches bananes.

ECOUTE :

Les tests d’écoutes ont été réalisés en auditorium avec le matériel suivant : amplificateur intégré SIM AUDIO Moon 340 I – lecteur CD SIM AUDIO Moon 260 D – câbles modulation Audioquest Sydney et HP Nordost Heimdall 2.

CD utilisés : Ouverture « Ainsi parla Zarathoustra de Richard Strauss » direction Lorin Maazel – CD test NAIM Sambler N° 6 – Carmina Burana de Carl Orff dirigé par Eugène Jochum – La Folia de la Spagna par Gregorio Panagua – Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire vol.2 –  Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida – Sonates pour viole de gambe et clavecin de Jean-Sébastien Bach par Jordi Savall & Ton Koopman – Celtic Spectacular sous la Direction de Erich Kunzel – Dance Intro Internity par Omar Faruk Tekbilek,etc…

1° Découverte et premières observations

Sous ses apparences très « britisch » d’un classicisme d’un autre âge, se cache une musicalité réellement de très haut niveau. Sans apparaître spécialement neutre, la SP2/3R² est finalement très « facile » à écouter et surtout hyper attachante. Pas de débordements spéciaux ni de fausses notes ne viennent perturber (entacher) l’audition. La musique s’écoule tranquillement, et répond à toutes les attentes et toutes les sollicitations quelques soient les styles de musiques abordés. Cette enceinte excelle aussi bien sur des rythmes endiablées que sur des extraits plus paisibles. Les capacités de réaction sont instantanées et la SP2/3R² ne rechigne jamais devant les difficultés. C’est le confort d’écoute qui constitue sans doute la qualité première de cette enceinte acoustique. Vous vous installez dans votre fauteuil, et vous vous laissez guider par le « chant » de la sirène SPENDOR : les effets sont garantis. La philosophie « chantante » ne se dément sur aucun extrait musical. Qu’il s’agisse de Celtic Spectacular sous la Direction de Erich Kunzel ou de La Folia de la Spagna par Gregorio Panagua en passant par Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire, vous passerez d’excellents moments en compagnie de cette enceinte acoustique et plus généralement du système audio dans son ensemble.

2° Les timbres – équilibre général – transparence

En dépit de la taille moyenne de son coffret et de celle de son haut-parleur de médium / grave qui ne l’est pas moins, la SP2/3R² nous fait bénéficier d’un registre grave non dépourvu d’intérêt. Ne prêtez pas trop d’attention à la fréquence de coupure à 60 Hz annoncée. A l’écoute, vous serez surpris des performances de ce registre. Peut-être que l’ouverture et le final aux grandes de Ainsi parla Zarathoustra de Richard Strauss vous paraîtront un peu « légers », mais vous bénéficierez d’un jeu de contrebasse très convainquant à l’écoute de Valéria  interprété par le Modern Jazz Quartet. Sans descendre à des fréquences abyssales, il y a ce qu’il faut là où il faut. Ce jeu de contrebasse est subtile, rapide, et très proprement reproduit. Cette contrebasse est bien charpentée avec une lisibilité qui m’a permis de suivre aisément chacune des notes et chacune des intonations – bien vu ! Dans leur ensemble, et quelque soient les répertoires, les fréquences basses ont une bonne assise. Les limites subjectives des basses fréquences n’altèrent en aucun cas la cohérence d’ensemble et l’homogénéité avec les autres registres.

Le jeu de piano est finalement dans le même esprit : les notes sont magistralement « organisées » au sein de la scène sonore avec un poids, un détachement et une présence inattaquables. C’est bel et bien un piano « robuste » qui s’exécute devant vous. Les enchaînements sont traités avec minutie et un remarquable sens du tempo qui les autorisent  à marteler et respecter le rythme qui convient à ce style de musique.

Les registres médium et aigu conjuguent à la fois la douceur, la finesse, la précision. On retrouve ici la beauté et la texture naturelle des cuivres de Carmina Burana de Carl Orff et on se délectera de la « puissance » des chœurs qui atteignent réellement des sommets en matière d’expression

Le coup de cœur, je l’ai obtenu avec les Sonates pour viole de gambe et clavecin de Jean-Sébastien Bach par Jordi Savall & Ton Koopman qui constituent ici un « morceau de bravoure » dont l’interprétation est un véritable délice. Sous la direction de Jordi Savall au clavecin, la sonorité de l’instrument offre un grain réellement proche de celui qu’il m’ait été donné d’entendre en public. Les attaques du sautereau sur les cordes de l’instrument sont d’une précision et d’une vraisemblance confondantes. L’instrument acquiert ici les lettres de noblesse qui lui reviennent grâce à la formidable étendue des variations qui en émanent. La viole de gambe accompagne le clavecin avec un détachement qui me conduisent à mettre l’accent sur l’excellente transparence qu’est capable de « générer » cette enceinte acoustique.

En dépit de son architecture plutôt « classique », l’acquéreur potentiel de la SP2/3R² n’aura pas à craindre d’effets ou de colorations indésirables liées au coffret. Je dois même reconnaître que cette enceinte acoustique excelle par sa réponse en fréquences étendue ainsi que par son comportement linéaire irréprochable entre 60 Hz et 20 kHz.

3° Présence – réactivité – scène et image sonore

Bien entendu, pour tenir compte de la sensibilité relativement faible de ce modèle, vous devrez avoir recours à un amplificateur « bien armé » sur le plan de l’alimentation. Toutefois, une puissance démesurée n’est pas forcément requise pour driver dans de bonnes conditions la SP2/3R².
Si quelques précautions d’usage sont requises, grâce aux « prestations » de la SP2/3R², vous bénéficierez d’une présence significative des interprètes dans la salle d’écoute. Cette enceinte fait preuve d’une réactivité incontestable et répond toujours à l’appel, notamment sur certains extraits qui illustrent l’album de Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire où se mêlent des instruments électriques, batterie, basse, et des instruments plus traditionnels. La SP2/3R² réagit vite et bien, suit la cadence, et ne crée à aucun moment de confusion sur les masses orchestrales chargées ou complexe. Sur le Carmina Burana de Carl Orff, les chœurs et les cuivres s’en donnent à cœur joie pour exprimer toute la fougue que requiert ce morceau d’anthologie classique à travers une image sonore de type « grand écran » divinement proportionnée dans sur le plan de la hauteur que la largeur.

Avec le « soutien » de l’ensemble MOON, l’étagement des plans et plus généralement la construction de la scène sonore permet aisément de situer dans l’espace chaque groupe d’instruments. Outre l’ampleur, on sent qu’il y a beaucoup d’air entre les interprètes : ils n’apparaissent jamais entassés les uns sur les autres. Sur les petites formations comme celle de Grégorio Panagua sur la Folia de la Spagna on sent bien que la musique respire et que cette enceinte s’emploie à aller jusqu’au bout en matière de définition. A ce titre, j’ai été réellement enthousiasmé par le détourage des instruments. De la guitare classique aux flûtes baroques et cromornes, en passant par le clavecin, la musique est reproduite avec précision et une magnifique homogénéité.

Par ailleurs, aucun effet de compression ou « accident » ne sont à redouter sur l’ensemble de la bande passante audible; la SP2/3R² se comporte très librement et vous restituera une musique en tous points naturelle.

4° La communication avec l’auditeur

Les lignes qui précèdent donnent déjà un avant goût des facultés qu’a cette enceinte acoustiques à « soigner » les timbres et garantir une musicalité emprunte d’une émotion singulière. Si les choeurs et les cuivres rugissent avec détermination sur Carmina Burana de Carl Orff, ils vous parviennent sans aucune forme de retenue, sans complexes, avec une spontanéité qui permet à l’auditeur de « communier » sans détours avec l’œuvre, son compositeur, son chef d’orchestre, et les musiciens qui l’exécutent.

La consonance légèrement chaleureuse, la très belle douceur d’ensemble doublée d’une once de romantisme fort agréable vous feront simplement craquer lorsque vous écouterez des ensembles vocaux tels que le Kyrié de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez. Au travers de la diction parfaite et  des reprises de souffle on ressent la foi avec laquelle les interprètes s’appliquent à vous communiquer leur travail d’expression qui vient simplement du cœur. Les percussions qui accompagnent l’ensemble vocal par saccades successives donnent ce supplément d’émotion qui vous glace le dos de plaisir et qu’il est, finalement, assez difficile de décrire.

Enfin, il m’a été impossible de rester insensible aux meilleurs extraits qui illustrent l’album Dance Intro Internity par Omar Faruk Tekbilek, et plus particulièrement aux teintes multiples et variées du jeu de flûte au « souffle » surprenant, envoûtant même, provoquée par le jeu des lèvres de l’interprète, son doigté d’une adresse éloquente qui démontrent la maîtrise avec laquelle le musicien exerce son art. A coups sûrs, vous vous laisserez prendre, comme je l’ai été moi-même, au charme des milles et une saveur que procurent cette musique orientale si riche et si bien retranscrite par ce modèle SPENDOR. La finesse du jeu de oud m’est apparue inégalée : on entend l’intégralité de ce qui doit être perçu. La moindre vibration de chacune des cordes s’apparente à s’y méprendre à celui d’une harpe. Les couleurs étincelantes sont d’une rare beauté, fort bien mises en valeur par quelques percussions (triangle et jeu de carillon) qui viennent enrichir  la pureté et le réalisme.

Spendor logo

Conclusion :

Peu ou pas citées par les médias spécialisés (ou non), les enceintes britanniques SPENDOR suscitent un réel intérêt. Si la construction et la finition immaculées n’appellent aucune critique, la musicalité n’a pas non plus à rougir de la concurrence. Parmi les nombreux modèles qui garnissent le catalogue du constructeur, il y a le modèle SP2/3R² qui est un compromis astucieux entre une petite colonne et une grande compacte.
Vous pouvez considérer cette enceinte comme une produit de compétition qui pourra en remontrer à une certaine concurrence bien en mal de procurer ce petit « plus » qui fait la différence et cet aspect émotionnel qui n’appartient qu’aux « grandes » enceintes acoustiques. Mon conseil : mettez vous sans plus attendre en quête de cette enceinte acoustique au rendu sonore totalement naturel.

Synthèse : Musicalité : d’un grand intérêt
Appréciation personnelle : un véritable coup de cœur
Rapport musicalité – prix : très bon

 

Prix : 3550 € (04/2016)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt