REGA Planar 3

REGA Planar 3

(Version 2004)
Platine Vinyle

Origine : Grande Bretagne
Entraînement : courroie via contre-plateau
Vitesse : 33 – 45 tours / minute
Moteur : synchrone régulé
Plateau : 30 cm en verre
Bras : origine Rega Rb 300
Livrée sans cellule

rega-planar3

Trouver un platine tourne disque de grande qualité sans dépenser une fortune relève du parcours du combattant. Beaucoup de manufacturiers ont renoncé à cet exercice de style par manque d’intérêt, car il est vrai que le marché du disque noir reste très limité ces dernières années.
Pourtant REGA continue à proposer une gamme complète de « lecteurs » de galettes noires en vinyle avec pas moins de 5 références à son catalogue dont la fameuse P9 ( testée dans ces pages ) et un tout récent modèle dédié aux seuls disques 78 tours / minute.

La P3 est déjà un modèle de compétition mais à prix modéré, dont les origines remontent à 1977. La P3 a pourtant subi de nombreuses améliorations et c’est l’ultime version que je décris aujourd’hui.
La P3 se présente comme un modèle basique : un châssis, un moteur, un plateau, et un bras : basique, simple, mais rudement efficace.

Le châssis est constitué d’un sandwich de matériaux de synthèse ( utilisant des composants phénoliques ) ultra rigide et inerte aux vibrations reposant sur 3 pieds amortissants permettant une augmentation de 25% en matière de découplage, et assurant une excellente stabilité; stabilité que l’on retrouvera d’ailleurs à l’écoute.
Le moteur est du type synchrone régulé offrant un couple très élevé ainsi que des taux de pleurage et de scintillement très bas. Par ailleurs, ce moteur est monté de façon rigide sur le châssis permettant un gain de + 10 db en rapport signal/bruit, ceci en comparaison avec les modèles d’origine.

Le plateau est une plaque en verre de 30 cm de diamètre et de 1,3 cm d’épaisseur totalement équilibré, assurant à la platine des propriétés de résonances, d’évacuation de l’électricité statique, et de distorsion particulièrement intéressantes. Ce plateau est entraîné par une courroie plate via un mini contre-plateau.

Enfin, le bras dont est doté la P3 répond à la référence RB 300. Les connaisseurs de REGA savent de quoi on parle quand on évoque le RB 300. Ce bras est du type droit réalisé en métal injecté sous pression, lui assurant une rigidité exemplaire. A noter que ce bras est d’une seule pièce visant à optimiser le couplage mécanique entre la cellule et le corps du bras; un inconvénient : ce mode de conception ne permet pas d’interchanger facilement les cellules de façon rapide, tel qu’on le connaît avec un porte cellule amovible. Pourtant, point positif : les plots de connexions de la cellule sont identiques à ceux qui relient la platine aux prises RCA.
La platine est livrée avec un couvercle en plastique fumé, mais sans charnières : c’est un peu frustrant, mais le constructeur préfèrent ne pas ajouter d’accessoires  » vibratoires  » qui nuiraient aux performances musicales de l’objet.

 

ECOUTE

Que dit-on de la P3 sur le plan de l’écoute ? La réponse se traduit par un seul et unique terme : elle est MUSICALE.
Après 25 ans d’existence et quelques améliorations, la doyenne des platines du marché se comporte toujours comme une référence en matière de platine TD.

La musique  » coule  » de manière majestueuse, avec un côté un peu plus corsé.
La restitution musicale est précise, fine, et retranscrite de façon hyper fluide. La bande passante apparaît large : avec une cellule digne de ce nom, on obtient un registre aigu qui file haut, et un registre grave qui descend bien bas, mais sans aucune boursouflures. D’ailleurs avec la dernière mouture de la P3, le registre grave a gagné en précision, en fermeté, et en lisibilité.

La P3 se singularise aussi par un étagement des plans et une scène sonore bien étendue en largeur, mais également en hauteur et en profondeur – et en tous cas bien structurée. On remarquera aussi que la restitution naturelle est à mettre à l’actif de cette platine. Par ailleurs, la P3 offre une grande variété de sonorités : elle sait donc bien mettre en valeur les qualités des enregistrements et les restitue avec une certaine élégance très Britannique; de plus elle ne s’avère nullement ennuyeuse à écouter et c’est ce qui fait sa principale qualité.
Bien entendu, les qualités musicale de cette platine ne seront mises en valeur qu’avec une cellule de prestige, d’autant plus que ce modèle accepte sans problèmes les modèles les plus performants.
Que conclure ? que la REGA P3 est tout simplement ANALOGIQUE – c’est tout ce qu’on lui demande après tout.

Cotations : Dynamique subjective : 10 / 10
Définition : 10 / 10
Scène sonore : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : Environ 600 €  (2004 )

Essai réalisé par 
Lionel Schmitt