REGA P3 et TT PSU

REGA P3 et TT PSU

( version 2007 )
Platine Vinyle et alimentation séparée

Origine : Grande Bretagne
Entraînement : courroie via contre-plateau
Vitesse : 33 – 45 tours / minute
Moteur : 24 volts
Plateau : 30 cm en verre
Bras : origine Rega Rb 301
Livrée sans cellule

Alors que ce modèle mythique est déjà très connu depuis de nombreuses années, et a déjà fait l’objet de nombreux bancs d’essais et de compte rendu, on peut réellement de se demander si il était encore utile de reparler de la dernière mouture de cette P3. A mon avis, il me semblait tout de même opportun de signaler que la P3 a subit récemment des améliorations techniques qui ont pour objectif d’apporter un gain significatif sur le plan musical.

Sur le plan esthétique, la P3 version 2007 n’apporte pas de véritable révolution. C’est davantage sur le plan purement technique que REGA a travaillé son produit. C’est tout d’abord au niveau du châssis que le concepteur a déployé ses efforts, et plus particulièrement sur les matériaux utilisés et qui se traduisent par une meilleure rigidité du socle, offrant ainsi une meilleure immunité par rapport aux vibrations inhérentes à la rotation du moteur, mais aussi par rapport aux vibrations externes.
Mais la grande évolution de la P3 se concrétise par un changement de moteur et la possibilité d’utiliser une alimentation externe de référence TT PSU, ce qui change tout sur le plan musical et fait gagner selon le concepteur 10 dB au niveau du rapport signal / bruit. Pour mémoire, l’ancien moteur 220 volts a été remplacé par un modèle 24 volts réputé plus discret sur le plan des vibrations et permettant justement l’utilisation de cette fameuse alimentation externe.
Enfin, la P3 d’aujourd’hui reçoit la dernière mouture des bras Rega : le RB 301 dont la fixation en 3 points a été très largement optimisée. Le câblage interne du bras ainsi que les cordons de modulation et fiches de connexions ont été revus à la hausse. Les conducteurs sont en cuivre pur désoxygéné de plus grande qualité.
On rappellera que REGA a conservé le plateau en verre déjà présent sur la version précédente et qui a certaines propriétés au niveau de la résonance, permettant un meilleure traitement des effets de distorsion.

 

 

 

ECOUTE 

Les tests d’écoute ont été effectués avec le matériel suivant : un pré-amplificateur REGA Cursa, et le bloc de puissance REGA Maia, enceintes REGA R7 et R9, et câbles REGA.

Dotée de son alimentation autonome, dès les premières notes de musique l’auditeur est immédiatement plongé dans une ambiance musicale à la fois suave et ample. Sur de la musique classique, pas de doute possible, c’est l’émotion qui est au rendez vous; ainsi la musique coule comme un fleuve tranquille avec une très belle fluidité ( mais est ce une surprise chez REGA ?).
Il se dégage de la restitution sonore beaucoup de micro détails au sein d’une enveloppe musicale très communicative. Cette émotion s’apprécie tant sur de la musique classique instrumentale, que sur des vocaux d’opéras. J’ai été littéralement conquis par la qualité du registre grave à la fois rond, chaud, qui finalement descend très bas, et que l’on appréciera notamment par le jeu des contrebasses et des violoncelles d’un orchestre symphonique.

Visiblement, grâce à cette alimentation séparée, ce registre grave gagne beaucoup en profondeur, mais aussi au niveau de la scène sonore qui prend aussi du volume. La restitution des violons est très nuancée par son aspect très naturel et un très beau respect des timbres, celle des percussions fait preuve d’une excellente fermeté et roulent avec une puissance peu commune dans le monde de l’analogique.

Sur un enregistrement de jazz, le cuivres sont restitués avec une teinte sonore très naturelle, sans aucune trace d’agressivité. Ici encore, c’est la fluidité et la liberté d’expression qui sont mises à l’honneur.
Par ailleurs, on est frappé par la disposition des musiciens au sein de la scène sonore. Grâce à l’alimentation séparée, on a réellement l’impression que les limites de la bande passante ont été repoussées, comme en témoignent la finesse et la pertinence des jeux de cymbales, et la restitution de la contrebasse qui nous gratifie d’une lisibilité des plus remarquables.
Les vocaux solos prennent également une très belle texture et font preuve d’une excellente expression à donner parfois des frissons.

Conclusion :

On ne compte plus les différentes évolutions de la P3, mais cette ultime version complétée par une alimentation séparée marque réellement des points par rapport aux versions antérieures, et par rapport aussi à la concurrence. Secondée par une excellente cellule, cette platine saura non seulement faire revivre vos galettes vinyles, leur donner une seconde jeunesse, et surtout les faire chanter de la plus belle façon qui soit.

Cotations : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix :
Platine seule : 695 € ( 10/2007 ) 
Alimentation : 255 €

Banc d’essai réalisé par
Lionel.Schmitt