REGA ELICIT 2

REGA ELICIT 2

Origine : Grande Bretagne
Ampli-préampli intégré à transistors
Puissance : 2 x 85 W sous 8 ohms
Bande passante : non spécifiée
Distorsion harmonique : non spécifiée
Rapport signal / bruit : non spécifié
Couleur noire ou argent
4 entrées haut niveau
1 entrée tape
1 entrée phono MM
1 sortie enregistreur
1 sortie amplificateur supplémentaire

rega elicit2

Si la référence  » Elicit  » ne nous est pas inconnue au sein de la gamme REGA, il faut immédiatement souligner que l’Elicit version 2 n’a plus grand chose à voir avec le modèle qui avait déjà marqué les esprits au début des années 90 ( 1991 pour être précis ).
L’Elicit version 2008 est un appareil entièrement nouveau et pour tout dire inédit. Sur le plan de la présentation et de l’esthétique cet amplificateur intégré reprend le design des dernières créations REGA et plus particulièrement celle du préamplificateur phono haut de gamme IOS. Le châssis ultra rigide repose sur une base en aluminium complétée par un capot de la même matière et une face avant également du même métal. Ce choix permet à cet amplificateur de s’affranchir de toute vibration parasite interne ou externe et garantir une immunité parfaite vis à vis des fréquences parasites de toutes origines. On notera que pour optimiser le découplage le concepteur a doté l’Elicit de 4 pieds en sorbothane empruntés au lecteur Saturn et au préamplificateur Ios.

La face avant ne comporte que l’essentiel des commandes : à savoir un sélecteur de mise sous tension, un sélecteur unique pour les sources, une touche mute et une pour l’entrée directe, ainsi qu’une touche pour le monitoring dans le cas de l’utilisation d’un magnétophone analogique de type 3 têtes. Une télécommande très complète permettra d’actionner à distance l’intégralité des fonctions à distance.
La face arrière propose les traditionnelles fiches RCA permettant de raccorder 4 entrées haut niveau, plus une entrée phono MM d’origine, et une boucle monitoring complète entrée et sortie. En outre, pour ceux désirent aller plus loin dans le domaine de l’amplification, le REGA Elicit propose 2 sorties supplémentaires permettant de coupler un bloc de puissance ou deux blocs monophoniques supplémentaires.
Si ces connecteurs dorés n’appellent pas de commentaires, il semblerait que pour relier les enceintes acoustiques, REGA ait passé la vitesse supérieure en proposant des borniers en cuivre doré de qualité supérieure, directement boulonnés sur le châssis, et permettant la connexion HP avec du fil nu, des fourches, ou des fiches bananes.

Sur le plan  » motorisation  » si je puis dire, l’Elicit est configuré totalement en mode symétrique, et le constructeur confirme une configuration de type double mono pour l’étage de sortie comme en témoignent les 2 grilles sur le dessus du coffret destinées à favoriser l’aération.
On notera par ailleurs que c’est sur l’alimentation que REGA a mis l’accent en dotant son dernier intégré d’un transformateur toroïdal très impressionnant destiné à donner du courant à 9 sections distinctes régulées de façon individuelle. L’alimentation  » principale  » est destinée à  » nourrir  » les étages de sorties qui utilisent des transistors bipolaires d’origine Sanken avec pour objectif de proposer une puissance de sortie de 2 x 85 watts sous 8 ohms et 2 x 125 watts sous 4 ohms. On notera qu’en cas de sollicitation importante, l’Elicit n’est pas amener à chauffer de manière inquiétante, ce qui confirme l’excellence sur le plan de la dissipation des calories.

La section préamplificatice a également fait l’objet d’une attention particulière puisque REGA utilise des transistors à effet de champ qui ont pour objectif de favoriser le rapport signal / bruit, et le concepteur a veillé à minimiser le nombre de ces composants sur le trajet du signal; ceux qui restent sont des composants discrets réputés pour leur musicalité. Pour régler le niveau d’écoute, le concepteur a fait le choix d’un atténuateur de gain numérique d’origine Wolfson, en lieu et place du traditionnel potentiomètre analogique.

 

ECOUTE 

Les tests d’écoute ont été effectués avec un lecteur CD REGA Saturn, accompagnés par des enceintes PRO AC D15, et des câbles de modulation et haut-parleurs YBA Glass.

Test : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire – Volume 2 

Un seul test a été suffisant pour juger les capacités et les caractéristiques musicales de ce nouvel amplificateur intégré. Mais j’ajoute que ce test constituait une sorte de parenthèse au cours d’une journée d’écoute consacrée à la Ligne Signature YBA, aux enceintes PEL Alegria, et aux lecteurs d’origine ESOTERIC. Cette écoute aurait sans doute pu conduire à une déception en regard des prestations musicales du système haut de gamme écouté – eh bien, il n’en est rien !

Dès les premières mesures, le REGA Elicit donne le ton, et même le bon ton. La musique démarre au quart de tour avec une vivacité déconcertante pouvant même remettre en question les prestations musicales du couple Cursa / Maia du même constructeur. L’Orchestre National des Pays de Loire commence sa prestation avec un bel entrain, les vocaux sont reproduits avec un aspect très naturel et une belle générosité, confirmant ainsi les traits de caractère musical proposés habituellement par REGA.
Je trouve même que l’Elicit va désormais plus loin que les autres électroniques REGA sur quelques points me permettant de dire ici qu’il y a un ferme volonté de trancher un peu avec la restitution d’autrefois, ou tout au moins d’évoluer vers quelque chose de différent. Ainsi, la bande passante paraît subjectivement plus étendue que celle que l’on a l’habitude d’entendre avec un intégré Mira 3 et même le tandem Cursa / Maia.
Avec des enceintes relativement neutres et qui favorisent l’ouverture, on s’apercevra que le registre grave et aigu sont un peu plus marqué. Toutefois, il faut se rassurer l’Elicit sait gérer de manière aisée les nuance, et il convient de relever qu’aucune trace d’acidité n’est à redouter de la part d’instruments de musique un peu plus incisifs tel que le violon solo par exemple, qui est reproduit ici avec un grain magnifique, beaucoup de sensualité, une excellente précision, mais a su conserver un très beau velouté.

Le sens du rythme et du tempo constituent également une des principales caractéristiques que l’on pourra apprécier sur les grandes envolées et les sections très rythmées de certains extraits. Le sens du détail et de la transparence en générale sont également à mettre à l’actif de l’Elicit : on retrouve sans tendre l’oreille la sonorité d’un minuscule triangle ou du jeu de la mandoline qui s’expriment de façon claire, libre, détachée, et spontanée face à l’ampleur de l’orchestre. J’ai réellement apprécié le degré de subtilité dont est capable cet amplificateur.
Par ailleurs, l’Elicit brille par le côté très riche de ses timbres qui va à l’encontre de toute forme de monotonie : sur les grandes envolées de l’orchestre ainsi que sur les choeurs, on retrouve on perçoit bien un sens de la nuance des plus remarquable qui soit.
J’ai relevé également une forme très pétillante que l’on pourra notamment appréhender au niveau du jeu de la batterie, des percussions, et des cymbales qui ressortent avec un excellente clarté confirmant ainsi l’aspect très net de la restitution sonore. Bien entendu, les sections vocales font preuve d’une belle présence et d’une chaleur humaine qui sont le propre de REGA.

Sur le plan de la fluidité, cet amplificateur reste conforme aux autres références de la marque, et on pourra l’apprécier au niveau de la section des violons dont le timbre fait aussi preuve d’un excellent réalisme. S’agissant du registre grave, sans toutefois descendre de manière abyssale, son niveau et sa précision donne beaucoup de crédit au jeu de la guitare basse par exemple qui traduit en outre une bonne lisibilité. Mon attention a aussi été retenue par la qualité des vocaux solos très communicatifs, et qui font preuve d’une belle conviction en ce qui concerne le côté humain. Sans paraître trop  » sirupeux  », je retiens que ces vocaux ne sifflent jamais, et la transparence se confirme par la perception de la respiration des interprètes sur certains passages.
Un autre point est à mettre en avant : le positionnement des musiciens ou des différents pupitres de l’orchestre. Sans vouloir à tout prix rivaliser avec les meilleurs amplificateurs du marché, il faut reconnaître que l’Elicit propose une scène sonore ample, aérée, avec une profondeur, une largeur, et une hauteur d’une dimension très honorable confirmant du même coup l’excellente transparence générale que j’ai déjà évoqué; en tout cas cette scène sonore n’apparaît jamais confinée, et ne s’effondre pas le moins du monde à la moindre sollicitation.

Conclusion  

A mon sens, le REGA Elicit marque une étape importante dans la production de ce constructeur d’Outre Manche. J’aurais tendance à dire que cet amplificateur propose une teinte sonore nouvelle, plus riche, plus vivace, plus communicative, en comparaison avec les autres productions passées ou actuelles, sans toutefois renier les caractéristiques musicales qui ont fait la réputation de la marque. Même si certains traits paraissent un peu marqués aux extrémités de la bande passante, le REGA Elicit sait rester cohérent et bien équilibré.

Cotations : Musicalité : agréable
Rapport qualité – prix : compétitif

 

Prix : 2350 € (11/2008)

 

Essai effectué par
Lionel.Schmitt