REGA DAC et ATOLL DAC 100

REGA DAC – ATOLL DAC 100

REGA Dac

Origine : Grande Bretagne
Convertisseur numérique / analogique
Bande passante : 10 Hz – 41 kHz
Rapport signal/bruit : 105 dB
Distorsion : < 0,006%
Conversion : 16 à 24 bits – 32 kHz à 192 kHz

ATOLL Dac 100

Origine : France
Convertisseur numérique / analogique
Bande passante : 20 Hz – 20 kHz
Rapport signal/bruit : 123 dB
Dynamique : 123 dB
Distorsion : < 0,001%
Conversion : 16 à 24 bits – 44,1kHz, 48kHz, 96kHz et 192kHz

 

Les DACs, bien que n’étant pas nouveaux, sont depuis peu sous les feux de la rampe. Ce phénomène est lié à l’expansion de l’usage de l’ordinateur qui est devenu pour certains une source audio.
Contrairement à leurs aînés, les DACs actuels proposent une connexion USB qui permet de les relier à un ordinateur qui fait office de transport. Ils sont également moins encombrants, et moins chers pour un certain nombre. Les DACs Rega et Atoll sont de ceux là.
J’ai la chance de les avoir eu chez moi pendant plusieurs jours, ce qui m’a permis d’effectuer nombre d’heures d’écoute, dans les conditions idéales, et ont fait l’objet du présent comparatif.

 

ECOUTE 

Les tests d’écoute ont été effectués avec le matériel suivant : enceintes Dali Mentor Menuet sur pieds Dynaudio Stand 3, câblage hp Chord Company Carnival, amplificateur Atoll IN80, câble de modulation type RCA Qued Qnex 1, lecteur cd Denon dcd635 et liaison vers DAC via câble optique « standard » et écoute dématérialisée via câble usb « standard ». 

Tout d’abord, un petit tour du propriétaire. Le Rega surprend par sa masse, et pour cause, il fait deux fois l’Atoll. Leur « format » diffère également. L’Atoll est un modèle réduit des autres produits de la marque. Le Rega quant à lui fait penser aux produits Cyrus.
En revanche, tout deux sont disponibles en noir ou en gris. La version grise de l’Atoll, celle dont j’ai disposé, est comme ses frères avec une façade en aluminium naturel du plus bel effet. Le Rega, dont j’ai eu la version noire, est nettement moins engagent, mais les habitués de la marque ne seront pas surpris. Ce dernier est aussi plus complexe que l’Atoll, puisqu’il indique le format d’entrée, et dispose d’un filtre réglable sur 5 positions, dont l’effet se porte sur le haut de spectre.
Contrairement à l’Atoll qui est pourvu d’une prise secteur classique, le Rega est équipé d’un modèle similaire aux projecteurs vidéo, ce qui compliquera la recherche d’un câble secteur optimisé.

Inutile de se pencher sur les améliorations qu’apportent ces deux DACs au lecteur cd qui sert de transport, elles sont évidentes à tout les niveaux.
J’ai effectué des essais, brefs mais très révélateurs, en dématérialisé via un ordinateur. La différence fut telle que je n’ai pas poussé les tests.
D’abord, l’écoute d’une chanson sur cd, via le lecteur cd, puis, la même chanson, via l’ordinateur sur le site Deezer. Sur le Rega comme sur l’Atoll, même constat, des « blancs » apparaissent ici est là sur la version dématérialisée. La chanteuse semblait ne pas finir ses phrases… L’impression d’écouter une chanson «à trous ».
A noter également, bien que ces DACs acceptent le format 192Khz, ce n’est pas le cas de leur entrée USB. Inutile donc d’espérer profiter du son haute définition via un ordinateur.
En fait, il faut savoir qu’à moins d’avoir tout les éléments compatibles 192Khz, vous ne verrez jamais le Rega indiquer 192Khz en entrée, mais uniquement le format cd standard.
Le « fameux » format 24bits 192Khz que tout les constructeurs ou presque revendiquent et dont certains jusqu’à l’indiquer sur leur produits, ne semblerait en fait n’être qu’une supercherie marketing.
Notre bon vieux cd et son format audio a donc encore de beaux jours devant lui.

Nous voilà donc au coeur du sujet, le duel entre les deux DACs. Contre toute attente, tout deux ont plus en commun que je l’aurais imaginé. Je reviens brièvement sur le filtre réglable du Rega, qui, même s’il apporte une modification audible dans le haut du spectre, n’a pas grande utilité à mes oreilles, tant la nuance entre les différents réglages est faible. A vrai dire, j’ai navigué entre les 5 configurations possibles sans jamais trouver ma préférence.

Des heures d’écoute m’ont permis d’essayer un vaste panel de style musicaux, et de bien analyser les deux « bêtes ». D’abord, les points communs. La spatialisation est très convaincante, les enceintes s’effacent pour laisser place à des instruments et des voix bien détourés, où tout le monde trouve sa place, y compris dans la hauteur et la profondeur.
Le spectre sonore est large, je n’ai perçu aucune frustration que ce soit dans le bas ou le haut de la bande passante. D’ailleurs, mes Dali m’ont encore bluffé par leur performance dans le bas du spectre, au regard de leur minuscule haut parleur de grave. Ces deux DACs démontrent également une présence de la musique, et pour parler simplement, on s’y croirait. Que ce soit pour une voix, ou un instrument aussi imposant qu’une batterie, il suffit de fermer les yeux pour les imaginer devant soit. Les détails ne manquent pas non plus, les voix sont articulées, tout les mots audibles. Il en va de même pour les notes de musique.
Malgré environ une dizaine d’heures d’écoute, je ne suis pas parvenu à les départager objectivement, tant leur prestation est proche. Ce sont de très bons produits très attachants et à cet instant, je les classe ex-aequo.

En fait, ces DACs sont comme deux plats identiques, mais là où ils diffèrent, c’est par leur « assaisonnement ». L’un « sauce Atoll », et l’autre, « sauce Rega ». C’est donc sur le plan subjectif qu’ils se séparent. L’Atoll est ainsi plus « propre » dans le bas du spectre, et plus montant dans l’aigu. Le Rega est exactement l’inverse.
L’écoute du Rega est plutôt introvertie, presque intimiste ajouterais-je. L’Atoll est plus expansif, sans « filtre », on a une sensation d’une plus grande présence de la musique. En comparaison, on a l’impression d’un son légèrement voilé sur le Rega.
L’Atoll m’a nettement plus ému, par son côté plus démonstratif. Le Rega semble comme vouloir préserver quelque peu votre émotivité, à tel point que je l’ai imaginé ennuyeux sur le moyen terme. En ce sens il est assez flegmatique, une qualité britannique reconnue, là où l’Atoll, bien que Normand mais pas moins Français, a un tempérament plutôt latin.

Ceci étant, et tout ceux qui connaissent Atoll et Rega ne seront pas surpris, le premier sera très certainement moins agréable que le deuxième lors d’une écoute prolongée. Toutefois, ce fait dépendra des autres éléments associés à l’Atoll. Mon ampli est de l’ancienne génération, hors la nouvelle gamme « SE » est plus douce dans l’aigu, ce qui devrait rendre ma remarque obsolète.

Conclusion   :

Sur le plan objectif, vous l’aurez compris, ce sont deux très bons appareils qu’il sera difficile de départager. En revanche, chacun adhérera ou non à la philosophie des deux marques. En clair, si vous n’aimez pas Atoll, vous n’aimerez pas le DAC 100, et si vous n’aimez pas Rega, même punition. Malgré cela, au sein d’un système « métissé », et bien choisi, j’ai tendance à penser que l’Atoll sera meilleur, par ce supplément d’émotion que je n’ai pas, ou rarement, trouvé sur le Rega. Revenons un instant sur le côté objectif.
Comme je disais, je ne suis pas parvenu à les départager sur ce côté, mais je parlais d’écoute, car il y a un détail de taille, c’est le prix. En effet, le Rega coûte 175 euros de plus que l’Atoll, hors si on considère ce paramètre, l’Atoll prend la première place car cet écart conséquent n’est à mon sens pas justifié. Ceci dit, le taux de change entre la monnaie de sa Majesté et notre euro y est peut-être pour quelque chose. Et si on ajoute encore l’aspect visuel des produits, le Rega est encore vaincu. Et comme pour achever le britannique, l’Atoll pourra être encore facilement amélioré, comme j’ai pu l’écouter brièvement, avec un câble secteur optimisé.

Je ne suis pas friand des notations, mais elle semblent de rigueur ici. Celle-ci peut sembler sévère par rapport aux autres rédacteurs de compte-rendu, mais je pars du principe que la perfection n’est pas de ce monde et que l’on peut toujours trouver mieux.

Synthèse :  

REGA DAC
Musicalité : 8 / 10
Rapport qualité-prix : 8 / 10

Prix : 675 € (04/2011)

ATOLL DAC 100

Musicalité : 8 / 10
Rapport qualité-prix : 9,5 / 10

Prix : 500 € (04/2011)


Ecoute comparative réalisée par JEY