REGA APOLLO

REGA APOLLO

Lecteur CD
Origine : Grande Bretagne
Bande passante : non spécifiée
Rapport signal/bruit : non spécifiée
Distorsion : non spécifiée
Conversion : 24 bits Delta – Sigma

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage……. voilà à peu près ce que je dirais de la longue vie du lecteur CD Rega Planet.
En effet, ce merveilleux lecteur optimisé à plusieurs reprises a accompli une très belle carrière et il convient de saluer son géniteur pour les milliers d’audiophiles qui ont pu bénéficier pendant plus de 10 ans des qualités musicales de cette machine à donner rien que du bonheur.
Mais, concurrence oblige, Rega a décidé de retravailler le sujet. Le fruit de ce travail se prénomme désormais APOLLO, probablement en hommage aux missions spatiales qui ont permis à l’homme de débarquer sur la lune.
Afin de ne pas perturber les fans de la marque, mais surtout pour contenir le prix de revient, rien ne distingue sur le plan de la présentation le Rega Apollo de son prédécesseur Planet. Toutefois, en y faisant bien attention, seule la trappe de chargement par le dessus trahit le changement de mécanique qui, pour l’heure, permettra la lecture de nombreux support audio dont un certain MP3.
Pour le reste, les changements fondamentaux se situent à l’intérieur du boîtier en aluminium au découplage simple mais efficace. Rega fait appel, entre autres, à un nouveau convertisseur 24 bits Delta Sigma. Il n’est pas inutile de préciser que Rega a optimisé tous les éléments électroniques et mécaniques qui ont une influence directe sur la musicalité, mais il serait fastidieux de les énumérer ici.

La face avant est quasi identique à celle du lecteur Planet et Jupiter : un interrupteur marche / arrêt, 4 touches pour les fonctions principales, et un afficheur très complet à cristaux liquides rouge qui indique APOLLO lorsque l’appareil est au repos.
La face arrière n’en raconte pas davantage : 2 sorties RCA pour une connexion asymétrique, 1 sortie optique toslink, et 1 sortie digitale coaxiale.

Sur le plan de la communication des caractéristiques techniques, Rega est comme toujours très discret – mais en définitive, seule la musicalité compte ! n’est ce pas exact ?

 

 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués avec le matériel suivant : amplificateur intégré Rega Mira 3 – une paire d’enceintes B & W série 700 bibliothèque et colonne et Rega R7. Les câbles sont des modèles YBA Glass.

– Test N° 1 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire – Volume 2

 

Le CD se met en marche, et hop ça démarre. Immédiatement, le Rega Apollo débite la musique avec joie et bonne humeur : ça roule, ça coule, ça chante, sans accroc avec une vivacité déconcertante.
L’Orchestre National des Pays de Loire joue avec une aisance absolue, une rapidité, et une netteté sans concession. On essayerait volontiers de prendre le  » petit  » Rega en défaut, mais rien n’y fait. Les chœurs sont magnifiquement puissants et sont parfaitement associés aux grandes envolées de cordes avec une fluidité et une aisance assez singulière. La batterie resplendit au milieu de tout cela, les coups de cymbales sont nets et précis, et les autres percussions roulent des coups de timbales qui ont beaucoup de corps et de matière. Le violon solo dont il est fait souvent usage dans ce CD n’a nullement l’air d’un vieux crincrin; bien que branché sur amplificateur, sa restitution est harmonieuse et le phrasé est bien clair et net sans jamais être agressif.
Les vocaux solo sont restitués avec une très grande humanité et une très belle présence. Outre la dynamique et la rapidité dont fait preuve ce lecteur, sur les fortissimi on a jamais l’impression que la musique se met à fléchir : la scène sonore est d’une belle stabilité tant sur le plan de la hauteur, de la profondeur, que de la largeur.
Le Rega Apollo est tout simplement magistral dans sa façon de délivrer la musique ; cette caractéristique permet une aération entre les plans et les musiciens et permet à l’auditeur de discerner beaucoup de micro-détails.
Un grand bravo pour le côté aérien et cristallin. Un mot sur les applaudissements qui séparent les plages de cet album enregistré en public : on dirait réellement que les spectateurs applaudissent avec plus de fougue et d’enthousiasme.

– Test N° 2 : Le Cri – bande originale du téléfilm

 

Ce CD très bien enregistré comporte quelques plages ou interviennent de petits quatuors constitués d’un accordéon, d’une contrebasse, d’une batterie, d’un violon ou une flûte traversière.
Sur ce type de morceau, on décèle tout de suite les innombrables détails de chaque instruments : on perçoit nettement le jeu de l’accordéoniste avec le claquement des touches propre à l’instrument, le jeu de contrebasse est exquis pour ce qui concerne sa lisibilité encore un fois exemplaire ; ainsi chaque note est décortiquée et clairement audible.
Flûte, violon, et batterie sont restituées à la perfection et chaque détail est clairement perceptible, mais toujours avec toujours un sens de la nuance, de la subtilité, et en tout cas avec une certaine classe.

Conclusion :

En résumé, le Rega Apollo est un lecteur vivant, précis, ouvert, complet, et qui sait surprendre son auditoire. Ses qualités musicales sont vraiment impressionnantes en regard de son prix.
Il est non seulement le digne héritier du Planet, mais aussi celui des platines analogiques qui ont fait et font encore la réputation du constructeur.

Cotations : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : 1000 € (06/2006)

Essai réalisé par
Lionel Schmitt