PROAC Response D28

 PROAC – Response D28

Origine : Grande Bretagne
Enceinte 2 voies / 2 HP – bass-reflex
Rendement : 88,5 dB / 1w / 1m
Impédance nominale : 8 ohms
Puissance admissible : 200 watts
Réponse en fréquence : 20 Hz à 30 kHz +/- 3db
Dimensions : ( H x L x P ) 108 x 20 x 28,6

d28

Dans le monde de la Haute Fidélité d’exception, on ne présente plus PRO AC. Les enceintes acoustiques de la marque se sont souvent distinguées par leur finition exceptionnelle, leur concept original, mais surtout leur musicalité. Naturellement, la Réponse D28 ne déroge pas à cette règle  » maison  ».

Sur le plan technique, cette enceinte se présente sous la forme d’une colonne longue et élancée qui repose sur un support qui a pour vocation de découpler de façon optimale l’enceinte. Si la présentation extérieure paraît standard, le concept général a fait l’objet d’une étude minutieuse.
La D28 est une enceinte 2 deux voies / 2 haut parleurs de type bass-reflex. On notera que l’évent se situe au pieds de l’enceinte sous la forme d’une découpe rectangulaire. Les transducteurs sont des modèles de qualité déjà utilisés sur d’autres références : ainsi le tweeter est un dôme de 25 mm en soie imprégnée dont la suspension est conçue par PRO AC. Le boomer qui sert également à  » diffuser  » les fréquences médiums est modèle montée sur un châssis en aluminium dont la membrane en polypropylène qui adopte une suspension en demi rouleau lui permettant de gérer confortablement les fréquences graves sans trace de traînage.
Le filtre interne utilise des composants de qualité audiophile triés à l’écoute, ainsi qu’un câblage interne choisi également pour favoriser le confort d’écoute. Au verso de l’enceinte, on trouvera 4 borniers reliés entre eux par des straps de qualité plutôt moyenne à première vue, mais que l’on pourra changer le cas échéant; cette configuration pourra donc satisfaire ceux qui souhaite  » travailler  » en mono ou double câblage, ou encore en bi-amplification. Bien que le constructeur ne donne pas d’autres précisions, on peut s’attendre néanmoins à des performances musicales élevées.

 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués avec un lecteur CD NA AUDIO CD 5 X & alimentation FlatCap 2 X, préamplificateur NAIM Nac 112 X & alimentation Flat Cap 2 – Amplificateur NAIM Nap 150 X. Les câbles de modulation sont d’origine NAIM et les enceintes ont été reliées au bloc de puissance avec du câble YBA Diamond connu pour son universalité.

Test N° 1 : L’Orchestre du Roi Soleil – LULLY – Direction Jordi Savall

Associée à un ensemble NAIM AUDIO au grand complet, on peut de suite dire que la D28 met l’auditeur très à l’aise et le plonge immédiatement eu coeur d’une scène sonore qui à défaut d’être hyper profonde, s’avère vaste tant sur le plan de la largeur que de la hauteur. Ensuite on constate que la D28 rend hommage à la rapidité et la clarté qui caractérisent désormais les produits NAIM actuels. On peut dire que rien ne passe à la trappe lorsqu’il s’agit de restituer d’infimes détails tels que ceux d’un clavecin par exemple.
En revanche, cette enceinte a le pouvoir extraordinaire de restituer la musique avec une infinie douceur et des couleurs tonales riches, contrastées, et qui ne se démentent absolument pas lorsque les violons et les violoncelles se mettent à chanter : car ils chantent bel et bien ! Sur les jeux de percussions on assiste également à une restitution bien marquée, franche, et les tambours raisonnent comme s’ils se trouvaient dans la pièce d’écoute.
Sans doute que ceux qui auraient désiré un zest de grave plus ample se sentiront un peu lésé, mais il convient de préciser que cette enceinte acoustique propose ce registre grave de façon plutôt dégraissée, mais qui descend suffisamment bas lorsque la situation l’exige avec en prime une excellente lisibilité. Sur les passages complexes ou chargés, la D28 ne s’affole pas et même à fort niveau d’écoute on arrive pas à lui toruver de limites. Par ailleurs, j’ai été agréablement surpris par l’ampleur de la scène sonore et l’espace qu’il peut y avoir entre les musiciens, ce qui confirme le côté aéré de la restitution.

Test N° 2 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire 

Naturellement, comme cette enceinte a été testée avec un système NAIM au grand complet, vous ne serez pas surpris de retrouver les mêmes réflexions concernat ms impressions d’écoutes.
Avec cet enregistrement public, on est d’abord agréablement surpris par le côté naturel et vivant concernant la restitution des vocaux des solistes qui prennent réellement l’auditeur à la gorge. Dans le même registre, j’ai particulièrement apprécié les choeurs d’une très belle puissance, d’une excellente ampleur, avec un côté majestueux qui ne se dément jamais.
Côté orchestre, on assiste également à quelque chose de somptueux avec un volume sonore important, mais jamais envahissant. La douceur et la fluidité qui caractérisent cette enceinte acoustique méritent réellement d’être réellement soulignés et constituent le point fort de cette enceinte.
Ainsi, les cuivres et les cordes sont proposés avec beaucoup de fruité et une très belle teinte sonore, à aucun moment ils ne sont projetés en avant, ou font preuve d’une quelconque agressivité. Si la douceur est une des qualités premières de ce enceinte, on aurait toutefois souhaité que certains  » petits  » instruments soient peut être mieux mis en évidence; mais il s’agit vraiment de détails qui visent un trop discret triangle, ou le jeu de la mandoline peut être moins lisible qu’avec d’autres systèmes audio.
On notera toutefois que cette petite carence n’est pas due à l’enceinte acoustique elle même : le test d’écoute a été effectué en 2 étapes distinctes : tout d’abord avec le lecteur NAIM CD 5 X sans sont alimentation séparée, puis avec l’alimentation Flat Cap 2 X. Je souligne ici qu’avec cette alimentation survitaminée, le message sonore s’ouvre davantage, et les petites carences sur certains détails dont il était question précédemment ne sont pas imputables aux enceintes elles-mêmes.
Le jeu de batterie, ainsi que les percussions classiques s’opposent et se mêlent tour à tour avec un équilibre et une lisibilité assez singulière. Les coups de cymbales sont restitués avec une excellente franchise. La guitare basse confirme la lisibilité à laquelle on s’attache en écoutant pendant quelques minutes ces enceintes.
Là ou j’attendais la D28, c’est à dire sur des messages complexes et chargés, j’ai été surpris de constater qu’à aucun moment cette enceinte ne peut être prise en défaut. Cette PRO AC restitue la musique avec force, rigueur, un sens du détail assez peu commun, et comme je n’ai déjà écrit avec une magnifique douceur, et ce quelque soit le niveau d’écoute.

Conclusion  :

Simple d’apparence et sur le plan de la conception, cette enceinte constitue une excellente surprise. Mais cette enceinte que je qualifie comme étant  » intelligente  » sur le plan musical ne pourra s’exprimer de façon optimale qu’avec des systèmes audio déjà bien constitués, et dont le potentiel musical est élevé.
A noter que si le rendement peut apparaître comme relativement faible, j’ai pu relevé qu’il n’est nullement besoin de recourir à des amplificateurs de puissance démoniaque pour la driver dans d’excellentes conditions. Ainsi, un amplificateur à tubes LEBEN CS 600 pourrait également être par exemple le partenaire privilégié de cette enceinte.

Cotations : Musicalité : 9,5 / 10
Rapport qualité – prix : 9,5 / 10

 

Prix : 5600 € (09/2008)

 

Ecoute réalisée par
Lionel Schmitt