NAIM NAC 122 X NAP 150 X et alimentation FlatCap 2X

NAIM NAC 122 X – NAP 150 X et alimentation FlatCap 2X

Origine : Grande Bretagne
Préamplificateur et amplificateur transistorisés
Puissance : 2 x 50 W sous 8 ohms
Bande passante : 5 Hz à 40 kHz
4 entrées haut niveau DIN
2 entrées haut niveau DIN ou RCA
1 sortie magnétophone
1 sortie amplificateur de puissance

Certes dans cette page, vous pourrez voir qu’il a déjà été question de ce tandem NAIM qui existe déjà depuis quelques années et qui se compose d’un préamplificateur et d’un bloc de puissance stéréo. En effet, des résumés d’écoutes ont déjà été consacré à ce que je pourrais appeler le  » fer de lance  » de chez NAIM, à savoir le NAC 112 et NAP 150, ainsi que leurs évolutions respectives vers les NAC 112 X et NAP 150 X.
Les versions actuelles et présentées ici sont bien entendu issues de ces versions, mais cette fois le système intègre l’alimentation séparée FLATCAP 2 X pour le préamplificateur. D’ailleurs, à l’heure où j’écris ces lignes, cette alimentation a déjà subit une évolution et s’appelle désormais FLATCAP XS (commercialisée à 910 €).

On ne présente plus ce couple, car sur le plan esthétique il reprend intégralement la présentation des modèles précédents avec leur étonnante sobriété.
La construction repose sur un châssis ultra plat en aluminium épais qui garantit une excellente rigidité des coffrets, une immunité contre les vibrations et parasites de toutes sortes, avec une finition exempte de défauts. La façade reprend simplement les commandes de base : un réglage de volume utilisant un potentiomètre d’origine Alps, et huit touches permettant de sélectionner les 6 entrées haut niveau, avec en outre une touche supplémentaire pour la fonction monitoring, et une autre permettant d’actionner la fonction mute.

Le préamplificateur est livré avec une télécommande destinée à faire fonctionner d’autres produits de la marque. La face arrière accueille les  »infernales » prises DIN pour connecter les sources principales, mais le NAC 122 X se voit doté en complément de 3 paires de fiches RCA afin de pouvoir communiquer avec les marques extérieures – c’est peu, mais suffisant sur le plan pratique.
Au chapitre des évolutions, NAIM a souhaité mettre l’accent principalement sur la section préampli; c’est donc le NAC 122 X qui a bénéficié le plus du fruit de la recherche du constructeur, avec pour objectif de s’approcher sensiblement du NAC 202 dont il reprend une grande partie des composants (au sens le plus large). Par ailleurs, on notera au passage que le schéma du NAC 122 X fait appel à un plan de masse en étoile.
A toutes fins utiles, je précise aussi que le bloc de puissance stéréo NAP 150 X a bénéficié également des mises points effectuées lors de la conception du NAP 500. Comme il est de coutume chez NAIM, l’alimentation est généreuse : elle doit permettre d’alimenter le bloc de puissance sans fléchir, mais aussi le cas échéant le préamplificateur. Dans notre cas, le préamplificateur sera alimenté par la FLATCAP 2 X, et se trouve ainsi totalement autonome.

Si la puissance de 2 x 50 watts sous 8 ohms peut paraître modeste aux yeux de certains, il n’empêche que ce bloc de puissance tient ses promesses et se comporte de façon divine avec les enceintes relativement difficiles à driver. De toute façon, NAIM s’est toujours fait un point d’honneur à doter ses électroniques et lecteurs CD d’alimentations généreuses utilisant de gigantesques transformateurs toriques relayés par une armada de condensateurs de grosse capacité assurant une stabilité du courant à toute épreuve.

ECOUTE 

– Test N° 1 : L’Orchestre du Roi Soleil – LULLY – Direction Jordi Savall

Dès les premières mesures et au bout de quelques secondes, on sait parfaitement à quoi et à qui on a affaire. Comme pour le CD 5 X testé en même temps, ce tandem se singularise par une forte personnalité. La musique démarre au quart de tour et on est immédiatement surpris par la franchise et la droiture des percussions par exemple.
On y perçoit très nettement la  » frappe  » sur un peau de tambour : c’est beau, c’est propre, c’est net et sans bavures. La section  » cordes  » propose une restitution à la fois riche, ciselée, veloutée, et qui ne trahit pas un seul instant la fluidité qui émane de l’écoute.
Les violons et violoncelles ont du grain; ici encore on perçoit très nettement la précision et aucun voile ne semble se trouver entre les musiciens et l’auditeur, ce que confirme la perception de bon nombre de détails et subtilités de tous ordres. J’ai été, par exemple, assez frappé par la texture du clavecin qui ressort à merveille avec notamment un magnifique éclat et toujours cette précision fort appréciable.
La scène sonore est à la fois ample et bien dimensionnée, mais pas exagérément démesurée. Une excellente ampleur se dégage de ce système avec une très belle aération entre les musiciens et un étagement des plans qui n’est nullement remis en question.
Le registre grave à défaut d’être hyper profond s’avère tout à fait convainquant et particulièrement lisible comme on peut s’en apercevoir sur le jeu de violoncelle, de contrebasse, et au niveau des percussions déjà citées. Sur ce dernier point, les boursouflures ou la trop grosse épaisseur du bas médium que l’on aurait pu craindre, sont désormais totalement absentes. Mais il apparaît comme évident que la bande passante subjective s’avère réellement très large

– Test N° 2 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire

Avec cet enregistrement public, les NAC 122 X et NAP 150 accompagnés du CD 5 X ne fait que confirmer les premières impressions sur le plan dynamique, fluidité, rapidité, et précision. Avec cet enregistrement public, on savoure les vocaux qui font preuve d’une remarquable communication. Le côté humain ressort de manière prodigieuse et on appréhende ici l’aspect très lumineux des voix et des instruments de musique. Les choeurs sont proposés avec une excellente ampleur et une vivacité déconcertantes en comparaison avec d’autres ensembles parfois trop timides ou trop démonstratifs. Ce couple NAIM fait preuve de discernement et offre une restitution réellement très variée d’un extrait à l’autre.

Côté orchestre, on assiste également à quelque chose de somptueux avec un volume sonore important, jamais envahissant, mais toujours avec un sens du rythme tel que l’on se surprend à taper du pieds pour suivre les mesures.
On aurait pu souhaiter toutefois une meilleure mise en évidence d’un jeu de triangle ou les quelques notes de mandoline qui accompagnent certains extraits, mais il ne fait pas exagérer, on perçoit tout de même un bon nombre de détails et de subtilités sans tendre en permanence l’oreille.
J’ai remarqué aussi que les instruments de musique ont du corps et de la matière : on le remarque notamment sur les percussions, la batterie, et la basse. Le violon solo, pourtant électrifié, n’a rien d’agressif : il s’exprime avec finesse, précision, et une forme de bonne humeur et de légèreté qui lui confèrent quelque chose d’attachant. Sur les charges complexes, ce système NAIM ne dérape pas, ne s’enlise jamais dans une bouillie inaudible : chaque instrument est à sa place confirmant ainsi une bonne ouverture d’ensemble.

Conclusion  :

Le NAC 122 X accompagné de son alimentation dédiée FLATCAP 2X et du bloc NAP 150 X ont beaucoup de choses à raconter. Ils s’expriment avec vigueur, détermination, ouverture, précision, mais sans colorations outrancières. Un sens du respect de la musique et de l’interprétation sont réellement à mettre à leur actif, tant la musique coule de façon naturelle.
Il est à noter que de nouvelles versions (NAC 152 XS, et NAP 155 XS) vont être prochainement distribués en France et sont destinés à perpétuer l’espèce.

Cotations : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : (09/2009)
Préamplificateur NAC 122 X : 1120 €
Amplificateur NAP 150 X : 1270 €
Alimentation FLATCAP 2 X : 840 €

Banc d’essai réalisé par
Lionel Schmitt