NAIM Lecteur CD 5 XS et alimentation FlatCap XS

NAIM Lecteur CD 5 XS et alimentation FlatCap XS

Origine : Grande Bretagne
Bande passante : 10 Hz – 20 kHz
Rapport signal/bruit : > 100 dB
Distorsion : < 0,10%
Conversion : non spécifiée
Niveau de sortie : 2,1 volts à 1 kHz
Sortie : DIN et RCA analogiques
Sortie : BNC et S/PDIF numériques

Comme le précise NAIM, le lecteur CD CD5 XS a probablement le produit qui a subi le plus de changements, tout au long de ce parcours qui a pris pour point de départ son prédécesseur, les CD 5, et CD 5X. Presque chaque élément, à l’exception du transformateur secteur et du mécanisme de transport du disque, tout est nouveau ou a été sensiblement retravaillé en vue d’améliorer la restitution musicale. Des éléments fondamentaux, dont les circuits analogiques critiques, ont été mis à jour afin d’extraire encore plus de musique de chaque CD. Une autre nouveauté caractérise le CD 5 XS : l’implantation d’une sortie numérique couplée par transformateur (une première sur un lecteur CD Naim), qui offre le choix d’une sortie de signal analogique ou numérique.

Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur les lecteurs NAIM, et plutôt que de refaire un compte rendu du seul lecteur CD, il m’a paru plus intéressant de donner une orientation sur l’apport de l’alimentation séparée, en l’occurrence le modèle FlatCap XS du même constructeur. Rappelons simplement que ce lecteur lit les CD, CD-R, et CD-RW, et pourra être complété par un DAC optionnel.

 

ECOUTE 

Les tests ont été effectués au cours de plusieurs séances d’écoutes avec les amplificateurs NAIM Supernait, Nait XS, préamplificateur Nac 282 et bloc de puissance NAP 250, enceintes acoustiques B & W 802 Diamond, 804 Diamond, 805 Diamond, et des câbles modulation YBA Diamond et NAIM.

CD utilisés  : Requiem de Mozart par Herbert Von Karajan – Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire – volume 2 – Doubles Jeux par Laurent Korcia – Collaboration par The Modern Jazz Quartet – Barry Lindon – Kyrié de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez.

Timbres et Fluidité

Les audiophiles qui connaissent les produits NAIM et possèdent déjà le CD 5 XS ne seront pas décontenancés concernant la qualité des timbres. Mais les mêmes seront surpris par le surcroît de finesse qu’apporte l’ajout de l’alimentation séparée. Sur le Requiem de Mozart, l’équilibre général est mieux proportionné, et on tire davantage de substance sur différents instruments de musique. De surcroît, la voix de la soliste et les chœurs prennent des teintes plus naturelles, sans pour être plus marquées. Il apparaît aussi que les percussions sonnent de manière plus étoffée, tout en respectant l’auditeur – celui n’étant jamais « noyé » dans un flot d’informations intempestifs. Les nappes de violons et cordes prennent des couleurs tonales subtilement restituées, tout en mettant davantage l’accent sur l’aspect naturel.

Ensuite, à titre personnel, j’ai été vraiment conquis par le jeu de violon de Laurent Korcia lorsqu’il interprète Minor Waltz. Décidément, ce violon est absolument envoutant tant la qualité de ses timbres prend à la gorge, et nous est proposé avec grâce et ferveur. Avec la FlatCap XS, plus aucune trace de crispation ne subsiste, et ce, quelque soit la configuration de l’ensemble audio utilisé. Les notes s’enchaînent de façon souple, précise, avec un velouté qui met l’accent sur la fluidité. Les morceaux s’enchaînent à la suite, avec une variété telle qu’il est impossible de s’ennuyer au fil des heures et séances d’écoutes.

L’apport de la FlatCap XS tend vers une analyse plus fine des instruments de musique, souvent laissés dans l’ombre. Ainsi, sur différents extraits de Tri Yann et l’ONPL, le petit triangle qui intervient de façon épisodique est clairement mis en lumière, tandis que les quelques notes de mandoline prennent tout à coup leur place au sein d’une masse orchestrale souvent chargée. La même remarque peut être appliquée à la Sarabande de Haendel qui illustre la musique du film Barry Lindon. Sur cet extrait, c’est le clavecin qui est mis à l’honneur. Dans bien des cas, cet instrument passe un peu inaperçu, car noyé au sein de la masse orchestrale. Ici, et comme par enchantement, il prend désormais une place à part entière et chaque note est soigneusement mise en valeur, sans que l’on soit contraint d’y prêter une oreille attentive.

Là, où j’attendais au tournant cette source, c’est en écoutant Valéria interprété par le Modern Jazz Quartet. Sur bien des systèmes, le jeu de vibraphone accroche, dérape, et offre assez souvent une forme de distorsion désagréable. Bien qu’à l’écoute du seul CD 5 XS, je n’ai pas relevé de traces incongrues de gêne, la mise en œuvre de la FlatCap XS permet à l’instrument de musique de passer comme une lettre à la poste, avec un timbre tout particulier et une douceur sans équivoque.

Scène sonore et transparence

C’est certainement sur ce point que l’apport de l’alimentation séparée se fait le mieux sentir. La scène sonore s’ouvre, et ses dimensions prennent une dimension que même le célèbre lecteur CD 2X ne peut offrir à lui tout seul. Qu’il s’agisse du Requiem de Mozart, ou de la Sarabande de Haendel, le volume sonore emplit la pièce d’écoute avec une ampleur de très loin supérieure à celle du CD 5 XS seul. On relèvera aussi, un coté plus aérien, qui permet d’accentuer la transparence générale, et de mieux positionner les musiciens et / ou les pupitres dans le salon d’écoute. Si l’on prend la précaution d’associer le CD 5 XS et la FlatCap XS avec le couple Nac 282 et Nap 250, un sorte de  »prodige musical » s’accomplit. Il ressort de cette écoute, de multiples détails qui m’avaient alors échappé avec du matériel de gamme inférieure. On ressent alors plus d’air entre les musiciens ou les chœurs, et la musique est plus déliée, et les plans sont davantage organisés, et surtout davantage contrastés.
Sur les mêmes extraits musicaux, la spatialisation et la liberté d’expression sont plus soutenus, et s’offrent de manière plus spontanée à l’auditeur : la musique coule un peu comme une source, et sans apparaître étriquée d’aucune façon. Par définition, la scène sonore s’avère de facto plus étoffée, mieux structurée, et permettra un gain concernant en terme de profondeur.

Dynamique et réactivité

Sans que cela puisse paraitre évident, l’utilisation de la FlatCap contribue à asseoir la dynamique, et confirmer la réactivité. Sur aucun des extraits de musiques écoutés, il n’est question de traînage, de manque de dynamique, de grave écourté. Sur ces points, il n’est pas inutile de mentionner tout spécialement la profondeur des notes de la contrebasse du Modern Jazz Quartet, dont au passage je souligne la lisibilité de chaque note. C’est un véritable régal que d’entendre le pincement des de chaque corde, ses vibrations, et l’absolue lisibilité qui s’en dégage.

Sur les charges complexes, telles que celles de l’Orchestre National des Pays de Loire qui accompagnent le Groupe Tri Yann, ou sur le Requiem de Mozart, le CD 5XS et la FlatCap ne peuvent jamais être pris en défaut. La réaction est immédiate, les notes et les pupitres s’enchaînent sans peine et sans aucune confusion. A titre d’exemple, le jeu de batterie dans le premier cas, et les percussions dans le second cas, sont bien matérialisées. Je souligne aussi que les cordes et les cuivres sonnent haut et clair, sans accrocs, les chœurs s’expriment à  »gorge déployée », et j’admets bien volontiers qu’aucune confusion n’est alors à redouter. Les coups de cymbales sont  »propres », nets et sans bavures.
Les accélérations et montées en puissance sont gérées avec une remarquable maîtrise, et laisse de côté toute forme de projection intempestif ou déplacé. J’ajoute que tout type de caricature a été proscrit du cahier des charges, et plus cette source en donne, plus l’auditeur en demande. D’ailleurs, il n’est peut être pas inutile de mentionner l’exceptionnelle stabilité d’ensemble, qui entre parenthèse, caractérise d’une façon globale les produits NAIM.

Communication avec l’auditeur

Le CD 5 XS et la FlatCap XS permettent-t-ils une meilleure communication ? la réponse est OUI ! Vous ne pouvez pas vous imaginer ce qu’apporte l’utilisation de la FlatCap sur ce point. Sans parler de détails, de transparence, et de facilité d’expression, avec la FlatCap XS, on assiste à un détourage des instruments de musique et des voix accru. Le côté suave des vocaux est savoureux et traduit l’aspect communicatif qui retient l’attention à travers un phrasé assez exceptionnel. On assiste bien à cette impression de communication directe lorsque l’on écoute la voix de Maria Stader sur le Requiem de Mozart, et cette volonté de faire passer un message particuliers émanant de Mozart en personne. Cette remarque peut paraître exagérée, mais il se passe un phénomène particulier entre le compositeur et l’auditeur, qui n’échappera pas aux mélomanes les plus avertis.

A l’écoute de Minor Waltz par Laurent Korcia, l’auditeur bénéficie de cette même impression de présence des musiciens dans la pièce d’écoute. Outres les infimes détails qui émanent des instruments, une mention spéciale peut être décernée en ce qui concerne cette faculté de pouvoir partager avec l’auditeur des moments exquis de bonheur, et pourquoi pas, de nostalgie. L’aspect que prend les vibratos sur le manche de l’instrument traduit bien le soin apporté à l’interprétation et à la prise de son, tandis que les quelques notes d’accordéon qui viennent ponctuer la partition nous reflètent une impression de bien être assez « bluffant ».

L’apothéose, si je puis m’exprimer ainsi, est atteinte avec le Kyrié de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez : les vocaux sont  »diffusés » avec un réalisme indiscutable qui ne peut laisser aucun auditeur indifférent, tant l’expression rime avec justesse, et confirme l’efficacité de ce lecteur et de son alimentation séparée à respecter des teintes musicales pures, naturelles, vivantes, et communicatives.

Conclusion

Le CD 5 XS dans sa version de base est déjà un lecteur fort pertinent, qui laisse passer beaucoup de choses, et affirme une personnalité bien trempée. Mais, puisque le constructeur britannique suggère de lui associer son alimentation séparée afin de lui donner les lettres de noblesse musicales aux quelles il a droit, alors l’alimentation FlatCap XS sera sans aucun doute l’évolution indispensable pour atteindre des objectifs qui vous feront redécouvrir vos CD, pendant des heures et sans jamais vous lasser.

Synthèse : Musicalité : tonique et vivante
Appréciation personnelle : du grand art
Rapport musicalité – prix : très bon

 

Prix : (11/2011)
lecteur CD 5 XS : 2440
Alimentation FlatCap XS : 930

Ecoute réalisée par
Lionel.Schmitt