NAD C 320 BEE

NAD C 320 BEE

Origine : Grande Bretagne
Ampli-préampli intégré à transistors
Puissance : 2 x 50 W sous 8 ohms
Bande passante : 20 Hz – 20 kHz
Distorsion harmonique : 0,03 %
Rapport signal/bruit global : 100 dB à 1w
7 entrées haut niveau dont 2 monitorings
2 sorties magnétophones
1 sortie amplificateur bridgée

Nad 320 bee2

C’est en me rendant par hasard dans une grande surface spécialisée en multi-média que j’ai fait connaissance avec l’amplificateur intégré NAD C 320 BEE. Fidèle à la tradition du constructeur britannique, le C320 ne reniera pas ses origines : présentation 100% NAD identique à celle de ses aînés avec un coffret en métal plié de couleur grise dont l’aspect est toujours aussi triste – mais qu’importe !
La façade accueille les fonctions classiques et très complètes : 7 sélecteurs de sources par poussoirs possédant chacun une diode de mise en fonction, 2 réglage de tonalité – grave et aigu – débrayables, un réglage de balance, et un gros bouton pour le volume – le tout en pure plastique massif. Mais le constructeur a également doté son amplificateur d’une prise casque en façade – jack 6,25 dont j’ignore la qualité – mais à mon avis, les maniaques de l’écoute au casque devront choisir un ampli casque séparé de qualité bien supérieure. A noter que parmis les 7 entrées haut niveau :
– 2 entrées sont dévolues à des enregistreurs analogiques et sont doublées des sorties adéquates ce qui permet un véritable monitoring,
– 1 entrée pourra recevoir après ajout d’un préampli phono, une platine TD analogique.
Le vendeur m’informe également qu’une télécommande permettant la sélection des sources et le réglage du volume sonore est livrée d’origine.

 

A l’arrière du boîtier, rien que du classique : 9 paires de prises RCA dorées pour toutes les connexions, auxquelles s’ajoutent 2 borniers ne permettant que le branchement d’une seule paire d’enceintes acoustiques et le mono-câblage, dont la qualité il faut bien le dire n’a rien d’extraordinaire, mais reste dans la lignée de ce qui se fait dans cette catégorie de prix. On notera que la partie ampli/préampli est connectée par une paire de cavaliers, ce qui sous-entend une désolidarisation des deux sections et l’utilisation de l’une ou l’autre de façon indépendante : c’est rudimentaire mais pratique. Par contre le cordon secteur est prisonnier du boîtier, ce qui exclut une optimisation future à ce niveau – dommage !

Sur le plan technique, peu d’informations m’ont été fournies. Le NAD est de fabrication industrielle et je pense que comme il est de coutume chez ce constructeur, le produit est fiable et bien conçu, en tout cas il a l’air et même la chanson.
L’alimentation fait toujours appel à un transformateur torique de bonne capacité, complété par des condensateurs qui le sont tout autant.

 

ECOUTE

Ma visite au magasin n’était pas programmée, je me suis contenté des conditions d’écoute proposées. Le lecteur CD C521 du même constructeur a servi de source, les enceintes acoustiques sont des CABASSE, les câbles de liaison ordinaires ont servis à relier les appareils entre eux – du très courant.

Test d’écoute : JARDIN D’HIVER – Henri Salvador 

Immédiatement, on se trouve plongé dans le vif du sujet : le NAD 320 BEE est vivant cela est sûr. Mais, on a l’impression que NAD a voulu changer un peu de registre : le registre aigu paraît plus clair qu’à l’accoutumée. Certes le son très britannique ressort avec des couleurs chaudes, mais le médium paraît moins projeté en avant et plus nuancé. Les cordes de la guitare sont à la fois claires et feutrées, et finalement assez plausibles.
Le jeux des différents instruments est clair et bien mis en valeur avec un mixage très équilibré et une disposition dans l’espace pas mal proportionnée, tant en largeur qu’en profondeur. Le grave a gagné en finesse et se trouve restitué de manière bien lisible.
La cerise sur le gâteau se traduit par une restitution des vocaux très humaine et chaleureuse, bien présente sans pour autant être envahissante. Les cuivres utilisés dans certains passages ne sont nullement agressifs ou à l’inverse étouffés : tout ceci paraît cohérent.
Beaucoup de micro-détails sont perceptibles. Malgré tout, le 320 BEE joue tout de même la carte de la séduction et sait flatter l’auditeur car on ne peut pas dire non plus qu’il soit d’une neutralité à toute épreuve. Mais ce NAD, s’il est un peu coloré sait aussi garder de la distance avec la monotonie : les morceaux s’enchaînent mais ne se ressemblent pas, et je suis certain qu’avec un lecteur CD et des enceintes de meilleures catégorie, on peut en découvrir encore plus.

Ce type d’essai hors auditorium spécialisé que j’effectue de temps à autre a au moins le mérite de permettre une écoute dans des conditions minimalistes. Eh bien l’impression que j’en ai eu s’avère pour ce test plutôt favorable, et je peux souligner que ce 320 BEE m’a bien plu. Ce petit intégré très complet dans ses possibilités peut sans honte constituer les fondement d’un ensemble musical à prix raisonnable.

Cotations : Dynamique subjective : 8 / 10
Définition : 7 / 10
Effet stéréo : 8 / 1 0
Cohérence d’ensemble : 7 / 10
Rapport qualité – prix : 8 / 10

 

Prix : 460 €  / 3017 FF (08/2004)

 

Essai transmis par :
Lionel Schmitt