MISSION M 31 I

MISSION – M 31 I

Origine : Grande Bretagne
Enceinte 2 voies / 2 HP – bass-reflex
Rendement : 88 db / 1w / 1m
Impédance nominale : 8 ohms
Puissance admissible : de 25 à 75 watts
Réponse en fréquence : 65 hz – 20 khz
Dimensions : ( H x L x P ) 26 x 17 x 28

M31

MISSION, grand spécialiste devant l’éternel des enceintes de petite et moyenne taille s’est toujours distingué pour offrir aux audiophiles des produits au meilleur rapport qualité / prix qui soit. Le modèle M 31 I appartient à la dernière génération d’enceintes d’entrée de gamme avec pour objectif de succéder aux célèbres M 71, M 72, etc…. qui avaient marqué leur temps en proposant de superbes prestations musicales en regard du prix et de la taille des produits. Pour le plan technique, la M 31 ne fait pas vraiment preuve d’innovations. Il s’agit d’une classique 2 voies / 2 haut parleurs de type bass-reflex avec un évent positionné en face arrière. Sur ce dernier point, compte tenue du positionnement de l’évent, on veillera d’ailleurs à ne placer les enceintes trop près du mur arrière, néanmoins pour gagner un peu en volume sur le grave il est conseillé de ne pas trop les éloigner non plus : 0,50m à 1m constituera un bon compromis.
La face arrière de chaque enceinte reçoit 4 borniers de bonne qualité permettant le cas échéant le bi-câblage ou la bi-amplification et l’utilisation de tous types de connexion : fils nus, fourches, et après avoir enlevé le capuchon, des fiches bananes.
Les haut parleurs élaborés par le constructeur ont fait l’objet d’une conception attentive. Le mini boomer est un modèle de 13 cm de diamètre combine les qualités des membranes en fibre douce et la rigidité des membranes multi couches favorisant l’absence de traînage. Le tweeter est un modèle à dôme en tissus imprégné monté sur un suspension spécifique et favorise la diffusion des hautes fréquences.

ECOUTE 

Une écoute « surprise » en auditorium ( parfois non spécialisé ) avec un matériel de grande diffusion en dit parfois plus long qu’une écoute attentive avec du matériel sophistiqué.
Je sais bien qu’il ne faut pas attendre des miracles au niveau registre grave de la part d’une enceinte de ce gabarit, mais sur ce plan et malgré une belle fluidité, il me semble que MISSION nous avait habitué par le passé à de meilleures prestations musicales.
Si le côté chatoyant est toujours aussi présent, on reste un peu sur sa faim du côté vivacité et dynamique. En comparaison, la REGA R1 nous offre des prestations musicales nettement plus convaincantes. Le registre aigu, en revanche, paraît filer un peu plus haut en comparaison avec les modèles de la gamme précédente. Toutefois, on sera toujours aussi surpris par la profondeur de scène qui reste tout à fait réaliste.
C’est sur le registre médium que la M 31 démontre tout son savoir faire : les voix sont superbement restituées, ainsi que les ensembles de violons et violoncelles. Ici, c’est la douceur du message sonore qui est privilégiée, d’ailleurs un peu au détriment des autres registres sonores.
Attention, il apparaît que cette enceinte distille assez mal les orchestrations chargées et complexes, et a tendance à mettre un peu de côté la subtilité de certains enregistrements.

On ne mariera pas la M 31 avec n’importe quelle électronique, d’autant que le rendement de 88 dB a ses exigences. L’amplificateur qui aura en charge de « driver » cette mini enceinte devra faire preuve d’une ouverture supérieure à celle d’un amplificateur d’entrée de gamme ou un peu trop sage. Pour fixer les idées et à titre d’exemple, il semblerait qu’un amplificateur ATOLL IN 50 conviendra davantage qu’un amplificateur CAMBRIDGE A500.

Sans être décevante à proprement parler, il faut avouer que MISSION nous avait habitué à mieux par le passé : la M 31 I n’est pas une révolution en soi. Je dirais aussi que cette enceinte a un peu perdu de son pouvoir de séduction et qu’il conviendra de choisir avec un soin particulier ses partenaires amplificateur, lecteur CD, et câbles.

Cotations : Musicalité : 6 / 10
Rapport qualité – prix : 7 / 10

 

Prix : 300 € / 1968 Frs ( 04/2005 )

 

Essai transmis par
Lionel.Schmitt