KEF R3

Origine : Grande Bretagne

Enceinte compacte 3 voies / avec haut-parleur concentrique
Charge : bass-reflex
Sensibilité : 87 dB
Impédance : 8 ohms
Réponse en fréquences : 58 Hz à 28 kHz – 3 dB
Réponse en fréquences : 38 Hz à 50 kHz – 6 dB
Fréquence de coupure : 400 Hz et 2,9 kHz
Distorsion : < 0,3% de 130 Hz – 20 kHz (90dB, 1m)

 

KEF fait partie des constructeurs Britanniques incontournables dont la longévité nous démontre que ses enceintes acoustiques méritent, pour certaines d’entre elles, d’être étudiées et écoutées.

Le catalogue actuel comporte six gammes bien fournies : la série LS, la série Q, la série R, la série Référence, la série Blade, et la série Muon. Selon mon point de vue, il existe un paradoxe chez le constructeur dans la mesure où il semblerait que se soient les trois premières séries qui « sonnent » le mieux, avec un éventail étendu d’électroniques d’origine et de tempérament musicaux assez divers. Ayant tout bonnement capitulé devant la série Référence, j’ai préféré porter mon attention sur la R Séries et plus particulièrement la R3 qui semble offrir un rapport musicalité / prix réellement satisfaisant. C’est ce que nous allons essayer de décrypter au travers ce banc d’essai.

La R3 est la compacte positionnée en seuil de gamme de la série R. Je parle bien d’enceintes compactes, et non d’enceintes de bibliothèque. Pour délivrer son potentiel musical optimal, il est exclus de l’installer dans une bibliothèque.

Cette enceinte d’un volume déjà important est un modèle trois voies à charge bass-reflex. Elle inclut le système de haut-parleur concentrique Uni-Q.

La nouvelle série R est équipée de la 12ème génération du célèbre système de haut-parleurs Uni-Q. Par le biais de simulations et d’outils d’analyse, les ingénieurs KEF sont parvenus à réduire considérablement la coloration sonore en atténuant la résonance au niveau des infimes écarts séparant les éléments du système Uni-Q. Cette « formule » aboutit à un son plus pur et plus précis, favorisant du même coup l’extension de l’image dans les trois dimensions. Ce haut-parleur est composé d’une section médium de 12,5 centimètres sur lequel prend place la « partie » tweeter à dôme ventilé en aluminium de 25 millimètres.

En outre, la R3 bénéficie de la technologie Shadow Flare qui est un processus innovant de réduction de la diffraction néfaste pour les hautes fréquences sensibles, au niveau du boîtier. Cette surface de transition, profilée avec soin, prolonge l’effet de guide d’ondes du système Uni-Q, permettant une émission naturelle des aigus grâce à une ‘zone d’ombre’ qui prévient leur diffraction au niveau des arêtes du boîtier. Avec à la clé, un son beaucoup plus raffiné.

L’unique haut-parleur de grave de 16,5 centimètres de diamètre présente une structure en deux parties : un cône en papier, recouvert d’une membrane concave en aluminium.
La grande rigidité de la structure, combinée à la géométrie unique du cône, permet un pur mouvement de piston sensé offrir du dynamisme et un rythme soutenu.
KEF a par ailleurs renforcé la linéarité du système d’aimant afin de produire des basses encore plus impressionnantes et puissantes.

Par ailleurs, KEF a optimisé son dispositif de charge bass-reflex. La conception de l’évent est cruciale pour permettre la production de basses nettes et profondes. L’évent a été placé en face arrière selon un principe de parois ajustables innovantes. En recourant à la dynamique des fluides computationnelle, le profil et la réalisation de chaque évent ont été calculés pour retarder l’apparition de turbulences, tandis que les parois flexibles empêchent la coloration des fréquences médiums.

Le verso de l’ébénisterie comprend quatre borniers de belle facture acceptant le câble nu, les fourches, et fiches bananes plus deux molettes destinées à établir une connexion entre les sections grave et médium / aigües.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués en auditorium avec le matériel suivant : amplificateur intégré MOON 250i et 340 iX, lecteur CD (intégré et simple drive) Moon 260 D, lecteur réseau CAMBRIDGE Edge NQ et bloc de puissance CAMBRIDGE Edge W, câble numérique NORDOST Norse 2 Heimdall, câble de modulation NORDOST Leif Red Dawn et câbles HP NORDOST Leif Red Dawn.

Pour l’alimentation secteur : barrette NORDOST QB 8 Mk2, câbles secteur Lief Red Dawn de la même marque.

CD utilisés : Prodiges » par Camille Berthollet – Meedle par Pink Floyd – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida Naim ~ CD test Sampler N°6 – Quiet Night’s par Diana Krall – Stéréo Concert Séries ~ Collection Decca Phase 4 – Scarlatti : Sonates pour piano vol.2 ~ piano : Mikhail Pletnev – « La tradition symphonique » ~ Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – The Glory that was Gerschwin  – par Franck Chacksfield, – Marquises de Jacques Brel, etc…

Signature sonore 

La signature sonore de ces enceintes est le reflet de la philosophie actuelle KEF. Nous avons affaire à une sonorité « lisse », légèrement feutrée, où aucune agressivité ne transparaît. Cependant, cette douceur ne sous-entendu nullement une quelconque perte en définition.
La signature sonore de la R3 varie en fonction de la « typologie » musicale des électroniques qui lui sont associées. Cependant, nous arrivons facilement à cerner la couleur de chaque grande famille de timbres et des fréquences qui y sont attachées. De toutes les façons, s’agissant de la couleur des timbres, la R3 se montre bien plus perspicace et variée que sa grande sœur la « décevante » Référence 1 qui se montre terne et plate à bien des égards conduisant à une écoute souvent ennuyeuse.

Registres aigus et médium

• « Prodiges » par Camille Berthollet

Le haut-parleur coaxial Uni-Q qui équipe ce modèle ainsi que tous ceux de la série R joue un rôle important dans la gamme des fréquences qui accèdent les 2900 Hertz d’une part, et s’applique à traiter avec cohérence toutes les fréquences médium / aigües avec homogénéité.
Le violon de Camille Berthollet se montre ici sous son meilleur jour avec une reproduction soyeuse du plus bel effet. On retrouvera cette superbe couleur boisée sur l’Eté des Quatre Saisons de Vivaldi, tout comme sur le Concerto pour deux Violons BWV 1043 de Jean-Sébastien Bach. Sur ces deux extraits, Camille Berthollet s’emploie à faire chanter son instrument avec un enthousiasme débordant « véhiculé » par les enceintes. Cet enthousiasme s’illustre notamment par la précision et le filé de l’instrument; une précision qui suggère aussi un grain globalement appréciable. L’instrument file haut et clair, sans toutefois dénaturer le message sonore. Le jeu du violon et de l’orchestre dans son ensemble se déroule avec une harmonie plaisante, bien « huilée ». Les R3 sont des enceintes qui affichent un esprit d’ouverture par leur belle transparence générale.

Registre grave

• « Collaboration » par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida

Le registre grave s’appuie sur un haut-parleur de 16,5 centimètres de diamètre décrit ci-avant et un coffret d’un volume déjà important pour une enceinte compacte (21,0 x 38,5 x 34,5 centimètres). Cet « assemblage » permet à ce registre de tutoyer sans peine la plupart des fréquences dites graves. On se  doute que les grandes orgues ne descendront effectivemnt pas dans les octaves les plus abyssales, mais la contrebasse ou la guitare basse ne se ridiculiseront absolument pas.
Différents extraits qui composent l’album du Collaboration du Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida auront tôt fait de convaincre tout auditeur qui recherche un jeu de contrebasse pertinent et une bonne matérialisation. Les notes descendent aussi profondément que souhaité, sans tassement inhérent à la fréquence de coupure où à la taille du coffret. Ouf, nous sommes rassurés sur ce point !
Le suivi des notes de piano et de contrebasse se montrent  objectivement sous leur meilleur jour. Nous entendons clairement le pincement des cordes sur les cordes de l’instrument.
Là où la R3 est intéressante, c’est sur le suivi des notes, leur précision, leur articulation. Je relève également le « corps » et l’assise de la contrebasse tout comme sur celui du piano. Ainsi, ces deux instruments sont reproduits avec le poids et le volume crédibles. La présence de ces instrument se fait remarquer dans la pièce d’écoute traduisant une « posture » conforme avec ce que l’on peut attendre de chacun d’eux.

Espace / scène sonores – étagement des plans

• Stéréo Concert Séries – Collection Decca Phase 4

Concernant la spatialisation et les dimensions de la scène sonore, à l’évidence le haut-parleur coaxial Uni-Q fait son œuvre. Nul besoin d’être campé au millimètre près face aux enceintes. Les R3 offrent un panorama large dans les trois dimensions donnant un sentiment de plénitude avec les extraits les plus démonstratifs « consignés » dans ce coffret.

La structure de la scène sonore est satisfaisante avec une mention sur la profondeur. Nous arrivons à bien « cibler » les différents plans, et pour tout dire, les différents pupitres de ces nombreuses « pièces symphoniques ». La séparation des canaux est de « bon niveau » si je puis dire et l’intérieur du « panorama » scénique est fort bien documenté. Malgré les dimensions attachées à une enceinte compacte, nous nous apercevons que le message sonore est vraiment aéré,  plutôt étoffé, ce qui ne gâche rien lors de l’écoute de masses orchestrales substantielles. Le déploiement une bonne aisance, dénué de toutes formes de contraintes.

Dynamique réactivité rigueur

• « La tradition symphonique » – Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire

Si l’on prête une attention à lui associer un amplificateur intégré ou un bloc de puissance musclés, cette enceinte ne décevra pas en ce qui concerne le « répondant ». Pas de craintes à avoir quant à sa sensibilité de 87 dB. D’ailleurs, la R3 n’est pas spécialement complexe à driver en soi.
Ce n’est pas l’enceinte la plus rapide, mais elle réagit suffisamment vite pour affronter les masses orchestrales vives et enjouées. Vous pouvez donc vous attendre à une restitution qui « encaisse » sans mollir ce genre de musiques fusion qui associent tradition, musique symphonique, rock et chœurs puissants et expressifs. Cette enceinte ne « cafouille » pas sur les masses orchestrales complexes et leur grands écarts de dynamique. Elle digère aussi une rythmique qui « secoue » et se mêle à quelques instruments baroques, un violon soliste et des vocaux poignants. Pas de formulation « cafouilleuse »  ou une musicalité « hirsute » : la R3 met les choses bien au clair, en ordre, et démêle les nœuds des différents phrases qui s’enchevêtrent pour le plus grand plaisir des auditeurs qui aiment la dynamique, sans jamais que tout cela ne vire à la confusion.

Communication avec l’auditeur

• Scarlatti : sonates pour piano vol.2 ~ piano : Mikhail Pletnev

Parmi les nombreuses Sonates pour piano de Domenico Scarlatti, il y a le cas de la Sonate Kk.87. Celle-ci prend une « tournure » des plus émouvantes qui soit lorsque c’est Mikhael Pletnev qui l’interprète. Cet exercice artistique « délicat » peut être confié sans problème à l’enceinte KEF R3 qui nous reproduit cette Sonate avec un réalisme d’expression plutôt émouvant; un réalisme d’expression dont l’interprète y est pour beaucoup. La légèreté des notes, un jeu de piano maîtrisé avec perfectionnisme rendent un très bel hommage à la composition elle-même ainsi qu’au compositeur.
J’ai fort bien ressenti l’application de Mikhael Pletnev, son « investissement » à jouer d’une manière à communiquer à l’auditoire tout le contenu de l’œuvre avec cette façon de « toucher » l’auditeur.  Le sentiment de plénitude et la dose d’émotions attendue furent bien au rendez-vous.
Le doigté est absolument parfait, tandis que les notes s’enchaînent avec une délicatesse à corréler à l’excellente fluidité de cette enceinte acoustique.
Par ailleurs, la R3 se distingue aussi par une caractéristique que je trouve d’ailleurs romantique, laquelle n’a pas lieu d’être prise comme un défaut. Sans toutefois privilégier à outrance la musique classique, cette enceinte trouve pourtant bien sa place avec ce style de musique.

• Meedle de Pink Floyd

Douée pour faire passer des messages clairs, la R3 m’a laissé un excellent souvenir à l’écoute de Echoes qui constitue un morceau pas ordinaire de l’album Meedle et plus généralement du répertoire de Pink Floyd. Toute l’âme contenue dans cet extrait ressort fort bien. La sobriété et le dépouillement de l’accompagnement donne aux vocaux une tonalité singulière et naturelle. Cet extrait, beau et même bouleversant, vous permettra grâce à la R3 de retenir votre attention et de goûter à la « fantaisie » du groupe avec le même plaisir qui a été le mien. Ici encore, la communication entre l’auditeur et le groupe est instantanée, permanente, sans voile d’aucune sorte. L’emprunte de Pink Floyd est bien présente et les vocaux prennent une allure presque poétique que cette enceinte délivre avec une « loyauté » appréciable. Les solos de guitare électrique n’accusent aucune dissonance et sont reproduits avec un sens artistique profond; du Pink Floyd pur jus !

• Quiet Nights par Diana Krall

Un petit passage par les vocaux habituellement communicatifs de Diana Krall me paraissait nécessaire pour valider entièrement le pouvoir d’expression et de résolution de cette enceinte acoustique. La R3 n’est peut-être pas la compacte la plus « magique » en ce domaine. Elle arrive cependant à captiver sans peine un auditeur un tant soi peu sensible au charme de la voix de la chanteuse, et en tout cas bien mieux que les modèles des gammes supérieures du même constructeur.
Nous retrouvons cette emprunte charnelle unique qui dévoile chaque mot avec un très bon contour et une chaleur humaine qui se perçoit. Les articulations, les respirations de Diana Krall sont reproduites de manière à donner une impression de présence dans la pièce d’écoute. L’aspect légèrement rond s’entend également au niveau de l’orchestration. Le velouté des cordes, comme celui du piano ou de la guitare, procurent beaucoup de charme à cette suite de « reprises » latino-américaines.

Conclusion :

Forte de son expérience en matière acoustique, la marque KEF signe avec la R3 une réalisation remarquable, compte tenu de son tarif compétitif. Cette enceinte compacte demande à être installée avec soin et accompagnée de systèmes audio qui savent ce que la musique signifie. Si ces précautions d’usage sont respectées, la KEF R3 pourra vous apporter de grandes joies musicales : des timbres justes, colorés, une bonne transparence, une vivacité enviable, et des sensations émotionnelles.

 

 

Prix : 1600 €  (06/2019)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt