FURUTECH F TP 615 E

FURUTECH F-TP 615 E

Barrette secteur 6 ports
Origine : Japon

 

Une grande énigme règne autours de la pollution du courant secteur, l’influence de cette pollution, et plus généralement notre environnement, sur la qualité de restitution du message sonore et de l’image au sein d’un système audio et / ou vidéo. Dans ce « dossier » sur les barrettes secteur, il y a les croyants et les non croyants. Dans la rubrique NEWS d’avril 2013 http://www./Site/editos/edito_Avril_2013.htm, j’évoque quelques points de repères qui ont pour objectif d’attirer l’attention sur les pollutions du courant secteur, et de toutes formes de pollutions radiophonique, d’origine informatique, téléphonique, ou issues de la technologie en général.

Pour traiter le courant secteur, la barrette FURUTECH F-TP 615 E est une réponse parmi d’autres, et son choix va grandement dépendre du système auquel elle sera reliée. Cette barrette / filtre comporte des prises piézo-céramiques, un système de verrou axial, des filtres d’alimentation anti-EMI, et une plaque absorbante interne GC-303. Tous les contacts sont traités par le procédé cryogénique et démagnétisant a (alpha)développé par Furutech. Le Formula GC-303 est un matériau spécial de Furutech, collé à l’intérieur de la plaque de fond du châssis, qui absorbe le interférences Électromagnétiques générées par les installations internes de l’unité. Le modèle F-TP 615 E est muni de 6 prises Schuko a (alpha) en cuivre pur OCC amagnétique plaqué rhodium (Pure Transmission). Le système de verrouillage axial de Furutech abaisse de 10 fois la résonance du réceptacle. Le filtre antibruit AC-1501 comprend des conducteurs de laiton a (alpha) plaqués or 24 carats.

L’assemblage optimisé à l’extrême repose au sein d’un châssis en aluminium magnifiquement fabriqué, destiné à lutter les interférences des fréquence radiophoniques ; il repose sur quatre pointes amortissantes en nano-carbone. La couche de matériau Formula GC-303 collé à la plaque du fond sert de protection efficace contre toutes formes d’interférences électromagnétiques. Enfin, les conducteurs traités par le procédé a (alpha) de Furutech sont câblés en étoile, et isolés à l’intérieur d’un tuyau absorbant les résonances : ils ont pour objectif de garantir une résistance électrique la plus basse possible.

ECOUTE

Ce boîtier a été utilisé avec le système suivant : YBA CD 3 Classic Player, YBA Ligne 3 Classic Delta, amplificateur ISEM Elixis, enceintes acoustiques PEL Kantor, câbles de modulation YBA Glass et ESPRIT Kappa, câbles HP YBA Diamond et ESPRIT Kappa.

Par ailleurs, il a été également testé avec l’ensemble l’amplificateur ESOTERIC I – 03, Drive CLASSE AUDIO, Dac ESOTERIC D – 05, enceintes B & W 802 Diamond, KEF Blade, LEEDH E, câbles modulation et HP YBA Diamond, câble numérique ESPRIT Structura, et a été comparé avec mes barrettes et filtres secteur FURUTECH E-TP 60, E-TP 80, et Pure Power 6.

CD utilisés  : « Singing Clarinet » interprété par Giora Feidmann –  »Dance into Eternity » par Omar Faruk Tekbilek – Requiem de Mozart par Karajan – Ainsi parla Zarathousra par le London Philarmonique Orchestra –  »Double jeu » par Laurent Korcia –  » Valéria  » par le Modern Jazz Quartet – Quiet Nights par Diana Krall –  » Le Cœur des Etoiles  » interprété par Jean-Christian Michel ,etc …

Les tests ont été très simples à réaliser : j’ai tout simplement comparé une barrette traditionnelle avec la Furutech F-TP 615 E. Avec le (s) système (s) utilisés, il n’y a pas photo : la différence est immédiatement audible. Il convient de noter que les caractéristiques musicales de chaque appareil ne changent pas en valeur absolue, mais elles sont davantage mises en valeur. Les timbres ne sont pas modifiés, mais leur couleur est davantage accentuée, sans pour autant y ajouter des pointes d’exotisme ou de colorations quelconques. Les contrastes, la matérialisation, et le grain des instruments progressent d’un cran.

Les points forts portent sur des harmoniques vraiment plus réalistes, mieux appréhendées. Les instruments de musique et les voix s’éteignent dans le temps et l’espace de manière plus souple, plus « propre » et finalement plus naturelle. Un gain en silence de fonctionnement se fait nettement sentir, et on obtient un détourage des instruments et des voix un peu supérieur, et qui reste très audible. Les bruits de fonds sont clairement en retrait, ce qui permet une écoute plus sereine, « apaisée », plus soutenue sur le long terme. Les fluctuations du courant secteur sont amorties, et apparaissent moins perturbantes aux heures de pointes : cela gomme les petites formes de dureté résiduelles que l’on perçoit habituellement aux heures de fortes sollicitations du courant secteur.
Le résultat obtenu se traduit par une musicalité plus déliée (peut-être plus douce), et une meilleure stabilité de la scène sonore, notamment dans le bas du spectre.

Je n’ai pas relevé d’évolutions notables en ce qui concerne la spatialisation, le positionnement des interprètes au sein de la scène sonore, mais le sentiment de liberté d’expression contribue à rendre l’écoute plus naturelle, plus confortable, et davantage structurée.

Conclusion :

Certes, la barrette Furutech F-TP 615 E n’est pas donnée. Par ailleurs, elle n’est pas livrée avec un câble secteur dédié. Mais, je puis assurer que son influence sur la qualité de restitution et son efficacité sont bien réelles et très audibles. Je recommande sans retenue cette barrette pour des systèmes audio de haut de gamme à vocation audiophile aux fins d’optimiser l’expressivité de vos meilleurs enregistrements.

Cotations : Musicalité : optimale
Rapport efficacité – prix : excellent

 

Prix (sans câble secteur) : 780 € (04/2013)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt