ESPRIT barrette secteur Volta

Barrette secteur 8 ports
Origine : France

VOLTA : la barrette secteur aux milles facettes

 

Il arrive parfois, et même encore trop souvent, que les barrettes secteur soient considérées comme de simples accessoires. Beaucoup pensent qu’il n’y a pas de différences audibles entre une barrette de « supermarché » et une barrette secteur digne d’accompagner un système…. D’autres encore mettent en doute l’efficacité que peut produire une barrette secteur sur le comportement des appareils et à fortiori sur la musicalité. A ceux là, j’aimerais démontrer, par ce banc d’essai, qu’ils ont tort, sous réserve que leur ensemble audio fasse preuve à minima d’expression, et surtout qu’il soit « composé » avec une cohérence.

Sur les bases d’écoutes longues et approfondies, l’expérience m’a montré au fil du temps que les barrettes secteur constituent la première « interface » entre la prise murale et chacun des maillons d’un système audio. La barrette secteur doit être considérée comme un « partenaire » à part entière de ce dernier. C’est sur ces préceptes que j’ai souhaité « travailler » sur la barrette secteur VOLTA du constructeur français ESPRIT.

Fort de son expérience en matière de câbles, incluant les câbles secteur, le concepteur a mis beaucoup d’énergie à concevoir la Volta afin de tirer la quintessence d’un excellent équipement haute fidélité.

Comme ce produit est sensé accompagner des électroniques à la « ligne » souvent luxueuse, ESPRIT ne s’est pas privé de traiter la cosmétique sans rien sacrifier à l’efficacité. L’aluminium massif de 4 millimètres d’épaisseur, finement poli, a été choisi dans le but d’assurer un blindage d’une efficacité redoutable, notamment vis à vis de pollutions d’ordres électromagnétiques générées par la fréquence à 50 Hz du courant secteur. Le boîtier directement lié à la terre contribue à juguler toutes les formes de pollutions citées.

La « terre », à proprement parlée, est filtrée de façon à atténuer les effets inhérents aux hyperfréquences (10Mhz_ 500Mhz). On y trouvera quelques petits secrets bien gardés, dont une micro self et une ferrite à des endroits judicieusement choisis.

ESPRIT a pourvu son modèle de 8 prises Schuko : cette « générosité » en connecteurs  permettra d’alimenter tous les éléments d’une chaîne haute fidélité. Pour assurer un contact optimal et éviter les effets dus à l’oxydation, ces prises sont plaquées argent 40 microns. Pour le câblage interne, le concepteur fait appel à des conducteurs en cuivre de 3 millimètres carrés blindé à la façon ESPRIT.

Je remercie le concepteur d’avoir mis à ma disposition cette barrette qui a permis de réaliser différents bancs d’essais dans des conditions optimales et vous les faire partager au travers différents bancs d’essais dont celui-ci.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec le matériel suivant :

– amplificateur intégré YBA Héritage A 200,
préamplificateurs phono YBA Héritage PH 100 & MOON 310 LP Mk2,
– préamplificateur YBA 3 Delta et bloc de puissance YBA 3 Delta DT,
– lecteur CD YBA Classic Player 3,
– platine vinyle REGA RP 8 & cellule REGA MC Ania,
– enceintes acoustiques PE LEON Kantor & TANNOY Autograph Mini,
– câbles de modulation ESPRIT Beta, YBA Glass, VAN DEN HUL The Orchid,
– câbles HP ESPRIT Aura et YBA Diamond.

Pour l’alimentation secteur : prise murale FURUTECH  FT-SWS-G et câbles secteur ESPRIT Alpha, Celesta & Eterna.

CD sélectionnés : Lettre à Elise de Beethoven ~ piano : Anatol Ugorski – English Folk Song de Vaughan Williams ~ Neville Marriner – Capriol Suite de Peter Warlock ~ Neville Marriner – Barry Lindon ~ bande originale du film – Jazz på svenska par Jan Johansson – Swinging the Big Band par Quincy Jones – Les géants du Jazz jouent Georges Brassens – Saint Kilda Wedding par Ossian – Collaboration par le Modern Jazz Quartet with Laurindo Elmeida – The Last of the Mohicans ~ bande originale du film – Naim ~ CD test Sampler N°6 – Quiet Night’s par Diana Krall – « Prodiges » par Camille Berthollet – « La tradition symphonique » – Tri Yann & l’Orchestre National des Pays de Loire – Romance « Lieutenant Kué » de Prokofiev ~ Yuri Simonov & Royal Philharmonic Orchestra – Dance into Eternity par Omar Faruk Tekbilek – « Portrait » par Angèle Dubeau & La Pietà – The Singing Clarinet par Giora Feidman – Meedle par Pink Floyd, etc…

• Vinyles utilisésNameless par Dominique Fils-Ainé Contrastes par Pachacamac Quiet Night’s par Diana Krall – Stéréo à la carte ~ collection Decca Phase 4 – Two Pianos in Holliwood par The London Festival Orchestra – Guitar Genius par Chet Atkins – Shadow Hunter par Davy Spillane – Gershwin & sa musique par Frank Chacksfield – Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach interprétée par Marie-Claire Alain – Crucifixus par Jean-Christian Michel – All  Time Favorite Melodies of Japan – A Memorial for Glenn Miller 1,2 et 3 – Dadi’s Picking par Marcel Dadi – Volume 1 – Crucifixus par Jean-Christian Michel – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Le Vaisseau de Pierre & Café du Bon Coin par Tri Yann  – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Les grands classiques du jazz » par Bill Coleman et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber Orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc…

Silence de fonctionnement

Cette barrette secteur n’est peut-être pas un modèle comme les autres. Elle ne « traite » pas le courant secteur en tant que tel, mais contribue à rendre les électroniques qui y sont reliées plus expressives et plus discrètes en matière de silence de fonctionnement.

Les pollutions qui résultent habituellement du courant secteur sont réduites à leur plus simple expression. Ainsi le meilleur comportement des électroniques permet de déguster la musique plus sereinement, plus paisiblement – toutes choses égales par ailleurs.

En revanche, ne croyez pas que la Volta influence négativement le comportement du système en agissant maladroitement sur la dynamique. Non, cette référence a été conçue pour préserver intégralement le contenu du message sonore sans toucher aux « fondamentaux » d’un enregistrement vigoureux.

Là ou retrouverons et apprécierons les prouesses de cette barrette, c’est au travers des extraits de musiques qui font notamment appel à un seul instrument. En ce qui me concerne, et pour exemple, le piano solo qui illustre la Lettre à Elise de Beethoven jouée par Anatol Ugorski  est idéalement mis en valeur. Le délicat « touché » des doigts sur les touches de l’instrument est particulièrement pertinent, et surtout « prenant ». Aucun voile ne vient « polluer » l’expression des harmoniques : les notes se prolongent dans le temps et l’espace sans aucune coupure ou bruit de fond qui viendrait tenir la richesse de l’enregistrement. Le contour de l’instrument est d’un réalisme assez étonnant.

Fluidité

Il n’est peut-être pas inutile de faire mention de la fluidité. En effet, vous pouvez être en possession d’un amplificateur ou d’une source réputés pour leur fluidité respective. Toutefois, vous pouvez vous retrouver dans une situation où la musique accuse des hésitations, « accroche » sur le déroulé des notes, celui des fréquences, parce que vous n’avez attaché qu’une importance secondaire aux câbles en général, et plus précisément à tout ce qui a trait aux interfaces avec le courant secteur.
Muni d’un câble secteur de tête, comme par exemple le modèle Eterna du même constructeur, vous aurez déjà la certitude de « dépolluer » en quelque sorte l’environnement de votre système audio sans toucher aux performances inhérentes à chaque maillon. De plus, cette interface barrette / câble secteur de tête permet un « acheminement » du courant secteur optimisé qui va minimiser toute forme de contrainte du courant. Et cela, je vous prie de croire que j’ai bien pris le temps de le vérifier.

Les timbres 

Cette barrette Volta contribue à mettre en valeur le tempérament d’électroniques « performantes » et « pointues » sur le plan de l’équilibre tonal. Elle contribue à donner de la couleur à l’ensemble du spectre audible – et surtout pas davantage. Linéarité, neutralité, homogénéité, sont les maîtres mots qui peuvent synthétiser le comportement musical en connectant chaque maillon à cette barrette.

Registre grave

Le premier des nombreux critères qui interpelle est le registre grave. En symbiose parfaite avec le câble secteur Eterna placé en tête, j’ai réellement senti que le registre grave descendait plus bas que de coutume. Cela est facilement audible sur les jeux de contrebasse ou de guitare basse, mais également sur le roulement des timbales d’un orchestre symphonique. Les attaques sont plus franches et nous arrivons à mieux cerner la consistance de ce type de percussions. La matière est bien mise en évidence et nous pourrons aussi découvrir l’assise que revêtent les instruments qui flirtent souvent avec le bas du spectre. Nous voyons bien que cette barrette accompagne de manière bienfaisante les électroniques qui ont des facultés à descendre profondément dans le registre grave et qui ont du tempérament.

Registres aigus et médium

Toujours scrupuleuse de respecter les caractéristiques des électroniques qui sont confiées à ses bons soins, la Volta s’affranchit de toutes les pollutions du courant secteur et / ou de celles des appareils audio. Par ailleurs, aucune interférence n’est à craindre avec les câbles haut-parleurs et de modulation qui viendraient croiser son chemin. Nous pouvons dire que cette barrette travaille de manière totalement isolée.
Ainsi, son installation au sein d’un système audio performant renforcera un grand nombre de ses caractéristiques, même si, sans elle, la musicalité est déjà agréable et expressive.
La mise en œuvre de la Volta se traduit par un registre médium / aigu fin, détaillé, d’une « propreté » immaculée. Ainsi, les micros informations apparaissent mieux définies, mises en lumière avec une foule de nuances propres à chacune des fréquences audibles.
Au fil des nombreuses séances d’écoutes qui se sont déroulées avec le matériel cité ci-avant, j’ai pu constater que toute trace d’agressivité était totalement bannie du « paysage audio ».

Le très bon comportement de cette barrette agit magistralement sur les harmoniques – une constante pérenne chez Esprit. On retrouve ici, avec les câbles secteur cités, des notes qui s’éteignent très librement dans le temps et l’espace sans se confondre avec de quelconques bruits de fond. Cela s’entend aisément sur un piano ou une guitare acoustique jouant en solo, mais également sur des petits coups de cymbales ou le tintement d’un triangle.

Espace et scène sonores – dynamique

S’agissant de la structure de la scène sonore, cette barrette ne « gonfle » pas artificiellement l’ampleur de la scène sonore : elle respecte, sur ce critère, les caractéristiques des produits « connectés » – ce qui n’est déjà pas si mal dans la mesure où un certain nombre de barrettes de gamme inférieure (voir identique) modifient parfois la construction de la scène sonore, ou plus exactement, agissent de manière plus ou moins significative l’étagement des plans et minimisent les contrastes. La barrette Volta permet aux amplificateurs d’effectuer leur travail d’expression de manière libre et « détachée ». Pas de confusion entre les instruments de premier et de second plan : chacun à sa place. Le côté aéré des bons enregistrements – notamment vinyles – pris en charge par des électroniques bien pensées est réellement perceptible. Une barrette de piètre conception ou basique aurait tôt fait de simplifier les effets tri-dimentionnels qui singularisent d’excellentes prises de son et / ou des « pressages » réalisés avec soin.

Par ailleurs, contrairement à un grand nombre de barrettes « filtrées », la Volta n’agit pas sur le comportement dynamique des amplificateurs. Si ceux-ci se montrent agiles et « déterminés », alors ils trouveront dans cette barrette un partenaire précieux. A titre personnel, j’ai réellement apprécié sa valeur « ajoutée » en matière de comportement avec des partenaires audio qui se montrent généreux en matière de réactivité, de rigueur, et de réponse impulsionnelle.

Communication avec l’auditeur et réalisme d’expression

Sans décrire à nouveau les grandes qualités musicales des produits testés en association avec la Volta (amplificateurs YBA A200, préamplificateurs phono YBA Héritage PH100, MOON 310 LP Mk2, et enceintes acoustiques TANNOY Autograph Mini, etc…), qui ont fait l’objet d’un banc d’essai respectif, je peux affirmer que cette barrette a joué un rôle très déterminant en matière d’efficience lorsqu’il s’est agit d’analyser chacun de ces produits.
Je dirais même que les « résultats » largement dépeints dans ses différents bancs d’essais n’auraient, sans aucune doute, pas été identiques avec une barrette secteur ordinaire ou d’origine exotique. Je dirais même qu’avec des éléments de très haut niveau, la Volta s’inscrit dans la démarche d’un « écosystème musical » qui a pour seul objet de vous faire vibrer, de vous procurer des sensations de plaisir.

La Volta prend donc sa part de « responsabilité  » dans tout ce qui a trait aux facultés à procurer des émotions intenses avec une dose de réalisme très particulière. Le cercle vertueux des notes, des vocaux, des nuances donnent réellement envie d’écouter la musique avec les meilleures électroniques du moment.

 

Conclusion :

ESPRIT n’en est pas à son premier coup d’essai avec barrette secteur Volta – barrette secteur aux milles facettes qui vous fera découvrir ou redécouvrir le potentiel de votre système audio, et plus simplement les extraits musicaux que vous croyiez bien connaître. Aussi, je n’hésite pas à dire que la Volta « réinvente » la musique !

 

Prix : 780 euros (06/2019)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt