ESPRIT AUDIO CELESTA

 

ESPRIT AUDIO CELESTA

Câble de modulation

 

 

La SARL Esprit High End Audio est sise a Bauné dans le 49 ou se trouvent les ateliers de fabrication (tout est fabriqué manuellement en France), l’auditorium pour les tests et la partie administrative…

Pour débuter, voilà une réalisation totalement artisanale comme je les aime, les conducteurs sont tressés et montés avec grand soin et la finition extérieure dénote un assemblage qualitatif parfait à ce niveau de prix.

Il existe naturellement plusieurs générations de câbles, ceux que j’ai testé sont de la dernière série, ils remplacent les Structura 3, puis les récents Structura 4.

Le travail d’évolution entre ces différentes générations de câble porte essentiellement sur les isolants, le type de blindage et également sur le type de cuivre désoxygéné employé. Le changement de gamme n’est pas anodin, il a été explicitement choisir par le constructeur dans la mesure où il constitue la plus grande évolution par rapport à celles effectué par le passé. En fait, le travail qui a été fait sur le très haut de gamme Gaia et Lumina, se décline dans une moindre mesure sur la nouvelle gamme Célesta.

La structure est symétrique elle comprend un système d’amortissement antivibratoire La fabrication commence par le conducteur nu (toron de cuivre selon nos specs) et les isolants sont appliqués a la main.
Cette fabrication comprend aussi la tension mécanique de tout les éléments et le respect du câble étalon « ensuite et sans jouer les paranos de service je peux encore développer mais bon … »

Le câble est de construction symétrique, constitué d’un couple de conducteurs multi-brins en cuivre désoxygéné à cristaux longs, un pour le point chaud, 1 pour le point froid. Tressé à la main à partir de toron de cuivre, chaque conducteur est ensuite isolé sous plusieurs couches d’isolants. Il existe quatre niveaux d’isolations suivant les informations du constructeur. Le câble possède également un système d’amortissement antivibratoire. Notons que le blindage est orienté « progressif avec isolant sur air », technique propriétaire dont les détails ne sont naturellement pas dévoilés.
Aucune donnée technique relative à des mesures n’est affichée par le constructeur. Cela dit, comme nous le savons tous, c’est l’écoute qui prime avant tout pour déterminer si un produit en situation est réellement performant ou pas. Ce ne sont pas les mesures, qui au final montrent souvent des disparités d’un câble à l’autre fort minimes et pourtant une écoute réellement différente.

Le sens d’utilisation du câble se fait à priori de la prise avec la gaine marquée Esprit vers la prise dont la gaine est marquée Célesta. Il nécessite un minimum d’utilisation en situation pour que le câble de stabilise et donne son maximum. Monsieur Césari recommande 10 minutes environ pour que le câble se polarise et environ 10h pour la phase de rodage.

Les prises RCA sont robustes, de bonne taille et s’emboîtent parfaitement sur les embases femelle du côté des électroniques. La qualité du serrage est identique à celle utilisée par Supra (prise ISL auto-serrante). Le serrage progressif et naturellement parfait pour un contact optimal, il est également réellement excellent d’expérience.
Les connecteurs d’origine CMC sont fabriqués sur cahier des charges à base de cuivre désoxygéné à très haute conductivité plaqué argent pour conduire le signal et utilisent le téflon comme isolant. Un placage argent supplémentaire termine de protéger la connexion de l’oxydation de surface. L’utilisation du cuivre n’est pas anodine dans la mesure où l’on trouve plutôt des connecteurs le laiton ou laiton/cuivre plaqués.

L’écoute :

Le matériel utilisé : Source dématérialisée PC – DAC Phonic Firefly 808 – Câbles de modulation Celesta – Vecteur I6.2 Rev II – Câble HP YBA Diamond – ProAc D28. 

Au premier abord, je retrouve la qualité des produits d’exception qui apportent un transport du signal sans compromis. Naturellement chaque produit de cet ordre dispose d’une signature sonore et d’un comportement stable propre. Ici, la restitution apparaît d’une extrême finesse, loin de toute dureté numérique, focalisant l’attention sur une foultitude de détails dans le haut medium apportant clarté et véracité.

Le ton est juste, résolument neutre à la manière des meilleurs produits de ma sélection, aucune mise en avant d’aucune sorte n’est perceptible. On notera toutefois par moment une légère sensation d’aseptisation, le bas medium et l’extrême bas du spectre ont pour ainsi dire une forme de restitution dégraissée qui conviendra sans aucun doute à un grand nombre d’amateurs de classique. D’aucuns noteraient que ce manque de « chaleur » est objectivement le résultat d’un exercice de pleine et totale neutralité. En la matière, l’exercice est difficile car l’étalon parfait n’existe pas et à ce niveau de restitution la suggestivité du goût prend facilement le pas sur la réalité.

En toute objectivité, le son délivré est excellent, difficile objectivement d’y trouver à redire dans l’absolu, si ce n’est que l’extrême transparence mixée à cette sensation de dégraissage pourrait bien mettre en exergue les défauts inhérents à de nombreuses électroniques peu conçues pour restituer la musique sans chaleur… La faute à l’électronique et non pas aux câbles !

L’image stéréo est très bonne et équilibrée, les instruments sont parfaitement dissociés, les micro-détails fort présents donnant par moment une impression d’écoute « monitor » et, encore une fois, sans aucune projection. L’image se forme en retrait chassant l’impression de proximité excessive qui peut de temps à autre arriver sur d’autres câbleries. La largeur et la profondeur de restitution sont également généreuses et parfaitement convaincantes. Les instruments à l’arrière plan sont fournis en détail et aération au même titre que ceux au premier plan avec toutefois une très légère réserve pour le bas du spectre dont la fermeté peut surprendre les amateurs de rock par moment.

Les timbres sont réalistes sur les cuivres et instruments à vent, pas la moindre trace de coloration, les timbres sont naturels et s’expriment sans aucune fioriture supplémentaire. Tout comme la référence étalon YBA Diamond, on est ainsi dans la pure ligne des produits analytiques tels qu’ils peuvent être en vogue en ce début de vingt et unième siècle.

La reproduction des voix est neutre, parfaitement détourée, ne mettant pas en avant une extrême rapidité comme sur les câbles Nordost par exemple, on est dans le domaine de la douceur. La restitution est donc racée évitant de se montrer plus démonstrative que réaliste. L’écoute de plages en haute définition met davantage ces éléments en avant, la compression dynamique moins présente et le niveau de détail étant meilleur.

Les grandes formations sont très bien reproduites avec excellente lisibilité des jeux de masse, légèrement inférieure à celle proposée par d’autres modèles déjà testés dans la même gamme de prix, mais là nous parlons de delta très faible et certainement pas de gros écarts significatifs. La reproduction est riche en détail, foisonne de micro-détails, les forte sont réalistes et d’une dynamique parfaitement suffisante. L’écoute à la longue ne s’est pas révélée particulièrement fatigante mais plutôt agréable, encore une fois l’impression qui s’en dégage est « doux », « naturel » et « détaillé ».

Au final, le câble de modulation Esprit Célesta est un câble de la catégorie des non dominants comme je les aime. Il constitue une alternative tout à fait crédible aux câbles de sa gamme de prix. Il me semble qu’il s’associera plus volontiers avec des électroniques à tendance moins analytiques qu’expressives.
Il mettra d’autre part sans aucun doute en exergue les défauts de certaines électroniques qui proposent des signatures sonores marquées dans le bas medium ou dans le medium. Ces dernières, comme par exemple avec les câbleries YBA, rendent à César ce qui est à César … Elles ne pardonnent rien et tournent facilement à une restitution déséquilibrée à la caricature.

A titre de conclusion sur ce sujet, je dirais que ces câbles de haute facture s’accordent fort heureusement avec nombre d’électroniques dont la qualité de transparence et de neutralité fait le bonheur de la communauté audiophile.

A l’instar de produits minimalistes, Esprit propose donc avec une certaine rigueur de construction un produit à travers le câble de modulation Célesta qui je pense a parfaitement sa place dans la liste des excellentes câbleries neutres et transparentes.

 

Prix :
650 € le jeu de 2 x 0,60 m
920 € le jeu de 2 x 1,20 m

Ecoute réalisée par
Musiq Son
Pour Audiophilefr.com