ESOTERIC X 01 D2

ESOTERIC X – 01 D2

Lecteur CD – SACD

Origine : Japon
Bande passante : 5 Hz – 50 kHz
Rapport signal/bruit : >116 dB
Distorsion : < 0,0015 %
Niveau de sortie : 2,2 vrms
Dac : multi-bits -1 bit -DSD

La source X – 01 D2 de chez ESOTERIC appartient à la nouvelle génération de lecteurs du concepteur. Le X – 01 D2 permet de lire de façon optimale les CD traditionnels et les SACD. Afin de permettre de tirer les infimes substances de chaque support numérique, l’équipe de concepteurs a intégré deux convertisseurs différents : 1 dédié au  » format » DSD issu de chez Analog Device, et 1 multi-bit de chez Burr Brown.
Si le système de conversion a fait l’objet d’une développement réellement spécifique et méticuleux, il n’est pas inutile de préciser que la pièce d’orfèvrerie est sans aucun la section mécanique  » propriétaire  » de type VRDS; elle a fait l’objet d’une optimisation visant à la rendre encore plus insensible aux vibrations et donc encore plus performante, plus précise, et moins sujette aux variations de quelque nature qu’elles soient.
Plus généralement, la construction de ce lecteur haut de gamme inspire la confiance puisque le châssis fait appel à des matériaux anti-vibratoires de dimension conséquente (acier et aluminium de forte épaisseur). Ce châssis repose sur 3 pieds intelligemment conçus pour évacuer les vibrations internes et isoler la machine des vibrations externes qui pourraient venir perturber le bon fonctionnement du lecteur ou perturber les fragiles signaux numériques ou analogiques.
On notera que la connectique est réellement superbe, tant au niveau des sorties RCA analogiques en mode asymétrique, qu’au niveau des soties XLR en mode symétrique. A noter que le X – 01 D2 est également pourvu de 4 prises jack plaquées or dévolues aux sorties numériques en mode optique, coaxial, et I-link.

 

 

ECOUTE

Les tests d’écoutes ont été effectués avec l’amplificateur intégré à tubes A – 100, une paire d’enceintes acoustiques BW SIGNATURE DIAMOND, et différents câbles dont YBA Diamond. Ainsi, il ne sera pas étonnant de retrouver les mêmes réflexions et impressions que celles décrites dans le compte rendu de l’amplificateur A – 100, le système audio formant un  » tout  » cohérent.

Par ailleurs, j’avais déjà eu l’occasion d’écouter ce lecteur avec une ligne YBA Signature associée à des enceintes PEL Alegria (voir comptes rendus en pages Amplificateurs et Enceintes). Les points forts évoqués lors de ces écoutes peuvent également s’appliquer à cette source qui a fortement contribué à mettre en valeur ces produits.

– Test N° 1 : Musiques diverses

Ce premier test constitue une sorte de mise en bouche, et il a été utilisé pour celui-ci différentes oeuvres de musique classiques ou de jazz.
La première impression d’écoute a été très favorable et se caractérise par une excellente fluidité, doublé d’un côté légèrement chaleureux sans doute imputable à l’amplificateur A – 100 du même constructeur. Il est intéressant d’écouter le X – 01 D2 associé à un autre système afin de vérifier certaines caractéristiques propres à ce lecteur, mais pour ce test avec l’amplificateur A – 100 et les enceintes B & W, à travers l’extrait de l’opéra Madame Butterfly interprété par Léontyne Price accompagné par l’orchestre de l’opéra de Rome (enregistrement de 1959), on a une impression de réelle fraîcheur.La Soprano s’exprime avec beaucoup d’aisance et surtout d’humanité avec une excellente présence dans la salle d’écoute. Aucun sifflement n’est à craindre sur les  » S  », tout paraît naturel et sans débordement.

Sur d’autres extrait classiques comme Mozart interprété par Clifford Curzon et Benjamen Britten (réédition Esotéric), l’orchestre joue avec une formidable aisance et le jeu de piano propose des impacts réalistes bien trempés.
Par ailleurs, ce piano prend une dimension réaliste dans la pièce d’écoute confirmant ainsi sa présence. Les cordes sont restituées avec un velouté qui ne se dément pas, et de nombreux détails apparaissent : la transparence semble être le point fort du X – 01 D2. J’avais déjà été enthousiasmé sur ce point lors des essais précédents avec YBA Signature et PEL Alegria.

Sur des morceaux plus modernes de jazz, le jeu de batterie et de contrebasse est à la fois net, charpenté, faisant preuve d’une excellente lisibilité. Le jeu de cymbales est à l’honneur avec une parfaite finesse qui baigne dans une once de chaleur assez suave – mais sans excès. La guitare sèche s’avère très précise également et le jeu de main sur le manche peut être suivi à la trace. Quoiqu’il en soit, ce lecteur met en lumière une justesse de timbres incontestable.

– Test N° 2 : Tri Yann et l’Orchestre National des Pays de Loire

Dès les premières notes, on est immédiatement plongé dans l’ambiance d’un concert en Live avec grand orchestre. Le côté légèrement rond et chaleureux permet de mieux apprécier les nappes de cordes (violons & violoncelles), mais aussi la restitution du violon soliste qui pourrait parfois être restituée comme celle d’un  » crincrin  » sonorisé n’a pas tendance à agresser l’auditeur.

Les détails surgissent ça et là et nous rappellent qu’un triangle est présent au sein de la masse orchestrale et qu’il teinte bel et bien quand il se met à teinter. Le jeu de mandoline parfois discrêt arrive à se faire entendre, ainsi que le son du cromorne tout en bois mais lui aussi sonorisé pour l’occasion.

La batterie et les percussions sont très agréables à entendre, les coups de cymbales sont francs et se propagent bien au sein de la scène sonore. La guitare basse est bien lisible et associée à la batterie on ressent tout le poids qu’il faut donner à cet ensemble rythmique pour qu’il soit crédible.
L’intervention des choeurs est un véritable régal : on sent qu’ils ont du coffre, de même que les vocaux solos ont un sens de la communication assez saisisant. Les arpèges de guitares acoustiques sont clairs, bien déroulés, et pas agressifs pour autant. Le jeu de guitare électrique un peu fougueux qui intervient par moment s’avère très vivant, et très supportable à bon niveau d’écoute.

Aucun dérapage ou aucune frustration n’est à craindre du côté de l’ampleur de la scène sonore qui se veut ample avec une excellent étagement des plans. Rien à craindre non plus du côté des attaques de l’orchestre qui sont à la fois tranchées et rapides, et sans aucune trace de traînage ou d’embonpoint. Je pense qu’associé à d’autres systèmes audio, le X – 01 D2 saura montrer sa générosité et confimer sa rigueur et son respect des timbres.

Test N° 3 : Romance tiré de la suite symphonique  » Lieutenant Kué  » – Serge Prokofiev – Direction Yuri Simonov

Sur ce morceau, ce lecteur confirme de plus en plus une restitution qui met en avant la transparence générale et une forme de pureté du système dans son ensemble.
Le jeu de harpe ainsi que le xylophone sont restitués avec une superbe finesse. Le jeu des cordes fait preuve d’une fluidité remarquable et d’une fabuleuse douceur générale. Le jeu de basson sonne vrai, il sonne le vrai bois par excellence. Les multiples petites percussions s’expriment avec joie et liberté et un aspect très détouré fort agréable, avec de multiples teintes sonores réellement sympathiques.

Je retiendrais volontiers le son d’un carillon qui à un moment donné a émerge de la masse orchestrale comme par enchantement. Le placement dans l’espace sonore des musiciens est très bien respecté et on appréciera l’air qu’il peut y avoir entre les interprètes confirmant l’ampleur et la profondeur de la scène sonore.

Comme l’amplificateur A – 100, le lecteur X – 01 D2 revendique un sens de l’ouverture qui se vérifie lors des montées en puissance de l’orchestre; la musique s’exprime de façon très libre sans aucune  » contraction  » ou voile sur tel ou tel instrument.

Conclusion :

Je peux noter que sorti de son contexte (amplificateur ESOTERIC A – 100 & enceintes BW) ce lecteur ne donne pas des résultats très différents de ce que j’ai pu observer lors de cette écoute. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de l’écouter associé à l’horloge séparée ESOTERIC G – 03 X en association avec la ligne YBA Signature et enceintes PEL Alégria.
Si effectivement, les timbres peuvent sonner de façon différente d’un système à l’autre, ce lecteur a une faculté à s’exprimer de façon homogène en offrant une restitution sonore de grande classe qu’il convient de souligner.

Cotations : Musicalité : 10 / 10
Rapport qualité – prix : — / —

 

Prix : 16499 € ( 05/2009 )

Ecoute réalisée par
Lionel.Schmitt