ELIPSON Planet L

ELIPSON Planet L

Origine : France
Enceinte 2 voies / 2 HP Coaxial – bass-reflex
Rendement : 90 dB / 1w / 1m
Impédance moyenne : 6 ohms
Puissance admissible : 80 watts
Réponse en fréquence : 48 Hz à 20 kHz +/- 3db
Dimensions : Sphérique – diamètre 29 cm

Elipson_Planet-L.jpg

Présentation :

ELIPSON fait partie de ces marques françaises qui ont marqué l’histoire de la haute fidélité, grâce notamment à des réalisations prestigieuses et des concepts révolutionnaires que l’on doit à Monsieur Joseph Léon qui a su donner à la marque ses lettres de noblesse, mais aussi beaucoup de bonheur à tous ceux qui recherchaient alors une forme de vérité sonore. Le temps a passé, la marque s’est quelque peu assoupie, puis a changé de  »mains » pour redéployer une nouvelle gamme d’enceintes acoustiques dont la conception reprend les idées novatrices qui ont fait son succès. Ainsi, il n’est déplacé que de dire que la  »petite boule » nommée Planet L qui fait d’objet de ce compte rendu s’inspire largement du fruit des recherches des productions passées. La Planet L est une petite sphère faîte de matière synthétique dont la forme repose sur l’élimination des ondes stationnaires. La Planet L est un modèle bass-reflex avec évent de décompression en face arrière, doté d’un haut-parleur coaxial en 2 parties : un cône de 16,5 cm de diamètre à membrane papier traité qui intègre en son centre une section tweeter à dôme en tissu imprégné. Cette disposition particulière a pour objet – selon le constructeur – de favoriser cohérence temporelle entre les voies médium/grave et aigu. Tout a été mis en oeuvre pour juguler les vibrations parasites qui pourraient résulter de telle ou telle fréquences, et l’accent a été mis sur les matériaux amortissants placés à l’intérieur du coffret. – L.S. –

Elipson Planet L1Découverte :

Après avoir attendu plus de 2 mois qui furent bien longs, j’ai enfin reçu la semaine dernière mes enceintes ELIPSON Planet L (version black). Je tiens d’ailleurs, soit dit en passant, à signaler le professionnalisme du revendeur à qui j’ai fais confiance (Espace Hifi au Havre pour ne pas le citer). L’entrepôt international d’Elipson est basé au Havre. Une fois arrivées au Port (en provenance de Chine très certainement), mon revendeur est allé les chercher et me les a expédier dans la foulée. Si çà se trouve, je suis le premier servi.

Au moment d’ouvrir le carton d’emballage, surprise, les boules sont enveloppées dans des sacs en textile frappés du logo d’Elipson. Pourquoi pas ? Cela devient de toute façon de plus en plus fréquent, alors…
Je les regarde sur toutes les coutures pendant quelques minutes et je me dis que franchement elles sont belles et la finition irréprochable pour le prix !
Le cache frontal tient avec des aimants. Le bornier est mono câblage mais pas doré. Ceci dit, il a l’air d’être de bonne qualité, donc je ne m’inquiète pas plus que cela. L’évent bass-reflex débouche bien entendu sur l’arrière, assez bas d’ailleurs, quasiment au niveau des bornes. Enfin, le poids conséquent (7 kg) pour chaque enceinte rassure.
Je les installe tranquillement sur mes supports, des stands ZAOR, et déjà je trouve, pardonnez-moi l’expression, que « çà a de la gueule ». 100% WAF !

Écoute et impressions :

Les tests d’écoute ont été effectués avec un amplificateur Atoll IN 100 SE, lecteur CD Atoll IN 200, Dac Atoll 100 – câbles Audience, Hifi-Câbles et Cie, Analys Plus. Pièce d’écoute de 18 m².
Les disques sélectionnés sont les suivants : Alan Stivell : Brian Boru – Rokia Traoré : Bowmboï – Massive Attack : 100th Window – Pink Floyd : The Wall.

  • Premier constat : le médium-aigu est très précis avec plus de présence que sur mes Highland Audio. C’est flagrant lors de l’écoute du Rokia Traoré, par exemple. Les voix sont expressives, naturelles et bien définies. J’entends des détails que je n’avais jamais entendu jusque là. Les sons sont comme détourés au scalpel. Par contre, ce registre est, à mon goût, un peu trop mis en avant. Sur certaines musiques ou disques mal produits, le rendu de l’aigu peut apparaître comme exacerbé. Ma composition est (un peu) responsable également de cet aspect sonore ; mais j’aime le son clair (dans le bon sens du terme) et défini.
  • Deuxième constat : il n’y a pas d’extrême grave. Les lois de physique étant incontournables, je m’attendais à cela. Mais pas de panique pour autant, le grave présent est bien modulé. Par contre, il manque de profondeur et, tout du moins, au début, n’était pas très défini. Je dois avouer que j’ai même pris peur mais depuis que j’ai commencé à écouter les enceintes, ce registre s’améliore tout doucement, un peu comme si tout se mettait en place progressivement (vivement la fin de la période de rodage !).
    Malgré tout, ce grave présente déjà des qualités intéressantes. En effet, il est plutôt bien intégré et n’empiète pas sur les autres registres. Ce qui est pour moi un point positif. Mais les amateurs de grave « à faire trembler les murs » n’y trouveraient pas leur compte. En bref, ce registre n’est pas démonstratif. Ceci dit, les Planet se débrouillent bien avec le 100th Window de Massive Attack.
  • Troisième constat : la scène sonore est réussie. L’utilisation d’un haut-parleur coaxial y est certainement pour beaucoup (meilleure mise en phase). Ce type de transducteur est parfait pour reproduire un spectre sonore large. C’est exactement ce que je recherchais comme écoute : éviter à tout prix que le son soit « figé » au niveau des enceintes mais qu’il remplisse bien le volume de ma pièce. Sur The Wall de Pink Floyd, c’est superbe ! L’étagement des plans sonores est très réussi. Bien sûr, on n’atteint pas les performances d’une enceinte haut de gamme mais à ce prix c’est une aubaine !Déjà, depuis une semaine, j’ai modifié la position des enceintes et les ai rapproché un peu plus du mur arrière. Cela a eu pour effet d’améliorer la réponse dans le grave. J’ai alterné entre mes deux configurations et fais des essais au niveau des câbles jusqu’à trouver le bon équilibre. Les choses s’améliorent dans le bon sens et je découvre des enceintes neutres, équilibrées, comme « bienveillantes ». Les timbres sont justes. La bande passante n’est certes pas extra large mais tout est homogène et cohérent.
Conclusion :

En guise de première conclusion, je dirais que les Planet ne sont pas des enceintes « miracles » mais ce qu’elles font, elles le font bien, avec beaucoup de justesse, de cohérence… et de musicalité. Mention spéciale au registre médium-aigu qui est splendide et dont l’insistance du début s’atténue au fur et à mesure du rodage. Mais attention toutefois aux associations : il faut éviter les électroniques « montantes » et les câbles en argent. Un seul regret : qu’elles ne soient pas fabriquées en France.

Cotations : Musicalité : 9 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : Env. 700 € ( 03/2010)

Test d’écoute réalisé par
Pearl