EERA DL 1 MK II

EERA – DL 1 MK II

Lecteur CD Intégré

Origine : France
Bande passante : 10 à 30 kHz
Rapport signal/bruit : > 105 dB
Distorsion : < 0,01%
Conversion : 24 bits – 192 kHz

eera-dl1

Ceux qui s’intéressent depuis longtemps aux lecteurs CD de classe audiophile se souviennent probablement de la marque HELIOS qui défraya la chronique au milieu des années 90 avec 3 lecteurs réputés musicaux et dont on peut encore trouver la trace sur le site internet à l’adresse suivante : http://www.hifi-notes.com/helios1-fr.htm#hélios3

Depuis, le monde a changé, et on n’a plus entendu parler de ces produits. Mais le concepteur français ne s’est pas pour autant endormi sur ses lauriers et a décidé en 2004 d’apporter une nouvelle réponse aux audiophiles désirant s’équiper d’une machine à faire de la musique, et rien que de la musique. Ainsi, est né un digne héritier : l’EERA DL1. Signalons au passage, que le nouveau venu a déjà fait l’objet d’une remise à niveau au début de l’année 2005 et que la version initiale de 2004 peut être  » upgradée  » comme on dit maintenant.

Sur le plan esthétique, ceux qui ont connu les modèles HELIOS ne trouveront aucun changement notable, le design étant le même. La face avant en méthacrylate noire ( comme chez Electrocompaniet ) dépouillée à l’extrême ne comprend que le tiroir de chargement, une mise en veille, et les touches de fonctions principales et un traditionnel afficheur bleue bien lisible – la télécommande permet de proposer davantage de possibilités de programmation.

En face arrière, 2 sorties analogiques plaquées or 24 carats au standard RCA permettent la connexion à l’amplificateur, compétées d’une sortie numérique RCA au standard SPDIF. La mise sous tension générale s’effectue par le biais d’un interrupteur qui jouxte la prise d’alimentation IEC et suggère que l’appareil doit rester en permanence sous tension.
Sur le plan technique, l’EERA fait appel à un mécanisme d’origine Philips type cdm12 mais qui a fait l’objet d’une optimisation particulière très poussée baptisée Gyro Point, mais que l’on connaissait déjà sur les modèles HELIOS. Néanmoins, le concepteur a encore apporté des modifications substantielles garantissant ainsi une immunité parfaite vis à vis des vibrations générées par le mécanisme lui-même ou tout simplement issues de l’exterieur. On notera que le châssis et le palet presseur ont été tapissés d’un matériau amortissant réputé très efficace contre les vibrations.
L’étage de conversion est configuré en 24 bits 192 kHz, et que l’étage de sortie est polarisé en classe A.

 

ECOUTE 

Les tests d’écoute énoncés ici constituent une synthèse de plusieurs témoignages issus de particuliers et de professionnels qu’il soient revendeurs ou non. Pour des raisons évidentes de droits d’auteurs, il a été exclu de ces témoignages, les publications issues de revues spécialisées.
En rassemblant ces divers témoignages, ce qui frappe immédiatement se sont certains avis divergents et tranchés. Néanmoins, tout le monde est d’accord pour dire que << le DL1 est un lecteur qui s’affirme et fait donc preuve d’une grande présence >> ( omni-présence aux yeux de certains d’ailleurs ).
Néanmoins, tout le monde s’accorde à dire que le DL1 s’est incroyablement adouci par rapport à ces ancêtres HELIOS, dont le registre aigu était un peu trop incisif et dont souffrait encore un peu la version initiale du DL1.

Ce nouveau lecteur CD a donc gagné en fluidité, tout en gardant une très grande lisibilité avec un soucis du détail lui permettant de décortiquer les infimes détails présents sur un CD. Un audiophile rapporte que << ce lecteur est à la fois attachant et fait preuve d’une belle humanité >>. Du côté dynamique, on a affaire à lecteur vivant. Sa bande passante large aux deux extrémités lui permet de revendiquer une scène sonore de grande dimension, notamment en largeur et en profondeur.
Un autre auditeur nous confie que le DL1 << sonne vraiment très bien >>, un troisième auditeur suggère que le DL1 est << une véritable révélation >> et un autre précise que << sa dynamique folle ne rime à rien et rajoute qu’il est à même de retranscrire l’ensemble du spectre sonore et qu’il va plus loin que tout ce qui lui a été donné d’entendre à ce jour >>.

Conclusion :

On le voit bien, l’EERA DL1 a fait beaucoup parler de lui depuis sa mise sur le marché. Ces caractéristiques musicales particulières font de lui un champion du moment, mais il ne plaira pas à tout le monde.
Toutefois, ses capacités dynamique pourront certainement redonner un coup de jeunesse à votre système, si celui-ci s’avère un peu mou ou endormi.

Synthèse : Musicalité : très bonne
Rapport qualité – prix : très bon

 

Prix : 2500 € (07/2005) 

Essai réalisé par
Lionel.Schmitt