DAVIS Acoustics EVA 5

DAVIS Acoustics EVA 5

Origine : France
Enceinte 3 voies / 4 HP – bass-reflex
Rendement : 91 dB / 1w / 1m
Impédance moyenne : 8 ohms
Puissance admissible : 120 watts
Réponse en fréquence : 45 Hz à 20 kHz +/- 3db
Dimensions : ( H x L x P ) 92 x 18 x 25

davis eva5

 

L’EVA 5 du constructeur français DAVIS Acoustic appartient à la gamme Easy. Il s’agit d’une enceinte colonne de petite dimension à priori sans grandes prétentions, mais qui cache bien des talents si l’on prend un soin extrême à bien l’associer avec un ensemble audio de qualité.
L’EVA 5 est un modèle 3 voies doté de 4 haut-parleurs : 1 tweeter de type dôme souple, 1 médium dont la membrane est en kevlar, et 2 boomers de 13 cm de diamètre dont la membrane est faîte de pulpe de cellulose. La charge bass-reflex a été étudiée en fonction des dimensions réduites de l’enceinte, et elle se termine par un évent en façade.
L’enceinte est montée sur un socle de découplage visiblement efficace tant pour assurer la stabilité de l’enceinte mais aussi pour juguler les vibrations parasites. Malgré la gamme à laquelle appartient l’EVA 5, le coffret a l’air visiblement bien rigide, le plaquage assez réussi, et le constructeur a eu le bon goût de donner une forme arrondie aux arrêtes dans le but de minimiser les ondes stationnaires externes.
Le verso de l’enceinte est doté d’un double bornier de qualité moyenne, permettant le cas échéant la bi-amplification ou le bi-câblage, et permettant la connexion via du câble nu, des fourches, ou des fiches bananes. Pour le reste, on ne sait pas trop comment est constitué le filtre.
 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués dans des conditions assez précaires dans un auditorium peu insonorisé avec le matériel suivant : amplificateur intégré Denon PMA 710 AE et le lecteur DCD 710 AE du même constructeur. Câbles ordinaires.

Test N° 1 : Dardanus de JP Rameau par John Eliot Gardiner

Bien que l’amplificateur, le lecteur CD, et la pièce d’écoute ne constituent pas une référence en la matière, la première impression d’écoute positive – très positive même. Tout d’abord, j’ai été surpris par l’ampleur et la générosité de cette enceinte acoustique. La scène sonore propose une bonne ampleur générale, et une focalisation correcte, sans être ultra précise. Chaque instrument de musique est assez bien isolé avec un détourage correct.
Ensuite, ma surprise vient du registre grave qui descend bas et surtout qui a du poids notamment sur les percussions. De plus, ce grave fait preuve d’une excellente lisibilité et d’une excellente crédibilité – un excellent point donc.
Le registre médium sans être hyper fouillé donne l’essentiel, et s’articule de façon naturelle avec le registre aigu pour former une continuité logique et donner aux violons un velouté de très bon niveau – un second bon point.
En ce qui concerne le registre aigu, j’émets un bémol et même une critique : sur ce point, l’EVA 5 n’est pas la plus précise, la plus fine, et la plus transparente des enceintes acoustiques du moment. Si effectivement, les violons et altos passent bien, le jeu du clavecin manque un peu d’éclat, de détail, et de perspicacité, privilégiant la douceur au détriment de la finesse – un peu dommage. De la même façon, sont passés à la trappe de multiples petits détails, parfois si évidents sur d’autres systèmes audio, qui, il faut le reconnaître, ne jouent pas dans la même cour.
Toutefois, il faudra mesurer ma critique en imputant une partie de ce manquement aux électroniques qui ont servi pour ce test.

Test N° 2 : Requiem de Mozart KV 626 par Herbert Von Karajan

 Avec cet extrait plus difficile, la petite EVA 5 montre tout son potentiel. Les choeurs sont proposées avec une excellente conviction et même une certaine puissance que je n’aurais pas soupçonné. Les grandes montées en puissance n’ont pas fait faillir cette enceinte, et ont révélé une générosité qu’il convient de souligner.
Un côté très  »enveloppant » de la musique est à mettre au crédit de cette enceinte d’une part, et aspect assez naturel se dégage sur quasiment tous les passages de ce Requiem.
Si le côté communicatif ne se dément pas, la scène sonore est plus ample en largeur et même en hauteur, mais elle semble plus restreinte en profondeur, et l’étagement des plans et le relief n’est pas toujours au rendez vous.
Toutefois, la fluidité, l’absence d’agressivité, les articulations permettent aux cordes de s’émanciper parfaitement avec un beau velouté, et une bonne humeur évidente. Ici encore, les percussions ont un poids crédible, et il faut souligner que les choeurs finissent par vous prendre à la gorge car cette enceinte respire ; elle respire et restitue ces choeurs de façon très humaine.

Conclusion  :

A n’en pas douter, l’EVA 5 fait preuve d’une bonne humeur évidente. Quel dommage d’avoir effectué ce test avec cet ensemble Denon qui manque singulièrement d’atouts pour mettre en valeur les caractéristiques musicales de cette petite colonne qui fait preuve d’un bon équilibre subjectif. Pour optimiser l’écoute, il sera alors recommandé de lui associer par exemple un couple Atoll IN 30 – CD 30, ou IN 50 – CD 50, car cette enceinte mérite réellement du matériel audiophile auquel elle rendra hommage pour créer un belle surprise musicale.

Cotations : Musicalité : 8 / 10
Rapport qualité – prix : 10 / 10

 

Prix : Env. 500 € (02/2010)

 

Ecoute réalisée par
Lionel.Schmitt