AUDIOMAT Phono 1.7

AUDIOMAT Phono 1.7

Origine : France
Préampli Phono
Aimant et bobine mobile
Sensibilité MM : 5 mV
Impédance MM : 47 kOhms
Gain MM : 44 dB
Sensibilité MC : 0,25 mV
Impédance MC : 1 à 200 Ohms
Gain MC : 68 dB
Rapport signal / bruit : non spécifié
Distorsion : non spécifiée
Bande passante : non spécifiée

 

C’est toujours avec un immense plaisir que j’accueille pour « évaluation » des produits AUDIOMAT. Cette fois, c’est le préamplificateur Phono 1.7 qui fait l’objet de ce test.

Avec l’expérience, je me suis aperçu au fil du temps et des décennies qu’AUDIOMAT était un des rares concepteurs d’électroniques à proposer des préamplificateurs phono reconnus depuis bien longtemps pour leur véritable valeur ajoutée à l’écoute des disques vinyles.

La version 1.7 prend la succession du phono 1.6 que j’avais eu le privilège de tester il y a maintenant cinq ans en association avec la fabuleuse platine Bergmann Magne System dont vous pourrez lire ou relire le banc d’essai dans cette rubrique ICI.

Le Phono 1.7 reprend en grande partie les « recettes » qui ont fait le succès de la version 1.6. Sous une présentation identique, la version actuelle a été améliorée.

Tout comme son prédécesseur, le Phono 1.7 se présente sous la forme de deux boîtiers de dimension compacte : le préamplificateur lui-même et son alimentation totalement séparée pour palier au problème de rayonnement et de vibrations. L’alimentation fait appel à un transformateur toroïdal à faible induction d’une valeur de 100 VA développé spécialement pour elle.

A l’intérieur du préamplificateur dont le boîtier est entièrement en aluminium, nous trouvons une seule carte compacte qui rassemble l’intégralité des composants électroniques de type « composants discrets ». AUDIOMAT ne s’est pas privé d’implanter les meilleures références triées sur le volet. Nous y trouvons des condensateurs au polypropylène et mica de « qualité militaire »  SRC de 60 microfarads ainsi que des condensateurs chimiques d’une valeur de 130 000 microfarads.

Le verso de l’appareil rassemble l’essentiel : une fiche pour le cordon ombilicale issue de l’alimentation, une paire de fiches RCA pour les cellules à bobines mobiles, une paire de fiches RCA pour les cellules à aimant mobile, une paire de fiches RCA pour la sortie ligne. La traditionnelle « borne terre » complète le tableau.

Ces fiches RCA de haute facture plaquées or sont directement boulonnées sur le châssis / face arrière en aluminium de deux millimètres d’épaisseur. Ces fiches sont isolées de celui-ci.

Dans son mode de fonctionnement l’entrée MC n’a pas, comme de coutume, à être ajustée au moyen de résistances de charge. AUDIOMAT a mis en oeuvre un processus d’auto-ajustement par un courant commandé est entrée. Il est conçu pour les cellules MC avec une résistance interne comprise entre 5 et 200 ohms qui s’adapte automatiquement et convient à la grande majorité des références du marché.

Ecoute et impressions  :

Les tests d’écoutes ont été effectués à domicile avec le matériel suivant : platine vinyle REGA RP 8, cellule MM REGA Elys 2, amplificateur intégré AUDIOMAT Solfège Référence 20, préamplificateur YBA Classic 3 Delta, bloc de puissance YBA Classic 3 Delta DT, enceintes acoustiques PEL Kantor, câbles de modulation VAN DEN HUL The Orchid, ESPRIT Beta, et YBA Glass, câbles HP YBA Diamond et ESPRIT Aura.

Pour l’alimentation secteur : barrette FURUTECH F-TP 615, câble secteur G-314Ag-18E et prise murale FT-SWS-G de la même marque. Câbles secteur ESPRIT Alpha, Celesta, Eterna.

Vinyles utilisés : Sketches of Spain par Miles Davis – « La Belgique vue du ciel » / Il neige sur Liège par Jacques Brel – Crucifixus par Jean-Christian Michel – Breakfast at Tiffany’s par Henry Mancini – Fanfares Royales ~ Direction : Paul Kuentz All – Time Favorite Melodies of Japan – Quiet Nights par Diana Krall – « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » ~ Direction Zubin Mehta –  Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra ~ Direction Camarata – The Complete par Mike Oldfield – Le Vaisseau de Pierre par Tri Yann – Molière ~ bande originale du film – Barry Lindon ~ bande originale du film – « Jalousie » par Yehudi Menuhin et Stéphane Grappelli – Concertos Brandebourgeois N° 1,2,3 de Jean-Sébastien Bach, par The English Chamber orchestra ~ Direction Benjamen Britten, etc..

Je remercie les concepteurs d’AUDIOMAT qui ont bien voulu mettre à ma disposition ce préamplificateur   pour trois mois afin de pouvoir réaliser ce test d’écoute et vous présenter le résultat de mon analyse.

1° Musicalité d’ensemble et premières impressions

Pour exploiter pleinement le contenu de vos précieux disques vinyles, le Phono 1.7 requiert d’être mis en œuvre avec soin. Le concepteur livre son produit avec des coupelles en laiton qu’il est largement conseillé de placer sous les trois pointes de découplage (contrairement aux amplificateurs de la même marque).

Ensuite, il est absolument nécessaire de respecter la phase secteur sur le bloc d’alimentation. Heureusement, AUDIOMAT a eu la bienveillance de la repérer via un point rouge. Pour tirer le meilleur parti de ce préamplificateur, il ne faut pas hésiter à utiliser un câble secteur de qualité et un câble de modulation de course.

Si ces quelques précautions d’usage sont respectées, ce préamplificateur vous procurera des sensations de bien-être musical que je n’hésite pas à placer au dessus des références habituelles. Techniquement mature, ce préamplificateur phono est aussi émotionnellement « inspirant ». Il permet donc de goûter pleinement aux joies du vinyle.

2° Couleur des timbres

De l’infra-grave à l’extrême aigu, le Phono 1.7 vous propose une palette de couleurs tonales extrêmement étendue. Cette palette ne se limite pas à être seulement étendue : les concepteurs ont veillé scrupuleusement à concevoir un circuit et y implanter des composants électroniques méthodiquement sélectionnés pour obtenir des timbres qui soient les plus justes possibles – l’idée étant de procurer des sensations musicales tout simplement réalistes.

Registres médium et aigus

• All-Time Favorite Melodies of Japan

Cette série de mélodies Japonaises principalement interprétées au Koto (instrument à cordes pincées joué à la manière d’une harpe) démontre à quel point ce préamplificateur phono s’applique à décortiquer chaque note et à faire chanter l’instrument à la tonalité aigrelette. Le détourage de ces notes et le silence de fonctionnement de l’électronique contribuent à mettre en lumière la sonorité très particulière de l’instrument, laissant filer très haut, avec toute la finesse requise,  les fréquences les plus élevées. On relève à cet effet une foule d’harmoniques qui viennent enrichir la teinte si particulière de l’instrument.
Les autres instruments et notamment la section de cordes (violons et violoncelles) ainsi que les clochettes, carillons, nous démontrent que ce préamplificateur jongle habillement avec une palette de fréquences qui traduisent une expression toujours mélodieuse et nuancée. Avec ce préamplificateur, vous pourrez savourer sereinement la couleur de chaque instrument, leur beauté, leur couleur et leur nuance respective. Quelle richesse musicale; je ne peux pas dire mieux.

Registre grave

• « Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss » – Direction Zubin Mehta

Le registre grave traduit parfaitement la philosophie conceptuelle propre à AUDIOMAT : reproduire les basses fréquences avec la profondeur attendue sans dénaturer où ajouter de colorations, de  fréquences artificielles où autres boursoufflures caricaturales.
Dans cet esprit, par l’ouverture et le final de Ainsi parla Zarathoustra de Richard Strauss, on pourra se rendre aisément compte comment le Phono 1.7 s’applique à « retranscrire » les fréquences les plus basses de l’orgue avec une aisance assez singulière. Il s’exécute avec une facilité doublée d’une délicatesse absolument déconcertantes qui n’ont absolument rien à envier  aux meilleures « gravures » numériques, pas plus qu’aux meilleures lecteurs CD, convertisseurs, ou autres lecteurs réseau. Les percussions qui ponctuent la partition sont du même gabarit : elles ont du « corps » et de la « matière » qui vous feront savourer cette entrée en matière avec un enthousiasme débordant. Les différents « pupitres » ont la consistance attendue, et la musique est très organique. Sans empiéter sur le chapitre qui suivra, nous pouvons déjà nous rendre compte que ce préamplificateur est très ouvert : il suggère une dynamique « conséquente » sur laquelle nous reviendrons un peu plus loin.

3° Les vocaux

• Quiet Nights par Diana Krall

Dans ce dossier, les vocaux méritent réellement d’être « traités » à part car ce préamplificateur leur accorde la primeur de la justesse. Si AUDIOMAT s’y entend pour faire chanter ses produits en général et ses préamplificateurs phono en particulier, le concepteur semble prendre les vocaux comme référence pour mettre au point ses réalisations.
A ce titre, la lisibilité de la voix de Diana Krall m’est apparue  d’un réalisme qui va de pair avec la présence inouïe de l’artiste dans la pièce d’écoute. Que de chaleur humaine, que de douceur, émanent de la voix suave de cette artiste qui « s’illustre » au travers des douze thèmes de l’album Quiet Nights. Bien évidemment, associé à l’amplificateur intégré AUDIOMAT Solfège Référence 20, le Phono 1.7 vous fera profiter sans restriction de cette voix envoutante à la diction « charnelle », au phrasé clair, aux reprises de souffle à couper le vôtre.
L’orchestration qui s’invite en toile de fond vient assouvir harmonieusement chaque thème. On y appréciera la beauté des percussions, les magnifiques ponctuations de cymbales finement ciselées, les quelques notes de flûtes traversières, les frets de guitares qui mettent aussi en valeur le travail de prise de son. Le jeu de piano aux notes tantôt légères, tantôt plus marquées démontre aussi que cet appareil sait faire preuve de discernement dans ses facultés d’analyser à la perfection la gravure d’un bon disque vinyle.

4° Définition – transparencefluidité

• Ted Heath Salutes Benny Goodmann

C’est en écoutant cet album – parmi d’autres – que je suis aperçu  que l’on pouvait évoquer sans complexe la notion « haute définition ». Avec le Phono 1.7, tout laisse à penser que cette notion n’appartient pas exclusivement qu’au « numérique » tant cet appareil s’emploie à fouiller méticuleusement le contenu du sillon.
En écoutant les premières « mesures », nous nous rendons vite compte que ce préamplificateur va chercher – et il les trouve – toutes les subtilités qui font la richesse d’une bonne gravure. Le jeu de clarinette est en tous points savoureux, et conforme à mes attentes. La sonorité d’ensemble est pétillante : les coups de cymbales qui battent la mesure sont à la fois fines et franches. La contrebasse s’affiche avec beaucoup de matière et on reconnaît l’application du préamplificateur à détourer chaque note. Je souhaite aussi mettre l’accent sur la consistance particulièrement « organique » de l’instrument sans qu’elle soit pour autant envahissante – la contrebasse est donc bien dans son élément. D’une façon générale, le Phono 1.7 s’applique à analyser le message sonore avec une « bienveillance » conformes aux productions auxquelles AUDIOMAT nous habitue  depuis plusieurs décennies. De fait, la transparence fait naturellement partie des nombreux critères qui singularisent cet appareil hautement musical.
A travers cet album Ted Heath Salutes Benny Goodmann, nous pourrons nous rendre compte à quel point  la musique s’écoule avec une fluidité réellement appréciable, sans heurts, sans détours, aux fins de procurer de grands moments de bonheur musical.

5° Scène sonore – étagement des plans

• Bach Spectacular par The Kingsway Symphony Orchestra – Direction Camarata

Bien qu’étant une pièce rare, cette version de la Toccata et Fugue de Jean-Sébastien Bach reprise par Salvador « Tutti » Camarata est une véritable « perle ». Elle respecte à la lettre la retranscription originale de Léopold Stokowski « créée » en 1940. Paradoxalement, le dernier enregistrement effectué par le « maître » fait abstraction des grandes orgues dans l’introduction.
Sous la dictée de Camarata, cet enregistrement réalisé chez Decca comporte l’introduction aux grandes orgues et c’est ce qui fait l’originalité et le charme de cette version. Ce charme, vous en bénéficierez pleinement avec ce préamplificateur phono qui se montre à la hauteur de cette « mise en scène musicale » éblouissante notamment sur le plan de la spatialisation. Le Phono 1.7 vous propose une reproduction en trois dimensions particulièrement réussie. Les grands écarts de dynamique montrent à quel point le Phono 1.7 est en capacité de réagir « sainement » et spontanément à toutes les frasques imposées par un tel « monument » qu’est cette œuvre de Jean-Sébastien Bach. Les « déferlantes » des cuivres et cordes sont gérées avec une rigueur indiscutable. Les percussions sont « prises en charge » avec beaucoup de tact et sont positionnées au sein de la scène sonore avec méthode. Les effets stéréophoniques se « matérialisent » par  une séparation des canaux et une ampleur qui laissent la musique respirer : on y remarque beaucoup d’air entre les différents plans.

Dynamique – réactivité

• The Complete par Mike Oldfield

Quel plaisir de retrouver la vivacité des meilleurs extraits de Mike Oldfield. Des instrumentaux aux vocaux interprétés par Maggie Reilly, le compte y est ! : ce préamplificateur « montre ses crocs » par sa réactivité et la franchise de la guitare électrique, de la basse, et les saccades de batterie reproduites avec sans bavures et de manière tonique.
Mike Oldfield avait un don pour faire sonner ses guitares leur donnant des couleurs si particulières que l’on retrouve avec bonheur du premier au dernier extrait de ce double album. Aucun effet de traînage n’a été relevé ce qui montre à quel point le Phono 1.7 se montre réactif et sait « accélérer » avec une aisance remarquable.
La dynamique déjà relevée sur d’autres extraits fait aussi partie des points forts de cette électronique petite par la taille mais grande par sa générosité. La « forte » personnalité de ce préamplificateur est aussi une caractéristique qu’il convient de placer à son actif .

• Le Vaisseau de Pierre par Tri Yann

Cet opéra folk-rock signé Tri Yann vaut par la variété des styles musicaux qui le composent. Ce disque est un concentré de musiques-fusion où se mêlent tout à tour des chants traditionnels celtiques en solo ou chœurs avec une rythmique endiablée, une sacrée dose de rock et des cuivres aussi rutilants que « percutants ». Cet opéra « décalé » est éblouissant  dans cette version vinyle. La dynamique de la batterie, de la basse, et de la guitare électrique. J’ai été littéralement subjugué par la profondeur de la basse fretless et sa lisibilité sans failles. Un point d’attention particulier a été relevé sur le suivi des notes de violon et de guitare électrique qui se matérialisent par une réactivité et une rigueur qui montrent que ce préamplificateur a un répondant peu commun et qu’il se montre à la hauteur des meilleurs éléments auquel il est ou sera associé.

7° Pouvoir d’expression et communication avec l’auditeur

• Molière – bande originale du film

Vous souhaitez savoir jusqu’où ce préamplificateur peut aller en matière de pouvoir d’expression. Je peux affirmer qu’il va très loin, et…. jusqu’au bout du bout ! Par cet album signé René Clemencic, vous revivrez les grands moments de ce film historique. Chaque instrument baroque est méthodiquement « isolé » pour être reproduit avec une fidélité doublée d’une teinte naturelle à faire dresser les cheveux sur la tête. Au sein de la formation, chacun d’eux peut ainsi être appréhendé. La texture naturelle atteint ici un degré de perfection mis en valeur par le silence de fonctionnement absolument remarquable qui isole chacun de ces instruments pour les mettre individuellement en lumière. Les couleurs tonales sont bien respectées et l’enchaînement des notes se déroule en vous donnant alors le sentiment de participer à cette « mise en scène musicale » haute en couleurs.

Mais le summum est atteint avec le « final » extrait de King Arthur de Henri Purcell (Direction : Alfred Deller) qui m’a littéralement laissé muet d’admiration et procuré des frissons que je ne saurais décrire précisément. La voix du baryton doublée des chœurs en pleine effervescence colle à la perfection à la dernière scène au ralenti du film (mort de Molière); cette voix vous « prend aux tripes » et vous « transpose » au cœur du décor  d’un autre temps avec une telle facilité et une telle magie que l’on doit au Phono 1.7 et dont peu de préamplificateurs phono de cette catégorie sont en capacité de réaliser.

• « La Belgique vue du ciel » / Il neige sur Liège par Jacques Brel

Cet album à l’édition limitée contient une perle rare interprétée par Jacques Brel : Il neige sur Liège. Comme de coutume, Jacques Brel vous invite à le suivre dans son sillage rempli de poésie, et à vous faire découvrir une des multiples facettes de sa Belgique natale. Avec ce préamplificateur, il m’a semblé que le chanteur allait plus loin : son implication est poussée à l’extrême. La diction, nous la percevons à chaque mot, à travers chaque phrasé, de façon à vous faire vivre quelques minutes de cette chanson « prenante »; car nous sommes bien dans le  cadre d’une poésie à l’état pur. Des arpèges de guitare aux quelques notes d’accordéon alternant avec celles d’un hautbois, le sentiment d’évasion est garanti. Le chapelet de notes de piano, savamment interprété, illustre parfaitement un « image » où les flocons de neige portés par une légère brise tombent délicatement sur la ville de Liège. Ce tableau est décrit tel que je le ressens et qu’il m’apparaît à l’écoute de cet extrait – c’est magique, magnifique, profond et diablement émotionnel au point d’en donner la chair de poule. Le Phono 1.7 joue ici parfaitement son rôle de vecteur : l’interprétation est totalement bluffante !

• Sketches of Spain par Miles Davis

Prêté pour ce test, cet « incontournable » disque vinyle signé Miles Davis est un véritable régal à écouter en compagnie de ce préamplificateur phono. Vous participerez à la « communion » entre le trompettiste et « l’art musical » espagnol.
Vous bénéficierez d’une prise de son et d’un re-mixage fort bien réalisés traduisant par une reproduction d’une pureté exceptionnelle. Le « message » est très vivant, naturel, pur et ce préamplificateur montre tout son « savoir-faire » pour délivrer un message émouvant et d’une haute tenue en couleurs. Vous reconnaîtrez et apprécierez à coups sûrs le talent de Miles Davis et tout le travail effectué, dans ses moindres détails, autours de la prise de son. Décidément, ce préamplificateur s’y entend pour rendre hommage aux grands interprètes.

• Crucifixus par Jean-Christian Michel

Cela a été  réellement pour moi une joie de retrouver la musique sacrée de Jean-Christian Michel. Palpitant, s’il en est, ce quatuor avec orgue pétille de tous ses feux au sein de la cathédrale Saint Pierre de Genève, lieu de la prise de son.
Sur Litanies Créoles , nous sentons aisément que ce préamplificateur a des prédispositions pour donner une âme à la musique. Sa personnalité correspond, au demeurant, fort justement à la philosophie de cet extrait musical.
Le contraste entre la clarinette, les grandes orgues, les percussions, et la contrebasse sont étonnants. Chaque instrument trouve sa place avec une pureté et une aération qui se remarque et s’apprécie dans une pièce d’écoute de petite à moyenne dimension. Les yeux fermés, le Phono 1.7 a ce pouvoir magique de transformer votre pièce d’écoute en cathédrale. Les grandes orgues prennent une dimension qui permet à l’auditeur de s’immerger au cœur de cette « musique sacrée ». Le compositeur / interprète fait résonner sa clarinette avec toute la présence que requiert « sa » musique.
Sur les extraits les plus rythmés, je vous garantis que la musique pétille, elle respire et vous pénètre à en donner des frissons d’émotion. Il se passe alors quelque chose de très insolite, peut-être magique entre la mélodie et l’auditeur : une sorte de communion, ou un simple partage du plaisir musical

Conclusion :

Cette nouvelle mouture du préamplificateur phono AUDIOMAT constitue une magnifique réussite. Même avec une cellule à aimant mobile, le Phono 1.7 vous offrira une musicalité d’exception. Ses fabuleuses « prestations » vous laisseront à coup sûr des souvenirs mémorables avec vos meilleurs disques vinyles. Ce préamplificateur a réellement toutes qualités requises pour vous faire accéder à un autre monde….musical.

Synthèse : Musicalité : un grand cru hautement recommandable
Appréciation personnelle : une révélation
Rapport musicalité – prix : imbattable

.

Prix : 2200 € (07/2018)

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt