ATOLL PR 200 SE et AM 100 SE

ATOLL PR 200 SE et AM 100 SE

Origine : France
Préamplificateur et amplificateur transistorisés

Puissance :
– 2 x 100 watts sous 8 ohms
– 2 x 140 watts sous 4 ohms

Bande passante amplificateur : 5 Hz à 200 kHz
Rapport signal / bruit : 100 dB
Temps de montée : 1,3 µs

Bande passante préampli : 5 Hz à 200 kHz
Taux de distorsion : < 0,05% à 1 kHz
Rapport signal / bruit : 100 dB
Temps de montée : 1,3 µs
4 entrées haut niveau
1 entrée monitoring
1 sortie enregistreur
1 entrée by-pass
2 sorties blocs de puissance

 

 

ATOLL s’est définitivement imposé dans le paysage français des produits audiophiles à tarif compétitif, et ceci depuis plus de 15 ans. Nous ne pouvons que saluer les fondateurs de cette marque car l’ensemble de la gamme est intégralement conçue et réalisée en France. Bien entendu, certains composants sont issus de pays étrangers, mais ils ont été sélectionnés et triés par ATOLL pour garantir une longévité et une haute « tenue musicale ». On retiendra que les châssis et façades, si sobres soient-ils, sont également usinées en France. Pour contenir des coûts de revient, ATOLL a rationalisé sa production de façon à utiliser beaucoup de composants communs à plusieurs références de la gamme 50, 80, 100. Dans cet esprit, les châssis, façades, circuits, et un grand nombre de composants électroniques du PR 100 et AM 100 sont empruntés et / ou sont communs aux préamplificateurs, blocs de puissance, et amplificateurs intégrés des séries 50, 80, et 100.

J’ai choisi de vous présenter ce couple PR 200 et AM 100 dans leur version SE pour différentes raisons. La première repose sur le fait que les versions SE ont beaucoup évolué depuis les versions d’origine, plus souples à utiliser grâce à leur interface utilisateur plus conviviale. La seconde raison est que je crois toujours qu’à ce jour deux produits ayant leur propre alimentation s’avèrent plus perspicaces qu’un produit intégré. D’ailleurs, à ce titre, je souligne que ce tandem me semble tout aussi intéressant, voire même plus « performant » que l’IN 200 de la même marque, même si ce dernier offre toutes les garanties d’une musicalité de haut niveau, de surcroît irréprochable, et une présentation qui ne l’est pas moins.

Au gré des demandes, l’AM 100 peut être utilisé en simple bloc de puissance stéréophonique, en configuration double mono, ou en bi-amplification. C’est la version stéréophonique standard qui fait l’objet de cette présentation.

Le PR 200 est un préamplificateur sobre dans sa présentation, simple à utiliser, et complet sur le plan des fonctionnalités. On pourra cependant regretter toute possibilité de réglage de la balance. L’interface en façade, au demeurant très conviviale, pourra être relayée par une télécommande optionnelle pouvant prendre en charge tous les éléments d’un système full ATOLL.

L’utilisateur soucieux des possibilités de connexions n’a pas de craintes à avoir. Le PR 200 est configuré pour recevoir 5 entrées haut niveau sur prise RCA, dont 1 pourra être instantanément transformée en entrée phono MM / MC par carte enfichable, ou entrée dite numérique (voir détails sur le site ATOLL).

1 sortie pour enregistreur analogique fait encore partie du tableau arrière, 1 entrée by-pass est la bienvenue dans le cadre d’une installation home cinéma, et 2 sorties destinés à alimenter 2 blocs de puissance sont également montées d’origine. Ces entrées sont au seul standard RCA et n’appellent ni d’éloges ni de critiques significatives.

En face avant, une véritable prise casque au format jack 6,35 suscitera l’intérêt de tous ceux qui cherchent à s’isoler du monde extérieur pour écouter de la musique en solitaire.

Pour en revenir à l’entrée phono optionnelle, ATOLL a prévu au choix de l’utilisateur deux alternatives : 1 carte MM P50 commercialisée à 60 € et 1 carte MM / MC P100 commercialisée à 100 €. Toutefois, pour aller encore plus loin dans la recherche des performances, un boîtier séparé P 200 est aussi au catalogue (voir banc d’essai en page Préamplis phono).

L’alimentation du PR 200 est « conséquente » pour un préamplificateur. Elle se compose d’un transformateur toroïdal de 330 volts ampères secondé par condensateurs d’un total capacitif de 30.000 microfarads ! Cette alimentation est sans doute responsable du bon comportement général – tous paramètres confondus – et de la stabilité en particulier.

La carte principale est insérée au sein d’un châssis en U en tôle pliée qui repose sur 4 pieds en caoutchouc dont l’efficacité s’avère pour le moins éprouvée. Une jolie face avant en aluminium brossée couronnée de diodes de couleur verte donne une touche de sérieux à l’ensemble : c’est soft et proprement réalisé.

L’AM 100 est un bloc de puissance qui, à l’origine, est destiné à accompagner le préamplificateur PR 100. Il s’agit bien évidemment d’une déclinaison du schéma de l’amplificateur intégré IN 100. Il embarque deux transformateurs toroïdaux de 330 volts ampères chacun (1 pour chaque canal) avec une capacité de filtrage de 30.000 microfarads. Cette alimentation permet d’afficher une puissance de 2 x 100 watts / 8 ohms et 2 x 140 watts / 4 ohms, et de garantir la puissance affichée.

Quatre bornes de qualité audiophile – visiblement plaquées or – autoriseront la connexion à une seule paire d’enceintes acoustiques et le bi-câblage n’a pas été prévu. L’utilisateur aura le choix entre du câble nu, des fourches et fiches bananes.

A toutes fins utiles, il n’est pas inutile de préciser que  le schéma du bloc de puissance AM 100 est de type symétrique et de configuration double monophonique. L’étage de sortie est confié à une double paire de transistors Mos-Fet.

 

ECOUTE

Les tests d’écoute ont été effectués en auditorium avec un lecteur ATOLL CD 100 SE, REGA Saturn, – enceintes acoustiques B & W CM 8 et CM 9, REGA RS 5 et RS 7, câbles de modulation et HP YBA Glass et Diamond.


CD utilisés  : La Folia par Gregorio Panagua – Modern Jazz Quartet with Laurindo Almeida – Double Jeu par Laurent Korcia – Quiet Naights par Diana Krall – Celtic Spectacular par Erich Kunzel – Air Varié’’ d’après Colombi (école de Madène 17ème siècle) – Kyrie ‘’ de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez.

1° Timbres – transparence

On a beaucoup épilogué, beaucoup critiqué, on s’est pas mal interrogé sur les forums (y compris celui qui accompagne ce site) quant à la qualité des timbres des produits ATOLL. J’ai lu pas mal de choses sur ce sujet, et beaucoup d’inexactitudes lorsqu’il s’est agit de définir le haut du spectre. Des témoignages peu ou mal fondés ont souvent définis les produits ATOLL comme  » froids  » dénaturés, aseptisés, agressifs, rendant l’écoute difficile à haut niveau. Je tiens ici à rectifier le tir : si les enceintes acoustiques, les câbles, la source, sont soigneusement choisis, je n’ai jamais retrouvé au travers de mes longues et patientes heures d’écoutes le type d’empreintes musicales décrites ci-avant.

En ce qui concerne le couple PR 200 et AM 100, certes, on peut oublier l’aspect rond et chaleureux de certaines électroniques concurrentes ou à tubes. En dépit de cette remarque, il apparaît que cet ensemble « SE » s’est pas mal adouci au fil des années. Cependant, il conserve et pousse encore plus loin le degré d’ouverture, de finesse, et de précision qui font la réputation de la marque depuis plus de 15 ans.

Si le registre aigu file haut, il traduit une excellente finesse d’ensemble, il n’est jamais insistant ou acide. Avec certaines enceintes acoustiques (mal appropriées), le registre aigu peut apparaitre légèrement ascendant, mais loin d’être insistant comme certains scripteurs veulent bien nous le laisser entendre.

Les nappes de violons des grandes orchestrations vont dans le sens d’une belle clarté et quelque chose « d’ascensionnel » d’un très bel effet. Le violon de Laurent Korcia (‘’ Double Jeu ‘’) reflète la couleur boisée de l’instrument. Le frottement de l’archet sur les cordes de l’instrument conjugue la douceur et la précision.

L’articulation entre les registres médium et aigu contribuent à mettre en exergue la transparence, remarquable pour des produits de cette catégorie et de ce prix. Je vous garantis que l’on est loin d’une musicalité aseptisée ou au contraire bouchée. Du flot orchestral émergent une multitude de petites nuances, une foule de détails. Les instruments de « second rang » prennent alors la place qu’il leur revient. Vous l’aurez compris, ATOLL a misé sur les principaux critères que sont la richesse et l’analyse.

Le registre grave est comme à l’accoutumée chez ATOLL, d’une admirable lisibilité. Il se définit comme ferme et tendu. Les notes de contrebasse sur ‘’ Valéria ‘’ interprété par le Modern Jazz Quartet offrent par exemple de nombreuses nuances. Bien qu’il revête de nombreuses qualités, j’aurais apprécié que ce registre descende un cran plus bas. En tout état de cause, le bas du spectre est totalement dégraissé et dépourvu de rondeurs intempestives – et ça c’est important !

2° Dynamique – réactivité – rigueur

Depuis l’origine, ATOLL s’est toujours fait un point d’honneur à réaliser des produits dynamiques. Le PR 200 et l’AM 100 ne dérogent pas à la règle « maison » et c’est un vrai bonheur de retrouver sur ce point ce tandem en grande forme. Avec lui, la musique est tonique, vive, et dépourvue d’ennui.
Aucune bavure n’est à mettre au passif de ces deux électroniques jumelées. Il émane de ces électroniques une expression que je qualifie de « joviale » et doublée d’une excellente rigueur. ATOLL a totalement banni l’approximation et ce couple entre directement dans le vif du sujet sans hésitation. La rapidité d’exécution s’apprécie notamment sur les grandes orchestrations où la réactivité est instantanée. Les grands écarts de dynamique et les impacts de percussions sont pour le moins « musclées », et aucune concession n’est admise ; on y décèle même un très grand respect dans l’interprétation. Avec les PR 200 et l’AM 100, on sent bien qu’il y a de la réserve en matière de puissance et d’énergie. La disponibilité autorisera même l’utilisation d’enceintes acoustiques de sensibilité inférieure à 90 dB. Rassurez vous, les ATOLL PR 200 et AM 100 n’en font pas trop et sur des passages musicaux plus contenus, ils savent conserver le sens de la nuance aux fins de vous offrir une musicalité délicate.

Dans tous les cas de figure, les phrases musicales font l’objet d’une magnifique séries d’articulations et d’impeccables enchainements. Les charges complexes que l’on peut observer sur ‘’ Celtic Spectacular ‘’ – direction Erich Kunzel révèlent un comportement sain et un bon répondant face à de grands écarts de dynamique. Rien à redire non plus sur le poids des notes et la matérialisation des instruments : c’est tout bon.

Scène sonore

Les fortes capacités de l’alimentation du préamplificateur et du bloc de puissance conduisent à élaborer une scène sonore suffisamment étoffée pour un environnement domestique de moyenne à grande dimension. A titre personnel, j’ai réellement apprécié la présence des musiciens au sein de la pièce d’écoute, même si l’étagement des plans n’est pas aussi marqué que je l’aurais souhaité. En dépit de cette remarque, le relief sonore m’est apparu comme satisfaisant et va de pair avec la transparence évoquée ci-avant.

Fort de son alimentation sur-vitaminée, il ne fait pas de doutes que le bloc de puissance AM 100 montre toutes ses capacités à reproduire une véritable enveloppe musicale. On appréciera la belle largeur de la scène sonore sur différents extraits de ‘’ Celtic Spectacular ‘’ – direction Erich Kunzel, car l’orchestration investit la pièce d’écoute avec une souplesse, une spontanéité, et un confort épatants. La hauteur de scène sonore me paraît également très crédible.

Fluidité

De tous temps, les produits ATOLL se sont distingués par la leur fluidité. Le couple PR 200 / AM 100 ne déroge pas à la règle. La musique s’écoule avec une belle « liquidité » et sans accrocs. Les notes de musiques, les phrases musicales glissent avec facilité et sur ce registre, j’ai adoré écouter  » Quiet Nights  » de Diana Krall. L’orchestration en « fond de page » complète et forme un excellent contraste avec la voix de l’artiste. L’écoute s’affranchit de toute forme de crispations avec la clef un délié particulièrement savoureux et très naturel qui mettent bien en valeur le « fruité » de chaque instrument ou groupe d’instruments de musique.

5° Communication  avec l’auditeur

Avec des enceintes acoustiques, une source, et des câbles méticuleusement choisis, le couple ATOLL peut frapper fort en ce qui concerne sa facilité à communiquer à l’auditeur des émotions et des sensations. Les différentes qualités décrites dans les paragraphes précédents deviennent alors des critères qui s’additionnent pour établir un véritable dialogue avec les auditeurs. Un  » Air Varié  » d’après Colombi (école de Madène 17ème siècle) est un extrait qui ne laissera à mon avis personne indifférent. Mon attention a été retenue par la texture du clavecin, qui se veut riche, pertinente, et même percutante.

Le  » Kyrie  » de la Misa Criolla d’Ariel Ramirez présente à son tour beaucoup d’émotions, de par l’aspect de la qualité de la diction du soliste et des chœurs qui l’accompagnent. La musique respire, elle s’émancipe, ce qui donne du sens à l’interprétation.

Sur ce même extrait, nous sommes à cent lieux d’une restitution simplifiée et / ou décharnée. La matière est omni présente : on entend distinctement les ponctuations, le mouvement de la peau du tambour et ses différentes oscillations.

Enfin, je pense réellement que le beau tour de force an matière de gestion des harmoniques contribue à rendre la musicalité naturelle ; j’en veux pour preuve la façon dont les notes s’éteignent proprement dans le temps et l’espace. Sur  » La Folia  » par Gregorio Panagua, on ne pourra rester de marbre face au jeu des instruments baroques que sont les flûtes à bec, le cromorne, la viole de gambe, ou encore le clavecin qui s’entendent à « mettre en contact » l’auditeur avec une musicalité simplement naturelle.

Conclusion :

Simples, bien pensés, remarquablement construits, et pas chers du tout le PR 200 et l’AM 100 s’y entendent pour vous faire « vibrer ». Plutôt réactif, ce couple a une foule d’arguments en sa possession pour monter au créneau et s’imposer face à une concurrence étrangère, d’ailleurs pas si féroce que cela sur le plan purement musical.

Synthèse : Musicalité : talentueuse
Appréciation personnelle : il a toute ma confiance
Rapport qualité – prix : remarquable

 

Prix :

Préamplificateur PR 200 SE : 690 € (03/2014)
Amplificateur AM 100 SE : 685 €

 

Test d’écoute réalisé par
Lionel Schmitt